background preloader

Se vêtir

Facebook Twitter

Victoire d'Emmaüs : le gouvernement va interdire aux marques de jeter leurs vêtements invendus. Les marques de vêtements et accessoires de sport éthiques et écologiques - Eloge de la curiosité. Mon dernier article sur les marques de mode éthiques et écologiques ayant rencontré un franc succès (et ça fait super plaisir!) , j’ai décidé de récidiver et de vous présenter une sélection de marques de sport aux belles valeurs : santé (des matières non-toxiques), environnement (procédés de fabrication plus écologiques) et éthique (conditions de fabrication contrôlées).

Si les marques de mode éthique commencent à fourmiller (et ça fait plaisir!) , en sport on n’est pas encore très gâtés. En effet, les vêtements de sport sont des vêtements pour lesquels nous avons une exigence technique que l’on ne demandera à un petit top de tous les jours. Les matières doivent être élastiques, solides, ne pas se tâcher avec la sueur, sécher vite… des exigences qui conduisent à l’utilisation massive de matières synthétiques, souvent encore inégalées par des matières naturelles.

J’ai donc essayé de mener une véritable enquête pour démêler ce sac de noeuds ! Catégories présentées : 1. Yogamatata Pact 2. Vaude. Les vêtements en bambou sont-ils vraiment écologiques. Les vêtements en bambou sont généralement présentés comme des textiles écologiques. Or ils sont souvent fabriqués en viscose de bambou, dont la fabrication est polluante. Rédigé par Nolwen, le 24 Aug 2017, à 14 h 52 min Les vêtements en bambou, doux mais polluants La majorité des vêtements en bambou sont donc en viscose de bambou.

Or, pour fabriquer cette matière textile, il faut faire appel à une transformation chimique qui peut être très polluante. La viscose de bambou : une fabrication qui n’est pas sans impact La viscose de bambou est en effet une fibre artificielle, pas tout à fait synthétique mais pas naturelle non plus, issue d’une matière première (le bambou) chimiquement transformée, tout comme pour la viscose de bois. Moralité, à partir d’un matériau écologique, le bambou, on obtient un produit « vert » mais dont le bilan écologique n’est pas très bon du fait de son processus de production. Conseil pratique : Fibres de bambou : que disent les étiquettes ? Rédigé par Nolwen. Les textiles écologiques et biologiques : le vrai du faux.

La prise de conscience est en marche. Nous sommes de plus en plus nombreux à nous préoccuper de notre consommation alimentaire, cosmétique, et, timidement, vestimentaire. Mais si nous sommes de plus en plus habitué.e.s à décrypter les compositions de nos crèmes pour le visage, shampooings, nos courses, nous ne savons pas forcément de quoi est composé notre jupe ou notre chemise. Ce n’est pas une critique, c’est un constat. La mode et les accessoires ont été les grands oubliés de l’écologie. Je dis "ont été" car tout récemment c’est en train de changer, mais c’est très lent, pourquoi ? Je n’y connais rien en fibre textile, comment m’y retrouver ? Il existe 3 grandes familles, les matières naturelles, artificielles, et synthétiques. Naturelles : issues de matière brute naturelle, sans transformation autre que le blanchiment et la teinture. Synthétiques : dérivées du pétrole, transformées par procédés chimiques très polluants.

Ce tableau vous étonne ? Oui ! Que veut-il dire ? On a encore des choses à dire · Mots clés "laver pull en laine" Après avoir lu ça, vous ne laverez plus jamais votre pull. Pour qu’un vêtement dure longtemps, il doit être : bien conçubien entretenu. Et ça, c’est votre boulot. Voici 5 conseils incontournables pour que vos vêtements durent 10 ans 1. Les étiquettes vous mentent On continue à suivre des instructions d’entretien datant des années 1950, alors que les détergents modernes contiennent des composants actifs qui sont désormais efficaces à basse température. 2. Par nature, la laine empêche la prolifération des bactéries et des champignons.

Utilisez une lessive spéciale. 3. Le cuir, c’est une matière vivante : plus vous en prenez soin, mieux vous le nourrissez, plus belle sera sa vieillesse. 4. Vous avez déjà vu apparaître des marbrures blanches sur votre chino en le sortant de la machine ? 5. Vous avez déjà remarqué les plaques brillantes sur un pantalon noir ou les traces blanches au niveau des coutures d’un t-shirt ou d’une chemise foncés ? Faites tourner. Pourquoi H&M se moque (bien) de nous – Julia Faure.

La mode, c’est imprévisible. En quelques années, les tee-shirts sont devenus de nouveaux espaces d’expression. On est plutôt habitué à ceux du type “le matin c’est trop tôt” ou “madame chiante” (sic). Mais récemment, on est tombé sur un nouveau spécimen, un peu plus revendicatif, sur le site d’une célèbre marque de vêtements : “There is no planet B”. Et ce n’est pas anodin de la part d’H&M. La fast fashion est-elle vraiment en train de devenir durable ou est-elle juste en plein greenwashing ?

La pollution chimique : la plus médiatisée En Chine, une blague dit que l’on peut prédire la prochaine couleur à la mode rien qu’en regardant celle des rivières (on n’a pas été vérifier). À éliminer les déchets toxiques rejetés dans les eaux uséesà limiter l’émission de substances cancérigène ou perturbateurs endocriniens. Et le boulot est énorme. Mais cette pollution chimique, même si elle est dramatique, n’est que la partie émergée de l’iceberg*. La fast fashion a soif Que fait la fast fashion ? CONSOMMER LA MODE AUTREMENT AVEC LA SLOW FASHION.

Cachemire végétal et faux cuir, la mode végane devrait vous plaire. Prix de la mode 2016 décerné par PETA France | Actualités | PETA France. Alors que de plus en plus de consommateurs prennent connaissance et conscience de la façon dont les animaux sont traités dans les industries de la fourrure, du cuir, du duvet, des peaux exotiques et de la laine, la pression s’accroît sur le secteur de la mode et le pousse à proposer des collections modernes qui rejettent la cruauté envers les animaux. Des grandes marques internationales de luxe aux créateurs indépendants, des entreprises font des progrès importants et prennent leurs distances avec les matériaux d’origine animale. Elles préfèrent se tourner vers des textiles et matières véganes innovantes. De nos jours, la compassion et le souci de l’environnement façonnent l’industrie de la mode. Le Prix de la mode végane de PETA célèbre les plus belles réalisations en faveur des animaux et récompense les marques et créateurs de mode qui agissent avec le plus de compassion.

Les animaux ne nous appartiennent pas et nous n’avons pas à les utiliser comme vêtements. Galères de vegan: Merde, mes fringues ! – Magazine vegan – Lausanne Genève Sion Fribourg Neuchâtel Suisse – cuisine santé actualités animaux véganisme végétalisme. Illustration: Thaïs Reichler Quand on est vegan, on peut se retrouver dans des situations, disons, fort délicates. N’ayez crainte! La Médisante est là pour vous guider avec humour dans sa chronique « Galères de vegan ». Même si on ne dirait pas (et mes leggings mités et mes baskets puantes contestent, mais je m’en balance), votre humble serviteuse (ça se dit pas, mais y a pas de féminin pour serviteur, donc merde.) ci-présente est une admiratrice incontestable du style.

Autant je n’écoute jamais la fashion police présente à tous les coins de rues (journaux féminins, affiches de célèbres magasins de prêt-à-porter, publicités, …), autant j’aime les créateurs, surtout ceux qui font attention aux matières qu’ils utilisent et qui, du coup, transmettent (discrètement mais quand même) un message positif concernant notre environnement. Stella McCartney, Vivienne Westwood, je vous love au delà de tout. En devenant vegan, j’ai grandement revu ma consommation d’habits à la baisse. Liens divers : 22 marques véganes pour une alternative au cuir. Certains principes ont la dent dur, comme celui qui nous conditionne à penser qu’un sac ou une paire de chaussures doit forcément être en cuir pour être de qualité. Pour répondre à la demande à tout prix, les marques utilisent des tonnes de peaux d’animaux.

Les conséquences sont dramatiques pour l’environnement : la production de cuir est très gourmande en eau (le tannage d’un kilogramme de cuir exige au moins 35 litres d’eau) et nécessite des traitements chimiques pour éviter le pourrissement qui sont rejetés par la suite dans l’air et l’eau. D’un point de vue éthique, si la fourrure a mauvaise presse depuis les années 70, porter du cuir d’animaux est complètement banalisé.

Pourtant, porter des peaux de cadavres, qu’elles soient poilues ou dépilées, est vraiment glauque quand on y pense. Un vieux stigmate de notre passé d’hommes des cavernes dont il nous faut nous débarrasser. Souhaitons que cette liste continue de s’allonger dans les mois et les années à venir… Petit manuel pour acheter responsable pendant les soldes. Entre greenwashing, actions éthiques galvaudées et réels engagements, déterminer le vrai du fauxn’est pas évident. Tour d’horizon à l’occasion des soldes avec Bonne Gueule, premier site indépendant de conseils en mode masculine en France. Au sein de l’UE, le secteur de la mode représente 220 000 entreprises pour un chiffre d’affaire d’environ 200 milliards d’euros par an.

Autant dire qu’il a un rôle à jouer dans l’adaptation de nos modes de consommation aux limites de ce que la planète peut offrir et supporter. Et nous aussi. C’est au moment de l’achat que le consommateur a de l’influence. Euh… Help, please ! Qu’est-ce qu’un vêtement écologiquement ET socialement responsable ? Il y a plusieurs paramètres à considérer. D’abord les matières,La qualité de fabrication (un vêtement bien fait, c’est un vêtement durable),et puis l’Humain, derrière tout ce travail. Note : A priori, les labels de vêtements responsables c’est le moyen le plus fiable de savoir ce que vous achetez. Le coton Les lainages. 21 marques éthiques à connaître absolument ! Bienvenue sur Pin-up Bio | Commence vite la formation gratuite "J'apprends à habiller mon corps de Déesse" pour savoir te valoriser et ainsi devenir une consommatrice qui consomme MOINS mais MIEUX !!

★ Clique ici pour commencer la formation ★ Bonjour les Beautés qui œuvrez pour un monde moins pollué et plus juste :-) Marques de mode bio, écologiques ou équitables… Elles ont toutes une très bonne raison de se faire connaître et surtout de se faire aimer. Oui il y a des marques qui font de gros efforts pour être respectueuses ou moins nous intoxiquer ainsi que les producteurs et la planète … en plus elles sont vraiment jolies ! ! ! Vous voulez voir ? C’est par ici… Vous trouverez sous la planche les noms et liens vers les sites internet, c’est pas beau ça ? Cette liste a été allongée dans l’article : Mon petit annuaire de mode éthique BONOBO (gamme instinct) FILABIO (boutique) MODE ETIC (boutique) Mais aussi... D'autres idées de marque ? Enregistrer. Textile : le pas cher coûte cher, changez votre routine ! ‹ Ca se saurait. La (vraie) vérité sur les vêtements made in China – avec Ming Yin de Three Animals.

Disclaimer – Cela fait un moment que je voulais écrire cet article sur le Made in China. Surtout depuis les débats (parfois houleux) qu’on a pu découvrir sur un précédent article : celui de la marque Epicure Paris. Les entrepreneurs de Epicure s’y faisaient bousculer, car ils ont eu l’honnêteté (ou le malheur, c’est selon) de se montrer transparents quant à leur chaîne de production (moutons en Australie, filage en Italie et tricotage en Chine).

Fort de mes discussions avec des gens comme Ming Yin (Three Animals) et Thibaut Roblin (Epicure Paris) qui produisent totalement ou en partie en Chine… …et d’autres comme Vincent Louis Voinchet (La Comédie Humaine), Bertrand Urban (Duke & Dude), Maxime Van Rothem (Jacques & Déméter), Gilles Masson (Gilles M), Séverine Lahyani (Ly Adams) ou encore Déborah Neuberg (De Bonne Facture) qui se sont posés beaucoup de questions entre produire en France ou dans le reste de l’Europe, j’ai à présent un avis clair sur la question. Quant à moi, j’alterne. Adopter une mode éthique, et si on s'y mettait vraiment ? Si l’offre en matière de mode bio et accessible est encore relative, chacun peut néanmoins devenir acteur de sa consommation en adoptant les réflexes pour être dans le vent sans ruiner la planète. « Paradoxalement, les mauvais élèves en matière de mode toxique se trouvent parmi les grands groupes du luxe » Si les termes « Ethoxylates de nonylphénols, phtalates ou produits chimiques perfluorés (PFC) ne vous disent rien, c’est sans doute que vous ne soupçonnez pas encore l’existence de ces produits chimiques dans vos vêtements préférés.

En matière de poison dans les textiles, on aurait tort de penser que leur présence dépendrait du seul prestige de la marque. Preuve en est la dernière enquête menée par Greenpeace qui recense les « Detox Losers 2015″ afin d’éclairer les consommateurs en manque de transparence. J’encourage les marques qui s’engagent ! Le cas H&M cité en exemple J’achète bio mais moins souvent ! Entre achats compulsifs et gaspillage J’arrête enfin de porter des animaux ! Quand une accro au shopping achète éthique - Sweet & Sour | Healthy & Happy Living. Ca vous arrive de vous remettre en question vis à vis de vos habitudes shopping ?

Cela fait quelques temps que j’essaie de prendre du recul à ce sujet et j’ai lu par ci par là que je n’étais pas la seule : Julie écrit de plus en plus dans sa rubrique modeGala a fait le point sur l’industrie textileJ’ai adoré l’article d’Alexandra « Adopter une mode éthique, si on s’y mettait vraiment ? ». Je sais déjà que les vêtements sont souvent produits dans des conditions peu éthiques. On en a beaucoup entendu parler après l’effondrement d’une usine au Bangladesh en 2013. Mais comme pour beaucoup de choses (notamment l’alimentation, les conditions de vie des animaux d’élevage industriel, l’industrie cosmétique…), on nous en montre finalement peu et je me rends compte que ce n’est pas évident, dans ma petite vie confortable, de réaliser à quel point des personnes souffrent au quotidien des pratiques de grands groupes à des milliers de kilomètres de chez moi. Voici mes nouveaux objectifs shopping : GREEM 21: mon petit guide pour s’habiller responsable.

Je savais que me constituer, une garde-robe écologique, éthique et minimaliste serait un défi de taille. Je savais que cela me prendrait des années. Ce que je n’avais pas anticipé, c’est la quantité de paramètres à prendre en compte lors de l’achat d’un article textile pour s’assurer que celui-ci était aussi éthique et écologique que possible… Plus je m’informais, plus je désespérais en me disant que jamais je n’arriverais à me constituer la garde-robe éco-éthique et minimaliste idéale! Finalement, inspirée par la méthode Wear No Evil de Greta Eagan, j’ai décidé de mettre au point ma propre formule pour guider mes futurs achats vestimentaires responsables. J’ai d’abord fait une liste des critères qui selon moi contribuent à rendre un article textile plus éthique et/ou écologique. À partir de là, je me suis posée deux questions: Comment puis-je faire en sorte que cette longue liste de critères intimidante me motive plus qu’elle ne me désespère?

Ainsi est née… J'aime : J'aime chargement…