EFSA autorité européenne de sécurité des aliments

Facebook Twitter

Tout sur l’EFSA en 3 minutes chrono ! CEO publie un nouvel outil de vulgarisation expliquant quelques-uns des principaux problèmes de l’EFSA (Autorité Européenne de Sécurité Alimentaire), l’agence chargée de délivrer des recommandations scientifiques en matière de sécurité alimentaire aux autorités européennes.

Tout sur l’EFSA en 3 minutes chrono !

Ce film d’animation de trois minutes vous permet d’en apprendre davantage sur l’EFSA et dans quelle mesure son fonctionnement bénéficie à l’industrie agro-alimentaire et aux multinationales des pesticides et des biotech telles que Monsanto, Syngenta, Unilever, Nestlé… ! Les experts et les responsables de l’EFSA sont-ils indépendants de l’industrie? Quel rôle l’industrie joue-t-elle dans les tests sanitaires effectués par l’EFSA? L’EFSA n’utilise-t-elle pas d’autres recherches indépendantes sur ces produits?

EFSA. Danone renonce à vanter les bienfaits pour la santé de deux de ses produits vedettes 16.04.10 Loin de passer inaperçues, cinq lignes insérées au milieu d'un communiqué sur le (bon) chiffre d'affaires au premier trimestre ont fait chuter le titre Danone de 1,56 %, jeudi 15 avril à la Bourse de Paris, après une perte de près de 3 % en séance. Invoquant "le manque de visibilité dans l'application du règlement européen sur les allégations santé", le groupe agroalimentaire a annoncé qu'il retirait des bureaux de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) ses demandes de labélisation santé pour les yaourts Activia (2,6 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2009) et le lait fermenté Actimel (1,2 milliard).

EFSA- MONSANTO: conflits d’intérêts? Le Parlement européen devrait suspendre l’approbation du budget de l’ Agence européenne pour l’environnement (AEE), de l’ Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et de l’ Agence européenne des médicaments (AEM), peut-on lire dans une note publiée hier par l’Assemblée de l’UE.

EFSA- MONSANTO: conflits d’intérêts?

Cette décision devrait être prise lors d’une séance plénière ce jeudi (10 mai) lorsque les budgets 2010 des 24 agences de l’UE et organismes décentralisés seront examinés. Monica Macovei, l’eurodéputée conservatrice roumaine en charge du dossier, proposera de repousser l’approbation des budgets de trois agences. Mme Macovei a expliqué à EurActiv que l’annonce hier de Diána Bánáti, jusqu’alors présidente du conseil d’administration de l’EFSA, qu’elle partait travailler pour l’ILSI, une organisation financée par le secteur alimentaire et agrochimique, soulignait le problème des conflits d’intérêts. Révélations PAN Europe : l’EFSA est infiltrée par les lobbies de l’industrie chimique !

Comme le révèle des documents, l’EFSA – l’autorité européenne de sécurité alimentaire – ne contrôle pas l’infiltration, par les industriels, du groupe de travail sur les substances chimiques.

Révélations PAN Europe : l’EFSA est infiltrée par les lobbies de l’industrie chimique !

Rappel des faits. Un groupe de travail de l’EFSA, (groupe de travail TTC) visant à permettre la mise sur le marché de substances chimiques toxiques sans aucun test toxicologique, a été mis sur pied en 2008 sans aucune évaluation en interne par l'EFSA ou encore par des évaluateurs externes – alors même que cela est contraire aux règles propres de l'EFSA. En effet, des documents reçus par PAN-Europe, émanant de l’EFSA après une demande d’accès à ces documents, révèlent [1] que le groupe de travail de l'EFSA sur le TTC (Seuil d’intérêt toxicologique) a été convoquée et organisée par Susan Barlow, une consultante anglaise du secteur privé de l'industrie et proche de longue date de l'industrie chimique finançant un groupe de pression nommé ILSI (International Life Sciences Institute).

Révélations PAN Europe : l’EFSA est infiltrée par les lobbies de l’industrie chimique ! Révélations PAN Europe : l’EFSA est infiltrée par les lobbies de l’industrie chimique ! Comme le révèle des documents, l’EFSA – l’autorité européenne de sécurité alimentaire – ne contrôle pas l’infiltration, par les industriels, du groupe de travail sur les substances chimiques.

Révélations PAN Europe : l’EFSA est infiltrée par les lobbies de l’industrie chimique !

Rappel des faits. Un groupe de travail de l’EFSA, (groupe de travail TTC) visant à permettre la mise sur le marché de substances chimiques toxiques sans aucun test toxicologique, a été mis sur pied en 2008 sans aucune évaluation en interne par l'EFSA ou encore par des évaluateurs externes – alors même que cela est contraire aux règles propres de l'EFSA. En effet, des documents reçus par PAN-Europe, émanant de l’EFSA après une demande d’accès à ces documents, révèlent [1] que le groupe de travail de l'EFSA sur le TTC (Seuil d’intérêt toxicologique) a été convoquée et organisée par Susan Barlow, une consultante anglaise du secteur privé de l'industrie et proche de longue date de l'industrie chimique finançant un groupe de pression nommé ILSI (International Life Sciences Institute). Efsa autorisation ogm.

Pour le respect de la controverse scientifique et de l’expertise contradictoire - Soutien à Gilles-Eric Séralini et à ses co-auteurs La Fondation Sciences Citoyennes et le Réseau Européen des Chercheurs pour la Responsabilité Sociale et Environnementale ENSSER (www.ensser.org) viennent de lancer une campagne de soutien au professeur Gilles-Eric Séralini (Université de Caen) et à ses collègues Joël Spiroux de Vendômois et Dominique Cellier. Ces chercheurs sont actuellement victimes d'attaques et de pressions morales de la part de Monsanto, de l'EFSA (agence européenne de sécurité des aliments), de l'AFBV (Association française des biotechnologies végétales) et d'autres organismes ayant donné des avis favorables à l'autorisation des OGM. Ces attaques font suite à la publication des résultats des contre-expertises faites par Séralini et al. des études de Monsanto sur trois maïs génétiquement modifiés. L’opaque nébuleuse des agences européennes. Peu transparentes, dépensières, sujettes aux conflits d’intérêts : l’indépendance de la vingtaine d’agences spécialisées de l’UE pose des problèmes tant au point de vue financier que du contrôle démocratique, dénonce Die Presse.

L’opaque nébuleuse des agences européennes

Très exactement 6 157 euros : voilà ce que coûte une réunion du conseil d’administration de l’Efsa, l’autorité européenne de sécurité des aliments. Par personne. On ne sait pas si les quinze membres du conseil d’administration ont été conduit à Parme [siège de l’Efsa] sur des chaises à porteurs, ni s’ils y ont dégusté des œufs de caille pochés tout en parcourant l’ordre du jour. Ce que l’on sait très bien, en revanche – grâce à l’infatigable Monica Macovei, députée européenne roumaine spécialisée dans la lutte contre la corruption – c’est la conception qu’ont ces gens-là de leur fonction.

Le gendarme des aliments trop laxiste. L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) décide de ce qui est autorisé dans nos assiettes.

Le gendarme des aliments trop laxiste

Censée protéger les consommateurs, elle est aujourd'hui de plus en plus contestée en raison des liens étroits qu'elle entretient avec l'industrie agro-alimentaire. L’EFSA est censée protéger les consommateurs, c’est sa mission. L’EFSA infiltrée par les multinationales OGM: Un moratoire sur les nouvelles autorisations d’OGM s’impose!

L'EFSA donne les avis sur base desquels la Commission européenne tente de forcer l'entrée des OGM dans l'Union européenne. La présidente du conseil d'administration de l'EFSA, la Hongroise Diána Bánáti, (1) est membre du comité des directeurs de la branche européenne de l'International Life Science Institute (Ilsi), telle la nouvelle qui vient de Bruxelles aujourd'hui (2). Cet organisme prétend donner des conseils scientifiques indépendants dans tous les domaines agro-alimentaires, alors qu'il ne fait que reprendre à son compte les données fournies par ses membres, au rang desquels on compte notamment tous les grands des OGM que sont Monsanto, Bayer, BASF, etc.

«Cette affaire est grave et scandaleuse. Sous ces conditions nous demandons plus que jamais et d'urgence un moratoire (3) sur toutes les nouvelles autorisations d'OGM dans l'Union européenne. Les effets des OGM sur la santé et l'environnement ne sont pas évalués correctement. Efsa. Bisphénol A : L’EFSA persiste et signe son discrédit ! L’ANSES avait accompli son aggiornamento en reconnaissant les effets des faibles doses de BPA dans son rapport du 27 septembre [1], une vraie révolution dans le monde de l’évaluation des risques qui avait reçu une attention planétaire.

La confrontation avec l’Agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA) était très attendue. Dans son communiqué et les rapports publiés hier sur son site [2], celle-ci continue de nier la réalité écrasante des données scientifiques, émanant pourtant de plus de 600 études. La veille scientifique menée par le RES depuis Mai 2009 met en évidence que sur 193 études publiées, 96% montrent des effets.

L'agrobiseness. Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) - Engagée depuis 2002 dans la sécurité des aliments en Europe. Autorité européenne de sécurité des aliments. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Autorité européenne de sécurité des aliments

Pour les articles homonymes, voir AESA. L'Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA, en anglais European Food Safety Authority, EFSA) est une des principales agence de l’Union européenne. Elle est chargée de l'évaluation des risques dans le domaine des denrées alimentaires. Elle fournit des conseils scientifiques sur les risques existants ou émergents dans ce domaine.