background preloader

Les comportements addictifs liés à l'usage du numérique

Facebook Twitter

Les nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés ? 1. Les addictions numériques : Internet et les jeux vidéo La formule de M. Guy Almes selon laquelle il y a trois formes de mort : « la mort cardiaque, la mort cérébrale et la déconnexion du réseau »52(*) est particulièrement vérifiée chez les adolescents. Pour un certain nombre d'entre eux, la navigation sur Internet ou les jeux (notamment en ligne) sont devenus une drogue dont ils ne peuvent plus se passer.

Une enquête sur les loisirs devant écran (Internet, jeux vidéo et télévision) a été menée auprès de 444 élèves de 3e scolarisés dans l'ensemble des collèges publics et privés d'une grande ville du Nord de la France53(*). En bref, s'il existe bien une cyberaddiction, plus puissante que la dépendance à la télévision, qui commence à prendre des proportions inquiétantes, la solution est connue : il s'agit du contrôle des parents, qui disposent des moyens pour couper la connexion ou pour maîtriser les horaires de navigation.

Selon M. . * 52 « There is three kinds of death in this world. Anxiété, dépression et addiction liées à la communication numérique. APA American Psychiatric Association, DSM-5, Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles mentaux, Issy-les-Moulineaux, Elsevier Masson, 2015. Baker Zachary G., Krieger Heather G, LeRoy Angie S., « Fear of Missing out : Relationships with Depression, Mindfulness, and Physical Symptoms », Translational Issues in Psychological Science, 2016, 2, no 3, 275-282. Becker Marc W., Alzahabi Reem, Hopwood Christopher J., « Media Multitasking Is Associated with Symptoms of Depression and Social Anxiety », Cyberpsychology, Behavior, and Social Networking, 2012, 16, no 2, 132-135.

Belk Russell W., « Extended Self in a Digital World », Journal of Consumer Research, 2013, 40, no 3, 477-500. Billieux Joël, Thorens Gabriel, Khazaal Yasser, Zullino Daniele, Achab Sophia, Van Der Linden Martial, « Problematic involvement in online games : A cluster analytic approach ». Computers in Human Behavior, 2015, 43, 242-250. Bonis (De) Monique, Connaître les émotions humaines, Sprimont, Pierre Mardaga, 1996. Note 1. Accro au numérique ? Les nouvelles addictions... - La Gazette de Danièle : Des idées et des Arts... Nous en avons tous un usage régulier, à partir de quel moment pouvons-être considérés comme addicts aux nouvelles technologies ? Comment cette addiction se traduit-elle au quotidien ? Michael Stora : Cela ne se traduit pas tant en terme d’heures passées sur les nouvelles technologies qu’en termes de rupture des liens sociaux réels.

L’addiction se manifeste par un décrochage de la vie sociale : refus de participer à des repas de famille, moins de sorties en couple, abandon de ses responsabilités de parent... Pour les enfants cela commence par l’absence de présence au repas du soir et cela peut aller jusqu’à la déscolarisation. Les nouvelles technologies mettent la vie sociale au second plan petit à petit.

Il faut faire le distinguo entre les moments excessifs et l’addiction. Dan Véléa : La « e-dépendance » et le concept de cyberdépendance sont apparus vers le milieu des années 1990. Les premiers écrits sont nord-américains, Ivan Goldberg, suivi en 1996 par mes écrits français. Michael Stora : La course à l’e-influence, une addiction socialement acceptable. #Gloups. S’il est des articles qu’on lit d’un trait, la gorge un peu serrée et en ravalant sa salive à la fin, celui d’Isabelle Bouttier¹, publié récemment par l’excellente revue Tank, en fait incontestablement partie. C’est que la fondatrice de Web Image&Sens, qui fut sémiologue et coach dans une vie antérieure, n’y va pas par quatre chemins pour décrire les ressorts psychologiques et autres traits qui caractérisent les socionautes influents, ainsi que la course à l’e-influence !

Alors évidemment, quand il se trouve qu’on est soi-même blogueur et twitto assidu, comme le personnage fictif autour duquel l’auteure a construit son article (un certain « Paul »²), difficile de ne pas se sentir visé par cette description sans concession de l’e-influence et par son portrait au vitriol de ces e-influenceurs autoproclamés dont les réseaux regorgent. Alors, aliénation ou pas ? Quelle seraient, si tant est que l’on puisse parler d’addiction, les signes avant-coureurs de la dépendance ? WordPress: #EnkiBilal : « Le numérique, c’est la nouvelle addiction dont nous sommes tous frappés » #BD #numérique. Nous ne sommes pas le client. Nous sommes le produit. Note 2. LES COMPORTEMENTS ADDICTIFS LIES A L USAGE NUMERIQUE.