background preloader

La travailleuse

Facebook Twitter

Les travailleuses. Les femmes et la Première Guerre Mondiale.

Archives

Working Women in the First World War. World War Two’s Rosie the Riveter is an iconic figure of the era.

Working Women in the First World War

Tough and capable, she is symbolic of women’s role in the conflict and their much needed work while men were off at war. World War One had no such figure, but equally strong women. World War Two doesn’t seem that far back. Many of our parents and grandparents fought in the conflict, and important figures from those days are frequently referenced on television and in books. The first World War, or the Great War as it was originally known, is much more lost to history, swept under the carpet by the second conflict and forgotten because it is further outside the memory of those who are alive today. Often overlooked was the similar role of women in the First World War, a time when working a lathe, being employed in a fire brigade or even donning a pair of boots was unheard of. Above: A woman munitions worker welds at a work bench in an armaments factory, 1915. Women war workers working in an engineering shop, 1917. La mobilisation des femmes dans l'économie et au service de l'effort de guerre.

Guerre totale, la Première Guerre mondiale a fortement impliqué les populations civiles, mobilisées au service de l'effort de guerre.

La mobilisation des femmes dans l'économie et au service de l'effort de guerre

A l'arrière, les femmes furent une figure essentielle de "l'autre front" : la mobilisation et l'absence de millions d'hommes ont fait découvrir aux femmes des responsabilités nouvelles (chefs de famille) ainsi que des métiers nouveaux (conductrices de tramways, munitionnettes, agricultrices, ambulancières près du front, auxiliaires de l'armée). Cette mobilisation des femmes à la faveur de la Première Guerre mondiale a donné le sentiment de leur entrée massive sur le marché du travail à cette occasion. En réalité, le taux d'activité féminin était déjà important au début du siècle (en 1906 le travail féminin représentait 37 % de la population active) et les femmes jouèrent un rôle essentiel lors des première et seconde révolutions industrielles. L'économie et la Première Guerre Mondiale. Publié le 10-01-2013 - Mis à jour le 16-09-2015 Les moyens mis en oeuvre Ce n’est qu’après plusieurs mois de conflit, lorsque les combattantss’installent dans les tranchées d’une guerre de position, qu’une série de mesures est adoptée.

L'économie et la Première Guerre Mondiale

Par la suite, les Alliés utilisent également la main-d’œuvre indigène : la France enrôle plus de 180 000 travailleurs venus d’Indochine et d’Afrique du Nord, le Royaume-Uni environ 100 000 Chinois. Pour accroître la productivité, la durée quotidienne du travail est également allongée. Elle passe, par exemple, de 12 à 14 heures en France. Une politique dirigiste En France, en Allemagne, comme au Royaume-Uni ou en Russie, les besoins militaires nécessitent une intervention grandissante de l’Etat dans l’économie, qui rompt avec la tradition libérale qui prévalait jusque-là.

Inflation et emprunts Afin de répondre aux dépenses énormes occasionnées par la guerre, les belligérants recourent à une inflation contrôlée pour modérer le montant des remboursements. Le rôle économique des femmes dans la Première Guerre Mondiale. Les munitionnettes Jusqu’en 1914, les militants ouvriers étaient opposés au travail des femmes dans l’industrie.

Le rôle économique des femmes dans la Première Guerre Mondiale

Ils souhaitaient, en tenant les femmes éloignées des métiers masculins, maintenir leur domination patriarcale. Mais au départ de leur mari pour le front en 1914, beaucoup de femmes se retrouvent sans ressources. Les aides de l’Etat n’étant pas suffisantes pour subvenir à leurs besoins, elle sont alors contraintes de partir à la recherche d’un emploi. Dès 1915 via à l’appel de Viviani, l’Etat incite les industriels à employer de la main d’œuvre féminine.

Ce qui fut nouveau et frappa les esprits fut l’embauche des femmes dans les usines d’armement comme les usines Schneider au Creusot. Le travail des femmes à la halle de Colotte pendant la première guerre mondiale. Le travail des femmes à la halle de Colotte pendant la première guerre mondiale.Les halles des Fonderies de Pont-à-Mousson ont été un univers exclusivement masculin jusqu’à la première guerre mondiale.

Le travail des femmes à la halle de Colotte pendant la première guerre mondiale.

Remplaçant les hommes partis au front, des femmes sont employées pour fabriquer les moules en sable nécessaires à la production des tuyaux en fonte. Confection des rouleaux d’ouate de verre chez Glaswatte à Bergisch Gladbach, vers 1936.Fondée en 1931 près de Cologne, la Glaswatte GmbH est pionnière dans la fabrication de rouleaux de ouate de verre (on ne parle pas encore de laine de verre) pour l’isolation. Saint-Gobain est entré dans l’affaire en 1935. Si l’élaboration de la fibre de verre est réservée aux hommes, la confection des rouleaux, des voiles de verre cousus sur du papier, est en revanche confiée à des femmes. Antony raconte le travail des femmes pendant la Grande Guerre. La mobilisation des femmes dans l'économie et au service de l'effort de guerre. La Grande Guerre a-t-elle vraiment permis aux femmes de s'émanciper ?