background preloader

Atelier professionnel : Vanain

Facebook Twitter

Les amortissements dérogatoires : application facultative. Les amortissements dérogatoires résultent de l’application de textes fiscaux. Ils peuvent, dans certains cas, s’appliquer au libre choix des entreprises. Compta-Facile s’attarde ici sur les modalités d’application et de comptabilisation des amortissements dérogatoires facultatifs. Comptabilisation des amortissements dérogatoires facultatifs en cas de recours au mode fiscal dégressif Comme nous l’avions évoqué dans notre article sur la comptabilisation des amortissements comptables, les entreprises peuvent, sous conditions et pour certains biens seulement, pratiquer un amortissement fiscal selon le mode dégressif. Ce mode d’amortissement permet d’amortir plus rapidement les biens durant leurs premières années d’utilisation. Exemple : une entreprise achète un matériel industriel neuf le 1er janvier N pour 6 000 € . (1) 6 000 x ( 1 / 5 ) x 1,75(2) 6 000 x (1 / 5 )(3) 3 900 x ( 1 / 5 ) x 1,75. Calcul de l’amortissement dérogatoire en comptabilité.

L’amortissement dérogatoire : Définition L'amortissement dérogatoire est un amortissement comptable ne correspondant pas à une dépréciation mais à une option fiscale qui permet de comptabiliser en charge exceptionnelle un complément de déduction fiscale, les premières années de l'amortissement du bien, afin de réaliser une subvention déguisée remboursable.

Calcul de l’amortissement dérogatoire en comptabilité

L’amortissement dérogatoire : Une option fiscale L'amortissement dérogatoire est exclusivement d'ordre fiscal. Il ne correspond pas à la dépréciation du bien mais permet à l'entreprise d'optimiser son résultat fiscal en enregistrant des amortissements fiscaux. Cet amortissementest optionnel, chaque entreprise étant libre de l'appliquer ou non. Les amortissements comptables : calcul, durée et méthodes. La valeur des immobilisations est répartie, en comptabilité, sur leur durée d’utilisation probable au moyen d‘amortissements.

Qu'est ce que l’amortissement fiscal ? Comprendre et Calculer son amortissement fiscal. Qu’est-ce qu’un amortissement (amortir un actif en comptabilité) ?

Qu'est ce que l’amortissement fiscal ? Comprendre et Calculer son amortissement fiscal

Certains biens sont affectés durablement à l’activité de l’entreprise (immeubles, matériel informatique…) et doivent être inscrits à l’actif immobilisé (ils se distinguent de l’actif circulant, dont l’utilisation relève du court terme) .Ces biens peuvent être amortis et ainsi, si l’acquéreur ne pourra déduire immédiatement leur valeur d’acquisition, il pourra déduire, durant un certain laps de temps, égal à la durée d’utilisation normale du bien, une certaine fraction de la valeur d’inscription à l’actif de celui-ci.

Cette durée normale d’utilisation varie en fonction de la nature du bien : 3 à 5 ans pour les ordinateurs, 5 ans pour les véhicules, 5 ans pour les brevets. 20 à 50 ans pour les locaux commerciaux, 20 ans pour les bâtiments industriels, 15 ans pour la maçonnerie, Amortissement (linéaire et dégressif) : définition, comptabilisation et calcul. Définition de l’amortissement L’amortissement est un terme comptable qui désigne la dépréciation d’un bien appartenant à l’entreprise (c’est-à- dire un bien immobilisé).

Amortissement (linéaire et dégressif) : définition, comptabilisation et calcul

La dotation aux amortissements représente la valeur de cette dépréciation, évaluée selon une méthode comptable légalement fixée. Pour concrétiser l’amortissement ainsi que la dotation aux amortissements, prenons un ordinateur acquis par l’entreprise pour un montant de 1000 euros HT. Ce bien augmente la valeur de l’entreprise, à hauteur de 1000 euros au moment de l’achat, mais il se déprécie chaque année, du fait de l’usure du temps et de l’obsolescence. Un bien qui vaut 1000 euros à l’instant T vaut beaucoup moins passé quelques années !

Le calcul de la dotation aux amortissements permet de revaloriser le bien à la baisse (ici, l’ordinateur) à l’issue de chaque exercice comptable, et ce pour évaluer finement le patrimoine de l’entreprise. Coût d'acquisition d'une immobilisation : le comptabiliser. Le coût d'acquisition d'une immobilisation est la somme du prix d'acquisition et de tous les coûts directement attribuables à l'acquisition et à la mise en service de l'immobilisation.

Coût d'acquisition d'une immobilisation : le comptabiliser

Le coût d'acquisition d'une immobilisation corporelle est son coût historique, sa valeur au moment de son entrée dans le patrimoine. Il comprend les coûts de démantèlement ou de restauration de site et les éventuels coûts d'emprunt en cas d'option. L'incorporation des frais administratifs et autres frais généraux n'est pas admise. Calculer le coût d'acquisition d'une immobilisation Ce coût d'acquisition de l'immobilisation est défini par l'article 213-8 du PCG.On obtient ainsi : Prix d'achat + droits de douane + taxes non récupérables - rabais, remises, ristournes - escomptes de règlement Coûts directement attribuables Ces coûts directement attribuables peuvent être : Exemple d'acquisition d'une machine par une entreprise X Montant de la TVA 19 060 * 0,2 = 3 812€

Comment comptabiliser une acquisition d'immobilisation ? Les acquisitions d’immobilisations donnent lieu à des traitements comptables particuliers et notamment à une comptabilisation spécifique.