background preloader

Motivation/type de joueur

Facebook Twitter

Addiction aux jeux de hasard et d'argent - Qui est concerné en France ? Combien y a-t-il de personnes en difficulté face aux jeux d'argent et de hasard ?

Addiction aux jeux de hasard et d'argent - Qui est concerné en France ?

Quels sont le profil et les activités des joueurs les plus assidus ? La première enquête menée en France sur ce sujet a été menée par le Baromètre santé 2010 de l’Inpes et publiée dans Tendances n°76, OFDT (Observatoire français des drogues et des toxicomanies), 6 p. en Juin 2011. Elle rapporte qu’un Français sur deux (48 % des 18-75 ans) tente sa chance au jeu au moins occasionnellement ; qu’un sur cinq joue au moins une fois par semaine en moyenne et qu’un sur dix dépense plus de 500 euros au jeu dans l’année.

Parmi ces 25 millions de joueurs, 600 000 sont concernés par l'addiction, avec une prévalence totale de 1,3 % pour le jeu dit « problématique ». Ce taux place la France loin derrière les États-Unis ou l'Australie (autour de 5 %) et légèrement derrière l'Italie, le Canada, la Belgique et la Grande-Bretagne (aux alentours de 2 %). Bibliographie. Aide Info Jeu - Les différents profils de joueurs. Conditions de vie-Société - Les jeux d'argent en France. Imprimer la page Éric Rakedjian et Marina Robin, division Services, Insee Résumé En France, l’attirance pour les jeux d’argent n’a cessé de progresser jusqu’en 2004-2006 (0,9 % de la consommation des ménages) et s’érode un peu depuis (0,8 % en 2012).

Conditions de vie-Société - Les jeux d'argent en France

Entre 2000 et 2012, les sommes misées ont augmenté de 76 % en valeur et atteignent 46,2 milliards d’euros en 2012. Sur la même période, les dépenses des joueurs, nettes des gains, ont augmenté de 48 %, passant de 6,4 à 9,5 milliards d’euros. Avant 2010, le secteur des jeux s’organisait autour de trois grands pôles : la Française des jeux (FDJ), le Pari mutuel urbain (PMU) et les casinos. L’autorisation de jouer légalement en ligne, depuis juin 2010, n’a pas modifié l’équilibre et la hiérarchie du secteur des jeux d’argent : les jeux en ligne ne représentent que 7 % du marché en 2012.

Les prélèvements obligatoires représentent 11 % des mises. Un joueur mise en moyenne environ 2 000 euros par an, soit une dépense de 400 euros, nette des gains. Jeux de hasard et d'argent - Synthèse des connaissances. Accès rapides : - Présentation- Production / offre- Consommation- Conséquences- Cadre légal et orientations publiques récentes- Sélection de documents- Repères législatifs et réglementaires haut du document Les jeux de hasard et d’argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite.

Jeux de hasard et d'argent - Synthèse des connaissances

Leur offre s’est étoffée, s’étendant même depuis la loi du 12 mai 2010 à certains jeux sur Internet (paris hippiques, paris sportifs et poker). Si la société a longtemps porté sur cette activité des jugements moraux, l’approche actuelle tend à distinguer une pratique récréative – la plus fréquente – du jeu pathologique, considéré comme un trouble. L'industrie du jeu constitue aujourd'hui un secteur économique et financier important qui draine de l'emploi (direct et indirect) et de la fiscalité. La moitié des Français jouent aux jeux d’argent. Actualités Presque la moitié des Français (47,8 %) de 18 à 75 ans déclarent avoir joué de l'argent au cours des 12 derniers mois, indique une étude réalisée par l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) à partir du Baromètre santé 2010.

La moitié des Français jouent aux jeux d’argent

Pour la première fois en France, on dispose d'une évaluation à grande échelle de la prévalence des jeux d'argent et de ses risques. On compte 12,2 % de joueurs considérés comme "actifs", ayant joué au moins 52 fois ou 500 euros dans l'année. Les femmes (44,4 %) jouent moins que les hommes (51,3 %), notamment du fait de la tradition très masculine du PMU. Le taux de joueurs est maximum entre 25 et 34 ans (55 %) et décline ensuite pour atteindre 31 % entre 65 et 75 ans. A partir d'une échelle portant sur plusieurs critères, l'Inpes a mesuré l'impact du jeu dit "à risque" et "excessif" : le joueur devient dépendant, il mise plus qu'il ne peut perdre, il a besoin de miser de plus en plus, etc. Ceci est super interessant. CQEPTJ: Pourquoi joue-t-on? Habituellement, les gens prennent part à un jeu de hasard et d’argent dans le but de gagner un montant d’argent ou un objet qu’ils convoitent.

CQEPTJ: Pourquoi joue-t-on?

Certaines personnes jouent aussi pour le plaisir ou l’excitation que cela leur procure. D’autres jouent pour ne pas être en reste dans un groupe (par exemple, dans un groupe d’achat de billets de loterie au travail ou lors d’une sortie au Casino). Certains individus jouent dans le but d’améliorer leur situation, de gagner un montant d’argent suffisant pour leur permettre de modifier drastiquement leur style de vie, de prendre leur retraite plus tôt, etc. Bref, il existe plusieurs raisons qui peuvent nous inciter à prendre part à un jeu de hasard et d’argent. Lorsqu’ils jouent, la plupart des gens sont réalistes par rapport aux probabilités qu’ils ont de gagner. Plus de 90% des Québécois ont acheté un billet de loterie au moins une fois dans leur vie. 1 Ladouceur, R., Jacques, C., Chevalier, S., Sévigny, S.

& Hamel, D. (2005). Qui joue ? Motivations + types de joueurs.