background preloader

DEFINITIONS, CONCEPTS, ENJEUX

Facebook Twitter

Economie circulaire. L’économie circulaire vise à optimiser les flux d’énergie et de matière à l’échelle d’un système : site de production, zone d’activités, bassin d’emploi ou économie nationale. La prévention des consommations et des rejets est couplée à l’idée d’un fonctionnement quasi cyclique comme celui des écosystèmes. A la différence de l’économie actuelle dite linéaire, l’économie circulaire s’efforce de ne pas épuiser les ressources et permet de contrôler ses rejets et déchets. Très souvent, seule une fraction limitée de la consommation de matière première ou d’éner- gie est utilisée directement dans le produit fini. Le reste est soit perdu (par exemple l’énergie sous forme de chaleur dissipée ou d’effluent), soit transformé en sous-produit à faible valeur ajoutée voire en déchet. Symbioses, Synergies éco-industrielles, Synergies de co-produits, Ecosystèmes industriels, Parc éco-industriels, Projets Zero Emissions, Economie circulaire... : une terminologie foisonnante pour parler d'une même chose.

Les rendez-vous de l’économie circulaire | EKLA. Technocampus de Ker Lann – 35170 Rennes/Bruz À l’École des Métiers de l’Environnement le 16 octobre 2014 – 13h30 à 18h L’économie circulaire L’économie circulaire repose sur une idée simple : rompre le lien entre le développement économie et le ­gaspillage des ressources naturelles. En Bretagne, ce principe est au cœur des préoccupations des entreprises et des collectivités territoriales. En effet, la richesse des initiatives à l’œuvre, notamment dans les domaines du recyclage des déchets et des économies d’énergie, est là pour en témoigner.

Durant cette conférence, une quinzaine d’entreprises et administrations locales sera invitée pour témoigner de leurs engagements et partager leurs expériences. programme et inscriptions. Upcycling | Le commerce équitable. Depuis quelques années, un terme anglo-saxon a fait son apparition dans notre vocabulaire, sans que l’on sache exactement à quoi il se réfère : l’Upcycling, un phénomène tendance, présent aux 4 coins de la planète. RECYCLAGE VERS LE HAUTOrigine C’est en 1994 que le terme « Upcycling » fut utilisé pour la première fois, par un ancien Luminaires de Sarah Turner, crées à partir de bouteilles plastiques usagées. ingénieur allemand Reiner Plitz, puis popularisé un peu plus tard, en 2002, dans le livre Cradle to Cradle : « remaking the way we make things » de William Mcdonouch.

A partir de là, l’Upcycling, ou l’art de donner une seconde vie aux objets a engendré nombre de travaux de recherche et les livres sur le sujet se sont multipliés. Il est né tout naturellement dans les pays en voie de développement, où l’accès aux biens de consommation est limité et les systèmes de collecte et de traitement des déchets souvent inexistants. L’Upcycling définit un « recyclage vers le haut ». STYLROC - Fiche exposant - Salon des Ecoterritoriales. L'économie circulaire, modèle économique d'avenir - APCE, agence pour la création d'entreprises, création d'entreprise, créer sa société,l'auto-entrepreneur, autoentrepreneur, auto-entrepreneur, auto entrepreneur, lautoentrepreneur, reprendre une entrepri.

L'économie circulaire, modèle économique d'avenir - 16/10/2013 Le 20 août dernier, Philippe Martin, ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, indiquait que l'humanité avait déjà consommé, pour l'année 2013, toutes les ressources naturelles que la planète peut produire en un an ! 4 milliards de tonnes de déchets sont générées chaque année au niveau mondial et ce chiffre devrait progresser de 40 % d'ici à 2020. En France, le Commissariat général au développement durable estime que les déchets générés représenteraient près de 40 % du besoin en matières de l'économie de notre pays. Une ressource potentielle importante donc ! Or, le taux d'utilisation de matières premières de recyclage (MPR) dans l'économie productive atteint seulement 42 %. Nous creusons donc chaque jour un peu plus le déficit environnemental, déficit que les générations futures auront à gérer si rien n'est fait.

L'économie circulaire propose de répondre à ces défis majeurs du XXI siècle. Économie circulaire : y a-t-il un pilote dans la boucle ? «En 2014, l’Homme a extrait du sol les dernières réserves de terbium qui sert à la fabrication des écrans à rayons X. D’autres métaux vont disparaître : l’indium, le palladium et le zinc dès 2023, l’or en 2025, le plomb en 2030, le cuivre en 2039, et même le fer… vers 2072 » rappelle l’Institut de l’économie circulaire. Alors voilà, c’est fini ? Non, pas encore ! L’économie circulaire peut être l’alternative. Son mode opératoire est connu de tous, représenté sous la forme d’une boucle qui relie dans l’ordre : « ressources», « écoconception », « production», « traitement déchets ».

Les enjeux sont désormais identifiés : développement durable (réemploi, objets réparables), relocalisation d’activités, création d’emplois, production d’énergie verte, priorité à l’usage plutôt qu’à la possession… Mais qui sont ceux qui actionnent aujourd’hui les leviers de cette machine à changer le monde ? À l’échelle européenne, on se donne le temps À l’échelle nationale, on pose des jalons En région, on agit. Institut Cradle to Cradle EPEA Paris - France. L’histoire de l’institut environnemental EPEA et de l’économie circulaire à impact positif ( Cradle to Cradle ) depuis 1987 1958 : Naissance de Michael Braungart, fondateur du Cradle to Cradle DR. MICHAEL BRAUNGART, chimiste Dr. Michael Braungart est le fondateur et directeur d’EPEA International Environmental Research GmbH à Hambourg, co-fondateur et directeur de McDonough Braungart Design Chemistry (MBDC) à Charlottesville, en Virginie (USA) et directeur scientifique de l’Institut de l’environnement de Hambourg.

En collaboration avec l’architecte américain William McDonough, il a développé le concept Cradle to Cradle ®, qui constitue la base de son travail avec MBDC et EPEA. 1987 : Fondation de l’institut EPEA Fondation de EPEA (Environmental Protection Encouragement Agency) à Hambourg en 1987 par le professeur Michael Braungart – ancien chef de la section de chimie de Greenpeace. 1987 – 1992 : Méthodologie de développement IPS 2012 : Fondation de EPEA Espagne, EPEA Brésil. Projet Loi transition Les enjeux. ADEME - SYNTHese-def.pdf. Economie circulaire ministère de l'écologie. Le modèle linéaire « produire, consommer, jeter » a atteint ses limites. Nos économies ont une dépendance accrue vis-à-vis des ressources non renouvelables. Depuis le début des années 2000, le prix des matières augmente, en rupture avec la tendance des décennies passées. Pour répondre à la demande croissante, l’exploitation de nouvelles ressources, plus difficiles d’accès, va peser sur les prix de l’énergie comme des autres matières.

Si aucune mesure n’est engagée, les coûts environnementaux de production d’eau, d’énergie, de métaux, de matières ou de nourriture, vont croître parallèlement : émissions de polluants et effets liés, croissance importante de la production des déchets, rupture de l’équilibre des écosystèmes touchés par la surconsommation de ressources. Il est dès lors indispensable d’engager la transition vers un modèle économique circulaire.

Déchets et durée de vie des objets: le modèle Meadows fournit des solutions pour l’économie circulaire. Détails Appliquée ici dans le "Run 8", la taxe "déchets générés/durée de vie" du produit optimise sa durabilité globale. Doc. CM/The Dynamics of Solid Waste Generation – Meadows & Randers. 1974 Taxer les produits proportionnellement aux déchets qu’ils génèrent par rapport au temps qu’ils “durent”, de manière à faire de leur durée de vie un critère fondamental et à stimuler la fabrication d'objets facilement réutilisables, réparables et / ou recyclables: c’est une solution de durabilité économique que suggère le modèle scientifique de...

Le modèle mathématique World3 ayant servi à l’équipe de scientifiques de Dennis Meadows au MIT (Massachusetts Institute of Technology) pour démontrer que la croissance possède des limites, ne permet pas seulement d’annoncer la fin de notre monde actuel de la consommation de masse, dans des délais maintenant assez rapides. En revanche, l’application séparée de ces différentes mesures n’obtient pas de résultat probant. Économie circulaire wikipedia. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'économie circulaire est une expression générique désignant un concept économique qui s'inscrit dans le cadre du développement durable et s'inspirant notamment des notions d'économie verte, d’économie de l'usage ou de l'économie de la fonctionnalité, de l'économie de la performance et de l'écologie industrielle (laquelle veut que le déchet d'une industrie soit recyclé en matière première d'une autre industrie ou de la même).

Son objectif est de produire des biens et services tout en limitant fortement la consommation et le gaspillage des matières premières, et des sources d'énergies non renouvelables ; Histoire[modifier | modifier le code] Elle s'inspire notamment de Michael Braungart et de William McDonough ou plus exactement de leur formulation de la théorie du Du berceau au berceau (formalisée en 2002). Éléments de définition et d'enjeux[modifier | modifier le code] En France[modifier | modifier le code] Outils[modifier | modifier le code] The Principles. Qu'est-ce que l'économie circulaire ? Le modèle de production et de consommation qui prévaut depuis la révolution industrielle repose sur des ressources naturelles abondantes et un schéma linéaire : Matières premières extraites > production > consommation > déchets.

Ce modèle de développement a permis d’accélérer le « progrès » et à des milliards d’individus d’accéder à une certaine prospérité matérielle. Le fondement de la société de consommation trouve aujourd’hui ses limites face aux défis environnementaux, d’emploi et de l’augmentation de la population mondiale qui devrait progresser de 43% entre 2012 et 2100. Nos prélèvements sur les ressources naturelles dépassent déjà largement la biocapacité de la terre, c’est-à-dire sa capacité à régénérer les ressources renouvelables, à fournir des ressources non renouvelables et à absorber les déchets. La prise de conscience collective a permis d’engager des démarches de réduction des impacts environnementaux qui sont un premier pas indispensable.