background preloader

Heitzmanna

Facebook Twitter

heitzmann

élève de 1ère STMG 3 au lycée de la Versoie

"Apple n'a pas des clients, mais des fanatiques" Pour la sortie de l'iPhone 5, certains fans n'ont pas hésité à faire la queue 48 heures pour décrocher leur Graal. Pourquoi? Tout d'abord, ce genre de situation s'est surtout produit à l'étranger, notamment en Asie, car globalement, les Européens se montrent plus distants que leurs homologues japonais ou américains vis-à-vis d'Apple. Dans tous les cas, si ces clients sont prêts à patienter aussi longtemps, c'est pour… montrer qu'ils l'ont fait. Tout simplement. Beaucoup savent qu'ils ont de bonnes chances d'être photographiés, que la télévision sera là... En bref, tout le monde les voit, donc ils existent. Est-ce la seule raison? Pourquoi les produits Apple suscitent-ils autant d'attente dans un contexte de baisse du pouvoir d'achat?

Est-ce la raison pour laquelle, par exemple, les vendeurs de l'Apple Store d'Opéra, à Paris, ont formé une haie d'honneur pour applaudir et féliciter les premiers acheteurs? Lire aussi : L’iPhone 5 suffisamment innovant pour contrer Samsung? Le positionnement d'Apple inspiré des marques de luxe. Magasins, emballages, matériaux, saisonnalité des produits... Apple emprunte davantage ses codes au monde de l'apparat qu'à celui de la technologie. Un emballage épuré, un soin tout particulier apporté aux matériaux et à la finition du produit.

Et un prix résolument plus élevé que la moyenne du marché. Non, il ne s'agit pas d'un iPhone, mais d'un sac à main d'une marque de luxe. Si la confusion est possible, c'est parce qu'Apple a adopté les codes de la mode. À l'image des grandes marques du luxe, Hermès ou LVMH, par exemple, Apple a apporté le plus grand soin à ses magasins. Apple a aussi changé les codes de l'emballage pour les produits électroniques. Être «dans le coup» La qualité des matériaux est mise en avant, comme un sellier vanterait la qualité de ses cuirs, Apple a été le premier du secteur de l'électronique à communiquer sur ses choix: verre et aluminium brossé sont mis en avant. » Un an sans Steve Jobs: ce qui a changé chez Apple. Tous les secrets de la stratégie draconienne d'Apple pour contrôler son image auprès des médias.

Le département des relations publiques d'Apple est sans doute le meilleur au monde. Avant que les consommateurs aient la moindre chance de voir ou de toucher un nouveau produit, la compagnie s'est déjà arrangée pour contrôler chaque information concernant son dernier-né. Elle a géré l'évolution de chaque rumeur, donné des informations au préalable à ses journalistes favoris et trié sur le volet les VIP invitées à ses Keynotes. C'est notamment ce qui s'est passé avant la sortie de l'iPhone 6 ce 9 septembre. Les trois-quarts du temps, la stratégie d'Apple a incroyablement bien marché et ce, des années durant. Mais cela a aussi créé des tensions, au sein des équipes elles-mêmes et entre l'entreprise et certains journalistes. Il y a quelques mois, quand Tim Cook, le PDG d'Apple, a annoncé sa volonté d'effectuer un changement de cap dans sa stratégie de communication, Katie Cotton, qui dirigeait le service des relations publiques depuis des années, a quitté le navire.

Le contrôle de la presse. Chez Apple, la pub c’est pour ma pomme. C’est le rêve de tout annonceur: être certain à 100 % que sa publicité sera vue. Ce cauchemar digne de Big Brother, Apple l’a déjà mis au point. Une technologie qui reste pour le moment dans les cartons puisqu’il ne s’agit encore que d’un brevet déposé tout récemment par la marque à la pomme.

Le concept peut s’appliquer à tous les supports dotés d’un écran : ordinateurs, mobiles, télévision, e-books, etc. Si le fait de déposer un brevet ne signifie pas nécessairement que l’on s’en servira, cela montre au moins qu’Apple a jugé utile de dépenser de l’argent pour mettre au point ce qu’elle appelle une «obligation de routine», contraignant les usagers à prouver qu’ils ont bien vu les publicités à l’écran. Car le système n’incite pas seulement à regarder les messages des annonceurs, il «gèle» le système de la machine tant que l’usager n’a pas cliqué sur un bouton ou répondu à une question attestant qu’il a bel et bien vu la publicité. Christophe ALIX. Bientôt 1000 personnes en charge de la pub chez Apple ? Coûts de production, Smartphone, Apple, Prix de vente - Le Nouvel Observateur.

La stratégie de marque d’Apple, secret de son succès. Apple a publié un chiffre d’affaires trimestriel en hausse de 36%, tiré par les ventes d’ordinateurs personnels, dont les ventes ont augmenté de 51%. Sur le segment des lecteurs mp3, les ventes d’iPod ont aumenté de 1% sur le trimestre. Dans le même temps, l’iPhone s’est vendu à 1,7 millions d’unités. Même avec des produits plus chers que ceux de la concurrence, Apple parvient à publier de tels chiffres en ces temps de ralentissement de l‘économie mondiale. Comment Apple fait-il ? En une phrase, c’est grâce à leur stratégie de marque La marque d’une entreprise est souvent son bien le plus précieux. Il me semble que leur succès tienne à trois stratégies que l’entreprise a suivies ces dernières années. Dominer la niche des lecteurs mp3 La première est la décision stratégique de dominer la niche des lecteurs mp3.

L’iPod est devenu lecteur mp3 ce que le Kleenex est au mouchoir. Profiter de l’effet de “halo” de l’iPod Par extension, l’iPhone profite également de l’effet de halo de l’iPod. TANK - APPLE, une stratégie de luxe en action. L’information est tombée en octobre dernier : après Paul Deneve, le patron d’Yves Saint Laurent, c’est à Angela Ahrendts, ex-CEO de Burberry, de rejoindre Apple pour diriger la distribution de la marque à la pomme. Quant au premier, il travaille sur des « projets spéciaux ».

On connaît l’appétit des grandes marques de luxe pour les managers issus de la grande consommation et de ses entreprises leaders. Nombre de dirigeants du luxe sont sortis de P&G, ou Unilever, Danone, Pernod- Ricard… C’est normal. Bien des sociétés du luxe ont été gouvernées jusqu’alors par le «familisme». Cela consiste à considérer que l’entreprise éponyme doit être source de travail pour tous les membres de la famille qui le souhaiteraient, quelles que soient leurs compétences réelles. APPLE, MARQUE DE LUXE ? Un concept (le luxe) qui soulève bien des débats subjectifs et moraux.

LE LUXE SELON APPLE Quels sont les éléments majeurs de la stratégie de luxe, telle que la suit Apple ? iPhone 5C et stratégie marketing : ce qu'Apple peut encore vous apprendre en 2013 « Virtuose-Marketing Virtuose-Marketing. Article invité rédigé par Nicolas Pène. Formateur et coach reconnu dans l’univers du développement personnel ! Que vous soyez un Apple fanboy (comme moi) ou pas, vous auriez bien tort de ne pas vous intéresser aux stratégies marketing d’Apple. En effet, si Apple est en 2013 la 7ème entreprise la plus rentable au monde et également la 1ère en terme de capitalisation boursière, ce n’est pas hasard… Loin s’en faut !

Fin 96, Apple était au bord de la faillite et ce n’est qu’avec le retour de Steve Jobs qu’elle put renaître de ses cendres tel un phénix. Sachant que le succès d’Apple et la personnalité de Steve Jobs sont étroitement liés, on pourrait se demander si la disparition de ce dernier n’engendrerait pas une baisse de l’innovation et (ce qui nous intéresse aujourd’hui) de leur stratégie marketing. Me concernant, ce doute a plané jusqu’à la date fatidique du mardi 10 septembre 2013… jour de l’annonce de la sortie de l’iPhone 5S et de son petit frère l’iPhone 5C. Comment, pourquoi ? WTF ! Valeur perçue : l'iPad largement au dessus du Samsung Galaxy Tab. Samsung n’est pas Apple. Le juste prix de la qualité n’a pas évolué, contrairement à la perception. Peu avant le lancement de l’iPhone 5S, Samsung a interrogé des utilisateurs de l’iPhone afin de comprendre leur engouement pour les produits de la pomme. Samsung aimerait reproduire la même frénésie autour de son nom, mais c’est comme essayer de comparer Chevrolet et Mercedes.

Jusqu’au milieu des années 90, nous étions habitués à voir des appareils dépasser allègrement les dix ans de durée de vie. Mais à cette époque, il subsistait une différence de taille : on ne fabriquait que des produits durables et hauts de gamme. Samsung ne va pas aller crier sur les toits qu’elle fait aussi du cheap. Désormais, un ordinateur portable payé 400$ rendra l’âme après deux ans, tandis qu’un modèle équivalent acheté entre 600$ et 800$ aura le double de durée de vie en moyenne. Ce n’est pas un secret, devant la demande de produits électroniques à bon prix, les fabricants ont vu s’ouvrir un vaste marché.

Samsung victime de son image. 5 trucs pour augmenter la valeur perçue de vos produits – MasterBlog. Dans cet article, vous allez découvrir 5 techniques peu connues pour augmenter considérablement la valeur perçue de vos produits, vendre plus, plus cher, tout en rendant vos clients plus heureux. Et le mieux, c’est que vous allez pouvoir appliquer tout ça dès maintenant ! Qu’est-ce que la valeur perçue ? Il faut différencier la valeur réelle d’un produit et sa valeur perçue. Sa valeur réelle se calcule simplement : ce sont les charges pour la production du produit + les salaires + la marge pour le développement de la société. La valeur perçue est la valeur que vous allez délivrer aux yeux du client. Dans une entreprise, c’est le rôle de l’équipe marketing. Dans le cas d’un produit d’information, la valeur réelle est quasi nulle.

En appliquant quelques techniques de bon sens, sans vous demander beaucoup de travail en plus, vous allez pouvoir augmenter cette fameuse valeur perçue. . #1 Créer un produit qui répond à l’un des besoins fondamentaux de l’homme #2 Vendre des « bundles » Optimiser la valeur perçue par le client. Actimel, produit laitier de Danone, est perçu comme bienfaisant pour l'organisme.

C'est pourquoi le consommateur est prêt à payer le prix fort : plus de 5 euros le litre ! L'étude de la perception de la valeur du produit réserve parfois des surprises. Un fabricant de litière pour chat dont les ventes stagnaient voulait baisser ses prix de 20 %. Les spécialistes de modélisation des prix et des ventes chez Ipsos Novaction & Vantis lui ont déconseillé. « Même en baissant les prix de 20 %, il n'aurait pas déclenché de ventes supplémentaires, car les non-clients percevaient la marque comme encore trop chère, explique Jérôme Simulin. Nous lui avons recommandé au contraire d'augmenter ses prix de 10 %. Les salades McDo deux fois plus chères qu'un Big Mac Mc Donald's vend ses salades en France entre 5,60 et 6,20 euros contre 2,50 euros le Big Mac.

> 120 % plus cher. Cours de Mercatique - Les composantes de la valeur perçue. Le Prix, toujours variable centrale du Mix Marketing mobile. Tout ce que vous devez savoir sur les usages liés à la boutique d’applications d’Apple, l’App Store et les comportements des possesseurs d’iPhone, iPad ou iPod touch. S’il est évoqué qu’Apple détiendrait 20% de part de marché sur le marché de la téléphonie mobile, il est indéniable que les produits de la firme à la pomme ont la côte auprès des français pour la qualité de leur expérience utilisateur notamment grâce au catalogue d’applications disponibles : plus de 550 000 applications à ce jour pour 25 milliards de téléchargements (données au niveau mondial). Usages et comportements des utilisateurs de l'App Store Dans ce contexte, l’App Store devient un véritable « canal de communication » pour la marque.

Bien que propriétaire, les marques ont tout intérêt à être présent sur ce support pour s’exprimer mais ne doivent pas pour autant négliger les enjeux. Une application, découverte via son classement sur l’App Store Les jeux sont de loin les applications préférées.