background preloader

Retraite

Facebook Twitter

Eric Pichet, KEDGE BS - Pourquoi un tel manque d’objectivité sur la réforme des retraites ? - Entreprise. « La réforme des retraites repose sur des mensonges en série » Pivot, grand-père, paramétrique : parlez-vous le "réforme des retraites" ? Retraites : un projet de loi dangereux. Le projet de loi sur la réforme des retraites a été communiqué aux organismes de Sécurité sociale, le jeudi 9 juillet.

Retraites : un projet de loi dangereux

Samedi, le Premier ministre annonçait son intention de suspendre l’article 56 bis, l’âge pivot à 64 ans, tout en maintenant le reste du projet. Même si cette première lecture est nécessairement incomplète et qu’elle est en outre susceptible d’être précisée sur certains points juridiques, deux points sont d’ores et déjà frappants. Retraites : le mieux serait la moindre des choses. J’ai très envie de vous parler de la niaque.

Retraites : le mieux serait la moindre des choses

C’est un terme utilisé pour qualifier l’état d’un individu très motivé, compétitif et combatif, qui possède un entrain supplémentaire par rapport à ses adversaires. Quel rapport me direz-vous avec le thème des retraites ? Si vous vous trouvez dans une situation sociale compliquée ou que vous percevez dans votre entourage des personnes fragiles qui souffrent et se résignent, vous pouvez baisser les bras et renoncer persuadé que vous n’arriverez jamais à changer l’ordre des choses. Vous risquez de devenir un résigné réclamant. Mais vous pouvez aussi changer votre regard et vous dire que votre pensée, votre action servent à quelque chose. J’ai très envie de vous parler de la niaque. Quel rapport me direz-vous avec le thème des retraites ?

Ce n'est pas la protection sociale qui provoque les déficits : la preuve. Au rang de premier accusé des déficits budgétaires structurels, il y a le coût de la protection sociale.

Ce n'est pas la protection sociale qui provoque les déficits : la preuve

Cela sonne comme une évidence. Sans surprise, le poids des dépenses publiques est positivement corrélé au poids de la protection sociale. Emblématique de cela, l’économie française, double palme d’or de la dépense publique et de la dépense sociale parmi les pays de l’OCDE. Faut-il pour autant, sur la base du cas français en tirer une loi générale, associant générosité de l’État-providence, tendance au déficit et à la dérive de l’endettement public ? Non car c’est tout simplement contrefactuel. Je me focaliserai d’abord ici sur la dernière décennie. Une corrélation inverse et contrintuitive... Mais sorti de ces deux cas, c’est plutôt une corrélation inverse et contrintuitive qui se dégage. Espérance de vie et retraites : le décrochage. Parmi les arguments employés pour justifier la réforme des retraites, les évolutions de l’espérance de vie, et en particulier de l’espérance de vie en bonne santé, sont régulièrement mis en avant, souvent sans précaution.

Espérance de vie et retraites : le décrochage

Une fois de plus, un examen des travaux du Conseil d’Orientation des Retraites (COR), permet d’y voir un peu plus clair. Premier enseignement : l’espérance de vie a augmenté régulièrement (même si les dernières données montrent un ralentissement, dont il est trop tôt pour savoir s’il s’agit d’un changement de tendance ou d’un phénomène temporaire). Une personne née en 1920 et ayant atteint 60 ans, vivait en moyenne jusqu’à 82 ans ; une personne née en 1960 et âgée de 60 ans devrait vivre en moyenne jusqu’à 88 ans. Pas de problème à repousser l’âge de la retraite donc ? Pas si sûr. Travailler jusqu'à 64 ans, qui peut y arriver. La réforme des retraites est aussi une bataille de chiffres.

Travailler jusqu'à 64 ans, qui peut y arriver

Le futur projet de système universel à points est-il juste, redistributif, soutenable financièrement ? Pour apporter sa pierre à l’édifice et préciser des données chiffrées qui manquent toujours pour évaluer les effets d’un tel bouleversement, un collectif d’experts de l’Insee a proposé en décembre dernier son analyse. C’est désormais au tour d’une dizaine de spécialistes de la Dares, la direction statistique du ministère du Travail, réunis au sein d’un collectif soutenu par la CGT, de s’appuyer sur les données publiques pour éclairer une autre partie du débat. Retraites : la Légion d’honneur au patron de BlackRock critiquée.

L’opposition a dénoncé ce jeudi la Légion d’honneur de Jean-François Cirelli, président du gestionnaire d’actifs BlackRock France, y voyant le choix du "camp des fonds de capitalisation" alors que le gouvernement assure que BlackRock n’a "pas grand chose à gagner" dans la réforme des retraites.

Retraites : la Légion d’honneur au patron de BlackRock critiquée

Jean-François Cirelli, ancien dirigeant de GDF-SUEZ, puis d’Engie, et actuel président de la branche française du plus important gestionnaire d’actifs du monde, a été nommé officier de la Légion d’honneur dans le contingent du Premier ministre dans la promotion du Nouvel an, une nouvelle abondamment commentée depuis mercredi sur les réseaux sociaux. Tout sauf anecdotique "C’est tout sauf anecdotique, BlackRock, c’est tout simplement le côté obscur de la réforme des retraites", a dénoncé Olivier Faure, premier secrétaire du PS, sur France 2. "La remise de la légion d’honneur à Jean-François Cirelli est une provocation. "Provocation" Retraites et espérance de vie. Un article de mon collègue Frédéric Charbonnier, Les inégalités de santé, face cachée des réformes des retraites, dans Les Echos du 19 décembre, attire utilement l’attention sur un point délicat : pour déterminer les droits à pension de chaque assuré social, ne serait-il pas normal, équitable, de tenir compte de l’espérance de vie, qui diffère assez fortement selon la catégorie socioprofessionnelle ?

Retraites et espérance de vie

Et l’inégalité d’espérance de vie entre hommes et femmes ? J’irai d’ailleurs plus loin que F. Charbonnier, car s’il est vrai que les cadres vivent, en moyenne, plus longtemps que les ouvriers, les statistiques nous montrent aussi que les femmes vivent, toujours en moyenne, nettement plus longtemps que les hommes. Des données certaines, à savoir le nombre des décès par sexe et par âge en 2017, présentées sous la forme du graphique ci-dessous, émanant d’INSEE Focus n° 128 (octobre 2018) le montrent clairement : Concentrons-nous sur l’essentiel ! Mensonge : Macron ne renonce pas à sa retraite. L’annonce, pure communication de la part du Président, aurait pu marcher : samedi 21 décembre 2019, Emmanuel Macron a annoncé qu’il renonçait à sa retraite de président de la République.

Mensonge : Macron ne renonce pas à sa retraite

Mais la réalité est bien loin des mots : il n’y renonce pas, il va simplement changer le calcul. Une cohérence avec sa réforme, certes, qui l’éloigne un peu plus du peuple. Emmanuel Macron renonce à beaucoup d’argent Les annonces du président de la République ont été multiples pour tenter d’apaiser les opposants à la réforme des retraites voulue par le gouvernement. Retraites par capitalisation piège à cons. Les cons c'est nous ! La retraite par répartition, tout le monde a bien compris ce que c’était.

Retraites par capitalisation piège à cons. Les cons c'est nous !

Les jeunes et les actifs payent pour ceux qu ne travaillent plus. La retraite par capitalisation, c’est le chacun pour soi. Il faut mettre de côté pour ses vieux jours et cela pose des problèmes. Retraites : les salariés sont contre la réforme, les retraités pour. Le gouvernement risque d’avoir du mal à faire accepter la réforme des retraites qu’il veut mettre en place et ce même si, selon le dernier sondage Elabe pour BFMTV, 50% des Français la soutiennent contre 49% qui sont contre.

Retraites : les salariés sont contre la réforme, les retraités pour

Sauf que ce sondage prend en compte l’avis de personnes… qui ne sont absolument pas concernées par la réforme. Les Français concernés par la réforme n’en veulent pas Si l’exécutif pourra dire, en toute honnêteté, que la moitié des Français est pour la réforme, selon le sondage Elabe publié le 11 décembre 2019, il ne pourra pas dire que les personnes qui subiront la réforme sont en faveur de celle-ci. Le sondage dévoile en effet que ce sont les plus de 65 ans, soit les retraités et les personnes très proches de la retraite, qui sont les plus favorables à la réforme des retraites présentée par Edouard Philippe. 67% soutiennent le gouvernement. Les travailleurs ne veulent pas de la réforme. Retraites : faux débats et vrai problème. La réforme des retraites, qui entre dans sa dernière phase de concertation, est d’abord une réforme systémique.

Elle a vocation idéalement à fixer un cadre uniforme, basé sur un algorithme unique de d’aquisition de droits à la retraite, allant des salariés du public et du privé, jusqu’aux indépendants. Le but est donc d’abord de mettre fin à la balkanisation des régimes. Et ce faisant, de rendre son pilotage financier à court terme, beaucoup plus simple et consensuel. 1/ De petites variations de paramètres (notamment de la valeur du point) produisent des effets beaucoup plus puissants lorsqu’ils sont appliqués à tous et 2/ l’uniformité réduit la défiance associée à toute réforme, l’inquiétude récurrente que le jeu est biaisé au profit de certains… et donc la conflictualité des ajustements.

En théorie, on aimerait que la question de l’équilibre financier du système, soit dissociée de ce débat. Retraites : faux débats et vrai problème. La réforme des retraites, qui entre dans sa dernière phase de concertation, est d’abord une réforme systémique. Elle a vocation idéalement à fixer un cadre uniforme, basé sur un algorithme unique de d’aquisition de droits à la retraite, allant des salariés du public et du privé, jusqu’aux indépendants. Le but est donc d’abord de mettre fin à la balkanisation des régimes.

Et ce faisant, de rendre son pilotage financier à court terme, beaucoup plus simple et consensuel. 1/ De petites variations de paramètres (notamment de la valeur du point) produisent des effets beaucoup plus puissants lorsqu’ils sont appliqués à tous et 2/ l’uniformité réduit la défiance associée à toute réforme, l’inquiétude récurrente que le jeu est biaisé au profit de certains… et donc la conflictualité des ajustements. En théorie, on aimerait que la question de l’équilibre financier du système, soit dissociée de ce débat. Le problème n'est pas Delevoye... mais tout le reste ! Vous n’avez sans doute pas échappé à l’information selon laquelle le haut-commissaire à la Réforme des retraites Monsieur Delevoye a « oublié », dans le cadre d’une « phobie administrative », de déclarer dans sa déclaration d’intérêt, qu’il avait bien un petit truc à déclarer… du genre : Je suis administrateur au sein de l’Institut de formation de la profession de l’assurance (IFPASS).

Sénateur : un métier à risque qui aura un régime spécial de retraite. « Les hommes naissent libres et égaux, mais il y en a qui sont plus égaux que d’autres », disait Coluche. C’est un peu pareil avec la réforme des retraites. Car après avoir accepté des exceptions au système théoriquement universel pour les policiers, c’est au tour des Sénateurs d’avoir un régime spécial. Un système « universel » mais seulement pour certains Samedi 14 décembre 2019, alors que la grogne contre la réforme du régime des retraites continuent et que la CFDT a rejoint le mouvement, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a voulu s’assurer d'avoir le soutien des policiers : ils conserveront leur régime spécial dans un système dit « universel ».