background preloader

Lauramaina

Facebook Twitter

Forces armées françaises. Depuis la suspension par le président Jacques Chirac du service national pour tous les Français nés après le 28 février 1979 , l'Armée française est devenue une armée de métier composée de militaires d'active professionnels, de militaires réservistes (anciens militaires du service actif ou volontaires issus du civil) et de civils[4], représentant un effectif global d'environ 270 000 personnels militaires et civils. La France, le Royaume-Uni et l'Allemagne[5] sont les trois États d'Europe occidentale ayant le plus gros budget militaire en valeur absolue. En décroissance rapide dans les années 1990 et graduelle après 2000, leurs dépenses militaires sont désormais à la hausse, depuis 2017 en Allemagne et depuis 2018 en France. Depuis le début des années 2010, les dépenses militaires de la Russie leur sont supérieures. La France, le Royaume-Uni et la Russie sont les trois seuls États en Europe à posséder une force de dissuasion nucléaire[6].

Sous la présidence de N. Armée de terre. Organisation des forces. - CFT : « Le moteur opérationnel de l'armée de Terre ». Véritable tour de contrôle des forces terrestres (FT), le commandement des forces terrestres (CFT) s'attache à tout mettre en œuvre pour remplir le contrat opérationnel de la France, à savoir la protection du territoire national, la prévention par un engagement permanent des forces pré-positionnées, et la projection. - QG CRRFR : le quartier général du corps de réaction rapide-France (QG CRR-FR) est un état-major qui a la capacité d'entrer en premier sur un théâtre d'opérations et de conduire des engagements opérationnels allant de la basse à la haute intensité. Il peut être engagé dans un environnement interarmées et multinational dans le cadre d'un mandat de l'OTAN, de l'Union Européenne ou d'un mandat national si les circonstances l'exigent - Brigades : les forces projetables de l'armée de Terre sont organisées sur le territoire national en 3 niveaux.

. - Infanterie : un métier, un état d'esprit, une histoire. L'organisation de la défense nationale, Les responsables institutionnels Les instances gouvernementales et administratives Les forces armées et la réserve Les défenses civile et économique .  La politique de défense jusqu'en 2008. Politiques publiques. La politique de la défense a pour objet d’assurer l’intégrité du territoire et la protection de la population contre les agressions armées. Elle contribue à la lutte contre les autres menaces susceptibles de mettre en cause la sécurité nationale.

Elle pourvoit au respect des alliances des traités et des accords internationaux et participe, dans le cadre des traités européens en vigueur, à la politique européenne de sécurité et de défense commune. Les principes généraux de la Défense et son organisation générale sont définis dans le code de la défense, créé par l’ordonnance du 20 décembre 2004, elle-même ratifiée par la loi du 12 décembre 2005 modifiant diverses dispositions relatives à la défense.

La répartition des responsabilités des autorités politiques est précisée par la Constitution du 4 octobre 1958. Les responsables institutionnels Le Président de la République est le chef des armées (article 15 de la Constitution). Les acteurs de terrain. Organisation%20armee. Site officiel du recrutement de l'Armée de Terre - Qu’est-ce que l’armée de Terre ? Un soldat est un homme ou une femme qui sert dans une armée. Il se voit confier par l’Etat, de façon légale, l'usage d'une arme et le droit d’en faire usage, souvent à l’extérieur des frontières nationales. Régi par un statut (défini par une loi), il porte un uniforme, il a un grade qui le situe dans l’organisation hiérarchique de l’armée et il respecte les lois et les règlements, nationaux et internationaux. L’éthique est une force du soldat français. Il exerce une ou des fonctions correspondant à son emploi (pilote de char, tireur de missiles, mécanicien armement, secrétaire…).

De fait, l’engagement opérationnel est la raison d’être du soldat. Remplir la mission peut aller jusqu’à l’engagement du combat légitime et jusqu’au risque de sa sécurité, voire de sa vie.