background preloader

Japon baleiniers

Facebook Twitter

Japan rejects international court jurisidiction over whaling. Under a new whaling plan, Japan intends to kill nearly 4000 minke whales over the next 12 years. Photo: Tim Watters, Sea Shepherd Japan has moved suddenly to fence itself off from any future challenge to its Antarctic whaling in the International Court of Justice. After its last whaling program was ruled illegal by the court in a case brought by Australia, its latest plan to restart whaling within weeks has come under strong scientific attack. Now the Japanese government has told United Nations Secretary-General Ban Ki-Moon in a special declaration that it will take a sweeping exception to the court's jurisdiction. It says the court's jurisdiction "does not apply to ... any dispute arising out of, concerning, or relating to research on, or conservation, management or exploitation of, living resources of the sea".

The declaration was made by Japan's ambassador to the UN, Motohide Yoshikawa​, earlier this month, and disclosed in Australian political circles on Sunday night. Is Antarctic Whaling Over? April 13, 2015 Commentary by Sea Shepherd Founder, Captain Paul Watson File Photo: The Nisshin Maru, the factory vessel of the Japanese whaling fleet Photo: Sea Shepherd / Simon AgerWhen last we checked in on the criminal Antarctic whalers from Japan they were all giddy with excitement and pumped up with testosterone in anticipation of the possibility of returning to the Southern Ocean Whale Sanctuary with a brand new program for which they were cocksure they would get the go-ahead from the International Whaling Commission (IWC). After a decade of interventions by Sea Shepherd and a condemnation of their entire bogus “scientific” whaling program by the International Court of Justice (ICJ) the Antarctic whalers had been pretty much shut down.

Sea Shepherd had prevented them from killing over 6,000 whales and the lawsuit brought against Japan by Australia ordered them to cease and desist. Nonetheless they were excited! Now what are their plans for the 2015/2016 whaling season? Le Japon veut convaincre la commission baleinière internationale. Emotion of whaling risks diplomatic ties, Japanese official warns. †Introductory offers to be billed 4 weekly as per the following - The Australian Digital Subscription $3 per week, $12 billed 4 weekly; The Australian Digital Subscription + weekend paper delivery $3 per week, $12 billed 4 weekly; The Australian Digital Subscription + 6 day paper delivery $6 per week, $24 billed 4 weekly.

At the end of the initial 12 weeks, subscriptions will automatically renew to the higher price to be billed 4 weekly as per the following - The Australian Digital Subscription $6 per week, $24 billed 4 weekly; The Australian Digital Subscription + weekend paper delivery $6 per week, $24 billed 4 weekly; The Australian Digital Subscription + 6 day paper delivery $12 per week, $48 billed 4 weekly, unless cancelled. Payment in advance by credit/debit card or Paypal only. Offer is only available where normal home delivery exists and not where additional freight is ordinarily charged. Full offer terms and conditions apply - see www.theaustralian.com.au for full details.

Sea Shepherd dénonce le massacre de baleines dans un sanctuaire. C’est un spectacle déchirant pour l’ONG Sea Shepherd qui a diffusé ces images : celles des cadavres de plusieurs baleines de Minke étendues sur le pont d’un navire de la flotte baleinière japonaise. L’organisation affirme avoir surpris les navires-baleiniers chasser dans les eaux d’un sanctuaire pour les cétacés, un sanctuaire reconnu internationalement dans l’océan Antarticque. “Le Japon soutient un mensonge en disant que c’est de la recherche scientifique, a dénoncé Bob Brown, président de Sea Shepherd Australie.

Regardez les images de ce massacre des dernières 24 heures. Il n’y a rien de scientifique. C’est de la boucherie. Ils vont prendre la chair de ces baleines pour la ramener au Japon”. L’ONG a déploré l’absence de surveillance du sanctuaire de la part du gouvernement australien. Connaissez-vous Paul Watson, le capitaine sans peur de Sea Shepherd ? Avec Reuters. Sea Shepherd à la poursuite des baleiniers. Ils ont ainsi lancé la 10e campagne annuelle de l'association de défense des océans.

Le Bob Barker, autrefois un baleinier norvégien, a quitté le port de Hobart, sur l'île de Tasmanie, avec pour mission de harceler la flotte nippone et l'empêcher d'atteindre ses quotas de baleines chassées. «La flotte baleinière japonaise entend tuer 1035 baleines, dont 50 rorquals communs, espèce en danger, et 50 baleines à bosse, les mêmes que l'on voit le long des côtes australiennes», a déclaré Peter Hammarstedt, capitaine du navire, qui participe à sa 9e campagne.

«Notre intention est d'intercepter une fois encore la flotte japonaise dans le sanctuaire baleinier de l'Océan austral, et de faire tout notre possible», a-t-il ajouté. Deux autres navires de Sea Shepherd, les Steve Irwin et Sam Simon, sont partis de Melbourne, mercredi également. Bateau des douanes australiennes attendu Pêche commerciale déguisée (ats) Chasse à la baleine : une ONG se tourne vers la Cour suprême des Etats-Unis. Par: rédaction 12/02/13 - 10h13 Source: afp.com © photo news.

L'ONG de protection des océans Sea Shepherd a demandé lundi à la Cour uprême des États-Unis de lever l'injonction lui interdisant de s'approcher des baleiniers japonais qui avaient menacé l'organisation de poursuites judiciaires pour harcèlement. © ap. Chaque année depuis 2002, l'organisation américaine perturbe les expéditions japonaises de chasse à la baleine dans l'océan Austral mais ses activistes sont aujourd'hui tenus de se tenir à distance des baleiniers. Une décision de justice du 17 décembre les oblige à respecter 500 yards (457 mètres) de distance entre les navires nippons et les siens.

L'avocat spécialiste de l'environnement Robert F. Sea Shepherd arrive au contact des baleiniers japonais. L’association écologiste Sea Shepherd a affirmé lundi avoir rattrapé la flotte de baleiniers japonais en Antarctique et constaté le harponnage de quatre cétacés dans un «sanctuaire» de l’océan Austral. Les trois navires de Sea Shepherd se sont lancés à la poursuite des cinq bâtiments nippons, dont le navire-usine Nisshin Maru, pour «les éloigner de leurs terrains de braconnage», a précisé l’association dans un communiqué. Sea Shepherd a mis en ligne une vidéo prise par hélicoptère montrant trois baleines de Minke, ou petits rorquals, sur le pont du Nisshin Maru. Une quatrième était en cours de dépeçage. «Il y a trois carcasses sur le bateau, et une quatrième est en train d’être découpée. Il y a du sang partout, de la viande découpée sur le pont, tandis que les entrailles et les abats sont jetés à la mer», a commenté le président de Shepherd Australia, Bob Brown.

«C’est une scène cruelle, sanglante et moyenâgeuse qui n’a pas lieu d’être dans ce monde moderne.» Victory for whales as forum votes to protect World Court ruling against Japan’s ‘scientific whaling’ in Antarctic. There was a major victory for whales on the final day of the 65th meeting of the International Whaling Commission (IWC) today when the forum passed a key resolution to uphold the recent World Court ruling that Japan’s ‘scientific whaling’ in Antarctica was illegal and no further permits should be issued. Days of wrangling between pro and anti-whaling nations meant the resolution by New Zealand, which could have been passed by consensus, was pushed to a vote which went through 35-20 with five abstentions and one absence. The measure aims to protect and enshrine the International Court of Justice (ICJ) ruling in the procedures of the IWC to help ensure that no further illegal permits for scientific whaling will be issued.

The result was welcomed by the International Fund for Animal Welfare (IFAW), which had lobbied hard in support of the resolution and against moves to water down its effectiveness. Ends Notes to Editors – Skype interviews are available on request. L’intrusion du navire baleinier japonais pourrait créer un "incident diplomatique" Une baleine à bosse, espèce protégée, l’une des cibles de la chasse baleinière illégale du Japon – Photo: Tim WattersLe navire baleinier japonais responsable d’avoir coulé le trimaran néo-zélandais Ady Gil en 2010 a passé la limite des 200 milles nautiques définissant la Zone Economique Exclusive de la Nouvelle-Zélande tôt samedi matin, bien que le gouvernement néo-zélandais lui ait demandé de s’en abstenir.

Le ministre néo-zélandais des Affaires Etrangères, Murray Mc Cully, a qualifié la chasse baleinière japonaise de "répugnante aux yeux des Néo-Zélandais", et a indiqué que l’incursion du Shonan Maru N° 2 dans les eaux néo-zélandaises pourrait avoir des "conséquences diplomatiques" entre la Nouvelle-Zélande et le Japon. Au sujet de la chasse à la baleine, M. Mc Cully a déclaré à Radio New Zealand: "Aucune bonne science ne peut découler de ces actions, et quand tous les entrepôts japonais débordent de viande congelée, le marché parle de lui-même. " Sea Shepherd bloque la cale du Nisshin Maru: la chasse à la baleine est interrompue. Le Steve Irwin et le Bob Barker naviguent derrière le Nisshin MaruAujourd’hui, à 17h (heure Australienne), cela fait sept jours que la flotte de Sea Shepherd a mis fin aux opérations de la flotte baleinière japonaise.

Les navires de Sea Shepherd bloquent la cale de halage du Nisshin Maru, empêchant ainsi le navire-usine de massacrer et de dépecer des baleines. Peter Hammarstedt, le capitaine du Bob Barker, a déclaré: "la stratégie de base de nos campagnes de défense des baleines de l’Antarctique est de bloquer la cale du Nisshin Maru et de s’assurer qu’aucune baleine morte ne soit hissée dans cet abattoir flottant: nous avons atteint cet objectif. Nous allons continuer à bloquer l’accès à la cale de halage de ce navire de braconnage, et poursuivrons implacablement notre mission de protection des baleines et du caractère sacré du Sanctuaire Baleinier de l’Océan Austral. " Adam Meyerson, Capitaine du Sam Simon, a déclaré: "2014 est une grande année pour les baleines. Photos de Tim Watters. Pêche à la baleine : Sea Shepherd lance l'offensive.

Sea Shepherd ships plan to halt Japanese whaling fleet. Japan to Resume Whaling Next Year, Despite UN Ban. En coulisses, le Premier ministre japonais se moque bien de la Cour internationale. Le Premier ministre japonais a annoncé au cours d’une session parlementaire qu’il comptait bien relancer la chasse commerciale à la baleine dans le pays, en dépit du jugement rendu par la Cour internationale de justice qui enjoint Tokyo à cesser le massacre des baleines en Antarctique. Shinzo Abe a déclaré qu’il allait tout mettre en œuvre pour que la communauté internationale fasse preuve de plus de compréhension, affirmant qu’il était « regrettable que cette partie de la culture japonaise soit si mal comprise. » Si le Premier ministre japonais souhaite sincèrement entrer dans les bonnes grâces de la communauté internationale, il devrait commencer par se conformer au jugement rendu par la Cour de justice, qui somme le Japon de renoncer à sa prétendue chasse scientifique à la baleine dans les eaux du Sanctuaire baleinier de l’océan Austral, au large de l’Antarctique.

À LIRE ÉGALEMENT : Victoire pour les baleines à la Cour internationale de justice Le zèle dont fait preuve M. Patrick Ramage. Japan has Worst Whaling Season Ever. This year, Japanese whalers had their least successful hunting season on record, taking fewer than half the animals they killed during 2011-2012. The Japanese government blamed the meager harvest on “unforgivable sabotage” by the anti-whaling group Sea Shepherd Conservation Society, an accusation that Sea Shepherd claims as a badge of honor.

It was a short, dismal season for the whalers, who were followed and harassed by four Sea Shepherd vessels across the waters off southwest Australia. They returned to Japan with their lowest Antarctic catch ever: just 103 minke whales, far short of their stated goal of 935. The whalers had also set out to kill 50 humpbacks and 50 fin whales, but took none. The tally was announced this week in Tokyo by Agriculture, Forestry and Fisheries Minister Yoshimasa Hayashi, who blamed Sea Shepherd for the low numbers and called clashes with the activists “sabotage.” Sea Shepherd claimed a victory in the ongoing conflict with Japan's whale hunters.

Sea Shepherd claims to have blocked Japan’s whaling hunts for past week. Sea Shepherd met la flotte baleinière en déroute et la chasse de la zone du Traité sur l’Antarctique. Les navires de Sea Shepherd prennent en chasse les baleiniers japonais. Deux semaines après leur départ de l’Australie, les navires de l’organisation Sea Shepherd viennent de rattraper la flotte baleinière japonaise dans l’océan Austral. Ils ont d’ailleurs constaté que des baleines ont déjà été tuées. Après avoir repéré les navires envoyés en Antarctique par Tokyo, les trois navires des animalistes se sont lancés à leur poursuite lundi. Selon ce qu’a fait valoir Sea Shepherd par voie de communiqué, l’objectif est d’éloigner les baleiniers de « leurs terrains de braconnage ». Selon les militants, le navire-usine Nisshin Maru — où sont dépecées les baleines abattues par les navires-harponneurs — se trouvait dans le sanctaire baleinier de l’océan Austral, « en violation totale de la loi internationale ».

Un responsable de l’Agence japonaise des pêches a déclaré « ignorer l’existence d’un sanctuaire baleinier » et refusé de commenter les accusations du président de Sea Shepherd Australia. Il existe effectivement un sanctuaire baleinier de l’océan Austral. Les baleiniers voguent vers l'Antarctique, malgré Sea Shepherd. Édité par: Caroline Albert 3/01/13 - 12h35 Source: afp.com © afp. Une flotte baleinière japonaise a largué les amarres vendredi pour l'Antarctique où elle conduira sa campagne de pêche annuelle, malgré les menaces de l'organisation écologiste Sea Shepherd. "Le navire amiral, le Nisshin Maru, a quitté aujourd'hui (vendredi) l'île d'Innoshima" dans l'ouest du Japon, a expliqué Junichi Sato, un responsable de Greenpeace au Japon. © epa. © ap. © reuters. Paul Watson. © belga. L'agence de presse Kyodo a rapporté pour sa part que trois autres navires baleiniers, partis du port de Shimonoseki (ouest) allaient rejoindre le navire usine.

Un baleinier japonais dans les eaux australiennes. La justice américaine interdit à Sea Shepherd de harceler les baleiniers japonais. La justice américaine s'invite dans la bataille qui oppose, chaque année, dans l'Antarctique, les bateaux de l'ONG écologiste Sea Shepherd et les navires baleiniers japonais. Mardi 18 décembre, une cour d'appel fédérale des Etats-Unis, saisie par l'Institut japonais de recherche sur les cétacés et plusieurs entreprises de pêche nippones, a formellement interdit à Sea Shepherd "d'attaquer physiquement tout navire dirigé par les plaignants". La cour a aussi interdit à l'association, basée aux Etats-Unis, de "naviguer d'une manière qui puisse mettre en danger la navigation en toute sécurité d'un tel navire". "En aucune circonstance, les accusés ne doivent s'approcher à moins de 500 mètres des plaignants quand ils naviguent en pleine mer", indique l'injonction des juges.

Voir la vidéo : Sea Shepherd dévoile son nouveau bateau anti-baleinier A leur tête se trouve la figure de proue de l'association, le "pirate écolo" Paul Watson, recherché par Interpol. M. Baleiniers japonais : Sea Shepherd rentre au port en criant victoire. Le Japon lance sa campagne de pêche à la baleine dans l'Antarctique. Un baleinier japonais fonce sur des bateaux de Sea Shepherd.