background preloader

Stockage Energie

Facebook Twitter

Brèves | Energie RS2E. Comment suivre avec précision la cinétique du transport des ions au sein des pores d’une électrode de carbone, étudier l’influence de la solvatation des ions ou de la taille des pores sur la capacité de stockage d’une électrode ? Ces questions sont essentielles pour pouvoir créer de meilleurs matériaux pour le stockage de l’énergie dans les supercondensateurs.

Trois membres du RS2E affiliés au laboratoire CIRIMAT (CNRS/Université Toulouse 3 - Paul Sabatier) à Toulouse ont choisi d’utiliser la microbalance à quartz, ou EQCM, pour confirmer leurs découvertes précédentes. Il s’agit de Patrice Simon, professeur, également directeur-adjoint du RS2E, Pierre-Louis Taberna, chargé de recherche, et Wan-Yu Tsai, doctorante. La microbalance à quartz exploite un principe simple : sous l’influence d’un courant électrique, le quartz vibre à une fréquence connue (propriété aussi exploitée dans les montres). Si on place une masse sur le quartz, la fréquence variera. RS2E | Le RS2E démarre une activité de pré-protoypage. Rapprocher recherche et industrieDepuis le 12 mai dernier, une grande première a lieu dans le monde de la recherche sur le stockage électrochimique de l’énergie (batteries et supercondensateurs). Pour la première fois en France, 17 laboratoires de recherche vont avoir un accès direct à des équipements de pré-prototypage ! Les trois machines (6 tonnes au total) sont en cours d’installation dans un des laboratoires membre du RS2E, le LRCS (UPJV/CNRS) à Amiens.

Elles représentent une chance unique d’améliorer encore le lien entre recherche fondamentale et industriels, une des raisons d’être du RS2E depuis son lancement en 2011. Grâce à ces équipements, les laboratoires membres du réseau vont bénéficier d’avantages inédits comme la possibilité de tester en conditions réelles de nouveaux matériaux de batteries. De gauche à droite : machine d'enduction, calandreuse, bobineuse Les fameuses "cellules 18650". Les ingénieurs coréens avec M.

Batterie sodium-ion: une révolution en marche. Le réseau français RS2E, qui réunit chercheurs et industriels, a dévoilé le premier prototype de batterie sodium-ion. Cette technologie inspirée des batteries lithium-ion qui équipent déjà ordinateurs portables et véhicules électriques pourrait permettre le stockage de masse des énergies renouvelables dites intermittentes. C’est une annonce qui risque de faire du bruit dans le monde très concurrentiel des batteries. Des chercheurs français du réseau RS2E (link is external) 1 ont dévoilé aujourd’hui le premier prototype de batterie sodium-ion 18650, un format standard utilisé notamment dans nos ordinateurs portables.

L’information n’a l’air de rien pour les non-spécialistes… Et pourtant. Le Sodium, un nouvel avenir pour les batteries ! (link is external) par CNRS (link is external) Le retour en force du sodium Pour l’heure, ses concepteurs restent discrets sur la composition des matériaux qui s’enroulent autour des deux électrodes de leur batterie sodium-ion – secret de fabrication.

Pourquoi la petite batterie sodium-ion mise au point par le CEA et le CNRS a tout d'une grande - L'Usine de l'Energie. Crédits : V.GUILLY/CEA L'Usine Nouvelle : Quelle est cette technologie sodium-ion sur laquelle vous travaillez ? Christian Masquelier : Il s’agit d’une alternative au lithium-ion qui s’en inspire directement. Comme dans les batteries Li-ion, il y a deux électrodes et un électrolyte organique. Mais ce sont des ions sodium qui circulent entre les électrodes au lieu d’ions lithium. Les matériaux sont aussi très différents. Il y a peu d’entreprises qui s’y intéressent, mais c’est un domaine qui mobilise de plus en plus de chercheurs académiques dans le monde, notamment au Japon, aux Etats-Unis et en Espagne. Quelles sont les performances de votre technologie et en quoi peut-elle concurrencer le lithium-ion ? Notre batterie affiche une densité d’énergie – la quantité d’électricité qu’on peut stocker par kg de batterie – de 90 Wh/kg.

Pourquoi avoir réalisé un prototype au format 18650 ? Qui est derrière cette première ? Ce sont des chercheurs académiques du CNRS et du CEA. TYVA ENERGIE - Batterie Li-Ion Modulaires et Innovantes. Tyva Energie applique le principe du Lego au développement de batteries à la demande. Créée en 2013, la jeune société ardéchoise Tyva Energie a élaboré une technologie de rupture dans le domaine du développement et de l'assemblage de batteries. Une technologie également écologique qui évite d’avoir, à chaque fois, à réinventer la roue pour répondre aux contraintes de tension ou de capacité nominales, d’encombrement et d’habillage exprimées par un équipementier. On ne vexera personne (on l’espère…) en affirmant que les batteries pour automobiles, robots et autres équipements autonomes, même si elles s’avèrent incontournables, ne sont pas des « objets » marqués par des innovations tous azimuts.

Raison de plus pour s’intéresser de près à de nouvelles approches techniques dans ce domaine, surtout si c’est une start-up française qui en est à l’origine. Une brique de base prête à l'emploi De fait, Tyva Moduloo repose sur une brique de base Li-Ion prête à l’emploi dont les dimensions sont fixées une fois pour toutes. Une deuxième activité. Article la recherche supercondensateurs septembre 2014. Un supercondensateur hybride pour allier puissance et énergie. Supercondensateur, l'avenir des batteries qui solutionnera le problème du stockage électrique ? Supercondensateur - Ce n'est pas une batterie : la recharge est ultra rapide. Première ligne de production de supercondensateurs en graphène en Chine. Etude de graphène pour supercondensateur La société chinoise Changzhou Cubic Energy Technology Co., Ltd a annoncé l'achèvement de la première ligne de production de supercondensateurs à base de graphène de la Chine.

Cette ligne de production de supercondensateurs nouvelle génération à base de graphène a été mise en place à Changzhou le 10 janvier 2014. Cubic Energy Technology est spécialisée dans le développement de produits de stockage d'énergie à base de graphène pour les énergies renouvelables, les transports, l'électronique grand public et l'industrie. Son ambition est de fournir des composants de stockage d'énergie efficaces et fiables. Avec cette ligne de production automatisée, la société s'est dotée d'une capacité de production annuelle de 50 000 supercondensateurs en graphène de 3000 Farads.

La société marque ainsi une nouvelle avancée dans les applications du graphène à Changzhou et fait un pas de plus dans le processus d'industrialisation du graphène. Stockage Station HPOD module d'hybridation GELEC - GELEC. Le H-POD est un module intelligent de stockage et de gestion d’énergie. Une gestion sécurisée, automatique et intelligente de votre énergie. Placé entre une source d’énergie extérieure (réseau, éolien, solaire, groupe électrogène...) et l’installation, le H-pod, véritable « réservoir électrique intelligent » stocke l’énergie et la restitue en fonction du besoin. Grâce à son interface « machine to machine », il commande et dialogue avec les équipements de production et de consommation. Vous limitez votre consommation et gagnez en autonomie ! Les avantages de l'H-POD Tous nos prix sont affichés hors taxes (HT) H-POD 6 Monophasé Placé entre une source d’énergie extérieure (réseau, éolien, solaire, groupe électrogène...) et l’installation, le h-pod, véritable « réservoir électrique intelligent » stocke l’énergie et la restitue en fonction du besoin.Grâce à son interface « machine to m...

H-POD 12 Monophasé (Triphasé en option) H-POD 23 Monophasé (Triphasé en option) La première unité de production électrique hybride, autonome et non polluante, est née. Alors qu'une nouvelle transition énergétique est en cours et que la question du mix énergétique se pose une nouvelle fois, les énergies renouvelables sont vraisemblablement les réponses à de nouvelles dispositions internationales.

C'est dans ce contexte que les ingénieurs de GELEC ENERGY ont développé l'«Hybrid Power Station», une unité de production hybride totalement autonome. Une unité de production mobile et autonome L'«Hybrid Power Station» utilise plusieurs sources d'énergie réunies au cœur de son système pour offrir une solution autonome, économe et respectueuse de l'environnement. Partout où le réseau est inexistant ou manque de fiabilité, lorsque l'approvisionnement en carburant est rare ou compliqué, l'«Hybrid Power Station» s'adapte en basculant sur la source d'énergie disponible.

Une unité de production créatrice d'énergie intelligente Une unité de production qui respecte l'environnement. Ionwatt prépare les batteries du futur pour stocker l'énergie du vent. Ionwatt prépare les batteries du futur pour stocker l'énergie du vent Les éoliennes produisent de l'électricité de façon intermittente et parfois de façon déphasée par rapport à la demande. De même, les panneaux photovoltaïques captent l'énergie solaire le jour, mais ne peuvent pas conserver l'électricité. Pour pallier ces problèmes, Ionwatt vient d'inventer un nouveau type de batterie de stockage de l'électricité produite.

Issue d'un transfert de technologie du laboratoire « matière condensée et systèmes électroactifs » de l'Université de Rennes-I et du CNRS, cette jeune société a mis au point une batterie à électrolytes circulants, dont les électrodes « à haute performance sont issues de matières premières moins chères que celles actuellement utilisées », précise François Huber, président d'Ionwatt. Le prix de la batterie sera donc moins élevé que les produits du marché à base de vanadium. Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash Ouest Valorisation Noter cet article : Ouest Valorisation » [Technologies] La start-up IONWATT devient KEMWATT. Home - Kemwatt. KEMWATT : première mondiale dans le stockage d’énergie avec une « batterie « bio » Kemwatt annonce avoir conçu, réalisé et testé avec succès le premier prototype industriel de Batterie Redox Flow Organique de 10 kW, capable de stocker l'électricité issue des énergies renouvelables ou de soutenir les réseaux électriques et les micro-réseaux.

Basée sur sa chimie et son stack (convertisseur d'énergie) innovants, cette toute première batterie Redox Flow Organique non corrosive de dimension industrielle a nécessité deux années de développement à la startup française. Elle ouvre la voie à des solutions de stockage simples, fiables et moins coûteuses, et représente une étape majeure pour l'expansion des énergies renouvelables, des réseaux intelligents et des micro-réseaux à travers le monde.

Stocker et restituer de grandes quantités d'énergie plus proprement Faciliter le développement des énergies renouvelables à grande échelle et le déploiement de micro-réseaux A propos de KEMWATT Plus d'infos... Ouest Valorisation » [Technologie] BATELECCIR : la batterie propre du futur. Des chercheurs de l’Institut des Sciences Chimiques de Rennes (Université de Rennes 1 / CNRS) ont développé une batterie innovante, BATELECCIR. Celle-ci permettra une gestion optimisée des énergies renouvelables. Accompagné par la SATT Ouest Valorisation, ce projet s’inscrit pleinement dans la transition énergétique et écologique des territoires. Interview avec l’équipe de recherche : Didier Floner, Maître de conférences – Université de Rennes 1Florence Geneste, Chargée de recherche CNRS – Université de Rennes 1Dominique Paris, Technicien – Université de Rennes 1 Quels sont vos axes principaux de recherche ?

L’équipe de recherche : Nos compétences et notre savoir-faire sont principalement basés sur la mise au point de réacteurs électrochimiques en flux comprenant des matériaux poreux tridimensionnels. Quels sont les secteurs d’applications de votre projet ? Comment Ouest Valorisation vous a-t-elle accompagnée ? Quelles sont les prochaines étapes de votre projet ?

Ionwatt charge ses batteries. Brève Sa batterie à électrolytes circulants - de type « redox » - est née dans un laboratoire de l’Institut des sciences chimiques de Rennes. Protégée par quatre brevets de l’université de Rennes 1 et du CNRS, elle veut offrir une solution technologique inédite au stockage stationnaire de l’électricité dans le domaine industriel. « Pour se connecter à des fermes éoliennes et des parcs photovoltaïques de plusieurs mégawatts », anticipe François Huber, le président de la société. Conçue avec des composants chimiques durables, selon des procédés simples et peu onéreux, cette batterie de nouvelle génération serait aussi précieuse pour faciliter la gestion des réseaux électriques intelligents (smart grids). Le stockage sécurisé de l'hydrogène dans les véhicules. Projects and Results : Computational study of hydrogen storage in metal-doped materials.

NanoFlowcell : la puissance de l’électricité sans les inconvénients. Nunzio La Vecchia aurait-il trouvé la solution miracle pour propulser les voitures avec une énergie électrique débarrassée des inconvénients du stockage ? C’est la question que l’on peut se poser en visitant le stand de NanoFlowcell au Salon international de l'automobile de Genève. De fait, l'entreprise ne fait que remettre au goût du jour une technologie développée par la Nasa dans les années 70 pour alimenter en énergie ses vaisseaux spatiaux. La technologie Flow Cell fonctionne à partir de deux liquides ioniques, l’un chargé positivement et l’autre chargé négativement, dont on remplit deux réservoirs séparés dans la voiture, de la même manière qu’on le fait actuellement avec des hydrocarbures. Les liquides chargés en particules de sels métalliques alimentent en continu une batterie Redox assurant à la fois la création et le stockage tampon de l’énergie électrique.

Les deux fluides échangent des ions à travers une membrane créant ainsi un flux électrique de 735 V sous 92 A. Tesla vs nanoFlowcell : de l’électricité dans l’air…et dans l’eau ! 3 avril 2015 - 14:05 Quatre moteurs, plus de 1000 chevaux sous le capot, de 0 à 100 km/h en moins de 3 secondes ! Le tout sans émettre un gramme de CO2… Une nouvelle F1 électrique ? La future VGV (voiture à grande vitesse) sur le modèle du TGV ? Plus simplement, l’énième alternative automobile. Son nom ? Il résonne – raisonne? – du nom d’un grand philosophe. Retenez votre souffle.

Son concepteur a lui-aussi un nom (rai)sonnant et (tré)buchant : Nunzio La Vecchia. Quant, l’Europe 3.0… Celle que les jeunes générations attendent… Pour alimenter les 512 CV de ses deux moteurs électriques et assurer son autonomie de 480 km avant recharge, la Koenigsegg NLV de 2009 tirait son énergie du soleil, pas encore de la mer. Vous avez dit révolution ? A en croire son concepteur, la bête a un atout majeur : c’est la première voiture électrique qui n’a pas besoin de se brancher régulièrement pour recharger ses batteries.

Respirons un grand coup en ce début de printemps. Olivier Keller. Les super-condensateurs dans un projet de voiture à hydrogène. Ce cocktail permet d'annoncer une consommation de carburant de 1,2 l/100 Km. Un prototype de la voiture existe et circule à la vitesse maximum d'environ 100 Kmh. L'énergie électrique est générée par une pile à combustible située à l'avant du véhicule. Pendant les phases de décélération et de freinage, l'énergie cinétique récupérée est stockée dans une batterie de super-condensateurs situés sous le siège du passager. Cette énergie supplémentaire permet de booster la voiture dans les phases d'accélérations et de limiter la puissance des moteurs donc leur poids et leur encombrement.

Pour réduire encore le poids, les concepteurs ont choisi la fibre de carbone pour la carrosserie. Solarwatt révolutionne le stockage de l’énergie avec MyReserve primée à Intersolar. Supercondensateurs: comment se diffusent les ions ? Schneider Electric se lance dans le stockage d’électricité - Innovation produits. Saft démarre la production industrielle de sa nouvelle usine de batteries lithium-ion à Jacksonville | Saft.

Conteneur Intensium Max 20 Saft : méga batterie Li-ion pour le stockage photovoltaïque - Batterie photovoltaïque. Saft s'attaque au stockage d’énergies renouvelables. CEA Tech - Le Liten développe les batteries du futur. Le chauffage par Lancey. L'Aquitaine, bientôt leader mondial des batteries du futur ? Lacq abritera dès lundi les recherches sur les batteries du futur - La République des Pyrénées.fr. Bientôt une batterie sodium-ion pour stocker l’énergie ?