background preloader

La fin des block-busters hollywoodiens ?

Facebook Twitter

Box Office Epic Fail: Dissecting the Summer Casualties. While the movie industry is on track for a record summer box office, there’s blood on the streets of Hollywood.

Box Office Epic Fail: Dissecting the Summer Casualties

SEE MORE: From the July 23, 2013 issue of Variety The swing-for-fences strategy adopted by most of the majors can pay off big when it works. But judging from the hundreds of millions in red ink spilled by the studios between late May and this past weekend, it can also be a blueprint for disaster. The overcrowded summer of 2013 will likely be remembered more for its costly misfires — Sony’s “After Earth” and “White House Down,” Disney’s “The Lone Ranger,” Warner Bros. /Legendary’s “Pacific Rim” and Universal’s new release “R.I.P.D.” — than for its predictable hits, which include “Iron Man 3,” “Man of Steel” and “Despicable Me 2.” Advertisement. Steven Spielberg Predicts 'Implosion' of Film Industry. Steven Spielberg on Wednesday predicted an "implosion" in the film industry is inevitable, whereby a half dozen or so $250 million movies flop at the box office and alter the industry forever.

Steven Spielberg Predicts 'Implosion' of Film Industry

What comes next -- or even before then -- will be price variances at movie theaters, where "you're gonna have to pay $25 for the next Iron Man, you're probably only going to have to pay $7 to see Lincoln. " He also said that Lincoln came "this close" to being an HBO movie instead of a theatrical release. George Lucas agreed that massive changes are afoot, including film exhibition morphing somewhat into a Broadway play model, whereby fewer movies are released, they stay in theaters for a year and ticket prices are much higher. His prediction prompted Spielberg to recall that his 1982 film E.T. the Extra-Terrestrial stayed in theaters for a year and four months. PHOTOS: Cannes: Steven Spielberg, Nicole Kidman Attend Awards Ceremony. Steven Spielberg et George Lucas pessimistes sur l'avenir du cinéma ! - News films Box Office. Rois du box-office, Steven Spielberg et George Lucas ont jeté un froid en faisant part d'une vision pas franchement rassurante de l'avenir du cinéma, parlant même d'une future "implosion".

Steven Spielberg et George Lucas pessimistes sur l'avenir du cinéma ! - News films Box Office

Ambiance... C'est quelque part assez ironique : après avoir défini le cinéma tel qu'il est aujourd'hui, grâce aux cartons des Dents de la mer et Star Wars, Steven Spielberg et George Lucas prédisent aujourd'hui sa fin. Rien que ça. Face aux élèves de l'école de cinéma de l'Université de Californie du Sud (USC), les deux réalisateurs emblématiques ont fait part de leur pessimisme face à l'augmentation des coûts de production, du prix des places et la multiplication des écrans : "[Les studios] font [des films] pour l'argent", a déclaré Lucas. "Du coup leurs points de vue sont de plus en plus étriqués et les gens vont se lasser. " Maximilien Pierrette avec Variety. Oracle ou alarmisme ? Spielberg et Lucas prédisent l’implosion du cinéma.

Calmement mais sûrement, assis tous deux sur leur soixantaine consommée et leur filmographie blindée de superproductions, Steven Spielberg et George Lucas ont prédit l’implosion d’Hollywood.

Oracle ou alarmisme ? Spielberg et Lucas prédisent l’implosion du cinéma

Ça se passait le 12 juin dernier, lors d’une conférence à la University of South California, où ils se sont rencontrés lors de leurs études en 1967. « Les gens finiront par se lasser » Pour Spielberg, rapporte Variety, les budgets des superproductions sont devenus tellement colossaux que quelques échecs consécutifs menaceraient de mettre la bête à terre. Spielberg a particulièrement attaqué les studios dont la politique privilégie à ses yeux la production d’un unique film à 250 millions de dollars, calibré selon leur vision du marché, au détriment de plusieurs projets originaux et singuliers :

Hollywood peut-il se désintoxiquer du blockbuster? Certaines très grosses productions boivent la tasse, des «petits» films cartonnent, Steven Spielberg et George Lucas prédisent la fin des blockbusters et la fin du cinéma tel qu'on le connaît.

Hollywood peut-il se désintoxiquer du blockbuster?

Les majors ont des raisons de s'inquiéter. Mais les indépendants encore plus. C’est l’été des (apparentes) remises en question à Hollywood. Ou plutôt, plusieurs interrogations se mêlent, suscitant à la fois un sentiment généralisé d’inquiétude et pas mal de confusion. A l’origine de ce remue-ménage, un nombre inhabituel de très grosses productions qui connaissent un échec cinglant au box-office, tandis que quelques films aux budgets modestes tirent leur épingle du jeu. After Earth de M. Deux événements sans rapport direct viennent alimenter commentaires inquiets et appels à un autre schéma.

De plus en plus chers, de plus en plus formatés Ces sommes faramineuses font vivre des dizaines de milliers d'employés Il en faudra beaucoup pour que tout ce monde-là décide de faire autrement. Jean-Michel Frodon.