background preloader

UBERISATION

Facebook Twitter

Les 11 secrets de l'uberisation révélés. 1.

Les 11 secrets de l'uberisation révélés.

Le sens du service L’uberisation de l’économie (autrement nommée uberification), touche avant tout l’économie de service : transport, logement, banque, divertissement, biens de consommation, service à la personne, créations graphiques, livraison de repas, de fleurs et même recrutement et la santé. Julien Mechin, co-fondateur de la plateforme participative Creads, estime que « l’ uberisation est en train de toucher tous les secteurs de l’économie en apportant une couche de services supplémentaires à tout type de biens. » 2.

Intermédiation de services Les acteurs de cette nouvelle économie visent à supprimer les intermédiaires afin de développer une offre de tarifs attractifs. 3. Premier écran au monde devant la télévision, avec plus de 30 millions de mobinautes en France, et 9 mobinautes de plus chaque seconde dans le monde*. 4. Si l’intermédiaire est digital grâce à l’appli mobile, le service est lui, bien réel. Restaurants à domicile. L'amertume des professionnels - France. Airbnb : le triomphe de l'hôtelier sans hôtels. En mettant en relation propriétaires et vacanciers, le site californien est devenu le premier logeur mondial.

Airbnb : le triomphe de l'hôtelier sans hôtels

Un symbole insolent de l'économie collaborative. Si vous passez à San Francisco prochainement et cherchez un lit sur Airbnb, vous tomberez peut-être sur l'annonce de Brian. Pour 40 dollars la nuit, ce designer de 33 ans vous propose son joli canapé bleu. Les 114 commentaires postés sous l'annonce sont enthousiastes. «L'appartement est très confortable, raconte Ron, de New York. Ces dernières semaines, le jeune patron a toutefois manqué de temps pour accueillir ses hôtes. Une bulle ? Du simple sofa au coeur de Berlin au château fort du XVIIe siècle à Saint-Malo, le choix est infini. >>> Reportage dans le surprenant QG d'Airbnb à San Francisco Il a fallu du temps avant d'atteindre ce «network effect», comme on dit dans la Silicon Valley. Si Airbnb est devenu le premier hôtelier mondial, c'est d'abord grâce à ses prix, imbattables.

La technologie ne fait pas tout. Gilles Tanguy. L'uberisation peut-elle mettre en danger l'économie ?: Nicolas Colin – 25/06. De quoi l’« uberisation » est-elle le nom ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Mathilde Damgé Les réseaux sociaux utilisent depuis quelques mois le terme d’« uberisation », un néologisme formé à partir du nom d’Uber, la fameuse société de transport californienne.

De quoi l’« uberisation » est-elle le nom ?

Ils s’en gargarisent même depuis les incidents des derniers jours entre les taxis et les VTC (voitures de transport avec chauffeur) : Entre numérisation et paupérisation, que recoupe ce terme, qui sert d’étendard aux détracteurs de plusieurs réalités économiques ? Le tour du concept en 5 exemples. Les taxis Ce qui est critiqué : la précarisation Au-delà de leur cas personnel et des conséquences sur leur profession, les taxis dénoncent « la précarisation des chauffeurs » de VTC. . « Le capital détenu par la personne dont le revenu (et non le salaire) dépend de sa capacité à exploiter le réseau offert par les grandes entreprises présente un coup de portage, d’assurance et d’amortissement qu’il doit lui-même assumer – même en cas de baisse d’activité. »

Nathalie Kosciusko-Morizet : "Accompagnons l'ubérisation de l'économie plutôt que de la sanctionner !" Ubérisation de l'économie. Nicolas Doze: Ubérisation de l'économie: "c'est une mutation industrielle" - 25/06. Deloitte - Etude economie on demand juillet 2015 - ubérisation partag… Changeons d'approche politique face à l'uberisation de l'économie. Le débat qui est né lors de la confrontation « Taxi V/S Uber » est tout à fait symptomatique du dilemme auquel notre classe politique est confrontée.

Changeons d'approche politique face à l'uberisation de l'économie

Avec la numérisation de l'économie les politiques sont aujourd'hui face à un choix difficile. Soit ils acceptent "l'uberisation de l'économie" en profitant de cette opportunité pour moderniser notre pays, soit ils s'enferment dans une "taxisation sociale" en privilégiant les acquis d'une minorité au détriment du progrès pour tous. Irréductibles Gaulois Si le village d'irréductibles Gaulois que nous sommes décide de défendre le système des taxis actuel, laissant ainsi la Silicon Valley faire des bénéfices sur notre dos, alors nous passerons à côté de la croissance de demain. L'« ubérisation » de l'économie : le besoin de donner du sens et de renforcer le modèle social.

L’ « Uberisation » de l’économie et le grand vertige des élites, Transformation : l'impact du ndigital sur les modèles économiques. On a du mal à voir ce qui pourrait relier Uber, la start-up née il y a moins de cinq ans, et Air Liquide, la centenaire dont les installations émaillent tous les complexes industriels de la planète.

L’ « Uberisation » de l’économie et le grand vertige des élites, Transformation : l'impact du ndigital sur les modèles économiques

Certes, leurs valorisations déjà sont comparables, à peu près une quarantaine de milliards de dollars chacune. Mais il ne s’agit pas de cela. Ce qui est nouveau c’est que l’une inquiète l’autre. Non pas que Benoît Potier, le patron du groupe français, veuille se lancer dans le business du taxi, mais parce que la soudaineté de l’apparition de Uber lui démontre que tout peut arriver et, qu’on ne sait pas d’où le changement, la « disruption » , peut survenir : « Il se passe, dit-il, des choses actuellement qui bouleversent l’environnement à une vitesse inégalée ». Les Booking.com et autres Expedia ont déjà privé les hôteliers d’une part de leur chiffre d’affaires, et la machine Airbnb s’apprête à leur piquer leurs chambres !

Une que tout cela n’étonne pas du tout, c’est Natalie Rastoin.