background preloader

Numérique

Facebook Twitter

David Byrne: 'The internet will suck all creative content out of the world'. Awhile ago Thom Yorke and the rest of Radiohead got some attention when they pulled their recent record from Spotify.

David Byrne: 'The internet will suck all creative content out of the world'

A number of other artists have also been in the news, publicly complaining about streaming music services (Black Keys, Aimee Mann and David Lowery of Camper van Beethoven and Cracker). Bob Dylan, Metallica and Pink Floyd were longtime Spotify holdouts – until recently. I've pulled as much of my catalogue from Spotify as I can. AC/DC, Garth Brooks and Led Zeppelin have never agreed to be on these services in the first place. So, what's the deal? There are a number of ways to stream music online: Pandora is like a radio station that plays stuff you like but doesn't take requests; YouTube plays individual songs that folks and corporations have uploaded and Spotify is a music library that plays whatever you want (if they have it), whenever you want it.

Artists often find this discovery argument seductive, but only up to a point. Are these services evil? How Much Do Music Artists Earn Online? Recently, the UK government passed The Digital Economy Act which included many, perhaps draconian, measures to combat online music piracy (including withdrawing broadband access for persistent pirates).

How Much Do Music Artists Earn Online?

Clés Datalove pour réformer le droit d'auteur. A propos Les fonds restants seront utilisés pour financer La Quadrature du Net afin de porter des propositions visant à protéger les libertés des citoyens en ligne.

Clés Datalove pour réformer le droit d'auteur

Pendant 15 ans, nous avons été assailli de législations répressives attaquant l'Internet libre et ouvert au nom d'une conception dépassée du droit d'auteur. À la lumière des récentes victoires citoyennes, contre SOPA/PIPA et ACTA, il est temps de pousser une réforme positive du droit d'auteur. Nous ne pourrons mettre fin à cette guerre contre le partage qu'en prenant en compte les droits du public, l'accès à la culture et les nouvelles pratiques culturelles rendues possibles par les technologies numériques, plutôt qu'en les combattant. Avec votre aide, nous allons faire fabriquer et distribuer à chaque eurodéputé une clé USB pleine de Datalove, chargée avec les meilleurs films, musiques et livres partageables, pour les aider à comprendre la culture numérique, le remix et leur économie.

Nos langues à l’heure du capitalisme linguistique. Que transforme Google en analysant nos requêtes ?

Nos langues à l’heure du capitalisme linguistique

En intervenant directement sur nos mots, sur nos phrases et donc sur notre pensée ? A l’heure du capitalisme cognitif – c’est-à-dire, si l’on suit Yann Moulier-Boutang dans son livre éponyme, une économie qui exploite la connaissance -, Google domine déjà le marché des mots, explique Frédéric Kaplan, chercheur à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne. Comment converser avec un lobbyiste anti-partage ? Nul n’est à l’abri en ces temps pré-électoraux.

Comment converser avec un lobbyiste anti-partage ?

Vous risquez de rencontrer chez des amis un responsable de l’Association des Producteurs Cinématographiques, des lobbyistes de grandes sociétés des médias, leurs conjoints ou leurs amis, un ancien ministre de la culture ou des artistes et auteurs sincèrement convaincus que l’internet du partage est un repaire de brigands et celui des vendeurs de contenus une bénédiction pour la culture.

Google

Acta. Mon ami le tout-gratuit - [Le Site] Fiscalité. Un droit au prêt plutôt qu’un droit d’auteur pour financer la création. Là où les partisans de la Hadopi prétendent qu'aucun autre modèle n'existe pour financer la création, le hacker militant Laurent Chemla trouve une piste pour financer la musique... dans le système de prêt des médiathèques !

Association militante pour la création indépendante et la culture libre, Libre Accès organise ce mardi 13 septembre une conférence à la Médiathèque musicale de Paris autour d’Hadopi et de la licence globale. Pour poser les termes de ce débat, Libre Accès s’est entretenu avec le hacker militant français Laurent Chemla. Le 13 septembre 2011, Libre Accès organise une conférence autour d’Hadopi et de la licence globale à la Médiathèque Musicale de Paris. La médiathèque de Paris met en prêt 36 000 Cd, 12 000 partitions et méthodes, 5 000 livres, 2 500 dvd pour une adhésion de 30 euros par an. Sur ces prêts, les sociétés d’auteurs n’ont jamais demandé à percevoir de droits. Jean Macé au 21ème siècle serait-il attaqué par la SACEM et SCPP pour Mise à disposition d’œuvres en libre téléchargement ?

Article écrit dans la lettre d’information de Libre Accès de décembre 2008. Cette lettre est diffusée par InLibroVeritas, membre de Libre accès à tous les députés. « A Beblenheim en 1860, Jean Macé fonde tout seul la bibliothèque de Beblenheim : « J’ai choisi dans ma bibliothèque dix volumes (...) J’ai porté mes dix volume chez le relieur et je lui ai dit d’inscrire a dos, en belles lettres d’or : « Bibliothèque Communale de Beblenheim ». Puis, je suis allé trouver le maire : « Voulez-vous, lu ai-je dit, que nous fondions une bibliothèque communale ? Travailleurs quittant le complexe Google. La lecture de la semaine est proprement incroyable.

Travailleurs quittant le complexe Google

Il s’agit d’un texte que l’on trouve sur le blog d’un artiste du nom d’Andrew Norman Wilson. Texte qui accompagne des images et qui s’intitule “Workers leaving the Googleplex”, “Travailleurs quittant le complexe Google”. Je ne sais pas exactement quand il a été mis en ligne, mais il est daté de 2011. Il se présente comme un témoignage. “En septembre 2007, raconte Wilson, j’ai eté engagé conjointement par les studios Transvideo et Google, deux entreprises sises à Mountain View en Californie. La vidéo d’Andrew Wilson. La suite est encore plus incroyable, le lendemain, un manager de Google l’appelle, lui explique qu’il faut vite régler cette affaire, l’écoute exposer ses raisons et raccroche.