background preloader

Gabgab76

Facebook Twitter

Conditions de travail : Samsung poursuivi. Le Brésil a assigné le géant de l'électronique sud-coréen Samsung en raison des mauvaises conditions de travail que le groupe impose à ses employés d'une usine de la région amazonienne, a indiqué le gouvernement brésilien. Selon le ministère brésilien du Travail, les ouvriers de l'usine de Samsung travaillent jusqu'à 15 heures par jour, dont 10 heures de travail debout et parfois jusqu'à 27 jours d'affilée. L'enquête qui a permis de découvrir ces abus a été menée à l'usine de Manaus, l'une des plus importantes des 25 usines du groupe sud-coréen dans le monde. Cette usine emploie 6.000 ouvriers et fournit des produits de Samsung dans toute l'Amérique latine. Le géant sud-coréen "soumet ses employés à des risques pour leur santé du fait d'une activité répétitive et d'un rythme de travail intense sur les chaînes d'assemblage", a précisé le ministère.

Samsung a indiqué dans un communiqué examiner ces accusations. Samsung, pas mieux qu'Apple sur les conditions de travail dans ses usines. ENTREPRISES - Samsung et Apple, même combat. L'ONG China Labor Watch, qui défend les droits des travailleurs chinois, a rendu un rapport accablant (à lire en anglais), mardi 7 août, sur les conditions de travail chez le sous-traitant choisi par Samsung pour fabriquer ses téléphones mobiles, lecteurs DVD, baladeurs MP3 et autres équipements audio. Les enquêteurs se sont infiltrés dans les usines de HEG Electronics, situées près de Guangzhou (Chine), en se faisant recruter comme ouvriers.

Voici ce qu'ils ont constaté. Des écoliers réquisitionnés D'après le rapport, l'assembleur de Samsung emploie "un nombre important d'enfants". Les enquêteurs les estiment entre 50 et 100, et certains d'entre eux avaient moins de 16 ans. "Obligés de travailler onze heures, six jours par semaine" Coups et blessures "Il était souvent demandé à ces enfants travailleurs de réaliser des tâches dangereuses qui entraînaient des blessures", écrivent les enquêteurs dans le document de 31 pages. Samsung attaqué en justice sur "les conditions de travail indignes" chez ses sous-traitants chinois. Trois organisations ont porté plainte mardi pour "pratique commerciale trompeuse" contre le groupe sud-coréen, auprès du parquet de Bobigny. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Rémi Barroux Le cabinet de juristes Sherpa, l'organisation non gouvernementale (ONG) Peuples solidaires et l'association de consommateurs Indecosa-CGT ont porté plainte pour "pratique commerciale trompeuse" contre Samsung, mardi 26 février auprès du parquet de Bobigny (Seine-Saint-Denis).

La démarche vise les publicités sur les engagements éthiques du groupe d'électronique sud-coréen auprès des consommateurs français. "Samsung prétend s'assurer du respect des droits des ouvriers qui fabriquent ses produits, en s'imposant des codes de bonne conduite comportant des règles éthiques strictes. Mais l'entreprise ferme les yeux sur les conditions de travail indignes qui prévalent dans les usines chinoises qui fabriquent pour son compte", explique l'avocat William Bourdon, président de Sherpa. Samsung : conditions de travail chez ses sous-traitants.

Après Apple, c'est au tour de Samsung... Le géant coréen est accusé de fermer les yeux sur des conditions de travail intolérables chez ses sous-traitants chinois, un constat en contradiction avec les engagements du constructeur vis-à-vis du consommateur. C'est donc sous le motif de "pratique commerciale trompeuse" que trois associations assignent Samsung en justice. L'AFP révèle qu'aujourd'hui, trois associations portent plainte contre Samsung, qui ferme les yeux sur les conditions de travail des ouvriers travaillant dans les usines de ses sous-traitants chinois.

L'association Sherpa, l'ONG Peuples solidaires et l'association de consommateurs Indecosa-CGT déposent une plainte auprès du parquet de Bobigny, en Seine-Saint-Denis. Samsung s'engageant auprès des consommateurs à surveiller les conditions de fabrication de ses produits, le constructeur est accusé d'induire en erreur les consommateurs français. Aussi le motif officiel de cette plainte est-il "pratique commerciale trompeuse". Travail des enfants : Samsung pris au piège de ses beaux discours. La situation ne s’arrange pas pour le géant coréen Samsung : l’entreprise est la cible d’une plainte en France pour « pratique commerciale trompeuse ».

Elle est désignée par une association de consommateurs britanniques comme l’une des marques les moins éthiques du monde. Elle a été étrillée par l’émission Cash Investigation sur France 2. Elle est nominée aux Prix Pinocchio comme « l’entreprise ayant mené la politique la plus opaque ». A force de promouvoir, publicités à l’appui, un « monde meilleur », sans bannir le travail des enfants dans ses chaînes d’approvisionnement, sa réputation commence à être sérieusement entachée. Une enquête retentissante de Cash Investigation, diffusée le 4 novembre sur France 2, a démontré à des millions de téléspectateurs français comment leurs smartphones pouvaient être fabriqués par de jeunes filles chinoises de 12 ou 13 ans.

Des enfants travaillant 11 heures par jour pour Samsung Le travail des enfants, partie émergée de l’iceberg Olivier Petitjean. Samsung enquête sur les conditions de travail dans ses usines chinoises. Samsung accusé sur ses conditions de travail en Chine. Samsung : les conditions de travail chez les fournisseurs encore critiquées par China Labor Watch. L'association China Labor Watch avait critiqué le groupe coréen Samsung Electronics en 2012 à propos des conditions de travail chez ses fournisseurs en Chine et notamment pour l'exploitation d'adolescents n'ayant pas l'âge légal pour travailler dans les chaînes d'assemblage chez certains d'entre eux. Le géant coréen avait mené son propre audit qui avait confirmé des irrégularités dans les conditions de travail mais pas de présence de mineurs chez ses sous-traitants.

L'ONG avait pointé du doigt l'usine de Guangdong du fournisseur chinois HEG Electronics et Samsung avait indiqué que des actions correctrices seraient menées. Un nouvel audit de l'association mené durant l'été 2014 a cependant indiqué que les irrégularités se poursuivaient chez HEG Electronics. Plus d'une dizaine d'adolescents en-dessous de l'âge légal du travail en Chine auraient travaillé dans les chaînes d'assemblage de composants pour Samsung, affirme l'ONG.

Samsung : de gros progrès à faire sur les conditions de travail. Samsung vient de publier son Sustainability Report 2014. Un bref passage de ce document de 133 pages aborde les conditions de travail des employés officiant chez les fournisseurs chinois du géant coréen. Un bref passage, qui en dit toutefois très long. En page 19 de son rapport, Samsung dévoile ses buts d'ordre qualitatif dans la perspective de son plan "Vision 2020", qui, comme son nom l'indique, révèle les objectifs du groupe à moyen terme. Les points sont au nombre de cinq : "compagnie innovante, compagnie respectée, top 10 des entreprises où il fait bon travailler, leader créatif bâtissant de nouveaux marchés, entreprise mondialisée attirant les meilleurs talents du globe".

En effet, on découvre page 69 quelques chiffres issus d'un audit réalisé en 2013 auprès de 100 fournisseurs chinois du poids lourd coréen de l'électronique. Mais que dire des résultats de l'audit sur le plan de la santé et de la sécurité ? "Quelques" points nécessitent d'être améliorés, en effet... Qu'est-ce qui détermine les conditions de travail ? Organisation, environnement, relations professionnelles, sens du travail, exigences des salariés... Une définition.

L'expression "conditions de travail" désigne un "ensemble de faits dont dépend le travail". Sans ces "faits", le travail n'est pas possible. Reste à définir ces faits... Plus que des faits, il s'agit des conditions dans lesquelles le travail peut être réalisé. On peut les classer en 4 grandes familles : La combinaison de ces éléments détermine les conditions de travail. En savoir plus : Comment regarder le travail ? 4 étapes pour comprendre le travail : la... par ARACT-PaysdelaLoire. Samsung accusé de faire travailler des enfants en Chine. Le géant électronique Samsung est accusé par une ONG de faire travailler des enfants, dans l'usine d'un de ses sous-traitants dans le sud de la Chine. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Laure Beaulieu Attention : après la lecture de cet article, vous pourriez choisir de vous séparer de l'ensemble de votre matériel électronique Samsung. Après avoir accusé Apple dans une étude publiée en juin 2012, l'ONG China Labor Watch (CLW) s'attaque cette fois-ci au géant sud-coréen de l'électronique, Samsung.

Basée à New York, l'ONG a enquêté aux mois de juin et juillet 2012 dans une usine de HEG Electronics Co, sous-traitant de Samsung en Chine. Située dans la province du Guangdong en Chine, l'usine produit des téléphones, des lecteurs DVD, des chaînes stéréo et des MP3 pour l'entreprise Samsung. Publié le mardi 7 août, le rapport présente des résultats édifiants. SAMSUNG : 3e PIRE ENTREPRISE AU MONDE Samsung n'en est pas non plus à son premier scandale.

Samsung attaqué au Brésil pour des conditions de travail déplorables dans ses usines. Alors que tout internet ne parle que de la Galaxy Gear, la montre intelligente de Samsung qui doit arriver en septembre, le géant coréen est en eaux troubles au Brésil. Le ministère brésilien du Travail demande 107 millions de dollars à Samsung suite aux mauvaises conditions de travail reportées dans l'une de ses principales usines de production et d'emballage située à Manaus, en Amazonie. Des milliers de plaintes déposées par les ouvriers L'usine de Manaus, l'une des plus importantes du groupe, emploie 6000 personnes. Elle produit des télévisions et des smartphones Samsung pour toute l'Amérique latine. Le site a fait l'objet de plusieurs inspections en mai 2011 et mai 2013, suite à 1200 plaintes déposées par des travailleurs, selon le site brésilien Tribuna Hoje. Des journées de 15 heures, le manque de sièges dans la ligne d'assemblage, l’absence de pauses et de congés et des situations de harcèlement sont les principaux objets de ces plaintes.

Un marché à ne pas négliger Nora Poggi. Samsung incite ses fournisseurs chinois à améliorer les conditions de travail. Mis en cause par une ONG américaine, Samsung s'enquiert du bien-être de ses ouvriers chinois. Le groupe coréen a découvert plusieurs pratiques "inappropriées" chez ses fournisseurs et assuré qu'il comptait y remédier immédiatement. En septembre, China Labor Watch avait listé de nombreuses violations du Code du travail au sein des usines servant à fabriquer les produits de Samsung dans l'Empire du Milieu. Certains employés seraient forcés de réaliser plus de 100 heures supplémentaires par mois, d'autres seraient contraints de rester debout 11 à 12 heures d'affilée. L'organisation avait aussi dénoncé l'emploi de personnes âgées de moins de 18 ans. Au terme d'un audit mené auprès de 105 de ses fournisseurs basés en Chine, Samsung reconnaît que certains d'entre eux ont abusé des heures supplémentaires.

D'autres ont mis en place un système d'amende pour sanctionner les retards et les absences, une pratique illégale. Aucun cas d'emploi de mineurs n'a par contre été repéré. Conditions de travail : Toute l'actualité sur Le Monde.fr. Une ONG française dénonce les conditions de travail chez Samsung. VIDÉOS - L'association française Sherpa a une nouvelle fois décidé de s'attaquer aux conditions de travail des ouvriers du groupe en Chine. La première affaire avait finalement été classée sans suite, au mois de janvier dernier, après un an et demi d'enquête. Mais Sherpa a décidé de ne pas se laisser faire. L'ONG vient de porter plainte une seconde fois contre Samsungpour «pratiques commerciales douteuses».

Le procès doit se dérouler le 11 janvier 2017. L'association met plus particulièrement en exergue les conditions de travail de ses ouvriers en Chine, et affirme que «Samsung France ment en publiant des engagements éthiques et en affirmant que ceux-ci sont respectés partout dans le monde», selon des propos rapportés par le Parisien-Aujourd'hui en France. Sur son site internet, la firme coréenne qui se définit comme une «entreprise mondiale responsable», affirme respecter «les droits fondamentaux de tous» , tout en «interdisant strictement l'esclavage des enfants».

Samsung : un rapport accablant sur ses usines chinoises. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies... Accueil Dans un rapport d’une centaine de pages, l’ONG américaine China Labor Watch pointe du doigt les nombreuses violations pratiquées dans huit usines appartenant, au moins pour partie, au géant Samsung. Contrairement à Apple, qui ne possède plus d’usine depuis près de dix ans mais défrayait tout de même la chronique du fait des conditions de travail des ouvriers employés par ses fournisseurs, Samsung conserve la haute main sur des dizaines de centres de fabrication à travers le monde, et notamment en Chine. Les huit cercles de l’enfer ? Shenzhen Samsung Kejian Mobile Telecommunication Technology. Il y en a cinq autres comme ça. Conditions de travail en Chine: la FIDH pointe la responsabilité des marques. La Fédération internationale des droits del'Homme (FIDH) publie un rapport sur les conditions de travail en Chine. Partis en compagnie de Carrefour, les enquêteurs de l’ONG dénoncent notamment le non-respect du temps de travail et les bas salaires chez les sous-traitants, mais pointent tout de même un mieux.

Des conditions pourtant bien pires persistent chez les géants des nouvelles technologies, China Labor Watch a recensé trois défenestrations ces deux dernières semaines. Si la FIDH est quelque peu optimiste, c’est qu’elle note que les travailleurs Chinois ont, depuis une dizaine d’années, de plus en plus conscience de leurs droits. Les jeunes s’expriment, se rassemblent, et les conflits sociaux se multiplient. La FIDH pointe ainsi le rôle des grandes marques qui s’approvisionnent en Chine. Le calvaire persiste chez Apple et Samsung Les enquêteurs de la FIDH ne se sont malheureusement pas rendus dans les usines de nouvelles technologies. Chine : des enfants-ouvriers dans l'usine d'un fournisseur ... Bienvenue ! {* welcomeName *} {* loginWidget *} Bienvenue ! {* #signInForm *} {* signInEmailAddress *} {* currentPassword *} {* /signInForm *} Votre compte a été désactivé Vous devez vérifier votre adresse email pour finaliser votre inscription. {* #resendVerificationForm *} {* signInEmailAddress *}{* /resendVerificationForm *} Merci de confirmer les informations ci-dessous avant de vous connecter {* #socialRegistrationForm *} {* firstName *} {* lastName *} {* emailAddress *} {* displayName *} {* phone *} {* addressCity *} {* addressCountry *} En cliquant sur "Créer un compte", vous confirmez que vous acceptez nos conditions générales et que vous avez lu et approuvé la politique de protection de données personnelles.{* /socialRegistrationForm *} Merci de confirmer les informations ci-dessous avant de vous connecter Nous vous avons envoyé un email de confirmation à l'adresse suivante {* emailAddressData *}.

Nous vous enverrons un lien pour créer un nouveau mot de passe {| moreInfoText |}