background preloader

Politique

Facebook Twitter

Présidentielle 2017

Démocratie Participative. Dix-sept propositions pour surmonter la crise démocratique. EXCLUSIF: 74% des Français pensent que les idées doivent venir des citoyens plutôt que des élus. ENQUÊTE Selon un sondage exclusif d'OpinionWay pour «20 Minutes», 24% des personnes interrogées pensent l'inverse... Thibaut Le Gal Publié le Mis à jour le La défiance à l’égard de la classe politique grandit, mais les Français ne se désintéressent pas pour autant des débats de la cité.

Selon un sondage exclusif OpinionWay dévoilé mardi lors de la conférence VIS[i]ONS 2016 organisée par 20 Minutes et le cabinet Soon Soon Soon 74 % des Français estiment que « les idées doivent venir des citoyens pour aider les élus à agir et décider », alors que 24 % seulement pensent que les « idées doivent venir des élus dont le rôle est d’avoir une vision et de convaincre les citoyens ».

Un renversement du modèle politique traditionnel. « Critique du pouvoir et volonté de participation » « On avait tendance à penser que la remise en cause du fonctionnement actuel n’était qu’un épiphénomène provenant des mouvements alternatifs, explique Luc Balleroy, directeur général d’Opinonway. Des freins à la démarche.

Politique Internationale

L’« apartheid » en France ? Pourquoi les mots de Manuel Valls marquent une rupture. Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 / Constitution / Droit français / Accueil | Légifrance, le service public de l'accès au droit - Accueil. Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée Nationale, considérant que l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits de l'Homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d'exposer, dans une Déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l'Homme, afin que cette Déclaration, constamment présente à tous les Membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du pouvoir législatif, et ceux du pouvoir exécutif, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés ; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous.

En conséquence, l'Assemblée Nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l'Etre suprême, les droits suivants de l'Homme et du Citoyen. Le pape appelle l’Europe à retrouver ses « valeurs humanistes » Les raisons de croire encore à la réussite de François Hollande. «François Hollande, quelle tragédie!» Cette remarque d’un confrère italien m’a fait sursauter. Eh quoi! Serait-ce là le sentiment général? Il est vrai qu’en France même, il ne se trouve plus personne, ou presque, pour croire que François Hollande puisse réussir. Ainsi un ancien ministre de gauche qui prépare un livre sur l’éternelle question de la réforme de la France –est-elle possible?

Si oui, comment? A quel rythme? Ce climat délétère me paraît démesuré, exagéré, déraisonnable. Publicité Je préfère donc utiliser une autre image qui est celle-ci: François Hollande est dur avec Bachar el-Assad, intraitable avec l’Iran, mais faible avec Duflot. Sur les fronts extérieurs, rien à dire: il fait le job! Qu'importe la politique étrangère... Mais les Français n’ont d’yeux et d’oreilles que pour les événements hexagonaux. D’entrée, François Hollande a fait un pari fou: inverser le parcours classique de la gauche. Toutefois, la bataille n’est pas perdue. La bataille des ego Jean-Marie Colombani.

Tout ce que vous pensiez savoir de la chute de l'Union soviétique est faux. CHAQUE RÉVOLUTION est une surprise. Il reste que la dernière révolution russe est à classer parmi les surprises les plus grosses. À l’ouest, dans les années qui ont directement précédé 1991, aucun expert, universitaire, officiel, ou politique ou presque n’avait entrevu l’écroulement imminent de l’Union soviétique et, accompagnant la chute de la dictature du parti unique, celle de l’économie étatisée et du contrôle par le Kremlin de ses empires, à l’intérieur et dans les pays d’Europe de l’Est. À une exception près, aucun dissident soviétique non plus, d’ailleurs, et à en juger par leurs mémoires, ni les futurs révolutionnaires eux-mêmes. Lorsque Mikhail Gorbatchev accède au poste de secrétaire général du Parti communiste en mars 1985, aucun de ses contemporains n’anticipe la crise révolutionnaire.

En dépit de désaccords sur l’étendue et la profondeur des problèmes du système soviétique, personne ne les envisageait comme une menace vitale, en tout cas pas à brève échéance. publicité. « L'eau, l'énergie et la santé doivent être gérées sans motivation de profit » David Boys est Canadien et directeur de Public Services International, une structure qui représente 650 syndicats dans 148 pays et œuvre pour le maintien et la mise en œuvre de services publics de qualité pour l’eau, l’énergie et la santé. Terra eco : Pourquoi venir à Rio ? Pour ne pas laisser tout le champ libre au marché qui a déjà mis en place un lobby très efficace auprès de l’ONU mais aussi à Davos. Rendez-vous compte qu’avant, ce lobby n’était financé que par Veolia et Suez. Aujourd’hui, la plupart des grandes entreprises se battent pour que l’accès à l’eau ne soit pas restreint pour leurs productions industrielles.

Il faut être à Rio pour réaffirmer la nécessité impérieuse que l’eau, l’énergie ou la santé soient gérées par des services publics dont la motivation n’est pas de faire du profit. Quelle est votre priorité ici ? Vous avez de l’espoir sur le résultat de ce Sommet ? Crédit photo portrait : Anne Vigna A lire aussi sur Rio+20 : A Rio, on s’écharpe sur le droit à l’eau.

Ecologie Politique

Biodiversité : l'accord de Nagoya est bien historique. Bilan du Grenelle de l'environnement : l'histoire d'un échec. "Révolution", "Grenelle mondial", "New deal écologique", dixit le chef de l’Etat... "Monument écologique", "changement de paradigme" confirmait son ministre de l’Ecologie. "Transformation profonde des comportements" pour le patron des députés UMP à l’Assemblée, Jean-François Copé. "Aucun gouvernement - en France ou ailleurs - n’a fait autant pour l’environnement que le gouvernement Fillon", ajoutait encore le président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer... Malgré cette longue litanie de petites phrases et grands discours, les non-dits, reculs et engagements virtuels ont fini de justifier les craintes de celles et ceux qui avaient émis des doutes sur l’objectif caché de ce Grenelle. En 2010, le Président de la République, quelques jours avant le débat parlementaire entourant l’adoption de la seconde loi issue du Grenelle, n’a-t-il pas lui même refermé le petit livre vert du grenelle en lâchant devant des agriculteurs : "L’environnement... ça commence à bien faire !

" ? Pascal Canfin, le ministre un peu vert du développement. Le premier gouvernement du président de la République française François Hollande est connu depuis le 16 mai. De la cuisine destinée à nommer un nouveau ministre délégué au Développement a émergé un second couteau: Pascal Canfin, 37 ans, a été choisi par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Atout principal: pas de casseroles. Pas de liens ni de réseaux africains. Pour afficher une rupture, la énième, avec la Françafrique? "Le choix d’un spécialiste de la finance à ce poste est une grande première et pourrait témoigner de la différence notable d'approche que souhaitent insuffler les socialistes dans les relations avec l'Afrique", note le site Jeune Afrique. Pour sa première expérience ministérielle, Pascal Canfin travaillera sous la tutelle de Laurent Fabius, intronisé ministre des Affaires étrangères —qui chapeaute également le ministre délégué aux Affaires européennes Bernard Cazeneuve.

La finance, en Vert et contre tout Fin négociateur et lobbyste De l'Europe à l'Afrique.

Présidentielle 2012

Gouvernance pays. 50 ans d'écologie dans la politique française.