background preloader

Digital labor

Facebook Twitter

Feudalism and the “Algorithmic Economy” For the sake of this essay, feudal economic models imply the idea that a very tiny segment of the society is fantastically rich while the bulk of society works hard, has few choices about the work they do, and tend to be poorly compensated for their efforts. feu·dal·ism: noun, historical.

Feudalism and the “Algorithmic Economy”

Le syndicalisme qui vient - UGICT. Trebor Scholz is a scholar-activist. Profile: Trebor Scholz is a scholar-activist and Associate Professor for Culture & Media at The New School in New York City.

Trebor Scholz is a scholar-activist

His book Uber-Worked and Underpaid. How Workers Are Disrupting the Digital Economy (Polity, 2016) develops an analysis of the challenges posed by digital labor and introduces the concept of platform cooperativism as a way of joining the peer-to-peer and co-op movements with online labor markets while insisting on communal ownership and democratic governance. His next book will focus on the prospects of the cooperative online economy. His edited volumes include Digital Labor: The Internet as Playground and Factory (Routledge, 2013), and Ours to Hack and to Own: Platform Cooperativism. Une question de société. Comment expliquer le succès, à son échelle, de l’ouvrage auquel vous avez collaboré sur le digital labor (Qu'est ce que le digital labor, INA éditions, 2015) ?

Une question de société

NoteDominique Cardon, Antonio A. Casilli, Qu’est-ce que le Digital labor ? , Bry-sur-Marne, INA Éditions, 2015 Antonio A. Casilli : Le digital labor est un sujet sur lequel, dans le domaine des sciences sociales, on mène des études depuis des années, notamment aux États-Unis. On n’a pas dû attendre Evgeny Morozov ou Andrew Keen pour qu’une école de pensée, très française par ailleurs, développe un refus a priori et total des technologies de l'information et de la communication. L'intérêt pour le digital labor n'est pas l’effet d’une bouffée paranoïaque soudaine à l’encontre du numérique Tout ceci pour dire que l'intérêt pour le digital labor n'est pas l’effet d’une bouffée paranoïaque soudaine à l’encontre du numérique. . [2]. En France en particulier ? An Experiment in Hiring Discrimination Via Online Social Networks. Abstract We investigate whether personal information posted by job candidates on social media sites is sought and used by prospective employers.

An Experiment in Hiring Discrimination Via Online Social Networks

We create profiles for job candidates on popular social networks, manipulating information protected under U.S. laws, and submit job applications on their behalf to over 4,000 employers. We find evidence of employers searching online for the candidates. After comparing interview invitations for a Muslim versus a Christian candidate, and a gay versus a straight candidate, we find no difference in callback rates for the gay candidate compared to the straight candidate, but a 13% lower callback rate for the Muslim candidate compared to the Christian candidate. While the difference is not significant at the national level, it exhibits significant and robust heterogeneity in bias at the local level, compatible with existing theories of discrimination.

Dominique Cardon, Antonio A. Casilli, Qu’est-ce que le digital labor ? 1 Selon Casilli, on peut faire remonter son origine à une conférence qui s’est tenue en 2009 : The In (...) 2 Les contributions de cet ouvrage sont issues d’un des ateliers de recherche méthodologique organisé (...) 1Dans cet opuscule, Dominique Cardon et Antonio Casilli, deux sociologues spécialistes du numérique, nous présentent un champ, un phénomène relativement nouveaux1 : le digital labor/labour.

Dominique Cardon, Antonio A. Casilli, Qu’est-ce que le digital labor ?

L’ouvrage s’articule autour de deux exposés2 des auteurs et d’un débat où ils confrontent leurs points de vue. 2Dans la première contribution, A. Casilli définit le digital labor, phénomène qui désigne à la fois un ensemble de pratiques et un champ de recherche. Pour lui, cette approche est d’abord un moyen d’aborder la question du travail dans un contexte numérique (p. 11), plus précisément une « nouvelle » forme de mise au travail des internautes. 3 Quels sont ceux d’entre nous qui lisent entièrement les CGU et la politique de confidentialité des (...) 4Le second cas est plus pernicieux. 7. Antonio A. Casilli, Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? 1L'auteur, chercheur au centre Edgar Morin de l'EHESS, enseignant la socio-anthropologie des usages numériques, nous propose ici le résultat de 20 ans de recherches.

Antonio A. Casilli, Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ?

D'une lecture agréable, presque « facile », le livre d'Antonio A. Casilli nous amène dans le labyrinthe des paradoxes des liaisons numériques. Allusion à peine voilée au film de Stephen Frears, « Les liaisons dangereuses », l'auteur remet en cause les idées reçues sur l'espace numérique et son discours inquiet. Y a-t-il un espace propre coupé du monde réel, celui-ci désincarne-t-il le corps, le lien numériques est-il à l'origine de la disparition du lien social? 2Si chaque partie répond à une problématique, la démarche adoptée ressemble au « butinage » de l'internaute voire à un parcours initiatique dans le cyberspace ou la « la société en réseau » que popularise Manuel Castells.