background preloader

Y'en a marre du chomage

Facebook Twitter

Les grands accords nationaux signés depuis vingt ans face au chômage. L'OCDE épingle la France sur l'intégration des immigrés. Fin 2011, moins de 45% des 15-29 ans avaient un emploi. La proportion de jeunes entre 15 et 29 ans ayant un emploi est passée sous les 45% fin 2011, pour la première fois depuis 2003, selon une étude du ministère du Travail publiée lundi. En moyenne sur l’année 2011, près de 55% des jeunes âgés de 15 à 29 ans en France étaient considérés comme actifs : 45,5% ayant un emploi et 9,3% étant au chômage. Le taux d’emploi a reculé d’un point au second semestre 2011 pour s'établir à 44,9% à la fin de l’année. Plus d’un emploi sur quatre occupé par un jeune de moins de 26 ans bénéficiait d’une aide de l’Etat fin 2011, contre environ un sur 30 pour l’ensemble des actifs occupés.

Les taux d’activité et d’emploi des jeunes restent inférieurs en France à la moyenne européenne (respectivement de 57,1 et 47,5% dans l’UE à 27), du fait d’une scolarité assez longue en France et d’une faible proportion de jeunes travaillant pendant leurs études, précisent les auteurs de cette enquête de la Direction des études et statistiques du ministère du Travail. En France, 23 % des jeunes sont pauvres. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Pascale Krémer Le diagnostic est sévère, il place la ministre de la jeunesse, Valérie Fourneyron, qui voit "tous les indicateurs se dégrader", devant "l'impérieuse nécessité d'agir rapidement". Fragilisation accrue, risques d'exclusion, creusement des inégalités entre jeunes sur fond de crise économique : le premier rapport de l'Observatoire de l'Institut national de la jeunesse et de l'éducation populaire (Injep) sur la situation de la jeunesse en France, qui sera présenté, mardi 4 décembre, lors de rencontres organisées au Conseil économique, social et environnemental, vient rappeler au président de la République le bien-fondé de sa priorité affichée de campagne et l'urgence d'une politique publique à la hauteur des promesses et de l'enjeu.

Un conseil interministériel se prépare sur le sujet, dans tous les ministères ; il devrait se tenir en février 2013. Des mesures fortes seront annoncées, promet Mme Fourneyron. Nos quartiers s'enfoncent dans la crise. L’Observatoire des zones urbaines sensibles (Onzus) a rendu vendredi 16 novembre son rapport annuel. Il apporte un éclairage sur une réalité accablante : avec la crise, la situation sociale se durcit dans les quartiers. Dans les 751 quartiers identifiés comme « sensibles », le taux de chômage est non seulement élevé, mais ils s’accroit plus vite que la moyenne nationale.

Il est passé de 21,9 % en 2010 à 22,7 % en 2011 en Zus, alors qu’il stagne autour de 9,5 % dans les agglomérations alentour. Par ailleurs, une personne sur quatre s’estime victime de discrimination dans ces quartiers, en raison de leur couleur de peau ou de leur origine. La situation est particulièrement grave chez les 15-25 ans : 40,4 % sont au chômage. L’Onzus montre aussi un creusement des inégalités entre les quartiers populaires et les villes auxquelles ils appartiennent. Ces écarts sont aussi criants chez les mineurs. Les femmes plus durement touchées Inégalités d’orientations scolaires. Impasses budgétaires.

Les incertitudes s’accumulent sur les économies les plus riches du monde. Aux États-Unis, malgré la réélection du président Obama, la “falaise fiscale” (en anglais, fiscal cliff) menace de plonger les pays en récession l’an prochain. La “falaise fiscale”, c’est la perspective de voir simulta nément à compter du 1erjanvier 2013 l’abrogation des réductions d’impôts décidéesparGeorgeBushet des cou pes aveugles dans les dépenses du budget fédéral. Si la loi votée en 2011 restait en l’état, les impôts augmenteraient de près de 20 % et les dépenses seraient uniformément ré duites de 0,25 %. Le déficit budgétaire serait ainsi diminué de moitié l’an prochain. Mais elle inquiète aussi par sa brutalité et les effets dépressifs qu’elle pourrait provoquer dans l’immédiat sur une économie encore en convalescence. Personne ne croit vraiment que les mesures prévues seront appliquées telles quelles.

La situation n’est guère meilleure en Europe. Le chômage, un drame français. Sarkozy laisse à Hollande trois millions de chômeurs. - Devant une foire aux emplois aux Etats-Unis Shannon Stapleton / Reuters - Près de trois millions de chômeurs en France métropolitaine à fin juin 2012, plus de 1,4 million de demandeurs d’emploi en activité réduite, soit 4,4 millions de personnes inscrites à Pôle emploi (et même 4,7 millions avec les DOM): tel est le bilan du précédent quinquennat, un mois après le retour de la gauche au pouvoir. A titre de comparaison, lorsqu’il était arrivé à l’Elysée, Nicolas Sarkozy avait hérité d’une situation beaucoup moins sombre: en juin 2007, le nombre de chômeurs frôlait tout juste les 2 millions de personnes en métropole, et le taux de chômage tel que l’entend le Bureau international du travail (BIT) atteignait 8%. L’objectif affiché du nouveau président consistait à le faire reculer à 5%.

Il s’y engageait. Raté: il a, au contraire, augmenté. publicité Le chômage a progressé en 2010 et 2011 malgré une petite croissance En France, le taux de 10% est maintenant dépassé, indique Eurostat. Le chômage en France atteindrait 11% fin 2013. ÉCONOMIE - Le taux de chômage en France métropolitaine pourrait atteindre 11% de la population active fin 2013, un plus haut historique, selon les prévisions de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) publiées jeudi.

Le nombre de chômeurs au sens du Bureau international du travail (BIT), différent des 3 millions publiés par le Pôle Emploi, continuerait à augmenter, de 253.000 personnes en 2012 et 243.000 en 2013, portant le taux de chômage en France métropolitaine à 11% fin 2013, selon l'OFCE. Soit 3,3 millions de chômeurs. Il s'agirait d'un niveau jamais atteint depuis le pic de 10,8% au premier semestre 1997.

Le taux de chômage, calculé par l'Insee au sens du BIT, était de 9,7% au 2ème trimestre en France métropolitaine, soit 2,8 millions de chômeurs. La politique du gouvernement n'inversera pas la courbe du chômage Faute de croissance en 2012, l'OFCE s'attend à ce l'économie française perde 106.000 emplois nets en 2012 et 166.000 en 2013. Moins d'austérité. Assurance auto : les chômeurs paient plus cher. Explosion du nombre de chômeurs: 46 900 de plus en septembre. Crise : le scénario-catastrophe de l'OFCE. "Si le gouvernement tient coûte que coûte à respecter son engagement de déficit à 3 % du PIB, cela nécessitera un nouveau plan de restrictions de 22 milliards d'euros", a annoncé, jeudi, l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), lors d'une conférence de presse à Paris.

Une "austérité hystérique" pour le centre de recherche en économie de Sciences Po, une école de pensée jugée plutôt keynésienne. "Lutter contre les déficits et l'endettement est une intention louable et relève de la bonne gestion", admet l'observatoire, mais "l'obstination du gouvernement débouche sur une spirale de rigueur et de récession". L'observatoire dresse un scénario-catastrophe : si le gouvernement poursuit ses efforts budgétaires, "le pire est à craindre", prévient l'OFCE. Chômage, tout d'abord : il frôlerait la barre des 12 % et plus de 200 000 emplois seraient détruits à la fin 2013. Une situation intenable Au-dessus des entreprises, le ciel est lourd. Une austérité "tempérée" La crise a créé 30 millions de chômeurs dans le monde... et ce n'est pas fini. En tout, la crise a laissé 70 millions de personnes sur le carreau. Le monde compte en effet 30 millions de chômeurs de plus qu'en 2008.

Et 40 millions de personnes ont arrêté de rechercher un emploi. C'est le constat accablant que dresse le directeur général du Bureau international du travail (BIT), Guy Rider ce vendredi. Ce dernier pointait en particulier la situation des jeunes : ils sont 75 millions de moins de 25 ans à être au chômage dans le monde, soit un quart du nombre total.

Des mesures d'austérité dénoncées "Cela signifie que les dommages des mesures d'austérité sont bien pires que ce qui avait été préalablement envisagé", a-t-il dénoncé. 7 millions de chômeurs en plus attendus Le BIT prévoit que le nombre de chômeurs devrait continuer de croître l'an prochain. La croissance zéro s'installe en France. La France semble s’installer durablement dans une période de stagnation économique, avec un enchaînement inédit de cinq trimestres consécutifs de croissance zéro et un chômage qui continue de s’envoler, selon l’Insee qui a révisé jeudi à la baisse sa prévision pour 2012. L’Institut national de la statistique et des études économiques table désormais sur une croissance de 0,2% sur l’ensemble de l’année, contre 0,4% dans ses précédentes prévisions publiées fin juin.

C’est moins bien que les 0,3% escomptés par le gouvernement pour ramener le déficit public de la France à 4,5% du produit intérieur brut (PIB) à la fin de l’année. L'économie française est «à l’arrêt», a résumé le chef du département de la conjoncture de l’Insee, Cédric Audenis. Cela signifie, a-t-il précisé à la presse, que «ce n’est pas "en avant" comme aux Etats-Unis, mais ce n’est pas non plus "en arrière" comme l’ensemble de la zone euro», entrée en récession.

Le chômage passerait le cap des 10% Conjoncture : Bas salaires : une personne sur six gagne moins de 1055 euros. Le nombre de salariés payés un peu plus de 1000 euros par mois est en hausse et touche désormais 16 % de la population active. Il s'agit, dans trois cas sur quatre, de femmes. Un salarié sur six! D'après les toutes dernières statistiques du ministère du Travail, 3,6 millions de salariés occupent un emploi «à bas salaire», c'est-à-dire un emploi dont le salaire mensuel net est inférieur asu deux tiers du salaire mensuel net médian.

Autrement dit, un emploi payé au maximum un peu plus de 1000 euros par mois (1055 euros net en 2011), niveau assez proche du smic à temps plein (1074 euros). Plus des trois quarts des personnes concernées travaillent à temps partiel et près de la moitié sont en contrat à durée limitée ou travaillent chez un particulier. Ce qu'il faut savoir sur le seuil symbolique des 3 millions de chômeurs en France. "C'est mauvais, c'est forcément mauvais, au rythme qui était déjà acquis avant l'été, je m'attends bien entendu à ce que le chiffre, qui est symbolique mais enfin qui est fort, des trois millions de chômeurs en France sera dépassé", a déclaré ce mercredi matin Michel Sapin sur France 2, avant même la publication des statistiques officielles, attendue ce soir à 18 heures. Y a-t-il vraiment trois millions de chômeurs en France?

Tout dépend des chiffres que l'on retient. Michel Sapin fait référence au nombre de demandeurs d'emplois inscrits à Pôle emploi en catégorie A, c'est-à-dire sans activité. Ils étaient 2,987 millions en métropole fin juillet, selon les statistiques publiées par le ministère du Travail la semaine dernière. Il suffit donc qu'il y en ait eu au moins 13.000 de plus en août pour que ce seuil ait été effectivement atteint, comme l'a annoncé le ministre de l'économie. En quoi est-ce un seuil symbolique? Combien de temps faudra-t-il pour repasser la barre dans l'autre sens? La SNCF délocalise en Europe de l’Est et en Espagne.

«Comment est-il possible d'être aussi maladroit? » Ainsi aurait réagi François Hollande lorsqu'il apprit, fin juillet, que le Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif), présidé par le socialiste Jean-Paul Huchon, s'apprêtait à délocaliser son centre d'appel au Maroc. A l'époque, le chef de l'Etat, qui fait de la lutte contre le chômage sa priorité numéro un, exhortait les responsables publics à être « très attentifs » à l'emploi en France.

Le message n'a visiblement pas été entendu par les dirigeants de la SNCF… Selon nos informations, l'entreprise publique, détenue à 100% par l'Etat, délocalise en effet — en toute discrétion — une partie de ses activités informatiques en Tchéquie, en Pologne et en Espagne. Jusqu'à présent, le pilotage des applications informatiques — en clair, la surveillance du fonctionnement des logiciels et des ordinateurs — était pour l'essentiel assuré par des prestataires privés de la SNCF. Le nombre de pauvres a augmenté de 440.000 en France en 2010. La dernière enquête de l'Insee sur les niveaux de vie, rendue publique vendredi 7 septembre, est explosive. Que constate-t-elle en effet ? Qu'en 2010, le niveau de vie médian (19 270 euros annuels) a diminué de 0,5 % par rapport à 2009, que seuls les plus riches s'en sont sortis et que la pauvreté, en hausse, frappe désormais 8,6 millions de personnes, soit 440 000 de plus qu'un an plus tôt. Avec la fin du plan de relance, les effets de la crise se sont fait sentir massivement.

En 2009, la récession n'avait que ralenti la progression en euros constants du niveau de vie médian (+ 0,4 %, contre + 1,7 % par an en moyenne de 2004 à 2008). Il faut remonter à 2004, précise l'Insee, pour trouver un recul semblable à celui de 2010 (0,5 %). La timide reprise économique de 2010 n'a pas eu d'effets miracle, puisque pratiquement toutes les catégories de la population, y compris les classes moyennes ou moyennes supérieures, ont vu leur niveau de vie baisser. Claire Guélaud PS. Le chômage ne peut plus baisser (c'est comme les carburants) Le gouvernement Ayrault voudrait bien maîtriser le prix des carburants mais la réalité économique l’en empêche. La seule option serait d’utiliser les taxes comme variable d’ajustement. Dans ce contexte, une baisse de 20 centimes serait envisageable avec comme conséquence un budget amputé de milliards d’euros ce qui n’est pas pensable compte-tenu de l’état des finances.

Mais même en admettant que ce geste soit possible, l’évolution du baril d’ici deux ou trois ans ferait remonter le prix à un niveau conséquent. En vérité, la hausse du prix des carburant n’est pas un phénomène conjoncturel mais structurel. Le structurel est donc un processus continu dont la durée se chiffre en décennies. On peut penser légitimement que le chômage crée des inégalités mais c’est plutôt l’inverse, à savoir des inégalités de revenus qui finissent par engendrer du chômage. Une fois le constat établi, on voit se dessiner trois options.

Et donc, quelques lignes pour préciser ce point. Le chômage va continuer à augmenter. Les chiffres du chômage du BIT (Bureau international du travail) annoncés ce jeudi vont à nouveau témoigner de la mauvaise santé du marché du travail. Les statistiques de Pôle emploi ne cessent d’augmenter depuis quinze mois et le ministre du Travail a déjà reconnu dimanche qu’avec trois millions de personnes sans emploi, la barre des 10 % de chômeurs avait déjà été franchie. Dans la situation de rigueur budgétaire imposée par le gouvernement, une inversion de tendance n’est pas à l’ordre du jour. « Si le gouvernement tient son programme de retour à 0 % de déficit public en 2017 quelle que soit la conjoncture, le chômage poursuivra sa hausse », explique Mathieu Plane, économiste senior à l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques). Résultat : il va continuer à augmenter systématiquement chaque mois jusqu’en 2017. « Sauf si le gouvernement décide de faire une pause », ironise l’économiste.

Source. Pourquoi le chômage en France n'est pas près de baisser. Emploi : Le taux de chômage au plus haut depuis presque 13 ans. Emploi : Les salariés français sont absents 14 jours par an. La chute de PSA ou la faillite d'un système. Le chômage à un niveau record dans la zone euro. TUC, CIE, CPE... Retour sur 35 ans « d'emplois-jeunes »

Emploi : Plans sociaux : la rentrée de tous les dangers. Le nombre de demandeurs d'emploi approche les 3 millions. Après une courte accalmie, la chute de l'intérim relance les destructions d'emplois, France. L'inquiétante dégringolade de l'intérim en France. L'emploi salarié se dégrade, tiré vers le bas par l'intérim. CDD, intérimaires... les victimes cachées de la crise. Chiffres du chômage: avec la multiplication des plans sociaux, et si le pire était à venir ? 75.000 emplois sont menacés en France selon la CGT. Emploi : Plus forte hausse du chômage depuis 31 mois. Croissance en berne et pouvoir d'achat en recul pour 2012. Les salariés dégradés de Camaïeu. « Une augmentation de 1 % du SMIC détruirait de 15.000 à 25.000 postes »

Subventions au groupe Doux. Usine Renault au Maroc: Dupont-Aignan dénonce un «scandale d'Etat» Les suppressions de postes dans l'Education plus nombreuses que prévu l'an dernier. Taux de chômage au plus haut depuis treize ans. Salaires, carrières, retraites : les inégalités persistent. La Poste encore condamnée pour abus de CDD. Emploi : Le taux de chômage atteint 10 % de la population active. Conditions de travail : Ikea a perdu la notice. Son entreprise a été liquidée… par erreur - Emploi. Honeywell : délocalisation déguisée. Logement : les ménages pauvres s'endettent plus pour acheter.

Liliane, 62 ans, 634 euros par mois, retraitée « au bout du rouleau » | Rue89 Eco. Panne informatique géante à Pôle emploi. Précarité : plus de 11 millions de Français en situation de pauvreté. Les dossiers industriels qui attendent le futur président. Un produit dangereux sur deux dans l'UE est d'origine chinoise - Flash actualité - Economie - 08/05/2012. Le chômage augmente pour le onzième mois consécutif. Dixième mois de hausse pour le chômage.

Depuis 2004, le nombre de pauvres ne cesse de croître. Crise: ceux qui trinquent. Un jeune actif sur deux a connu le chômage. Jeunes et vieux, hommes et femmes : qui a été touché par le chômage depuis 2007 ? Le chômage, bombe à retardement de l'élection. Aucun des candidats n’est à la hauteur des défis du chômage. En France, de nombreux secteurs économiques risquent de souffrir. Pourquoi la pauvreté n'est pas un thème de la campagne. En cinq ans, le chômage augmenté de 30%. On dit merci qui ? Les Français ont de plus en plus de mal à payer leurs factures. Un quinquennat à 1,3 millions de chômeurs. Le nombre de plans sociaux retrouve en 2011 son niveau d'avant la crise. Les causes du chômage | Eclairages Economiques. 2,87 millions de chômeurs en France, plus que d'habitants à Rome. Le chômage a beaucoup progressé chez les cadres et les plus qualifiés. 100.000 emplois industriels sont partis en fumée depuis 3 ans en France.

La hausse du chômage fait plonger les comptes de l'Unédic. Chômage hausse record.