background preloader

Gynéco

Facebook Twitter

Pourquoi (ne pas) faire sage-femme - Betadine Pure. Sage-femme, quel bô métier.

Pourquoi (ne pas) faire sage-femme - Betadine Pure

Certes. Mais d’abord, pourquoi faire sage-femme ? Soyez fiers de moi, j’ai beaucoup investigationné. J’ai… posé la question sur Twitter. Pour beaucoup c’est être auprès des couples dans un moment particulier. Alors oui c’est vrai, en théorie. Sage-femme c’est une personne lambda, disons, Tatiana. Suivons donc cette jeune demoiselle dans parcours professionnel épanouissant. Tatiana 17 ans et demi s’inscrit en PACES. Des cours, des cours, enfin quand le prof n’a pas oublié qu’il avait cours, et un peu de stage (réforme oblige, on valorise la théorie les premières années). Le Choeur des Femmes, un roman d'utilité publique — Chronique Livre #4. Contraception: «Le débat sur la pilule a renforcé les inégalités sociales en matière de contraception»

INTERVIEW Nathalie Bajos, directrice de recherche à l'Inserm, explique les changements opérés ces dernières années par les femmes les plus précaires concernant leur mode de contraception...

Contraception: «Le débat sur la pilule a renforcé les inégalités sociales en matière de contraception»

Delphine Bancaud Créé le Mis à jour le Mots-clés Santé La controverse en 2012-2013 sur les pilules de 3e et 4e génération a généré une diversification des pratiques contraceptives chez les Françaises, révèle l’enquête Fécond rendue publique ce mardi. Nathalie Bajos, directrice de recherche à l'Inserm, explique pourquoi cette nouvelle donne a fait resurgir les inégalités sociales face à la contraception. «Le nombre de femmes ayant recours plusieurs fois à IVG ne cesse de s’accroître depuis 1975»

INTERVIEW Laurent Toulemon, chercheur à l’Ined explique pourquoi de plus en plus de femmes avortent plusieurs fois...

«Le nombre de femmes ayant recours plusieurs fois à IVG ne cesse de s’accroître depuis 1975»

Propos recueillis par Delphine Bancaud Créé le Mis à jour le Mots-clés Les Françaises ont moins recours à l’avortement qu’en 1975, mais plus souvent de manière répétée. A l’occasion du quarantième anniversaire de la loi Veil, qui aura lieu le 17 janvier, une étude de l’Ined dévoilée ce jeudi fait ce constat étonnant. Why Are We Asking Doctors if Women Should Have Midwives? Pourquoi avant la pilule, les femmes n’avaient-elles pas un enfant tous les neuf mois ? De la puberté à la ménopause, la période de fécondité d’une femme s’étend sur environ trente ans de sa vie.

Pourquoi avant la pilule, les femmes n’avaient-elles pas un enfant tous les neuf mois ?

Théoriquement, une femme aurait donc la possibilité de donner naissance à quarante bébés. Certes la question ne se pose pas pour des temps très reculés. Jusqu’à la Révolution, l’espérance de vie en France n’excédait pas 30 ans. On était parfois grand-mère dans ces eaux-là. L’espérance de vie passe à 50 ans dès le début du XXe siècle, avant la guerre de 14. Birth Anarchy. Women pressured into leaving hospital too soon after birth, warn midwives.

Another said: “Definitely feel that staff are under huge stress and the quality of care is affected.

Women pressured into leaving hospital too soon after birth, warn midwives

After I had my first baby I felt awful and wanted to stay overnight but was told no that it was not a hotel. " A midwife added: “The management told me that I had to discharge this woman who was struggling with breast feeding as we needed the bed. There is little support for the women due to our early discharge policy.” In addition guidance from the National Institute of Health and Care Excellence the number of visits a women receives from midwives at home is often dictated by organisational pressures instead of the mother's needs. Almost one in five women said they received no home visits or just one following the birth and those who did receive more said it was hardly ever saw the same person.

One mother said: “I never saw the same midwife twice before or afterwards, I felt like an item for them to tick off and got no real sense of care.” Home births: Giving birth at home is a doddle. It's mums in hospital who are the really brave ones... “It is very welcome to see the guidance reflecting the latest evidence around place of birth," she explained.

Home births: Giving birth at home is a doddle. It's mums in hospital who are the really brave ones...

Doctors are not needed at births, says NHS. And those who are on their second child will be told that a home birth is generally safer than going into hospital.

Doctors are not needed at births, says NHS

The encouragement for births outside the labour ward marks a major change in NHS guidance, which was previously far more cautious. Latest figures show less than three per cent of births currently occur at home. Médecins et IVG : «On n’est pas des parias. On est gynécos, accoucheurs, avorteurs» La pose d'un DIU est-elle toujours douloureuse ? La pose d’un DIU est-elle toujours douloureuse ? Par N. et Martin Winckler Article du 16 janvier 2005 Le col (la partie inférieure, porteuse de l’orifice) de l’utérus est une zone sensible.

Les médecins français ont la mauvaise habitude, pour poser un DIU, de saisir le col avec une pince de Pozzi, une horreur terminée par deux crochets pointus. (En Angleterre, on utilise des pinces à extrémité plate.) La pose de la Pozzi peut être source d’une vive douleur, en particulier chez les femmes n’ayant pas eu d’enfant, car chez celles qui ont déjà accouché, le col a été beaucoup dilaté au cours du travail, et les fibres sensitives sont moins réactives quand on touche au col (beaucoup de femmes ayant accouché ne sentent même pas qu’on leur pose la pince).

Pour éviter la douleur à la pose, pendant longtemps, j’ai prescrit des anti-inflammatoires à prendre 1 ou 2 heures avant la pose du DIU, car ces médicaments diminuent les contractions de l’utérus. Tout ce que les femmes doivent savoir pour se faire poser un DIU (" stérilet ")

(Article mis à jour le 7 juin 2012) Qu’est-ce qu’un DIU ?

Tout ce que les femmes doivent savoir pour se faire poser un DIU (" stérilet ")

Le DIU, abréviation de " dispositif intra-utérin " (mal-nommés " stérilets " - car ils ne rendent pas stériles) est un dispositif contraceptif inséré dans l’utérus d’une femme qui désire une contraception - temporaire ou durable - plus efficace et moins contraignante qu’une pilule. NB : Désormais, en France, les sages-femmes peuvent prescrire toutes les contraceptions.

Elles posent de plus en plus souvent des DIU. MaSexualite. Le stérilet (dispositif intra-utérin de cuivre), l'éponge contraceptive, le contraceptif Lea, la cape cervicale, le diaphragme, le spermicide, la ligature des trompes, la vasectomie, le condom pour homme et le condom pour femme sont des méthodes contraceptives non hormonales.

maSexualite

Vous devriez envisager d'utiliser l'une de ces méthodes si vous pensez que la pilule, le timbre, l'anneau, le DIU ou l'injection ne répondent pas à vos besoins. Stérilet (dispositif intra-utérin de cuivre) De quoi s'agit-il? Le stérilet est un petit dispositif en forme de T muni d'un fil de cuivre. Inséré dans l'utérus, le fil de cuivre provoque des modifications chimiques qui détruisent les spermatozoïdes. MaSexualite. La pilule anticonceptionnelle, le timbre contraceptif, l'anneau vaginal contraceptif, l'injection contraceptive, et le système intra-utérin sont tous des moyens de contraception efficaces qui pourraient répondre adéquatement aux besoins de certaines femmes.

maSexualite

Contraceptifs oraux (la pilule)