background preloader

Docs 1S1

Facebook Twitter

La guerre germano-soviétique 1941-1945. On peut s’interroger sur l’intérêt qu’il pourrait y avoir à lire le livre de Nicolas Bernard quand on regarde le temps consacré à l’étude de la Seconde Guerre mondiale dans les programmes d’histoire.

La guerre germano-soviétique 1941-1945

Et pourtant, par son contenu, cet ouvrage s’inscrit tout à fait dans une approche globale du conflit. Approche certes limitée au front germano-soviétique, mais un front qui est certainement le plus représentatif de cette « guerre d’anéantissement » poussée au plus haut point et des « caractéristiques nouvelles » de celle-ci pour reprendre les expressions de la fiche eduscol des 1°S. Nicolas Bernard, déjà auteur de nombreux articles dans des revues consacrées à la Seconde Guerre mondiale, élargit notre vision de ce front.

Il suit un plan chronologique ce qui permet de suivre les moments clefs de cet affrontement. Son ouvrage accorde autant d’importance à ce qui se passe après Stalingrad qu’à ce qui précède cette défaite militaire. Un affrontement sans équivalent. Une guerre d’anéantissement. Mémoire en Marche présenté par Julien Masson. The project INCROYABLE !

Mémoire en Marche présenté par Julien Masson

L'objectif atteint en 24h ! Je vous remercie profondément pour votre confiance et votre soutien. Vous pouvez continuer à commander "Mémoire en Marche" et profiter des contreparties exclusives. Votre soutien m'aide à payer la fabrication de l'ouvrage qui est de 4500 €. Participez à sauvegarder la mémoire des Tirailleurs Sénégalais qui ont libéré la France durant la Seconde Guerre mondiale. Je m'appelle Julien Masson. Depuis deux ans, c'est sur la trace des tirailleurs sénégalais que je m'engage. . « Le temps passe et précipite l’effacement de la mémoire.

La Nueve

Conclusion (Grandes phases de la Seconde Guerre) Conclusion (Voir la page précédente : III-C - Conclusion) La Guerre de 1939-1945 n'est pas la première guerre que l'on qualifie de mondiale, mais c'est la première guerre que l'on qualifie de guerre totale.

Conclusion (Grandes phases de la Seconde Guerre)

Elle s'est caractérisée par une mobilisation totale des énergies intellectuelles, économiques et humaines. C'est tout d'abord une guerre idéologique marquée par l'affrontement de deux systèmes totalement opposés : Un système qui revendique la supériorité d'une race sur les autres et qui envahit les pays voisins au nom de cette supériorité raciale ou raciste (c'est bien sûr le cas du régime nazi, mais on retrouve aussi ce sentiment de supériorité chez les Japonais).À l'opposé, un système qui reste fidèle à la liberté, à l'humanisme. Pour renforcer cet affrontement idéologique, la propagande, la publicité, le cinéma sont massivement utilisés par les deux camps. World War II. La deuxième guerre mondiale en Première - Les morts de la Seconde guerre mondiale - Commentaire corrigé par Jean-Pierre Husson. * Dont 3 millions de Juifs D'après Marc NOUSCHI, Bilan de la Seconde Guerre mondiale, Le Seuil, 1996.

La deuxième guerre mondiale en Première - Les morts de la Seconde guerre mondiale - Commentaire corrigé par Jean-Pierre Husson

Questions Question 1 : Le nombre total des victimes de la 2ème guerre mondiale est 4 à 5 fois plus élevé que celui de la 1ère guerre mondiale. Comment peut-on expliquer cette différence ? Question 2 : Comparez les pertes des deux grands pays vainqueurs. Pourquoi le bilan est-il si différent dans ces deux pays engagés avec la même détermination dans la guerre contre les puissances de l'Axe ? Bien qu'il soit difficile d'établir un bilan précis des pertes humaines de la 2e guerre mondiale, on estime que ce conflit a fait 40 à 60 millions de victimes, c'est-à-dire 4 à 5 fois plus que la 1ère guerre mondiale. En chiffres absolus, c'est l'Union soviétique qui a subi les pertes humaines les plus élevées, aussi bien en ce qui concerne les civils que les militaires : environ 21 millions de morts, c'est-à-dire 70 fois plus qu'aux Etats-Unis.

"Buchenwald par ses témoins" "Histoire. Déportées d’une trentaine de pays, 250 000 personnes furent internées dans le camp de Buchenwald entre 1937 et 1945.

"Buchenwald par ses témoins" "Histoire

Environ 1/4 d’entre elles y sont mortes d’épuisement ou assassinées par les SS du régime nazi. Qui sont les hommes enfermés dans cet enfer ? Comment sont-ils arrivés là ? Comment ont-ils survécu ? Comment se sont-ils organisés ? Ce remarquable ouvrage édité chez Belin trouvera assurément sa place non seulement dans les bibliothèques publiques, mais en ce qui concerne l’éducation nationale, dans les centres de documentation et d’information (CDI) présents dans tous les collèges et lycées de France. Dominique Durand, président de l’Association française Buchenwald-Dora et Kommandos et co-rédacteur de l’ouvrage rappelle dans l’introduction les circonstances politiques qui ont amené les nazis à mettre en place un vaste système concentrationnaire inspiré du Goulag stalinien, mais dont les racines plongent dans les conflits coloniaux de la fin du XIXe siècle.

L'histoire alternative (3/4) : Philip K. Dick au crible de l’histoire.