background preloader

CHSCT

Facebook Twitter

Guide prevention situations violences. Plan de prévention écrit lors d’intervention d’entreprises extérieures ou sous-traitantes. Un plan de prévention écrit doit être réalisé avant le commencement des travaux si le nombre total d’heures de travail prévu pour réaliser les travaux est au moins de 400 heures sur 12 mois, ou bien si les travaux figurent sur la liste des travaux dangereux fixé par l’arrêté du 19 mars 1993.

Plan de prévention écrit lors d’intervention d’entreprises extérieures ou sous-traitantes

CHSCT : Les surfaces minimales et les aménagements des lieux de travail des salariés. Outils de Formation. La meilleure arme contre la Souffrance au Travail est l’éducation.

Outils de Formation

Afin de partager les connaissances de ses experts, Souffrance et Travail met ici en ligne, en formats téléchargeables, tous ses outils de formations : textes, diaporamas et vidéos. Ce sont les supports qu’ils utilisent eux-mêmes lors de formations et conférences et qui sont ici mis à disposition des CHSCT, managers, syndicats, médecins du travail, psychologues… et tous les autres acteurs du travail. L’accès à cette rubrique est libre et gratuite. Merci de soutenir notre oeuvre(*) avec un don. (*) est créé et maintenu par Diffusion des Connaissances sur le Travail Humain, une association à but non-lucratif.

Le travail est une donnée complexe, à l’interface de nombreuses disciplines. Un test pour savoir si vous êtes en burn out. Un test pour savoir si vous êtes en burn out. Ordinateur : quelle position pour éviter le mal de dos ? Parce qu’on passe de plus en plus de temps devant son ordinateur, on a tous tendance à vouloir trouver une position confortable.

Ordinateur : quelle position pour éviter le mal de dos ?

Que ce soit sur un canapé devant l‘écran de son portable, ou assis sur une chaise devant son écran de bureau, le dos a tendance à se courber et les jambes à s’allonger. Même si cela ne paraît pas toujours bien naturel, il faut penser à corriger sa position. Explications et illustrations. La bonne posture devant un PC. Pictogramme de signalisation pour les nanomatériaux. Vidéo : les bases d'une bonne position de travail. La prévention des risques psychosociaux. Les maladies psychiques liées au travail insuffisamment reconnues en Europe. Dépressions réactionnelles d'origine professionnelle, burn-out, syndrome de stress post-traumatique, etc.

Les maladies psychiques liées au travail insuffisamment reconnues en Europe

Ces troubles psychiques - parmi d'autres - liés au travail ne sont que rarement reconnus comme tels. Dans tous les pays étudiés, les organismes d’assurance et les pouvoirs publics s’interrogent sur l’opportunité de reconnaître et d’indemniser ce type de pathologies comme maladies professionnelles . En effet, la difficulté réside dans le caractère multifactoriel des maladies psychiques et la difficulté à établir un lien clair de cause à effet entre les conditions de travail et la survenance d’une pathologie psychique. Le Danemark est le seul pays ayant inscrit un trouble mental, en l’occurrence le stress post-traumatique, sur sa liste de maladies professionnelles. En France, Belgique et Italie, c’est au titre du système complémentaire que les troubles psychiques peuvent être reconnus comme maladies professionnelles. Keylogger : des dispositifs de cybersurveillance particulièrement intrusifs.

Les " keyloggers " sont des dispositifs de surveillance, parfois téléchargeables gratuitement depuis le web, qui se lancent automatiquement à chaque démarrage de la session de l'utilisateur, à son insu.

Keylogger : des dispositifs de cybersurveillance particulièrement intrusifs

Une fois lancés, ils permettent, selon les versions, d'enregistrer toutes les actions effectuées par les salariés sur leur poste informatique sans que ceux-ci s'en aperçoivent. Toute frappe saisie sur le clavier ou tout écran consulté est enregistré avec un horodatage. Arrêt ou refus d’une tâche pour protéger sa santé ou sa sécurité. Les raisons invoquées par les salariés ayant interrompu ou refusé une tâche pour préserver leur santé ou sécurité sont les suivantes : la nature du poste de travail ; l’organisation du travail ; les relations sociales avec les collègues de travail ; les supérieurs ou le public.

Arrêt ou refus d’une tâche pour protéger sa santé ou sa sécurité

Ils mettent également en avant les conditions relatives à leur santé. La moitié des salariés qui ont refusé ou arrêté une tâche de travail précisent qu’ils l’ont fait de manière isolée et que d’autres collègues de travail ont fait la même chose et au même moment. Pour rappel, le Code du travail donne le droit aux salariés de se retirer d’une situation de travail dont ils ont un motif raisonnable de penser qu’elle présente un danger grave et imminent pour leur vie ou leur santé (Code du travail, art.

L. 4131-1 ). 2013-023 - Les salariés déclarant avoir interrompu ou refusé une tâche pour préserver leur santé ou leur sécurité : les enseignements de l'enquête Sumer. « Au cours des douze derniers mois, vous est-il arrivé d’interrompre ou de refuser une tâche pour préserver votre santé ou votre sécurité ?

2013-023 - Les salariés déclarant avoir interrompu ou refusé une tâche pour préserver leur santé ou leur sécurité : les enseignements de l'enquête Sumer

» 12 % des salariés ont répondu par l’affirmative à cette question dans l’enquête Sumer 2010. Par rapport aux autres salariés, ils sont exposés à davantage de risques professionnels, et ont eu plus d’accidents de travail. Certains contextes de travail mettent plus souvent les salariés en position d’interrompre ou de refuser une tâche. Cela tient à la nature du poste de travail, mais aussi à l’organisation du travail et aux relations sociales avec les collègues, les supérieurs ou le public. Sept profils distincts ont été dégagés, qui rassemblent entre 8 % et 22 % des salariés ayant interrompu ou refusé une tâche. Circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2011/11/cir_34048. Risques psychosociaux - bien-être au travail. Circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2011/09/cir_33731. 2012-571 du 24 avril 2012 relatif aux comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail dans les établissements publics d'enseignement supérieur relevant du ministre chargé de l'enseignement supérieur.

I. ― Dans les établissements publics d'enseignement supérieur relevant du ministre chargé de l'enseignement supérieur, le conseil d'administration crée, par dérogation au I de l'article 35 du décret du 28 mai 1982 susvisé, un comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail d'établissement.

2012-571 du 24 avril 2012 relatif aux comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail dans les établissements publics d'enseignement supérieur relevant du ministre chargé de l'enseignement supérieur

Le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail, placé auprès du président ou du directeur de l'établissement et dont les missions sont définies à l'article 47 du décret du 28 mai 1982 susvisé, apporte son concours dans les matières relevant de sa compétence au comité technique de l'établissement. En outre, il peut être créé un comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail commun à plusieurs établissements publics d'enseignement supérieur par délibérations des conseils d'administration des établissements concernés. Ces délibérations déterminent le président ou directeur de l'établissement auprès duquel il est placé.

82-453 du 28 mai 1982 relatif à l'hygiène et à la sécurité du travail ainsi qu'à la prévention médicale dans la fonction publique. Risques psychosociaux - bien-être au travail. Rapport - L’impact des TIC sur les conditions de travail. Le rapport Leur puissance, la variété de leurs fonctions et la possibilité de les intégrer dans un même ensemble confèrent aux TIC une importance stratégique qui dépasse de très loin celle de simples outils.

Rapport - L’impact des TIC sur les conditions de travail

Leur impact est quasi systématique sur les organisations du travail que, bien souvent, elles modèlent et structurent. L’innovation incessante qui caractérise ce secteur de la communication, associée à l’évolution rapide des besoins des entreprises dans le contexte d’une économie mouvante, s’est répercutée sur les outils informatiques. Ces derniers sont au premier plan des facteurs de changements qui mettent sous tension le monde professionnel. Leur rôle apparaît déterminant pour l’activité quotidienne des salariés (y compris ceux qui ne sont pas utilisateurs), pour l’organisation de l’entreprise, pour ses décisions stratégiques et les changements qu’elle connaît.

Trois problématiques principales ont émergé :