background preloader

Organisation des données

Facebook Twitter

Organisation - Créer une base de connaissances. Le but d'une base de connaissances est de modéliser et stocker de manière informatique un ensemble de connaissances, idées, concepts ou données et de permettre leur consultation/utilisation.

Organisation - Créer une base de connaissances

Il existe plusieurs méthodes et logiciels différents pour créer des bases de connaissances: Un wiki Un CMS Une mindmap Une concept map Un système expert Le format "forum" Wiki Le wiki est utile pour lier entre eux de nombreux petits bouts d'informations peu structurés (typiquement: d'un paragraphe à une page). Les hyperliens sont un élément primordial des wikis. Parmis les wikis les plus connus, on trouve MediaWiki (le wiki de Wikipedia), MoinMoin, etc. Exemple d'utilisation: Une encyclopédie (Wikipedia) Une page en cours d'édition sur Wikipedia: Le CMS est plutôt orienté vers la publication de documents, et il est donc nettement moins souple et "immédiat". Vous trouverez de nombreux CMS sur et pourrez même les tester en ligne. Une base de connaissance faite avec le logiciel eGroupWare Système expert. Google. Les instruments d'organisation des connaissances à l'ère du web sémantique. C’est dans une salle comble de l’université Jean Moulin Lyon 3 qu’a eu lieu, le 8 juin 2010, l’après-midi thématique d’Isko-France intitulée « Les instruments d’organisation des connaissances à l’ère du web sémantique ».

Les instruments d'organisation des connaissances à l'ère du web sémantique

Un titre pour le moins trompeur, car la rencontre ne s’est pas arrêtée à cette seule question : la succession des présentations a conduit l’assistance vers une réflexion finalement moins portée sur le web sémantique et ses standards que sur les procédés et pratiques d’adjonction de sens aux documents et informations, et plus globalement sur la manière dont l’information fait sens 1. Le web sémantique dans les bibliothèques Qu’en est-il dans la pratique ? Catherine Morel-Pair (Inist-CNRS) a d’abord rappelé qu’actuellement, les standards de métadonnées foisonnent. Précisons de prime abord que la communauté travaillant sur le web sémantique distingue les « ressources informationnelles », des « ressources non informationnelles ».

François Rastier : Le graphe sémantique. Suivez-nous 1.

François Rastier : Le graphe sémantique

Résumé Rastier Les graphes sémantiques, dispositif proposé par Rastier (inspirés de Sowa, 1984), permettent de représenter une structure sémantique quelconque, c’est-à-dire des sèmes et les relations qui les unissent. Les sèmes constituent les nœuds du graphe sémantique (représentés dans des cartouches rectangulaires ou entre crochets) et les relations, ses liens (représentés dans des cercles elliptiques ou entre parenthèses). [Princesse]. Ce texte se trouve en version longue dans le livre suivant : Louis Hébert, Dispositifs pour l'analyse des textes et des images, Limoges, Presses de l'Université de Limoges, 2007. Ce texte peut être reproduit à des fins non commerciales, en autant que la référence complète est donnée : Louis Hébert (2006), « Le graphe sémantique », dans Louis Hébert (dir.), Signo [en ligne], Rimouski (Québec), Knowledge Graph : Google officialise son moteur sémantique.

Les règles du jeu semblent distribuées depuis quelques jours entre les deux géants du search : Bing se lance dans le social tous azimuths, aidé par ses relations étroites avec Facebook et Twitter.

Knowledge Graph : Google officialise son moteur sémantique

Google, limité par le succès trop faible de son réseau Google+, se tourne - pour l'instant - vers d'autres voies d'innovation et intègre de plus en plus de sémantique dans ses résultats. Déjà en phase de test depuis plusieurs mois, ces fonctionnalités ont été annoncées officiellement par Google sous le nom de "Knowledge Graph". Cette nouvelle vision permet d'obtenir de très nombreux renseignements sur les "entités nommées" (noms de personnes, d'entreprises, de lieux, etc.) contenues dans la requête de l'internaute. Le "Knowledge Graph" sera présent dans les pages de résultats de Google, au fur et à mesure des semaines qui viennent, sous 3 formes différentes : - Désambigüisation de la requête demandée.

. - Propositions de liens pour en savoir plus sur des sujets proches de celui recherché : Indexation et organisation de la connaissance. Remerciements Je tiens à remercier Pascal Houba et Jacques Lejeune pour leurs commentaires et critiques.

Indexation et organisation de la connaissance

Je suis également redevable, pour les aspects méthodologiques, à l’ensemble de la communauté des utilisateurs du logiciel Prospéro (développé par l’association Doxa), et plus particulièrement à ses auteurs, Francis Chateauraynaud et Jean-Pierre Charriau. Notes.