E-conomy 2.0

Facebook Twitter

Google, Youtube, Spotify : qui doit payer pour la musique ? - L'actu Médias / Net. Mega : « on veut faire évoluer le modèle de rémunération des créateurs » ‹ Bons Plans. Dans le secret de MegaUpload. Comptes offshore, sociétés à Hong Kong ou à Auckland, porte-parole mystère et pactole considérable dans des paradis fiscaux...

Dans le secret de MegaUpload

Dans la vraie vie, les patrons de MegaUpload échangent des montagnes de billets et changent d'identité. English version 4% du net Sur MegaUpload, chaque internaute ayant créé un compte peut y stocker un fichier et autoriser son téléchargement à n’importe qui. Au fil du temps, il s’est imposé comme un lieu de consommation audiovisuelle sur le net ainsi qu’un repère pour les fichiers pirates. La vidéo ci-dessus est signe de changements. Après avoir tenté à plusieurs reprises de joindre les responsables de MegaUpload, nous nous sommes entretenus avec l’un de ses représentants, un certain David, qui n’a pas souhaité nous communiquer son véritable nom.

Ce “Global Business”, comme il le qualifie, permet une forte rentabilité grâce à sa régie publicitaire MegaClick et à son système de paiement MegaPay. La guerre des géants du Web dans une application Rue89. Certes, leurs bureaux sont très chouettes, leurs employés sont jeunes et ont l’air détendus, et ils se défendent de vouloir dominer le monde comme la première compagnie pétrolière venue.

La guerre des géants du Web dans une application Rue89

Pourtant, la guerre économique que se livrent Google, Facebook, Microsoft, Apple et Yahoo est sans merci, et les marchés qu’ils veulent conquérir se chiffrent en milliards de dollars. Qu’il s’agisse des téléphones mobiles, des moteurs de recherche ou des réseaux sociaux, ils nouent des alliances avec de plus gros qu’eux, rachètent les plus petits qu’eux et attaquent en justice tout le monde. Même méthodes et mêmes enjeux sur le secteur des tablettes, des systèmes d’exploitation, des navigateurs ou encore du « cloud computing ». Le départ de Steve Jobs d’Apple, le rachat de Motorola Mobiliy par Google, le licenciement de la PDG de Yahoo Carol Bartz... cet été encore, les annonces se sont succédées à un rythme effréné. Du commerce et des licences libres. La dessinatrice américaine Nina Paley a publié 20.000 de ses minibooks grâce aux dons de contributeurs.

Du commerce et des licences libres

OpenUtopia ressuscite l'oeuvre de Thomas More. Le tout créant d'autres modèles économiques. Etat des lieux de projets en cours. La question revient souvent à propos des licences libres de savoir si elles sont réellement capables de s’articuler avec des modèles économiques viables pour la production de biens culturels, autrement que par le système de monopole exclusif du droit d’auteur « classique ». La semaine dernière, j’ai reçu par la Poste une preuve tangible que de tels modèles économiques peuvent exister, en associant licences libres et crowdfunding (financement participatif), ce système dans lequel le créateur demande en amont au public de contribuer à la réalisation d’un projet en donnant une somme d’argent laissée à son appréciation.

L’originalité du projet résidait dans la « licence » retenue par Nina Paley pour ses ouvrages : le Copyheart qui se résume à ceci : Hollywood sur les pas de l'industrie du disque. CE QUI EST ARRIVE A L'INDUSTRIE DE LA MUSIQUE au cours des dix dernières années ressemble beaucoup à l’intrigue de Very bad trip: quand des mauvaises décisions et un penchant pour l’auto-apitoiement mènent au chaos, à des événements douloureux, à un soleil aveuglant, à des souvenirs vagues mais déchirants… et qu’on se réveille avec un tigre dans sa chambre d’hôtel.

Hollywood sur les pas de l'industrie du disque

Cela fait plus de dix ans maintenant que les technologies de compression et les vitesses de connexion de plus en plus rapides facilitent l’échange de médias en ligne. Ça, c’est ce qui a déclenché l’action. Pour les amateurs de musique, ce qui était au départ la lente agonie—puis la jouissance—d’envoyer par mail une chanson à un ami s’est changé de plus en plus rapidement en un monde dans lequel on peut désormais facilement échanger des discographies de 10, 20, voire 50 ou 100 albums. publicité.

Online factory for Business concepts –> Embrioo – the first online factory for 360° business concepts. The Ever-Elusive Mobile Wallet: Why NFC Chips Are Overhyped And Will Underdeliver. The idea of turning your mobile phone into a digital wallet has a long and fruitless history.

The Ever-Elusive Mobile Wallet: Why NFC Chips Are Overhyped And Will Underdeliver

People are getting excited again about the prospect of mobile wallets replacing those in your pocket overstuffed with receipts and credit cards because both Google and Apple are pursuing the concept. The key technology that could make mobile wallets a reality are near field communication (NFC) chips. Google is already supporting NFC chips in Android phones such as the Nexus S and is expected to roll out tests of wave-and-pay systems at stores in New York City and San Francisco. Apple has been working on putting its own NFC chips in iPhones since at least last summer, although recent reports suggest the technology won’t be ready for the next iPhone 5.

Media 2.0

Etude McKinsey : impact d'internet sur l'économie française. EveryBlock — A news feed for your block.