background preloader

Champ littéraire

Facebook Twitter

Avec sa Grande Librairie, François Busnel devient-il l’Amazon de la télé ? France 5 est très fière : l’émission de François Busnel, La Grande Librairie, a été consacrée émission la plus prescriptrice, pour la vente de livres. L’enquête réalisée par I+C, pour le journal spécialisé Livres Hebdo, a interrogé des libraires, pour déterminer quels médias faisaient entrer les clients en librairie. Moralité, La Grande Librairie est consacrée. Et cela étonne qui ?

Photo ©Jean-Philippe Baltel/FTV/SIPA La chaîne souligne donc que l’émission est « perçue par les libraires et les grandes surfaces culturelles comme l’émission la plus influente commercialement qui attire véritablement les lecteurs en librairie ». Elle serait d’ailleurs en tête par rapport aux autres émissions TV qui parlent des livres. Champagne, mais gare aux bulles « La Grande Librairie est l’émission de télévision qui fait vendre le plus de livres. Blacklisté par Busnel, "le cauchemar absolu" (déjà en 2012) ! Dans les librairies, un autre discours Mais que signifie qu’un média soit influent ? Rentrée littéraire : comment les libraires font-ils leurs choix? Tous les ans, dans sa librairie Gwalarn, à Lannion (Côtes-d’Armor), Emmanuelle George se dit que l’été prochain elle lira «Guerre et Paix». Mais voilà, il y a tant de nouveautés chaque automne, «cinq cents livres et des brouettes», comme dit un autre libraire, que même si lire et relire les classiques fait partie du métier, l’attention est tout entière mobilisée par cette «course en avant».

Avant de partir en vacances, Emmanuelle George a pris beaucoup de romans de la rentrée, «par peur de manquer». Deux par jour, rangés dans une caisse de plastique transparent. «Pour nous, il n’y a pas vraiment de pause estivale, ajoute Caroline Berthelot, de la librairie La Femme renard, à Montauban (Tarn-et-Garonne). La rentrée des libraires commence en mai, avec l’arrivée de ces avant-livres que sont les «épreuves», des textes en cours de correction présentés sous une couverture uniforme de papier blanc. "Nul. Les équipes se partagent alors les romans. "Bovarysme littéraire" Anne Crignon. Les 8 cadors de la rentrée littéraire (et un 9ème qui pourrait surprendre) Les poids lourds de la rentrée littéraire. Sauve qui peut ! Longtemps préservé des aléas de la crise, le marché du livre a désormais la tremblote : des ventes en baisse de 2% sur un an, un mois de juin catastrophique (- 6,5% selon Livres Hebdo).

Pour échapper à la déprime - dont le milieu se délecte volontiers - les éditeurs misent gros sur la fameuse rentrée littéraire. En augmentant le nombre de titres publiés (607, dont 404 romans français, contre 555 en 2013) et, surtout, en jouant sur les cadors. A chaque maison son poids lourd, et les tirages qui l'accompagnent comme l'attestent les chiffres publiés par Livres Hebdo. Avec une première place sur le podium pour la reine Amélie : 200 000 exemplaires de Pétronille, l'excellent opus 2014 de Mlle Nothomb, ont été imprimés par Albin Michel.

Chez Grasset, c'est une autre vedette, Frédéric Beigbeder, qui tient la pole position (des tirages) avec 120 000 exemplaires de sa chaude histoire d'amour, Oona & Salinger. Moins de premiers romans qu'en 2013. Paul Auster, Stephen King et 900 autres écrivains s'attaquent à Amazon. Depuis quelques jours, Amazon et Hachette s'envoient des lettres. La guerre entre le site de vente en ligne et l'éditeur prend une tournure épistolaire. Rappelons que, depuis plusieurs mois, Amazon souhaite augmenter ses marges, et fait pression sur Hachette en utilisant des méthodes que certains qualifient de «déloyales»: allongement des délais de livraison, refus d’effectuer les rabais ou d’enregistrer les précommandes. Les anti-Amazon ont riposté. Hier, le «New York Times» a publié la lettre ouverte de 900 auteurs, qui ne sont pas tous édités par Hachette, demandant à Amazon, «et dans les termes les plus forts, de cesser de porter atteinte au gagne-pain des auteurs sur lesquels il a bâti son commerce».

Ils ajoutent ne pas vouloir prendre parti dans ce conflit, mais exigent qu'Amazon arrête de «gêner la vente de livres, [et de] décourager les clients de commander ou de vouloir recevoir les livres qu'ils désirent». Les cadors Cette lettre ne date pas d’hier. "Merci d'écrire à Hachette" Une rentrée littéraire resserrée : de l’audace et des valeurs sûres | Notre sélection. Détails Catégorie parente: Le Coin des Livres Catégorie : Notre sélection Publié le vendredi 8 août 2014 10:40 Par Emmanuelle de Boysson - Bscnews.fr/ Pour les livres sortis entre avril et juillet, la période n’a pas été folichonne !

Il suffit de participer à un salon du livre pour le constater. Alors qu’aux États-Unis, les ventes d’ebooks et de livres numériques ont dépassé celles de papier, soit une progression de 28, 1 % en un an, la France se vante de défendre le livre à prix unique, valeur refuge. A lire aussi: Le chant d'espérance de Jean d'Ormesson Colum McCann : qu'est-ce qu'être un homme ? Gilbert Sinoué : la face cachée de Gandhi Une séparation...d’une rive à l’autre Vampires : une encyclopédie à la réalité saisissante Sans oublier : la quête bouleversante d'Ariane Bois. Le meilleur de la rentrée littéraire | Le Point.fr. Kindle Unlimited : pourquoi un service de lecture illimitée ne sera jamais une bibliothèque. Temps de lecture estimé : 8 minutes Téléchargez cette page pour la lire hors-ligne : Amazon a donc lancé son offre de lecture illimitée, judicieusement appelée Kindle Unlimited : pour 9.99$ (sortie prévue en France à l’horizon de l’automne 2014, sans doute à 9,99€), les souscripteurs pourront à loisir télécharger tous les ebooks compris dans l’offre sans restriction de nombre de fichiers, de publicité ou de temps d’utilisation.

L’offre embarquera dans un premier temps quelques pointures (Harry Potter, Seigneur des Anneaux, etc) ainsi que des catalogues de maison indépendantes et des autopubliés Kindle Select, le temps que tout le monde se mette d’accord et que les grands groupes d’édition décident (ou non) de s’intégrer à l’offre. En France, des rumeurs circulent déjà : il est possible que Kindle Unlimited incorpore à son lancement de grands catalogues de maisons prestigieuses. Une bibliothèque n’a jamais eu vocation à générer du profit.

Envie d'essayer ? Le calendrier des grands prix d'automne. De Frédéric Beigbeder à Thomas Pynchon, une rentrée littéraire riche en têtes d'affiche - RTBF Litterature. La rentrée littéraire de septembre 2014 comptera 607 romans contre 555 en 2013, dont 404 romans français et 203 romans étrangers. Cette production, en hausse par rapport à l'an dernier, se maintient toutefois en dessous des chiffres de la décennie (676 romans en moyenne à chaque rentrée entre 2005 et 2012). Temps fort de l'édition, la rentrée s'annonce très attendue avec la présence d'auteurs phares, voire de poids lourds de la littérature française et étrangère. Emmanuel Carrère, auteur de "Limonov", prix Renaudot 2011, reviendra avec "Le Royaume" chez P.O.L tandis qu'Olivier Adam, à qui l'on doit entre autres "Je vais bien, ne t'en fais pas", adapté au cinéma par Philippe Lioret, publiera "Peine Perdue" en août chez Flammarion.

Le rendez-vous des "poids lourds" Auteur de "La Délicatesse", grand succès littéraire, David Foenkinos présentera "Charlotte", un roman sur le destin d'une artiste peintre allemande tuée à Auschwitz. Des pointures internationales AFP Relax News. Edan Lepucki, grande gagnante de la guerre Amazon-Hachette. Dans la guerre qui oppose Amazon et Hachette, il y a beaucoup de perdants mais une seule grande gagnante: Edan Lepucki. L’histoire de cette écrivain peu connue a pris des allures de fabuleux destin, comme le racontait mercredi dernier Brooks Barnes, du «New York Times». Il y a quelques semaines, l’animateur de télévision Stephen Colbert s’en prend au géant de la vente en ligne pendant son émission «The Colbert Report».

Il accuse Amazon de boycotter les livres édités par Hachette Book Group. Rien d'étonnant, puisque Monsieur Colbert publie chez Hachette et fait justement partie des victimes. Sa contre-attaque est plus surprenante. Il invite sur son plateau le romancier Sherman Alexie, fervent anti-Amazonien, et lui demande d’apporter le livre d’un auteur qui serait particulièrement touché par l’affaire. De son côté, Sherman Alexie a choisi chez Hachette plusieurs premiers romans prometteurs, dont celui d’Edan Lepucki, «California».

Chloé Thibaud. Amazon : l’irrésistible ascension d’un prédateur. En inventant la libraire en ligne, Jeff Bezos a facilité l’accès aux livres. Et asphyxié les libraires. En banalisant l’e-book, il a réinventé la lecture. Et entamé un dangereux bras de fer avec les éditeurs. L’agressivité commerciale d’Amazon effraie, de même que sa superpuissance sur le marché du livre. Car au moment où la multinationale devient elle-même maison d’édition, beaucoup se demandent si la littérature de qualité survivra à ce rouleau compresseur. Une enquête a parue dans «The Nation», qui détaille la stratégie derrière le rouleau compresseur. Elle est traduite par nos confrères de «BoOks». D’entrée de jeu, Jeff Bezos entendait «devenir vite super-grand».

Bezos a compris deux choses. Jeff Bezos fait un rêve Internet ouvrait la perspective d’une sorte de vente sur mesure. Mais Epstein n’a pas compris que le désir de tenir un livre entre ses mains diminuerait un jour. Gnome frêle au crâne dégarni, Bezos apparaissait souvent comme un être étrange, distant et énigmatique. Amis libraires, Amazon vous montre comment être plus productifs.

Pourquoi tant de haine contre Amazon? Les libraires, les enseignes culturelles et même Aurélie Filippetti dénoncent en choeur sa «concurrence déloyale» tandis que trois librairies indépendantes américaines veulent le poursuivre pour monopole. On se demande bien ce qu'ils lui reprochent. L’enseigne américaine veut simplement démocratiser un modèle de gestion qui a fait ses preuves, en utilisant des méthodes de management efficace.

On a sélectionné les meilleures. Privilégiez la flexibilité Amazon emploie plus de 56.000 personnes à travers le monde. Un chiffre qui évolue cependant pendant les périodes d’activité intense, comme les fêtes de fin d’année. En Grande-Bretagne par exemple, Amazon embauche 10.000 employés saisonniers pour le «rush de Noël». Ce système permet aux différents entrepôts d’établir une sorte de «code couleur» des badges: badges bleus pour les employés d’Amazon, verts pour ceux fournis par l’entreprise d’insertion. Gagnez du temps Jusqu’ici, rien de révolutionnaire. 300 écrivains dénoncent la "prise en otage" des lecteurs par Amazon. Depuis plusieurs mois, le site de vente en ligne Amazon est accusé de mener une véritable guerre commerciale contre les filiales américaines d’Hachette, en utilisant des méthodes déloyales: allongement des délais de livraison, refus d’effectuer les rabais ou d’enregistrer les précommandes.

Face à cette «prise en otage» des livres et de leurs lecteurs, l’auteur de best-sellers Douglas Preston, publié chez une filiale d'Hachette, a décidé il y a deux semaines d’adresser une une lettre à Amazon pour encourager les lecteurs à écrire directement à Jeff Bezos, le PDG du site (jeff@amazon.com, au cas où). En faisant circuler la lettre parmi ses confrères, Douglas Preston pensait ne trouver qu’une douzaine d’«auteurs courageux» pour la signer. Mais aujourd’hui, ce ne sont pas moins de 300 écrivains qui se rallient à sa cause, parmi lesquels Stephen King, James Patterson (qui arrive chaque année ou presque en tête du classement des auteurs les plus grassement rémunérés) ou Nora Roberts.