background preloader

Déesses mineures

Facebook Twitter

Iodame - Wikipedia. In Greek mythology, Iodame /aɪˈɒdəmiː/ was the daughter of Itonus and granddaughter of Amphictyon.[1] She was a priestess at the temple of Athena Itonia built by her father. One night, Athena appeared in front of her; at the sight of Medusa's head which was worked in the goddess' garment, Iodame turned into stone. Since then, a priestess lit the fire on the altar every day, repeating thrice: "Iodame lives and demands fire".[2] Callirrhoé fille d'Achéloos. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Mythe[modifier | modifier le code] Elle réclame à son époux le Collier d'Harmonie[1], que celui-ci avait offert à sa première femme Arsinoé (fille de Phégée, roi de Psophis en Arcadie). Mais Alcméon est finalement tué par les fils de Phégée, Pronoos et Agénor, en tentant de récupérer l'objet.

Callirrhoé obtient alors de Zeus, « avec qui elle était intime[2] », de faire grandir ses deux enfants sur le champ afin qu'ils deviennent des hommes. Ceux-ci vont ensuite venger leur père, tuant d'abord Pronoos et Agénor, puis Phégée et son épouse[2]. Notes et références[modifier | modifier le code] ↑ Ainsi que son péplos selon Apollodore, qui précise qu'elle refuse de vivre avec son mari tant qu'il ne lui aurait pas donnés (III, 7, 5).↑ a et b Apollodore, III, 5, 6. Bibliographie[modifier | modifier le code] Portail de la mythologie grecque.

Psyché (mythologie) Apulée se réfère essentiellement à la vie humaine de Psyché et celle-ci ne possède pas d'attributs divins. Seul le dernier paragraphe de l'histoire (table 2) évoque la déification de la princesse[1]. L'histoire d'Éros et Psyché est présentée sous la forme d'un récit enchâssé dans l'œuvre principale. Elle est racontée par une vieille femme à une jeune fille enlevée par des brigands, dans le but de lui changer les idées.

L'histoire terminée, Apulée fait malicieusement dire à son héros Lucius, changé en âne, qu'il « se désolait de ne pas avoir de tablettes ni de stylet pour prendre en note une si belle histoire » (VI, 25, 1), ce qui pourrait signifier que l'auteur s'est réellement inspiré d'un conte oral. Éros et Psyché, mosaïque d'époque romaine trouvée dans une villa à Cordoue (Espagne) Psyché est une princesse d'une beauté si parfaite qu'elle éveille la jalousie d'Aphrodite à laquelle on la compare. Sur l'ordre d'Aphrodite, l'Inquiétude et la Tristesse malmènent la pauvre Psyché. Métis. Fille d'Océan et de Téthys, Métis est une Océanide dont le nom signifie "prudence"; c'est la personnification de la sagesse ; Elle fut la première épouse (amante) de Zeus. Naissance d'Athéna Métis sous le siège C'est elle qui conseilla à Zeus d'utiliser un puissant vomitif sur Cronos pour lui faire régurgiter ses frères et sœurs qu'il avait avalés.

Zeus convoitait Métis, qui se métamorphosait constamment pour lui échapper jusqu'à ce qu'elle fût prise et rendue enceinte. Un oracle de Gaia déclara alors que l'enfant serait une fille et que si Métis enfantait de nouveau, le fils qu'elle porterait détrônerait Zeus, de la même manière que Zeus avait lui-même détrôné Cronos et que Cronos avait détrôné Ouranos.

Naissance d'Athéna Au bout d'un certain temps, un jour, se promenant sur les rives du lac Triton, Zeus fut pris d'un mal de tête si violent qu'il lui sembla que son crâne allait éclater et il se mit à pousser de tels cris que le firmament entier lui fit écho. Echidna. Femme et serpent à la fois, Echidna (gr. Εχιδνα; lat. Echidna) fut engendrée Tartare et Gaia selon Apollodore (Bibliothèque: II,1,2), ou selon Hésiode (Théogonie: 295), par Chrysaor et Callirhoé ou d'après Pausanias (Périégèse: VIII,18,2) par Phorcys et Céto. Elle vivait dans une caverne en Cilicie au pays des Arimes (ou dans le Péloponnèse) en compagnie de Typhon. Echnida Dans la région du Pont-Euxin Hérodote raconte qu'Héraclès mit ses chevaux aux pâturages pendant la nuit et qu'au matin il ne les retrouva pas. Il aurait alors découvert Echidna dans sa grotte qui lui aurait promis de lui restituer ses chevaux à condition qu'il lui fasse un enfant.

Manifestement Héraclès tenait beaucoup à ses chevaux puisque qu'il s'exécuta et Echidna eut trois fils qui donneront leur nom à trois puissantes nations. Echnida B. Malfaisante à cause de sa progéniture et parfois même dévoreuse d'infortunés voyageurs, elle fut tuée par Argos aux-cent-yeux, qui l'avait surprise dans son sommeil. Harpies. Les Harpies (ou Harpyes), étaient les filles du dieu marin Thaumas et de l'Océanide Electre (ne pas confondre avec la fille d'Agamemnon). Leur nombre et leur nom varient selon les auteurs. Harpie Aellô ou Nicothoé (la bourrasque), Ocypétès (vole-vite), et Célaeno (sombre nuée), étaient considérées par Hésiode comme des femmes ailées à la belle chevelure, puis petit à petit, la légende se modifia et elles prirent l'apparence de monstres épouvantables.

On les représentait comme des êtres monstrueux au corps d'oiseau et à la tête de femme. Elles avaient des serres acérées et répandaient une odeur infecte. Elles passaient pour enlever (d'où le nom de "ravisseuses") les enfants et les âmes des morts. On retrouve d'ailleurs sur certains tombeaux leurs images emportant l'âme dans leurs serres. Elles habitaient les îles Strophades, dans la mer d'Ionie, sur la côte du Péloponnèse. Homère, qui ajouta Podargé (Aux pieds agiles), les considérait plutôt comme les déesses des tempêtes. Les Gorgones. Les Gorgones étaient trois monstres fabuleux, enfants des divinités marines Phorcys et de Céto et soeurs des Grées. Méduse par CARAVAGGIO (© Galleria degli Uffizi, Florence) On les représentait sous la forme de femmes à la chevelure faite de serpents entrelacés et parfois dotées d'ailes; elles vivaient près du pays des Hespérides, aux confins de la Libye. On distingue en général trois Gorgones: - Euryale, - Sthéno, (la puissante) - Méduse (la seule mortelle).

Méduse avait la figure, parfois barbue, d'une laideur repoussante, de forme ronde, avec un nez camard, une bouche immense, munie de dents longues comme des défenses de sanglier d'où sortait une langue. Selon la légende, Méduse aurait été une belle jeune fille, un peu trop fière de sa chevelure. HESIODE, Théogonie, 278 sqq C'est pourquoi lorsque Persée lui trancha la tête d'un seul coup de serpe, à sa grande surprise, Pégase, le cheval ailé, et le guerrier Chrysaor brandissant une épée d'or, jaillirent de son corps décapité. Les Erinyes. Les Erinyes ou Erinnyes (Gr. Ἐρινύες ) étaient des divinités très anciennes, déesses chthoniennes de la Vengeance du crime.

Les remords d' Oreste par BOUGUEREAU (© Norfolk, Virginia, USA) Elles ne reconnaissaient pas l’autorité des dieux de la nouvelle génération et n’avaient d’autre lois que les leurs. Elles furent identifiées plus tard aux Furies (ou Dirae) chez les Romains. Elles sont nées des gouttes de sang versées sur la Terre, Gaia, lorsque Cronos mutila son père Ouranos. D'autres auteurs comme Eschyle font d'elles les filles de Nyx, la Nuit. Dans tous les cas elles vivaient dans le Tartare ou l’Erèbe et venaient sur Terre poursuivre les criminels. La colère des Erinyes ne touchait pas seulement le criminel, le pays qui l’hébergeait encourrait le risque d’être frappé par la famine ou la maladie.

Erinyes Intraitables, leur colère ne prenait fin que lorsque les rites de purification avaient été correctement et entièrement accomplis. Les Furies Boris VALLEJO 1991. Circé. Circé entourée de bêtes sauvages (1900) BARKER (© Art Galleries and Museums, Bradford Magicienne de l'île Æaea, Circé (Gr. Κίρκη) est la fille d'Hélios et de l'océanide, Perséis (ou Persé) donc la soeur de Aeétès et de Pasiphaé, ou bien selon Diodore la fille d’Aeétès et d’Hécate. Circé dont le nom en grec signifie "oiseau de proie" était douée de pouvoirs extraordinaires, capable de faire descendre les étoiles du ciel, mais elle excellait dans la préparation de philtres, de poisons et de breuvages de toutes sortes, propres à transformer les êtres humains en animaux.

Elle habitait avec ses nymphes sur l'île Æaea (ou trouve aussi les graphies Aeaea, Aiaia, Ééa) qui se situerait vers l'Occident, près des côtes tyrrhéniennes. En revanche les romains identifièrent Æaea avec Circeli (monte Circello). Selon Homère elle s'était réfugiée sur l’île d'Aeaea après avoir empoisonné son mari, le roi des Sarmates. Circe invidiosa par WATERHOUSE (1892) © Art Gallery of South Australia, Adelaïde. Psyché (mythologie) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Psyché. Dans Les Métamorphoses, l'histoire d'Amour et Psyché est présentée sous la forme d'un récit enchâssé dans l'œuvre principale, raconté par une vieille femme à une jeune fille enlevée par des brigands, dans le but de lui changer les idées.

L'histoire terminée, Apulée fait malicieusement dire à son héros, Lucius (changé en âne) qu'il « se désolait de ne pas avoir de tablettes ni de stylet pour prendre en note une si belle histoire ». Mosaïque d'époque romaine trouvée dans une villa à Cordoue (Espagne) Psyché est la fille d'un roi. Le père de Psyché, désespéré de voir que sa fille ne trouve pas d'époux, se rend à Delphes pour supplier Apollon de permettre à Psyché de se marier. Plus tard dans la nuit, son mystérieux époux (Éros) la rejoint, lui demandant de ne jamais chercher à connaitre son identité, cachée par l'obscurité de la chambre. Peintures : Sculptures : Tapisseries : Vitraux : Littérature : Musique : Érinyes (Furies)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans la mythologie grecque, les Érinyes (en grec ancien Ἐρινύες / Erinúes, d'ἐρίνειν / erínein, « pourchasser, persécuter »), ou parfois « déesses infernales » (χθόνιαι θεαί / khthóniai theaí), sont des divinités persécutrices. Selon Eschyle elles sont transformées en σεμναὶ / semnaì[1], « vénérables », après l'acquittement d'Oreste, occasion à laquelle Athéna aurait obtenu d'elles qu'elles devinssent des divinités protectrices d'Athènes sous le rôle de gardiennes de la justice. Plus tard, Euripide les a identifiées avec les Euménides (grec Εὐμενίδες / Eumenídes, « les Bienveillantes »)[2]. Elles correspondent aux Furies (en latin Furiæ ou Diræ) chez les Romains. Ascendance[modifier | modifier le code] Filles de Gaïa et du sang d'Ouranos mutilé d'après Hésiode, ce sont des divinités chtoniennes. Mégère (Μέγαιρα / Mégaira, « la Haine »)Tisiphone (Τισιφόνη / Tisiphónê, « la Vengeance »)Alecto (Ἀληκτώ / Alêktố, « l'Implacable »).

Muses. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Muse. Dans la mythologie grecque, les Muses (grec Μοῦσαι, Moûsai) sont les neuf filles de Zeus et de Mnémosyne. Étymologie[modifier | modifier le code] S'il est établi que leur nom (sing. Μοῦσα [mōːsa]) reflète un ancien *montya, l'étymologie de cette dernière forme reste incertaine. Une hypothèse fait dériver le terme de la racine indo-européenne *men- / *mon- présente dans μένος et dans μνήμη. Une autre hypothèse[réf. nécessaire] proposerait de rattacher le mot à la racine (*mont-) du latin mons (« montagne »), et faire d'elles, primitivement, des nymphes des montagnes, Olympe ou Hélicon.

Mythe[modifier | modifier le code] À Delphes, elles portent le nom des trois premières cordes d'une lyre : Aiguë (Nété), Médiane (Mésé) et Grave (Hypaté). La tradition leur attribuait deux résidences : une sur le mont Parnasse, l'autre sur l'Hélicon. Les Muses sont parfois abusivement assimilées aux Piérides. Égérie I. Charites (Grâces) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Grâces. Quant à Homère[2], il nomme Charis comme l'épouse d'Héphaïstos et présente Pasithée comme une des Charites[3], fille de Dionysos et d'Héra.

Héra la promet en mariage à Hypnos à condition qu'il veuille bien l'aider à endormir Zeus[4]. Pausanias fournit une longue digression au cours de sa Description de la Grèce (livre 9, chapitre 35, 1-7) sur les différentes traditions attachées aux Charites en Grèce continentale et en Ionie. Symbolique des Grâces[modifier | modifier le code] En grec ancien, la racine du nom des Charites est celle du verbe χαίρω, se réjouir, être joyeux. Cette joie vivante, force élémentaire qui nous maintient dans l'être et le bonheur, est celle que les Grecs se souhaitaient en se saluant du seul mot de χαῖρε ! Comme tous les dieux et déesses, elles sont éternellement jeunes et belles, à l'âge que les Grecs considéraient comme celui de la plénitude, entre quinze et vingt ans.

Bacchantes. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Leur fête, appelée bacchanales, se célébrait autrefois en Grèce, en Égypte, et principalement à Rome. Euripide, dans la tragédie des Bacchantes[1], a laissé une description détaillée des servantes de Dionysos, au moment où elles vont célébrer les mystères de ce dieu, en proie à l'extase furieuse qu'il leur inspire. À la fin de cette pièce, Penthée est puni pour avoir résisté à Dionysos : les Bacchantes le déchirent avec un acharnement sauvage, y compris Agavé, la propre mère du jeune homme, qui dans son délire, brandit la tête de son fils qu'elle prend pour une tête de lion[2].

Œuvres dérivées[modifier | modifier le code] Les Bacchantes (- 405) est le titre de la dernière pièce de théâtre d'Euripide.La Bacchante (1808) est une chanson de Pierre-Jean de Béranger (1780 – 1857), reprise depuis par Jean-Louis Murat dans son album Moscou (2005).Ah ! Notes et références[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code]

Peleiades. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. On peut émettre l'hypothèse que le mythe, rapporté par Hérodote au Ve siècle av. J. -C., de la colombe noire qui fut à l'origine de l'oracle de Dodone, est une tentative d'appliquer une étymologie populaire au nom archaïque des prêtresses dont le sens était perdu. Il est possible que la racine pel- dans leur nom soit à l'origine liée aux racines signifiant « noir » ou « boueux » dans des noms tels que Pélée ou Pélops. Article connexe[modifier | modifier le code] Dodone Bibliographie[modifier | modifier le code] (en) H. Néréides. Laure Olive-Humbel / Néréides. Naïades. Hamadryades. Moires (Parques) Mania (mythologie) FANTASTIQUES MONSTRES MARINS. Pandore :: créatures :: sirènes. L'art magique: L'Odyssée - Les Sirènes. Sirènes, l'évolution d'un mythe.

Sirène - Monstres & Légendes. Les Sirènes. Les Sirènes. Mythes, légendes et femmes : pour une réhabilitation de la Sirène. Les sirènes et autres créatures féminines aquatiques - le blog antre-licorne. Les Sirenes: ou discours sur leur forme et figure - Claude Nicaise. So, Who is the Siren?