background preloader

Bien-être au travail

Facebook Twitter

Le bureau "feel good" pour rendre les salariés heureux. Les seuls qui n’en rêvent pas sont ceux qui ignorent son existence.

Le bureau "feel good" pour rendre les salariés heureux

Ce qui relève de l’exploit tant ce dernier gagne du terrain. Et c’est tant mieux ! La mode est au bureau feel good. Ces espaces d’un nouveau genre où il fait bon travailler. Où tout est mis en œuvre afin que les salariés se sentent bien. 43 % d’insatisfaits par notre environnement professionnel. PROGRAMME Mindfulness en entreprise : performance et leadership.pdf. Bien-etre-au-travail-un-atout-pour-l-entreprise. Le bien-vivre au travail, premier défi de l’entreprise intelligente. L’information n’a pas obtenu toute l’attention qu’elle méritait.

Le bien-vivre au travail, premier défi de l’entreprise intelligente

Une étude publiée dans la revue médicale International Archives of Occupational and Environmental Health a établi que « le chômage tuerait entre 10 000 et 20 000 personnes par an en France ». Voilà de quoi remettre en cause de nombreuses idées reçues et nous inciter à changer de regard sur le monde du travail au XXIème siècle. Ces résultats rappellent que la bataille pour l’emploi doit être une priorité. Ils soulignent aussi que le travail représente bien davantage qu’une source de revenus. Comme l’ont observé nombre de psychologues et de sociologues, il est aussi une indispensable source de bien-être et de plaisir.

Créer des emplois de qualité Ce constat vient souligner que la première responsabilité sociale des entreprises consiste non seulement à créer des emplois, mais des emplois de qualité permettant à ceux qui les occupent d’y trouver des voies d’accomplissement et des motifs de fierté. Retour d'expérience : tapis de marche pour un bureau assis/debout. Sommaire Ce journal fait suite à celui qui parlait d'un bureau assis/debout.

Retour d'expérience : tapis de marche pour un bureau assis/debout

J'utilise ce tapis de marche depuis environ 2 mois. J'ai commencé à prendre des notes dès le début, et ce texte a commencé à être écrit il y a un mois. Résumé J'utilise un bureau assis/debout équipé d'un tapis de marche. J'ai testé : la station debout pour travailler. Rester assis tue.

J'ai testé : la station debout pour travailler

La sédentarité serait plus néfaste pour la santé que la cigarette. Cela fait des mois que je lis ce genre d’informations, le cul tranquillement posé sur ma chaise. Plutôt inconfortable comme position. Vous voulez vivre longtemps et en bonne santé ? Ne restez pas assis. L’homme moderne reste assis 9,3H/jour Rester assis vous tue.

Vous voulez vivre longtemps et en bonne santé ? Ne restez pas assis

Vous restez assis en moyenne 9,3H dans une journée… Nous vivons un moment grave dans l’histoire de l’humanité. L’appel des députés pour la reconnaissance du burn out. Employés, cadres, artisans, agriculteurs… Environ 3,2 millions d’actifs risquent un épuisement nerveux au travail.

L’appel des députés pour la reconnaissance du burn out

Burn-out, quand le feu redonne sens à la vie. Interview de Pascal Chabot, philosophe et auteur de Global burn-out par Marie Fuks.

Burn-out, quand le feu redonne sens à la vie

"Burn-out": le mal professionnel du XXIe siècle. A force de trop tirer sur la corde, les employeurs finissent par épuiser leurs salariés.

"Burn-out": le mal professionnel du XXIe siècle

Stress, fatigue, dépression: le "burn-out", ce sentiment d'épuisement professionnel, ne cesse de se développer et les cas recensés, de se multiplier. En France, un salarié sur quatre aurait été touché par cette "maladie" au cours de sa carrière, selon une enquête du groupe Cegos, publiée le 20 novembre dernier. Ce chiffre alarmant a d'ailleurs poussé 26 députés à réclamer la reconnaissance de ce phénomène comme maladie professionnelle, dans une tribune publiée dimanche 7 par le Journal du Dimanche (JDD).

ESPACES DE DISCUSSION EN ENTREPRISE. Développer le dialogue au sein des entreprises, c’est une des tendances fortes du moment en matière de qualité de vie au travail.

ESPACES DE DISCUSSION EN ENTREPRISE

C’est aussi le sujet que l’Anact (Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail) a choisi de mettre au cœur de sa douzième semaine pour la qualité de vie au travail, qui s’est déroulée en juin dernier. Pour l'occasion, son directeur général, Hervé Lanouzière, a tenu à préciser : "Aujourd’hui, les salariés et les employeurs sont d’accord pour dire que les espaces de discussion manquent dans les entreprises. Le sujet intéresse à la fois les organisations syndicales et le Ministère du Travail, dans le cadre de la Loi sur le dialogue social. " Alors qu’il existe déjà dans les entreprises des moments de discussion formalisés (entretiens individuels annuels, réunions du Comité d’Entreprise), que pourraient apporter ces "espaces de discussion" ? Renforcer le dialogue, une demande forte des salariés Trouver la bonne formule.

Debout, les damnés des écrans ! "Cela fait 12 mois que je ne travaille plus assis sur une chaise.

Debout, les damnés des écrans !

Je suis programmeur. J'exerce en milieu rural, dans les Cévennes". C'est ainsi que se présente Benoit Pereira da Silva (@bpereiradasilva) sur la scène de Lift France, avec calme et douceur. Son titre s'affiche sur l'écran de sa présentation derrière lui : "marcheur-programmeur", version post-post moderne du "chasseur cueilleur". Image : Benoit Pereira da Silva arpentant de long en large la scène de Lift France. Brûlure, coup d'épaule, humiliation : chefs, attention à ce qui se passe dans vos cuisines. Gérard Cagna, auteur de "Touche pas à mon commis", à Paris, le 20 novembre 2014 (H.ROUILLIER/LE PLUS). Je voudrais qu’on affiche ce manifeste dans toutes les cuisines de France, et que les chefs s’y tiennent. Plus aucun stagiaire, aucun commis, aucun membre d’une brigade – et ce quelle que soit la taille de l'entreprise – ne doit subir ce qu’a subi ce jeune au Pré Catelan.

Ni aucun harcèlement d’aucune sorte. J’ai commencé ce métier à l’âge de 14 ans, en 1960. C’était chez Maxim’s, le fleuron de la gastronomie internationale à l’époque. Travailler 3 jours par semaine : le conseil du multimilliardaire Carlos Slim - Les Echos.