background preloader

Se situer face aux pervers narcissiques

Facebook Twitter

11 Septembre, peurs, dissonance cognitive, recherches sur le cerveau et psychologie morale (partie 8b) En répondant à la question posée par le titre de cet essai, le chapitre du mois dernier, la partie 8a a évoqué une partie de la recherche sur le cerveau qui montre que nous, les humains, avons des différences dans nos structures cérébrales, et que ces différences nous aident à expliquer pourquoi certains d'entre nous sommes plus ouverts aux nouvelles idées et pouvons mieux gérer l'incertitude que d'autres.

11 Septembre, peurs, dissonance cognitive, recherches sur le cerveau et psychologie morale (partie 8b)

En outre, la recherche, qui démontre l'emprise tenace du cerveau sur les croyances, et ce même malgré les preuves contraires [à ces croyances], nous aide à comprendre pourquoi la tâche consistant à éduquer les gens à propos du 9/11 devient autant psychologique que fondée sur des preuves. Conscience morale, empathie et psychopathie - L'intelligence émotionnelle. Reconnaitre et aider une personne sous emprise : minapulateurs.

Bizarrement, je n'ai pas encore parlé de ce sujet, et pourtant, pour les personnes de l'entourage il s'agit d'une question essentielle et personnellement, c'est en viosionnant une émission de télévision décrivant une personne sous emprise que j'ai accepté l'idée qu'il y avait un problème dans mon couple.

Reconnaitre et aider une personne sous emprise : minapulateurs

Comment identifier une personne sous emprise ? Avant d'aider une personne sous emprise, il faut pouvoir identifier que cette personne est sous emprise. Dans certains cas, cela tombe sous le sens, mais souvent, c'est totalement invisible, les choses empirant tout doucement, ce processus peut se mettre en place sur plusieurs années, il est toujours impératif de revenir au point de départ et évaluer l'évolution de la situation... La personne change de comportement : son discours n'est plus le même, ses habitudes non plus, elle critique des choses qu'elle appréciait auparavant, fait des actes allant à l'encontre de ses principes moraux, de ses valeurs, de ses habitudes... La manipulation mentale et émotionnelle.

Syndrome de Münchhausen par procuration. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Syndrome de Münchhausen par procuration

Le syndrome de Münchhausen par procuration[1] — parfois appelé syndrome de Meadow — est une forme grave de sévices à enfant au cours de laquelle l'adulte qui a la charge de l'enfant provoque de manière délibérée chez lui des problèmes de santé sérieux et répétés avant de le conduire auprès d'un médecin (forme de pathomimie par procuration).

Il fut découvert en 1977 par le pédiatre anglais Roy Meadow. Il est impossible de quantifier son importance réelle mais, aux États-Unis, 1 000 cas annuels sont répertoriés grâce à l'autopsie systématique des morts subites du nourrisson. Sir Roy Meadow estime avoir dû faire face à 400 cas. En France, il n'existe pas de consensus sur la réalité de ce syndrome et bon nombre de pédiatres et de psychiatres ne peuvent imaginer (à tort ou à raison) des parents infligeant de telles souffrances à leur enfant et refusent d'admettre avoir été ainsi mystifiés. La femme du pervers narcissique. Le pervers narcissique - syletlesprincescharmants. C'est une évidence, un P.N est inconstant en tout domaine.

Le pervers narcissique - syletlesprincescharmants

D'ailleurs son côté pro-actif qu'il met souvent en avant ne le mène souvent pas à destination, car la patience, les efforts ne sont pas sont truc! Ce ne sont pas les rêves de grandeur et les projets grandioses qui lui manquent mais derrière cela il est surtout à la recherche d'un statut qui pourrait consolider son ego et le flatter.il utilise toute son énergie à faire tenir debout 'la machine' qui tourne donc souvent à vide!

Il peut même apparaitre comme feignant. Que ce soit dans sa vie privée comme professionnelle, Le P.N utilise les autres et use déni comme du délit. Psychopates pervers. Le cerveau des psychopathes : une réduction des aires cérébrales impliquant l'empathie et le traitement des émotions. Les progrès considérables de l'imagerie cérébrale semblent redonner une nouvelle vie à une théorie surannée, la phrénologie[1] (due au médecin allemand Franz Joseph Gall, et dont le langage conserve un souvenir, dans une expression comme « la bosse des maths »).

Le cerveau des psychopathes : une réduction des aires cérébrales impliquant l'empathie et le traitement des émotions

Exploitant les apports de l'imagerie structurelle en résonance magnétique, une étude britannique essaye ainsi d'« identifier des différences au niveau de la matière grise » entre des délinquants violents, selon qu'ils relèvent ou non du diagnostic de psychopathie (en référence aux critères de la Psychopathy Checklist-Revised[2]). D'inspiration « néophrénologique » (même si les associations recherchées et la rigueur méthodologique sont beaucoup plus sérieuses qu'au temps de Gall), cette recherche porte sur 22 sujets-témoins et 44 délinquants violents (17 étiquetés « personnalité antisociale avec psychopathie associée », et 27 étiquetés « personnalité antisociale sans psychopathie associée »). Le cerveau des psychopathes est différent. Le cerveau des psychopathes est différent, selon une étude publiée dans le Journal of Neuroscience.

Le cerveau des psychopathes est différent

Les résultats de cette étude, estiment les chercheurs, peuvent aider à expliquer le comportement antisocial insensible et impulsif manifesté par certains psychopathes. Les chercheurs en psychologie et en psychiatrie Joseph Newman et Michael Koenigs de l'Université de Wisconsin-Madison ont analysé, au moyen de deux différentes technologies d'imagerie cérébrale, les cerveaux de 20 prisonniers ayant reçu un diagnostic de psychopathie (trouble de personnalité antisociale) et 20 prisonniers ayant commis des crimes similaires mais n'ayant pas reçu ce diagnostic. Treize règles à suivre lorsqu’on a affaire à des psychopathes. Face aux narcissiques. Mieux les comprendre pour mieux les désarmer. Rubrique Pervers Narcissiques.

Le tigre et l'araignée : Les deux visages de la violence. Auteur : Olivier Clerc Ces deux polarités sont étroitement liées : là où l'une est évidente, l'autre n'est jamais loin.

Le tigre et l'araignée : Les deux visages de la violence

Pour l'instant, toutefois, la société tend à stigmatiser les formes les plus évidentes de la violence (le Tigre), sans prendre en compte celles plus cachées (l'Araignée) dans lesquelles les premières prennent souvent racine. L'auteur met en évidence ces deux polarités de la violence et leurs spécificités et montre leurs interactions au niveau individuel et collectif. Abordant enfin les attitudes à adopter face à la violence, il évoque un changement de paradigme relationnel, dans lequel la " lutte contre la violence " - symptomatique et inefficace à long terme - fait place à des stratégies permettant de désamorcer les deux polarités de la violence.

Quatrième de couverture.