background preloader

Laurenceld

Facebook Twitter

Ville et Genre

La domination masculine dans l’espace public. Religion. "La ville comme espace genré" : entretien avec Édith Maruéjouls - Observatoire du design urbain. Edith Maruéjouls, vous avez publié une thèse intitulée Mixité, égalité et genre dans les espaces du loisir des jeunes.

"La ville comme espace genré" : entretien avec Édith Maruéjouls - Observatoire du design urbain

Qu’est-ce qui vous a menée à vous intéresser à ce sujet ? Il faut que je rectifie : ma thèse n’est pas encore publiée, et même pas encore soutenue ; il faudra attendre ce mois de septembre pour ça. Je me suis intéressée dans ce travail à un espace particulier : les loisirs des jeunes, cœur de ma thèse, mais j’ai également développé tout un argumentaire scientifique.

Je voulais montrer l’impact de la division sexuée du loisir des jeunes sur la manière d’utiliser la ville par la suite en tant que femmes ou hommes. À partir de l’adolescence, on identifie les lieux et espaces comme spécifiquement masculins ou féminins (rarement mixtes). J’en suis venue à ce sujet par une démarche à la fois personnelle et professionnelle qui m’a amenée à écrire une thèse. Quel rapport entretenez-vous avec les Gender Studies, florissant en France depuis quelques décennies ? Comment rendre la ville aux femmes ? (et pourquoi se faire siffler dans la rue n'est pas “plutôt sympa”) - Idées. La rue est censée appartenir à tout le monde.

Comment rendre la ville aux femmes ? (et pourquoi se faire siffler dans la rue n'est pas “plutôt sympa”) - Idées

Pourtant, hommes et femmes la vivent différemment, terrain de jeu et de sociabilité pour les uns, milieu hostile pour les autres. Urbanistes et sociologues se penchent sur la question. Bordeaux. Son quartier branché agrémenté de façades typiques et de petits bistrots, avec un skatepark le long de la Garonne pour les amateurs de glisse. Quelques rues plus loin, des grands ensembles et un Citystade pour les footeux, logé au milieu des barres.

Genre et espace public : la ville est-elle faite pour les femmes ? Nous vous l’annoncions dans notre dernière lettre d’information : la Délégation aux droits des femmes (DDF) débutait hier un cycle d’auditions consacré aux études de genre, leur utilité concrète dans la compréhension des inégalités entre les femmes et les hommes et dans la conception des politiques publiques, notamment dans l’espace urbain.

Genre et espace public : la ville est-elle faite pour les femmes ?

Un champ d’études encore méconnu, fragmenté entre plusieurs disciplines universitaires et qui a souffert en France, ces dernières années, de polémiques déplacées sur l’usage de ce terme. Ces études sur la construction sociale des rôles sexués méritent pourtant d’être valorisées auprès du grand public et apportent des outils concrets aux décideur-euse-s politiques pour intégrer l’objectif d’égalité femmes – hommes à la conception des politiques et à l’aménagement de l’espace public. Genre et urbanisme : "La ville est un espace de loisir pour les hommes".

Chercheur en géographie au CNRS de Bordeaux, Yves Raibaud travaille depuis plusieurs années sur la répartition de l’espace urbain en fonction du genre.

Genre et urbanisme : "La ville est un espace de loisir pour les hommes"

Dans un article publié sur le site du CNRS, il fait un constat accablant : la ville est construite pour les garçons. Interview. Genre et Espace Public. Comment se manifeste le genre dans l’espace public ?

Genre et Espace Public

Les femmes perçoivent-elles l’espace urbain de manière différente des hommes ? Plus particulièrement, comment les femmes se saisissent-elles de la ville de Nantes dans leur quotidien ? La volonté de l’Espace Simone de Beauvoir est de mettre face à face la question du genre et les enjeux de l’espace urbain, de demander si les femmes ont droit autant que les hommes à l’espace public. Les travaux pionniers de Jacqueline Coutras (1996), ceux plus récents de Marylène Lieber (2008) ont montré les inégalités d’accès aux villes françaises pour les femmes, inégalités le plus souvent liées au sentiment d’insécurité dans les espaces urbains.

Genre et urbanisme : "La ville est un espace de loisir pour les hommes" Le genre dans l'espace public - L'école du genre. Les géographes réfléchissent à la place des femmes dans les villes. Dans Planète Terre, l’émission de Sylvain Kahn, sur France Culture du mercredi 3 septembre, la question de la place des femmes dans l’espace urbain est posée : « L'espace urbain est-il machiste ?

Les géographes réfléchissent à la place des femmes dans les villes

». Les invités sont Yves Raibaud, géographe, Maître de conférences HDR à l'Université Bordeaux Montaigne, Adess Cnrs, Anne Jarrigeon, anthropologue, maître de conférences en urbanisme à l'Université de Marne-la-Vallée et photographe et Sylvette Denèfle, professeur de sociologie à l'Université de Tours. La question était aussi abordée par Télérama, « Comment rendre la ville aux femmes ? », 19 juin 2014. Dans les grandes villes, les femmes maires sont rares     - La Croix. Anne Hidalgo doit être élue samedi 5 avril par le conseil de Paris, maire de la capitale.

Dans les grandes villes, les femmes maires sont rares     - La Croix

Ce sera la première femme maire de Paris. Mais derrière ce symbole, cinq femmes seulement dirigeront des grandes villes à l’issue des élections municipales. Comme en 2008. Le conseil de Paris qui se réunit samedi 5 avril doit officiellement procéder à l’élection d’Anne Hidalgo au poste de maire de Paris. Un double symbole puisque l’ancienne première adjointe de Bertrand Delanoë, née espagnole, a été naturalisée française à 14 ans et parce que c’est la première fois qu’une femme présidera aux destinées de la capitale depuis le rétablissement de cette fonction en 1971. « Les Parisiens sont une fois de plus des précurseurs et des bâtisseurs de progrès » s’est félicité Bertrand Delanoë. Une femme aurait, quoi qu’il arrive, dirigée Paris puisque le second tour des élections municipales a donné lieu à un duel 100 % féminin. Hce rapport formation a l egalite 2017 02 22 vf. Le sexisme ordinaire gagne les milieux universitaires - Le Temps. Récemment, le Web et les médias ont contribué à rendre visible la fréquence et l’étendue du harcèlement de rue dans la vie quotidienne.

Le sexisme ordinaire gagne les milieux universitaires - Le Temps

Avec des sites aux noms crus tels que comme «Paye ta shnek» («Paye ta chatte» en argot alsacien), Internet a libéré la parole et mis en lumière ce sexisme ordinaire plus ou moins salé qui se mêle aux interactions sociales. «La rapidité des réseaux sociaux permet de diffuser cette réalité à large échelle. Tout le monde peut alimenter ces pages en temps réel ou relayer des situations dans l’instantané, smartphone en poche», analyse Philippe Liotard, sociologue et chargé de mission égalité-diversité à l’Université Lyon 1. Lire aussi: Caroline Dayer: «Trop souvent en Suisse, actes et propos sexistes sont banalisés et minimisés»

Léa Domenach démonte les stéréotypes de genre à travers un webdoc passionnant. Dans L’École du genre, le webdoc qu’elle a coréalisé, Léa Domenach nous balade dans les différentes étapes de notre vie en déconstruisant tous les stéréotypes de genre.

Léa Domenach démonte les stéréotypes de genre à travers un webdoc passionnant

Rencontre. Qu’est-ce qui un jour a fait de nous des filles ou des garçons? C’est la vaste question à laquelle le webdoc L’École du genre tente de répondre.

Enseignement et genre

Egalité filles garçons. Egalité filles/garçons : et si on effaçait les terrains de foot des cours de récré ? L'une des élèves se dessine sous le préau, entourée de huit filles représentées par des "F" majuscules.

Egalité filles/garçons : et si on effaçait les terrains de foot des cours de récré ?

"Là il y a un terrain de basket où il y a plein de garçons", montre une autre. Sur sa feuille, elle a aussi tracé des "G" (comme garçons) répartis sur le terrain de foot adjacent.