background preloader

Bibliothèque

Facebook Twitter

Les bibliothèques universitaires bientôt ouvertes le soir et le week-end. 61 heures par semaine. C'est l'amplitude d'ouverture moyenne des 480 bibliothèques universitaires françaises (contre 65 heures dans l'ensemble de l'Union Européenne). Un faible score, auquel s'ajoute le fait que 30 % d'entre elles sont fermées le samedi, que seulement sept sont ouvertes le dimanche, et qu'une sur deux est fermée dès 19 heures. Constatant ce retard de la France par rapport à ses voisins européens, le ministère de l'Education nationale a présenté le lundi 1er février un plan "bibliothèques ouvertes" destiné à élargir les horaires d'ouverture des BU le soir, le week-end et pendant les vacances scolaires. Concrètement, ce plan prévoit que chaque université ait au moins une bibliothèque ouverte jusqu'à 22 heures du lundi au vendredi, le samedi après-midi et pendant les périodes de révision.

Quarante grande villes françaises devront également disposer d'une bibliothèque ouverte le dimanche après-midi. Places disponibles en temps réel Recrutement de vacataires. Ouverture des bibliothèques le dimanche : un énorme succès. Le débat avait fait rage il y a quelques mois. Doit-on ouvrir les bibliothèques le dimanche ? Les horaires d’ouvertures des bibliothèques, calquées sur les horaires de bureaux, étaient estimées inadaptées et insuffisantes à la demande de la population. La diversité des publics usagers requiert en effet une plus grande amplitude des jours et heures d’ouvertures des bibliothèques et l’ouverture le dimanche a été présentée comme une des solutions pour palier au problème.

L’étude d’impact sur l’optimisation des horaires d’ouvertures des bibliothèques territoriales du cabinet Ourouk pour le ministère de la Culture et la bibliothèque publique d’information montre que l’ouverture le dimanche est un franc succès, plébiscitée par les usagers. L’ouverture du dimanche, une demande de plus en plus forte Laurent Pagès, directeur du réseau des médiathèques de la communauté de communes d’Aire sur l’Adour, souligne que « les horaires conditionnent les publics qui, à leur tour, conditionnent les usages. Les usagers plébiscitent l’ouverture des bibliothèques le dimanche. Un rapport publié mercredi 10 juin analyse le cas de 6 bibliothèques ayant élargi récemment leurs horaires d’ouverture et donne les résultat d’une enquête quantitative menée auprès de 145 établissements.

Annoncé l’an dernier, le rapport sur les horaires d’ouverture des bibliothèques publiques piloté par le service du livre et de la lecture du ministère de culture et de la communication et la Bibliothèque publique d’information est publié mercredi 10 juin. Réalisée par le cabinet Ourouk, cette étude associe une enquête qualitative basée sur l’analyse de 6 bibliothèques ayant récemment mené un ... Lire la suite (1 810 caractères) S’abonner à livres Hebdo Débloquez l’accès illimité aux articles et aux archives. Classements et tableaux de bord Meilleures ventes Agenda événements L’annuaire éditeurs & diffuseurs Et plus encore... je m’abonne Acheter l’article [1,50€] Il sera archivé et listé avec vos précédents achats depuis votre compte Livres Hebdo. j’achète l’article.

Bibliothèque et médiathèque troisième lieu. Photo : « Du design, du design, du design » par Charlotte Henar en licence Creative Commons by-sa Dans le cadre de notre master, nous avons eu l’occasion de rencontrer Catherine Perrin, conservatrice en chef et directrice de la médiathèque Louis Aragon de Martigues. Outre le métier de bibliothécaire, elle nous a présenté le projet de sa médiathèque : évoluer vers le « le troisième lieu ». Ce concept, séducteur et innovant, est encore peu développé en France malgré son succès en Angleterre ou aux Pays-Bas et, déjà, il rencontre autant de farouches critiques que de fervents défenseurs.

Le concept Alors que le premier lieu figure le foyer et que le second lieu se réfère à la sphère du travail, le troisième lieu représente quant à lui un espace consacré à la vie sociale, où les individus peuvent se rencontrer et discuter de manière informelle à l’image de ce qu’a pu être la place du marché ou l’église et de ce qu’incarne encore le café aujourd’hui. La bibliothèque troisième lieu. Le Learning Center, avenir des bibliothèques universitaires ? Baisse des prêts de livres, de la fréquentation, fermetures récentes de bibliothèques universitaires au Canada et aux États-Unis… peut-être faut-il se questionner sur le rôle et l’avenir des BU. Lieux d’apprentissage par excellence, les BU regorgent de ressources, mais les modalités d’accès à l’information ont changé : 99% des recherches commencent aujourd’hui sur Google, la BU n’est donc plus la seule détentrice d’informations ni le lieu premier des recherches.

Il est nécessaire de rappeler que l’objectif principal des BU est le service rendu aux étudiants… et non la conservation des collections ! L’impact et l’attrait de la BU ne seront maximaux que si les bibliothèques universitaires investissent les terrains des étudiants : avoir une application smartphone qui permettrait l’accès au catalogue, aux informations, ou une politique de formation aux techniques de recherche.

Concrètement, qu’est-ce que c’est? Un Learning Center, c’est un centre qui allie la recherche à la formation. Quelles bibliothèques dans les nouveaux conseils départementaux ? A une semaine des élections départementales, quels sont les enjeux de cet événement pour les bibliothèques ? Aujourd'hui, les conseils généraux ont la responsabilité des Bibliothèques Départementales de Prêt (BDP) qui interviennent auprès des communes ou intercommunalités dans leurs projets de construction d'établissements ou en leur fournissant des collections et des services (formation, informatique, animations, etc.).

Les nouveaux élus devront procéder à des choix et des arbitrages. Par exemple : quelle place la Bibliothèque Départementale occupera dans la hiérarchie des priorités budgétaires à l'heure d'une réduction des dotations de l'Etat ? Collectivement, les professionnels vont devoir informer et convaincre les nouveaux élus et présidents de l'importance de leur action auprès des citoyens notamment des communes les plus petites. Alors que, tout récemment, M. Oui, les bibliothèques sont des lieux d'information et de renseignement pratique des citoyens ! Logiciels pour bibliothèques : un marché morose. Maintien en valeur, mais forte baisse du volume des ventes : 2014 n’a pas de quoi donner le sourire au marché des logiciels de bibliothèque.

Mais des raisons permettent d’espérer une tendance positive pour la période suivante. Le marché 2014 des logiciels pour bibliothèque stagne à 40 millions d’euros alors que le volume des ventes marque une forte baisse, en recul de 21 % avec 1125 ventes de produits déclarées pour 2014 contre 1424 en 2013. Sur la cinquantaine de fournisseurs recensés, treize réalisent un chiffre d’affaires de plus d’un million d’euros.

Il s’agit, par ordre décroissant du CA, des entreprises suivantes : Archimed, C3RB Informatique, Décalog, CRDP Poitou-Charentes, le groupement AFI-BibLibre, Infor France, Ex Libris France, PMB Services, BiblioMondo France, OCLC, Cadic Services, SirsiDynix et GB Concept. Ces fournisseurs détiennent ainsi environ 84 % des parts de marché alors que les quarante autres entreprises se partagent moins de 6,5 millions d’euros. 1. 2. 3. 4. La gratuité en bibliothèque. Les villes de Dijon et Besançon ont récemment opté pour la gratuité totale des inscriptions pour leurs usagers, relançant le débat autour de la gratuité dans les bibliothèques publiques au niveau local.

Le 18 novembre 2014 était réuni, sous l’égide de l’ACCOLAD (Agence régionale de coopération), un ensemble de bibliothèques franc-comtoises et bourguignonnes pratiquant, ou non, la gratuité des inscriptions, pour un moment de débat précédé par une conférence animée par le cabinet Larderet (cabinet de formation à destination des bibliothèques). Une journée qui a permis de balayer toutes les problématiques entourant la gratuité : conséquences financières, objectifs, intégration à une politique d’établissement, importance de la communication.

Gratuités ou gratuité ? Une notion difficile à définir Du payant au gratuit : la gratuité du point de vue de la bibliothéconomie La première réticence qui s’impose lorsque l’on parle de gratuité est financière. Sources : – Accart, Jean-Philippe. Numérique et bibliothèques - Livre et Lecture. Numérique en bibliothèque : chiffres clés - 67 % des bibliothèques municipales ont un site Internet dédié et ceci concerne 95 % des bibliothèques desservant plus de 40 000 habitants (données de la synthèse 2014 de l'Observatoire de la lecture publique). 69 % des bibliothèques proposent un catalogue en ligne (sur leur site ou celui de la collectivité). La diversification de l’offre en ligne a entraîné une multiplication par deux du nombre de connexions à distance (11 200 en moyenne à 20 400) sur le site des bibliothèques entre 2010 et 2014 (données de la synthèse 2014 de l'Observatoire de la lecture publique). - Si 30 % des bibliothèques municipales proposent des ressources numériques, 72 % des bibliothèques municipales desservant plus de 40 000 habitants acquièrent des ressources numériques. - En 2015, l’État a aidé 401 projets d'informatisation et de numérisation pour un montant total de 7,4 M€ de subventions.

Le développement des services et des collections numériques en bibliothèque. La Conservation Partagée des fonds Jeunesse en PACA : l’exemple à suivre. L’année 2013, année du titre prestigieux de Capitale Européenne de la Culture pour Marseille, approche à grands pas. Cette année marquera également les dix ans de l’Agence Régionale du Livre PACA, qui a pour mission principale de favoriser la coopération entre tous les acteurs du monde du livre dans la région.

A cette occasion, faisons un point sur la première action de l’ARL : la Conservation partagée du fonds jeunesse en Provence-Alpes-Côte-D’azur. Pourquoi conserver les livres jeunesse et comment ? Le livre pour enfant a longtemps subi un grand manque de considération, qui lui a valu d’être en première ligne de grandes vagues de désherbage dans les bibliothèques. Ces livres avaient déjà intégré les sous sols, les magasins et commençaient à prendre beaucoup trop de place. En 2003, l’ARL PACA ouvre ses portes et lance sa première action : la Conservation Partagée du fonds jeunesse. La Conservation partagée en PACA aujourd’hui. L’e-bibliothèque d’Amazon. Dépôt légal des imprimés : depuis le 21 mars 2015, un exemplaire suffit. Le rythme lent de la lecture. Le baromètre des documents acquis et empruntés dans les bibliothèques publiques commandé par le service du livre et de la lecture à la société TMO et avec le concours des sociétés C3RB et Koha, est riche d’informations qu’il faut mettre en valeur.

Il donne à voir la richesse et la diversité de la lecture Dans ce premier texte, nous soulèverons la question du rapport de la lecture à l'actualité éditoriale. Dans un autre à suivre nous mettrons en avant la question de l'extrême dispersion des pratiques sur une multitude de titres. Dans un dernier nous pourrons confronter les pratiques de lecture telles qu'elles sont saisies par le traitement des fichiers de transactions de prêts avec les pratiques d'acquisition des bibliothèques.

Commençons par relever le fait que le baromètre permet d’accéder aux pratiques de lecture autrement que par les ventes. Dossier : Débuts difficiles du livre numérique en bibliothèque. Sommaire du dossier : Au 1er mars 2015, près de 600 bibliothèques municipales proposaient des liseuses ou des tablettes à leurs usagers. Selon un recensement effectué par le consultant Hervé Bienvault, le nombre d’établissements disposant d’une offre numérique de lecture progresse régulièrement en France.

La carte du prêt de liseuses ou tablettes en bibliothèque montre un maillage territorial plutôt régulier. Sans surprise, la région Ile-de-France figure en tête, suivie d’agglomérations également bien engagées : Rennes, Clermont-Ferrand, Nantes... Trois déserts numériques apparaissent cependant aux confins de la Lozère, des Alpes de Haute-Provence et de la Haute-Marne. L’expansion des offres numériques est confirmée par l’enquête annuelle 2014 réalisée par Vodeclic (solution de formation) entre décembre 2014 et janvier 2015 auprès de 900 bibliothèques françaises.

Un marché encore embryonnaire bien modeste. . « le PNB est inabordable pour les bibliothèques ! Cet article vous intéresse? Quel futur pour nos bibliothèques. Le ministère de l’Education a demandé à l’Inspection générale des bibliothèques (IGB) d’étudier le stockage des collections imprimées à l’heure du numérique, la documentation et la formation, les bibliothèques municipales et intercommunales dans les communes de 12000–15000 habitants et l’action territoriale de la Bibliothèque nationale de France. Le rapport analyse les réussites, mais aussi les défaillances et les manques que peuvent connaître les bibliothèques en France sur ces grandes thématiques. Le stockage des collections imprimées à l’heure du numérique Le rythme de production imprimée n’a pas fléchi. La numérisation des collections documentaires ne résout en rien la question du stockage des documents originaux. Selon le rapport, la "saturation concerne aujourd’hui un nombre important de bibliothèques".

L’IGB préconise la mise en chantier rapide de quatre grandes réserves documentaires dans le cadre de la réforme territoriale en Rhône-Alpes, en Alsace, en Aquitaine et en Bretagne. Definition_bibnum.pdf. 20120329-Teasdale. 48221-le-role-social-des-bibliotheques.pdf. Programme les catalogues au defi du web saison 3 24 novembre 2015 paris.