background preloader

EDUCATION ECOLES

Facebook Twitter

Les start-up edtech s'installent en France. L'e-learning et l'e-éducation ont le vent en poupe.

Les start-up edtech s'installent en France

Après les Etats-Unis, les start-up du secteur comment à émerger en France et à lever des fonds. Tour d'horizon. Pendant que se tient actuellement le grand rendez-vous de l'éducation et des technologies (Educatice/Educatec à Paris, porte de Versailles), le monde de l'e-learning et de l'e-éducation hexagonal semble en ébullition. Alors que les investissements dans les Edtech aux Etats-Unis ne cessent de croître depuis 4 ans avec plus de 1 milliard d'investissement en 2013, les choses évoluent enfin en France. Le bal a été ouvert par le rachat de la société de la société française Crossknowledge pour 175 millions de dollars par l'éditeur américain Wiley en juin dernier. Ces six derniers mois, Lelivrescolaire.fr a levé plus de 900 000 euros en mai, Kartable qui souhaite devenir le deezer de l'éducation en ligne, a levé de son côté plus de 1,2 million avec Partech et la BPI fin octobre.

La tendance Edtech en France. Le numérique, un levier au service de la Refondation de l’Ecole - Ludovia Mag... Ludomag : aujourd’hui vous êtes à la tête de la Direction du Numérique pour l’Education.

Le numérique, un levier au service de la Refondation de l’Ecole - Ludovia Mag...

Pouvez-vous nous expliquer la stratégie de cette Direction et les éléments qui la composent ? L'auteur. A l’ère numérique, quelle école pour demain ? L’école a longtemps été un espace protégé, où, à l’abri des familles et des fureurs du monde, des maîtres transmettent aux élèves des savoirs élaborés par les générations qui les ont précédés.

A l’ère numérique, quelle école pour demain ?

Les bibliothèques qu’elle abrite ont été, d’abord, sous différentes appellations, un espace de protection et de conservation d’œuvres de l’esprit utiles aux enseignements, organisées en collections. On sent bien, aujourd’hui, que l’identité de l’école et celle de sa bibliothèque sont questionnées par l’entrée de notre société dans l’ère numérique. Suffit-il toujours aujourd’hui, d’apprendre comme on le fait depuis longtemps, en regroupant les élèves dans des divisions selon leur âge et leur niveau scolaire, divisions qui, dans des classes, sont enseignées par des maîtres ? Et va-t-on enseigner en remplaçant simplement le tableau noir par le tableau blanc interactif et le cahier par la tablette ? Et l’heure des bibliothèques sans livres n’aurait-elle pas sonné ? [2] Blais, M.

Education au numérique : la bonne cause ! Deux heures et demi de conférence de presse présidentielle cette semaine et pas un mot sur notre nouvel horizon, la révolution numérique, qui est en train de tout changer !

Education au numérique : la bonne cause !

Raison de plus pour appuyer la demande d’un collectif d’une cinquantaine d’institutions – dont France Télévisions-- pour faire de l’éducation au numérique des Français, la grande cause nationale de 2014. Le dossier de candidature au « Label » est depuis quelques jours à Matignon et le Premier ministre devrait donner sa décision début février. Pourquoi cette démarche ? Alors que le numérique a envahi nos vies et constitue une source d’innovations et d’opportunités inédites (accès à l’information, nouveaux services, levier de compétitivité pour les entreprises, simplification administrative, etc.), un quart des français et un tiers des PME restent en marge du numérique.

2e Sommet francophone sur les usages de l’iPad en éducation. Le premier Sommet de l’iPad en éducation a initié une réflexion et de nombreux échanges sur l’utilisation de ce nouvel outil en contexte éducatif.

J'ai assisté à une conférence de Bernard Stiegler où il indiquait en reprenant une info sortie dans la presse que les grands patrons de la silicon valley envoyaient leurs enfants dans la même école. Cette école avait la particularité de bannir tous les écrans (jeux vidéos, portable, Téléphone, TV, etc ...). Étrange paradoxe ! – didnews51

Cette seconde édition permettra de prolonger la réflexion sur cet outil technologique de plus en plus présent dans les salles de classe.

2e Sommet francophone sur les usages de l’iPad en éducation

Le Sommet sur l’iPad en éducation 2014 réunira plus de 120 intervenants d’établissements scolaires québécois et internationaux (des chercheurs, des conseillers pédagogiques, des enseignants, des directions et des professionnels) qui partageront leurs recherches et leurs pratiques sur l’utilisation de l’iPad à l’école. Depuis son apparition en 2010, l’iPad semble avoir suscité un engouement sans précédent dans les écoles primaires et secondaires. Au Québec, ils sont actuellement 10 000 élèves à utiliser de façon quotidienne l’iPad en classe. De telles expériences sont aussi en place dans de nombreuses écoles à travers le monde où des milliers d’élèves utilisent l’iPad chaque jour. À propos lu : 984 fois. La classe mobile orange pour les écoles primaires.