Médiation art

Facebook Twitter
(null)/(null)/(null) (null) Derniers ajustements avant de tout redémonter et de passer à la peinture (chose que je déteste). Demain, j’attaque le câblage de l’automation du bidule pour une mise en route d’ici 3 jours. Lire Plus… Un exercice de soudage ? Accueil Accueil
Rencontre avec Sylvie Girardet, du Musée en herbe, à Paris (75) - Idées
Pupp’Art, les œuvres d’art se réveillent dans les musées Partager Plutôt rôdés à l’art de la conception de sites à destination des structures culturelles, les artistes numériques de l’agence Mosquito se sont lancés le défi de mettre au point une installation numérique innovante pour rendre l’art plus attractif. S’adressant majoritairement à un public jeune, plutôt peu enclin à rester scotché pendant des heures devant un tableau de maître, Pupp’Art fait vivre les œuvres d’art les plus improbables. Le visiteur devient lui-même acteur de l’œuvre qui lui fait face et peut ainsi se transformer en un personnage animé de Calder et pourquoi pas un jour donner vie au sourire figé de La Joconde ? « L’œuvre d’art s’anime en temps réel, s’échappant de son carcan pour donner naissance à une interaction entre image et réalité », décrivent ses concepteurs. Pupp’Art, les œuvres d’art se réveillent dans les musées
Médiation de l’art contemporain : le numérique en trait d’union | Knowtex Blog Médiation de l’art contemporain : le numérique en trait d’union | Knowtex Blog Vous faites peut-être partie de ces dubitatifs qui ne comprennent vraiment pas l’art contemporain. Rien à faire, ces monochromes et ces sculptures aux formes douteuses ne vous inspirent pas… Pour Gonzague Gauthier, community manager au Centre Pompidou, la raison de ce désamour vient peut-être de votre solitude face à ces œuvres d’art, qui ne vous évoquent rien, « contrairement à l’impressionnisme, plus rassurant car figuratif ». Si en plus le cartel accroché près de l’œuvre ne donne que des indices techniques (taille, matériaux utilisés…) et que l’œuvre heurte notre esthétique plutôt habituée au « beau », il n’en faut pas plus pour décrocher… Les musées d’art se doivent donc de trouver une nouvelle forme de médiation, accessible à tout un chacun et pas seulement aux conservateurs et amateurs éclairés qui aiment entretenir ce flou autour de l’art contemporain.
Crédits 1 Georges Vercheval est né à Charleroi en 1934. Il a étudié la photographie à Vevey, en Suisse et, en tant qu’artiste, exposé à de nombreuses reprises, en Belgique et à l’étranger. Enseignant en photographie dès 1962, il initie le mouvement Photographie Ouverte et, en 1981, les Triennales internationales de la photographie et une Galerie publique. En 1987, il ouvre le Musée de la photographie à Charleroi qu’il dirige jusqu’en 2000. Georges Vercheval | Médiation culturelle Georges Vercheval | Médiation culturelle
Biblio-vélo | Médiation culturelle Biblio-vélo Ramon Vitesse fait rouler la culture à Cowansville Ramon Vitesse, agent culturel de Cowansville, anime la vie des jeunes avec son Biblio-vélo, un véhicule culturel de proximité. Biblio-vélo | Médiation culturelle
Courtepointe en papier recyclé pour la Caisse de dépôt | Médiation culturelle Courtepointe en papier recyclé pour la Caisse de dépôt | Médiation culturelle Courtepointe en papier recyclé pour la Caisse de dépôt Montage d’une murale écologique à partir de papiers utilisés, sous la supervision de l’artiste montréalais Jérôme Fortin, à la Caisse de dépôt. « Participez à la création d’une œuvre collective sur le parquet! » Dès l’été, à la Caisse de dépôt et placement du Québec, on avait disposé dans le hall une affiche et des bacs de recyclage invitant à « monter une murale écologique à partir de papiers utilisés, sous la supervision de l’artiste montréalais Jérôme Fortin. » On y incitait les employé-es de la Caisse et de ses filiales à y déposer du papier usagé. Dans le hall majestueux de la Caisse, vaste espace baigné de lumière, tout se fait dans le silence.
Museum Chronicles Le problème lorsque l’on voit d’excellentes expositions, c’est qu’il est compliqué d’en écrire la critique. Tout d’abord parce qu’il est nettement plus aisé de pointer du doigt ce qui ne va pas; une lacune est en général plus simple à expliquer qu’une satisfaction presque indéfinissable dans laquelle s’entrechoquent inspiration, émotion, plaisir et intellect. De plus, les compliments sont parfois difficiles à formuler, comme si notre société ne nous avait pas préparé à l’éventualité où quelque chose puisse tout simplement mériter des éloges. Mais surtout, le dilemme, c’est que l’élément ‘inconnu’ d’une belle exposition participe pleinement à sa réussite ; l’effet de découverte, voire de surprise, qu’un visiteur peut ressentir de salle en salle joue un rôle non négligeable dans l’appréciation des œuvres et de l’accrochage. Comment faire, dès lors, pour partager son enthousiasme sans gâcher le plaisir potentiel du lecteur, sans saper le facteur x ? Museum Chronicles
mediation

Art contemporain et médiation - Médiation culturelle association (Mca)
Rapport_FEMS_AFRAT_ZIP
Our Friend The Atom
L'art expliqué aux enfants L'art expliqué aux enfants Robert Smithson, Spiral Jetty, jetée de pierres et gravier dans la Grand Lac Salé du Utah, aux Etats-Unis Nous le savons bien, les artistes aiment bien expérimenter avec les matériaux et, depuis le début du XXème siècle, élargissent de plus en plus la palette de leurs moyens d'expression, avec le but de surprendre, provoquer et de bouleverser la tradition de l'art. Les années 1960 et 1970 furent une période de renouveau et subversion de l'art (et en général de la culture): c'est à ce moment que plusieurs “courants” de l'art d'aujourd'hui ou certaines tendances toujours actuelles remontent. Le Land Art en fait justement partie, cet art qui montre une nouvelle façon de se relationner à la nature. Vous devez savoir que jusque dans les années 1960 la nature était bien sûr une source d'inspiration pour les artistes, qu'ils se limitaient toutefois à représenter dans des tableaux selon des critères bien précis établis par la tradition académique.