background preloader

Naturalisation : théories et contre-théories

Facebook Twitter

Valeur sélective. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La fitness d'un individu peut être mesurée par le nombre de descendants qui atteignent la maturité sexuelle[2]. La fitness est une valeur relative qui se calcule à un instant t et qui dépend beaucoup de l'environnement de l'individu. C'est donc essentiellement un outil descriptif pour les études sur la sélection naturelle[1]. La première personne à parler du concept de fitness est Darwin[3]. En génétique des populations, la valeur sélective d'un génotype est une mesure du succès reproducteur. Valeur sélective = Survie × Fécondité Valeur sélective absolue[modifier | modifier le code] On appelle valeur sélective absolue, notée W, la valeur issue de la mesure de la probabilité de survie et de la fertilité de chaque catégorie génotypique et qui détermine directement leur nombre moyen de descendants.

En génétique des populations, la valeur sélective absolue Valeur sélective relative[modifier | modifier le code] . Valeur sélective relative : avec 0 < Sélection sexuelle. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Définition[modifier | modifier le code] Le concept de sélection sexuelle désigne le processus selon lequel la compétition entre les individus en vue de l'accouplement est un facteur de l'évolution de certains traits héréditaires. Il s'agit d'une compétition intraspécifique (entre individus d'une même espèce) et sexe-dépendante (elle s'exerce différemment sur les individus mâles et femelles d'une même population). La sélection sexuelle permet, par exemple, d'expliquer : Historique de la notion[modifier | modifier le code] En publiant De l'origine des espèces (1859), Charles Darwin révolutionne ce qui n'était alors que l'hypothèse de l'évolution en proposant le mécanisme de sélection naturelle fondé sur la reproduction différentielle des individus en fonction de leur capacité à survivre.

Au cours des années 1960, William Hamilton poursuivra les travaux de Fisher. Quelques exemples de signaux honnêtes en lien avec la sélection sexuelle : Geoffrey Miller (psychologue) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Geoffrey Miller (né en 1965) est un psychologue évolutionniste américain largement reconnu, dont les travaux sont dans la lignée de chercheurs tels que Richard Dawkins, Daniel Dennett et Steven Pinker. Miller a développé l'idée de Darwin aux îles Galápagos selon laquelle l'évolution n'est pas seulement guidée par la sélection de survie, mais tout autant par la sélection sexuelle. Pour rappeler ce rôle de la sélection sexuelle, il écrit The mating Mind, montrant comment le choix sexuel donne forme à l'évolution humaine, en développant la suggestion de Darwin selon laquelle la sélection sexuelle à travers le choix du partenaire a été importante dans l'évolution humaine (notamment les aspects où le comportement humain semble s'exprimer le plus de lui-même, tels art, morale, langage et créativité).

En novembre 2009 il publie dans le journal britannique The Economist une tribune intitulée "une crise imminente dans la génétique humaine". The Mating Mind. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Charles Darwin donne à la pression de sélection deux composantes : – la lutte pour la survie (sélection de survie) : on ne laissera pas de descendance si on meurt avant l'âge requis pour la procréation ; – la lutte pour trouver et séduire un partenaire (sélection sexuelle) : si un mutant superbement adapté à la survie ne peut se trouver de partenaire sexuel, sa mutation utile ne se transmettra pas non plus.

Il nomme l'ensemble des deux sélection naturelle. (en) Analyse et critique Portail de la psychologie. Arrêt sur mirages. Arrêt sur images m’avait invitée à venir débattre avec Sébastien Bohler de sa chronique du 16 novembre dernier, mais le tournage a été annulé faute d’autres participants. Dommage, car j’aurais bien aimé voir sa réaction à chaud au dossier à charge qui suit.QUI PARLE ? Précisons pour commencer que ce n’est pas ici « la sociologie » qui interpelle « la (neuro)biologie ». Sébastien Bohler et moi avons une formation intellectuelle assez similaire : il est polytechnicien et a fait une thèse en neurobiologie moléculaire, je suis centralienne et ai fait un DEA en sciences cognitives. Immédiatement après la fin de nos études, nous avons tous deux définitivement quitté le monde de la recherche dans ces disciplines.

Une autre différence importante entre lui et moi, c’est que Sébastien Bohler prétend, en tant que professionnel de la vulgarisation, informer le grand public sur ce que nous apprend « la science ». Je ne prétend pas faire cela. Qu’est-ce que la psychologie évolutionniste ? Odile Fillod. Rapport taille-hanche. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La silhouette féminine présente un rapport taille-hanche nettement prononcé. Indicateur de l'état de santé[modifier | modifier le code] On considère que le RTH est un indice de l'état de santé, et qu'un écart par rapport à certaines valeurs peut être corrélé à l'apparition de diverses pathologies lourdes.

Attractivité sexuelle[modifier | modifier le code] Chez la femme, le RTH serait un caractère sexuel secondaire, mettant en valeur visuellement la largeur du bassin, et par là même la fécondité[1]. Cette interprétation est toutefois controversée[2]. En effet, il est très difficile d'expliquer comment le système visuel calculerait ce rapport taille-hanche, plusieurs expérimentations montrent que le rapport taille-hanche préféré change en fonction du statut socio-économique[3] ou de l'évaluation cognitive[4], et surtout qu'il change d'une société à l'autre[5].

Lien avec l'embryogénèse[modifier | modifier le code] Attirance sexuelle. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. ...alors que les femmes des œuvres artistiques de Rubens, qui ont un physique assez différent, étaient perçues comme sexuellement attractives au XVIIe siècle. Chez les espèces utilisant la reproduction sexuée, l’attirance sexuelle (ou l'attraction sexuelle ; ou sex-appeal chez l'humain) désigne l'attirance vers d'autres membres de la même espèce pour réaliser la copulation ou pour des activités érotiques.

La nature de l'attirance sexuelle n'est pas encore complètement comprise. Plusieurs hypothèses populaires, telle celle du rapport taille-hanche de la femme, correspondraient plutôt à des préférences sexuelles apprises en raison de caractéristiques culturelles particulières. NB: Cet article présente les théories et les données scientifiques concernant les caractéristiques morphologiques, sonores, olfactives, etc., qui provoquent une attirance sexuelle entre les animaux. Cadre général[modifier | modifier le code] Breastaurant. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Personnel servant d'un breastaurant au Brésil. Il s'agit ici de la chaîne Hooters. Plusieurs chaînes de ce type de restaurants existent. La chaîne de restaurants Hooters, fondée dans les années 1980, est pionnière en la matière[1],[2].

Implantée à travers le monde, l'essentiel de ses restaurants se trouve cependant aux États-Unis. Plusieurs autres chaînes sont apparues dans les années 2000 ; on compte parmi celles-ci Tilted Kilt Pub & Eatery (en), Twin Peaks, Bombshells, Bone Daddy's, Bikinis Sports Bar & Grill (en), Show-Me's, Brick House Tavern, Mugs & Jugs et Heart Attack Grill. Si l’on ne naît pas femme… | Sans Remède.

Parce que j’ai dysfonctionné dans ce monde, on m’a envoyée à l’HP. J’en suis ressortie avec une identité bien ficelée de dépressive suicidaire. Certaine, pendant plusieurs années, que ce terme recouvrait toute la réalité de mon être. Cela m’a pris un temps “fou” pour m’en départir. Parce que cela va faire cinq ans que je n’ai plus eu de rapports avec un psychiatre ou avec l’institution… Parce que les ami.es qui m’entourent ne me regardent pas comme ça, mes identités de dépressive puis de psychiatrisée se sont dissipées, lentement. Le point de départ de cette passion de critiquer tous les aspects de la science médicale est simple.

Face aux médecins, je ne suis qu’une individue. Les malades de constitution En France, nous sommes particulièrement médiquées. Donc, contrairement à ce que Freud voudrait me faire avaler, je ne désire pas ardemment être dotée d’un pénis. Fabrique de l’ignorance et contraception Fabrique de la culpabilité et éradication de nos exigences. Sciences - Ce que le pouvoir fait au cerveau. Le pouvoir est une drogue. Ceci n’est pas une métaphore, mais une constatation médicale. Le pouvoir entraîne accoutumance et dépendance, comme l’héroïne, comme la cocaïne. Le pouvoir, réalité sociale, modifie la réalité biologique, hormonale et neuronale des personnes qui en ont.Une personne dépendante a sans cesse besoin de ce dont elle dépend. Peu à peu, la quantité ou l’intensité de ce dont elle dépend doit augmenter pour retrouver le même plaisir. Il faut donc de plus en plus de pouvoir à la personne qui dépend du plaisir procuré par le pouvoir.La victoire déclenche la même accoutumance que le pouvoir.

Gagner déclenche de puissantes décharges de testostérone et de dopamine. Les hormones du pouvoirLa testostérone. 1. Articles-danalyse-f%C3%A9ministe-des-tropes-masculinistes-en-science-en-particulier-biologie-et-psychologie1.pdf. Répertoire sur la sexualité, les femmes, les rapports hommes-femmes, les différences sexuelles et le féminisme- Sylvie Richard-Bessette. Différences sexuelles, rapports hommes-femmes et sexualité- Sylvie Richard-Bessette. Questions / réponses sur la sexualité. Cet article voulait relancer le débat sur le phénomène de la pornographie en soulevant de nouvelles questions et en proposant quelques avenues de recherche. J'ai voulu ici traiter de la pornographie la plus accessible, visible, et commercialisée, sans par ailleurs banaliser ou nier l'existence d'autres formes de pornographie. Les exemples utilisés n'écartaient pas non plus l'existence de différents types de représentation des corps. Il faut tout de même reconnaître que, si la pornographie a de multiples visages, elle exploite d'abord et avant tout le corps des femmes.

La pornographie serait d'abord un phénomène économique selon Placide Munger. Seulement, à partir du moment où des gens consomment de la pornographie, le phénomène devient aussi social et psychologique. La pornographie, cela va de soi, n'existe pas en dehors de la société. La société patriarcale nie la sexualité des femmes en ne présentant, à travers les livres et le cinéma, que les fantasmes des hommes. Poulin, R. (1994). La pornographie ou la dominance sexuelle rendue sexy - Sylvie Richard-Bessette. Paru dans Revue Sexologique, 3(1), 125-148, 1995. Parmi les multiples formes que prend la dominance sociale, la pornographie est sans doute la plus sexy. Produit de consommation savamment emballé, la pornographie est mise en marché par une société hétérosexiste qui renforce les comportements sexistes et violents à l'endroit des femmes. Cet article a pour but de poursuivre la réflexion sur la pornographie à partir d'une analyse féministe et béhavioriste. De nouvelles avenues de recherche et d'intervention en éducation sexuelle sont proposées.

Pornographie; érotisme; rapports de sexe; féminisme; violence sexuelle; sexisme, système patriarcal; béhaviorisme. La pornographie est un produit de consommation au même titre que la voiture et la bière. Les féministes ont depuis longtemps dénoncé cette conception de la sexualité. Il n'est pas aisé de définir la pornographie. Un acte est dégradant dans la mesure où il produit des conséquences négatives chez l'individu. Les auteures précisent que: 1. Les neurosciences à l'épreuve de la clinique et des sciences sociales. Depuis les années 1990, proclamées « Décennie du cerveau » aux États-Unis par le Président George Bush senior, l’essor des neurosciences peut être considéré comme un événement remarquable sur les plans scientifique, historique, discursif, politique, culturel ou encore médiatique dans les sociétés occidentales (Rose et Abi-Rached, 2013). On ne compte plus les rencontres et les publications de toute nature sur le cerveau et ses relations avec le sujet humain [1] À titre d’exemple, la Société américaine de neurosciences... [1] .

Pour une part, les neurosciences doivent leur fortune à des investissements financiers et symboliques massifs dès les années 1990 [2] Mentionnons pour exemple le récent European Human Brain... [2] . Pour autant, les promesses de révolutions imminentes faites au nom des neurosciences ne sont pas réductibles à de simples « mythologies cérébrales » [6] Selon le psychiatre et historien Henri Ellenberger,... [6] qu’il conviendrait de démasquer ou de réfuter. Repolitisations féministes et queer du cerveau. Notes Une partie importante des travaux de recherche que nous examinons ici a été portée à notre attention avec la constitution du réseau neuroGenderings. Ce réseau s’est réuni au cours d’un symposium en 2010 au Centre d’Études Genre de l’Université d’Uppsala (Suède), intitulé neuroGenderings: Critical Studies of the Sexed Brain (neuroGenderings : études critiques du cerveau sexué).

En 2012, le groupe organisa un colloque à Vienne (Autriche), Neurocultures – NeuroGenderings II. Le colloque « NeuroGenderings III - The 1st international Dissensus Conference on brain and gender » se tiendra à l’Université de Lausanne (Suisse) en mai 2014 (cf. site du colloque : www.unil.ch/neurogenderings3). Ailleurs, nous avons esquissé une définition du terme « queer » dans le contexte des sciences du cerveau (Dussauge et Kaiser, 2012). Plus récemment, la neurobiologiste Daphna Joel a présenté deux articles qui avancent que tous les cerveaux sont intersexes (2011, 2012). Neurosexisme.pdf. Les éditions du remue-ménage. Les différences psychologiques entre les sexes suscitent un intérêt considérable, tant dans les milieux de la recherche que dans les médias. On ne compte plus le nombre de publications scientifiques, d’ouvrages de vulgarisation ou de reportages consacrés à ces questions.

Pourtant, une large part de l’information diffusée tient davantage du préjugé, du parti pris idéologique, que d’une démarche scientifique rigoureuse. Les femmes seraient ainsi plus douces, mieux disposées à prendre soin des autres, incapables de lire une carte routière, alors que les hommes seraient bons en maths, compétitifs, plus agressifs. Comment expliquer la persistance de tels mythes aujourd’hui encore ? C’est de ce constat, et d’un certain sentiment d’exaspération, qu’est né le présent ouvrage. Il ne s’agit plus de savoir si le cerveau a un sexe, mais si cette question est pertinente et, surtout, pour qui ? Chamberland, Line Cossette, Louise Maillé, Chantal Vidal, Catherine. Evelyne PEYRE, Joëlle WIELS (dir.) - Mon corps ... Le sexe du cerveau : pourquoi Catherine Vidal a tort | Scilogs.fr :Raison et psychologie. Le cerveau a-t-il un sexe ?

Facebook. DNA Double Take. Marshall Sahlins: La nature humaine. The Artificial Ape: How Technology Changed the Course of Human Evolution (MacSci): Timothy Taylor: 9780230617636: Amazon.com: Books. Wp-content/uploads/2014/07/western-illusion-beautiful.pdf. La nature humaine : une illusion occidentale: Amazon.fr: Marshall Sahlins: Livres. «Il n’existe pas 2 sexes (mâle et femelle) mais 48» CERVEAU ROSE, CERVEAU BLEU - Lise ELIOT. Catherine Vidal – Le cerveau a-t-il un sexe. Catherine Vidal. Anne Fausto-Sterling. Les hommes et les femmes ont-ils des cerveaux différents ? Catherine Vidal – Le cerveau a-t-il un sexe.