background preloader

Lauracans

Facebook Twitter

Laura

Gastronomie

Les trois-étoiles adopteront-ils le « doggy bag » ? Lutte contre le gaspillage oblige, l'arrivée de ces boîtes permettant d'emporter les restes du repas bouscule les usages de table. Et déclenche de vives réactions. La cuisine de Paul Bocuse n'est pas réputée pour sa parcimonie. Aussi, dans le fief trois étoiles de l'Auberge du Pont de Collonges, près de Lyon, il n'est pas rare que les gourmets quittent la table munis d'un élégant sac en papier bleu-blanc-rouge contenant… les restes du repas. «Depuis huit ans que je travaille ici, j'ai toujours vu cette possibilité offerte à nos clients, affirme Vincent Le Roux, directeur général du restaurant. Cela fait partie de la philosophie de la maison.» M. Quelques semaines auparavant, le 10 décembre, la Ville de Paris annonçait le lancement de l'opération «la Box anti-gaspi». 10 000 doggy bags auraient été envoyés à une sélection de 80 «restaurants partenaires».

Dans le décor feutré des belles adresses, évoquer les «restes» relève encore du tabou. Forbes Welcome. Fidelisation. Quels leviers utiliser pour développer la fidélité de ses clients ? Dans cet article nous allons voir les leviers pour développer la fidélité de ses clients, en débutant par l’analyse des mécanismes essentiels de la fidélisation, puis la mise en place des fondamentaux indispensables pour créer un programme de fidélisation, pour finir par la mise en place d’une stratégie pour obtenir naturellement la fidélité de ses clients.

Avant de commencer il faut tout d’abord distinguer fidélisation et fidélité, l’un étant une démarche volontaire de l’entreprise, tandis que l’autre étant une attitude “naturelle” des clients envers une marque. Cette différence sémantique peut sembler subtile, mais c’est tout ce qui fait la différence entre les clients d’Air France qui sont séduits par le programme de fidélisation avec des Miles, et d’autre part Apple qui a une communauté de Fans sans pour autant mettre en place un véritable programme de rétention clients. Pourquoi est-ce important de fidéliser ? La Pyramide de la Fidélisation Les Mécanismes de la fidélisation. Hôtel Bel-Ami recrute Stage Assistant F&B - Détails de l'offre d'emploi ou de stage en hôtellerie de luxe ou restauration gastronomique.

L'hôtel BEL-AMI, 5 étoiles de 108 chambres, recherche un ou une stagiaire pour le département Food & Beverage. Stage de 4 mois minimumÉcole hôtelière Niveau BTS ou Licence.Stage à pourvoir à partir du 1er octobre 2015 Temps complet 2 jours de repos hebdomadaire 39hVous seconderez le Responsable Restauration & l'Assistante Responsable Restauration dans le quotidien du management de tous les points de vente restauration. - Dynamique - Pro-actif - Bonne présentation - Esprit d'équipe Référence n°8319Contrat : Stage Durée : 4 Mois minimumSalaire : 508.20 IN inclusesExpérience : indifférentStatut du poste : Autres (stage, VIE...)Catégorie du poste : Restauration / Restaurant Date de mise en ligne : 23/09/2015Offre toujours d'actualité pour la semaine du 18/01/2016 L’hôtel Bel Ami, référence incontournable de Saint-Germain-des-Prés, est un lieu au design contemporain et coloré (signé Philippe Maidenberg) qui fait pétiller la vie germanopratine.

La Bolivie adopte une "Loi de la Terre Mère" - ecoloPop. Le mois dernier, sous l’impulsion des communautés locales andines et du président Evo Morales, la Bolivie a introduit une « Loi de la Terre Mère » qui accorde des droits à la nature, à l’instar des droits de l’homme. Même si cette initiative n’a eu pour le moment qu’un impact limité au niveau international, elle crée cependant un précédent législatif très original en matière de protection de l’environnement. Le Salar de Uyuni - CC Jessie Reeder - Flickr/Fotopedia En quelques mots, la « Ley de Derechos de la Madre Tierra » bolivienne instaure les droits suivants à la Mère Nature : droit à la viedroit de perpétuer les processus naturels indépendamment de toute intervention humainedroit à l’eau et à l’air purdroit à être exempt de pollutiondroit à la diversité et à la non modification cellulaire ou génétiquedroit de la nature à ne pas être affectée par des projets d’infrastructure ou de développement qui pourraient perturber l’équilibre des écosystèmes ou des populations en place.

Bolivie. Climat : le double discours d’Evo Morales. Le président bolivien, actuellement en visite en Europe, défendra des mesures ambitieuses de lutte contre le réchauffement de l’atmosphère lors de la Conférence sur le climat à Paris. Pourtant, dans son pays, ses décisions contrastent avec ce discours officiel. “S’il y a bien un domaine dans lequel le gouvernement se contredit, c’est celui de l’environnement”, pointait déjà le quotidien Página7 dans un éditorial publié mi-octobre. C’était juste après la clôture de la Conférence mondiale des peuples sur le changement climatique qui s’est tenue pour la deuxième fois en Bolivie, à Tiquipaya, au centre du pays. Le président Evo Morales y avait dévoilé le programme de lutte contre les dérèglements climatiques qu’il soumettra à la Conférence sur le climat à Paris (COP21) en décembre. Contradictions En mai 2015, Evo Morales a ouvert ces droits d’exploitation en dépit des protestations d’ONG écologistes et de défense des droits des peuples indigènes.

Rhétorique Sabine Grandadam. Les fêtes populaires en Bolivie : carnaval d'Oruro, Gran Poder, Chope Piesta, Uva, Cochabamba... Fête des compadres et comadres Dans toute la Bolivie, entre fin janvier et début février Du latin compater, « qui partage la paternité », les compadres et les comadres font habituellement référence aux parrains et aux marraines du baptême catholique. Au-delà des liens consacrés par cette cérémonie religieuse, en Bolivie les relations entre compadres et comadres peuvent renvoyer uniquement à des rapports amicaux très proches.

Le compadre est choisi par son compère pour devenir son frère spirituel, son compagnon, son gardien, lors d´une célébration unique en son genre qui annonce l’imminence du carnaval. La fête se célèbre l´avant-dernier jeudi avant le carnaval. Ce sont alors les hommes qui festoient aussi bien chez leurs amis que sur leur lieu de travail ou dans les rues, autour de repas, de boissons et de danses. Devenue de moins en moins formelle, surtout chez la jeune génération, cette coutume continue néanmoins de se perpétuer chaque année à travers tout le pays. Carnaval d'Oruro. BOLIVIE : Géographie et tourisme en Bolivie. La Bolivie est un pays du centre de l'Amérique du Sud, bordé au nord et à l'est par le Brésil, au sud-est par le Paraguay, au sud par l'Argentine et à l'ouest par le Chili et le Pérou. Sa superficie est de 1 098 581 km2.La capitale constitutionnelle est Sucre, tandis que la capitale administrative et le siège du gouvernement est La Paz.

La Bolivie est constituée de deux grands ensembles géographiques : la cordillère des Andes, à l'ouest, et les plaines de l'Oriente, à l'est. Ainsi, la principale caractéristique physique de la Bolivie est la présence de la chaîne des Andes, qui s'étend du nord au sud à travers la partie occidentale du pays. Le complexe andin est formé par deux bandes parallèles de puissants reliefs, la Cordillère occidentale et la Cordillère royale (ou orientale), qui culmine avec l'Illimani (6 880 m) et l'Illampu (6 500 m). Le pays étant situé sous les tropiques, la Bolivie possède un climat chaud et humide. Restauration: le "doggy bag" pas obligatoire... mais très recommandé. Les ennemis du gaspillage se réjouissaient déjà, après une déferlante d'articles de presse annonçant ce week-end l'entrée en vigueur pour les restaurateurs de l'obligation de proposer un "doggy bag" à leurs clients...

Mais ce lundi marque le retour à la réalité. L'information était en effet erronée: depuis le 1er janvier, le seul changement véhiculé par la mise en oeuvre de la loi de 2010, dite Grenelle II, concerne le seuil de bio-déchets soumis à l'obligation de tri. Alors qu'il était de 20 tonnes l'année dernière, il est désormais de 10 tonnes. Ce qui marque néanmoins une extension importante: "Si, auparavant, seules les cantines scolaires ou d'entreprises étaient concernées, l'obligation de tri s'étend aujourd'hui aux restaurants servant entre 150 et 200 couverts par jour", explique le responsable des question de développement durable pour l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih), Karim Khan. 75.000 euros d'amende : tri et recyclage ne sont pas des options.

Les «doggy-bag» ne font pas l'unanimité chez les restaurateurs - 05/01/2016 - ladepeche.fr. Partir de son restaurant, une bouteille sous le bras, le reste de votre assiette dans un doggy-bag… c'est un geste que les Toulousains n'ont pas l'habitude de faire mais qui pourrait se multiplier dans les semaines à venir. Depuis le 1er janvier, et la mise en application du dernier seuil, le plus contraignant, de la loi sur les biodéchets, votée en 2011, les clients peuvent, s'ils le souhaitent, repartir avec le reste de leur assiette, alcool compris. «C'est, selon moi, une excellente initiative. Les commerçants qui commencent à le proposer ont de très bon retour. Les clients vont prendre de nouvelles habitudes», se réjouit Jean-Philippe Deschamps, le représentant des restaurateurs au sein de l'Union des métiers et des industries hôtelières de la Haute-Garonne (UMIH), qui n'exclut pas un changement de comportement au moment de choisir leur repas.

«Je crois que nos formules vont être quelque peu chamboulées. Non, le doggy bag n’est pas devenu obligatoire. Depuis le début d’année, plusieurs articles de presse mentionnaient une prétendue obligation pour les établissements de restauration de proposer à la clientèle qui le désirerait un « doggy bag » pour emporter ses restes en fin de repas. Il n’en est rien et « il appartient toujours aux restaurateurs de décider s’ils souhaitent ou non mettre à disposition de leurs clients ces box anti-gaspi », comme le précise le Syndicat National des Hôteliers, Restaurateurs, Cafetiers et Traiteurs (Synhorcat). Seule modification réglementaire au 1er janvier : l’obligation pour les entreprises de restauration produisant plus de 10 tonnes de biodéchets (contre 20 précédemment) de trier ces déchets en vue de leur valorisation organique.

Le « Doggy Bag » une mesure anti-gaspi obligatoire depuis le 1er janvier 2016 | Arts & Gastronomie. Depuis le 1er janvier 2016, le doggy bag est obligatoire en France pour les restaurants de plus de 180 couverts/jour_©Shutterstock_szefei Déjà monnaie courante aux États-Unis ou encore en Asie, le « doggy bag » fait une arrivée timide dans l’hexagone. Auparavant frileux à cette idée, les restaurateurs servant plus de 180 repas par jour devront désormais, depuis le 1er janvier 2016, proposer à leurs convives d’emporter leurs restes chez eux. Avec une moyenne de 125 g de restes consommables par repas, les français vont devoir prendre de bonnes résolutions. Totalisant près de 15 % de la totalité du gaspillage alimentaire, la restauration est dans le collimateur de l’État qui s’est donné la mission de le réduire de moitié d’ici 2025. Premières visées, les entreprises produisant par an plus de 10 tonnes de bio déchets qui sont tenues de trouver des solutions pour valoriser leurs déchets.

Les doggy bag recommandés à compter du 1er janvier 2016 ! | Actu-HCR. Dans le cadre de la mise en œuvre de la loi biodéchets du 12 juillet 2010 et à compter du 1er janvier 2016, les restaurants produisant plus de 10 tonnes de biodéchets par an sont vivement incités à proposer à leurs clients un doggy bag pour leur permettre de repartir avec leurs restes.

Cela permet en effet de limiter le nombre de déchets à trier, tri sélectif qui devient en revanche obligatoire pour les établissements concernés. En pratique, seuls les établissements servant plus de 150 couverts par jour environ devraient être concernés. Contrairement à l’information lancée dans Le Parisien puis relayé par la presse ces derniers jours, les doggy bag ne seront donc pas obligatoires mais font l’objet d’une campagne de sensibilisation. Des partenariats avec des sociétés de recyclage ont ainsi été conclus par les syndicats spécialisés de la profession.