background preloader

Définitions/concepts/réflexions

Facebook Twitter

Open Data: Emerging trends, issues and best practices. Marco Fioretti This report is the final deliverable of the Open Data, Open Society research project.

Open Data: Emerging trends, issues and best practices

It follows the publication of the Open Data, Open Society report, finished in late October 2010 and published in early January 2011. That first report focused on explaining the critical importance of digital data in contemporary society and business activities; defining Open Data; giving examples on their potential, especially at the local level, on transparency and economics activities; finally, defining summarizing some general best practices.

This second report looks at what happened in the Open Data arena after October 2010. After some considerations on the general social and political background in late 2010/early 2011, it is divided in two main parts. The first two are the Spanish "Indignados" and the Arab Spring. L'open data : c'est quoi? Quels types d'informations existent dans les services publics ?

L'open data : c'est quoi?

Opendata : l'ouverture des données publiques. Une manne de données encore à libérer. Malgré un enthousiasme légitime pour la démarche d'ouverture des données, la France reste à la remorque des métropoles américaines et de l'Angleterre.

Une manne de données encore à libérer

De quoi motiver, selon le sociologue Sylvain Parasie, un lobbying pour un Open Data digne de ce nom. Sylvain Parasie est sociologue, maître de conférence à l’Université Paris-Est / Marne-la-Vallée et chercheur au laboratoire techniques, territoires et société (LATTS) de l’École Nationale des Ponts et Chaussées. Ses recherches portent sur “la publicité, le journalisme en ligne, les activités en ligne, et plus largement les implications sociales et politiques associées à l’usage des nouvelles technologies dans le monde des médias et de la communication”. Répondant aux questions de journalismes.info, il analyse les difficultés françaises quant à l’ouverture des données publiques. Peut-on vraiment parler d’innovation à propos d’Etalab ? En 2012 pourra t-on résister à l'open data? le cas de la RATP. Le partage de données publiques dans des formats ouverts (open data) a pour objectif de "libérer" les données récoltées ou produites, par les autorités publiques, et de les "rendre", si possible gratuitement, à la société, ses citoyens, associations, entreprises privées et administrations publiques.

En 2012 pourra t-on résister à l'open data? le cas de la RATP

Après tout ce sont bien nos impôts qui payent tout ou partie de la collecte de ces données pour permettre aux administrations de faire leur travail. Alors pourquoi ne pas les recycler et laisser d'autres avoir de nouvelles idées pour les valoriser. Au sein des villes, ce sujet a été particulièrement présent en 2011 et devrait se poursuivre en 2012 (Entre le web et les territoires les données circulent en masse).Mais ne croyons pas que l'open data ne concerne que les administrations et les villes . Les entreprises sont ou seront aussi touchées. L’open data, une nouvelle mine d’or. Encouragée par Bruxelles, la mise en ligne des donnés ouvertes par les administrations pourrait donner naissance à une multitude d’applications utiles aux citoyens et à la société.

L’open data, une nouvelle mine d’or

Les retombées économiques sont estimées à pas moins de 40 milliards d’euros par an. Lundi 12 décembre, la Commissaire européenne à la Stratégie numérique Neelie Kroes a lancé à Bruxelles une initiative dont l'Europe a grand besoin en ce moment, un de ces projets qui ne coûtent pas cher, mais peuvent rapporter gros : Data is the new gold (“Les données numériques sont le nouvel or”), tel est le titre de ce programme qui propose, concrètement, de réviser la directive européenne de 2003 sur les informations du secteur public.

Open data : après data.gouv.fr, réformer la loi de 1978. Saluons donc cet effort du gouvernement et des administrations pour mettre en ligne des jeux de données ouvertes et réutilisables par les think-tanks notamment.

Open data : après data.gouv.fr, réformer la loi de 1978

Sur data.gouv.fr, on peut trouver aujourd’hui par exemple une donnée qu’on ne trouvait pas auparavant, celle du taux de réussite au bac par lycée public ou privé. Grâce à cela, nous pouvons aujourd’hui dire que le taux de réussite au bac dans les lycées privés est supérieur à celui des lycées publics : pour le bac S en 2010 : 86,63% dans le public et 92,73% dans le privé. Par ailleurs, pour la première fois un jaune budgétaire est publié, non pas en PDF non réutilisable, mais dans un format convertible en Excel et propice à la réutilisation, le CSV.

Cela dit, il est évident qu’il reste encore de gros progrès à faire et qu’il faudra challenger encore et encore nos administrations pour qu’elles nous livrent leurs données. Reprenons en détail les exclusions de la loi de 1978 : Open data: "De la logique de la demande à la logique de l'offre" DRGuillaume Champeau, Numerama.

Open data: "De la logique de la demande à la logique de l'offre"

Guillaume Champeau (Rédacteur en chef de Numerama) Comment sont choisies les données à libérer? Le choix n'est-il pas, par nature, politique? L'accès libre aux données publiques, sur data.gouv.fr, qui en permet une réutilisation facile et gratuite, quelle que soit leur nature, est un engagement inédit de l'Etat, voulu par le gouvernement.

Nous ne choisissons pas les données, nous mettons progressivement en ligne les informations publiques telles qu'elles sont définies par la loi de 1978, modifiée en 2005. La France entr’ouverte. Open data in France: the state of play. Un état des lieux de l’Open Data. David Eaves, conseiller auprès de plusieurs institutions pour l'ouverture des données, a profité de son discours inaugural à l'Open Data Camp 2011 de Varsovie pour dresser un bilan, et évoquer des pistes pour l'avenir.

Un état des lieux de l’Open Data

Où en est l’Open Data ? Au cours de mon récent discours d’inauguration à l’Open Data Camp (qui se tenait cette année à Varsovie), j’ai tenté de poursuivre l’intervention que j’avais faite lors de la conférence de l’an passé. Voici l’état des lieux que j’en dresse. Le franchissement du gouffre. L’ouverture est-elle morte. « L’ouverture est morte » (Open is dead) estime John Geraci sur GovLoop, la communauté de l’innovation publique américaine, et initiateur du projet Do it yourself City. « Telle est la conclusion à laquelle je suis arrivé lors d’une récente réunion où des gens se sont rassemblés pour discuter de la façon de faire avancer l’ordre du jour de l’Open Data.

L’ouverture est-elle morte

L’ouverture n’est pas morte comme mouvement, elle est morte comme terme qui peut-être utilisé pour motiver les gens, pour les amener à se rallier à une cause, pour participer à un évènement ou se rallier en ligne pour quelque chose. Le gouvernement ouvert. Les villes ouvertes. The State of Open Data 2011 by David Eaves. April 16, 2014 LJ INFOdocket Information Industry News and Resources from Gary Price.

The State of Open Data 2011 by David Eaves

Open data et institutions publiques : le sujet technopolitique de la semaineSéna - Sénat sur LePost.fr (18:28) L'"open data", un outil pour la transparence des administrations. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Alexandre Léchenet "Bien informés, les hommes sont des citoyens ; mal informés ils deviennent des sujets" La phrase d'Alfred Sauvy, démographe français du XXe siècle, résume dans l'esprit le sujet de l'accès aux données.

En donnant la capacité aux citoyens d'être informés sur la vie de la cité, notamment par la lecture et la manipulation des données publiques, leur compréhension est améliorée. L'"open data", une mise à disposition des données publiques. Les données recouvrent aujourd'hui de larges champs, des détails sur la fiscalité au nombre de lampadaires dans une ville. L’Open Data en débat(s) L’Open Data, c’est une révolution silencieuse. – Franck “Ché” Riester Franck Riester, rapporteur de la loi Hadopi, s’est fendu d’une introduction de séance au ton très enthousiaste . “Le président de la République et le premier Ministre ont fait le choix historique de l’Open Data“. La salle comprend immédiatement que l’ouverture des données publiques représente un “champ des possibles extraordinaire” comme le souligne le député de la Seine-et-Marne qui rappelle que “la transparence peut créer de la confiance“.

L’Open Data, retour sur la genèse d’un mouvement au coeur des débats politiques et économiques. Accueil » Nouveaux marchés » Il y a un an à peine, le mouvement Open Data ne faisait pas encore beaucoup de bruit et la France était incontestablement à la traîne sur le sujet. Aujourd’hui et depuis six mois, 6 personnes travaillent à temps plein à la création de data.gouv.fr, portail national de mise à disposition de données publiques dont l’ouverture est prévue pour décembre 2011.

À l’heure actuelle, il n’existe pas de définition juridique reconnue de l’open data. Néanmoins, de nombreuses associations – anglo-saxonnes notamment, comme l’Open Knowledge Foundation – ont proposé divers critères de définition d’une donnée ouverte. Pour faire simple, nous retiendrons donc qu’une donnée ouverte (open data) est Le mouvement Open Data prend forme au sein d’un écosystème dynamique, composé de producteurs et de réutilisateurs de données, mais aussi d’animateurs et de catalyseurs de l’Open Data (organisateurs d’appels à projets ou de concours d’applications par exemple).

{*style:<b> </b>*} . Tags : The Open Data Manual — Open Data Manual v2.0alpha documentation. Defining the Open in Open Data, Open Content and Open Services.