background preloader

Yonaguni

Facebook Twitter

Ruines dans le Pacifique. Sa datation a révélé que l'édifice remontait à au moins 8000 ans av. jc.

Ruines dans le Pacifique

Preuve Atlante Yonaguni FR Site pyramidale submergé. BBC - Yonaguni. Les ruines de Yonaguni (japon) On se réjouit d'autant plus de voir les faits étayer l'hypothèse visionnaire du colonel Churchward: cette importante découverte archéologique sous-marine relance sérieusement la réalité de Mu.

les ruines de Yonaguni (japon)

Près de l'île japonaise de Yonaguni, des plongeurs ont découvert une pyramide singulière, qui a tout l'air d'un artefact. Longue de 200 m et haute de 30 m, composée de gigantesques blocs de pierre aux angles parfaitement droits, l'imposante construction rectiligne affecte plus ou moins la forme d'une ziggourat de Babylone. Avec sa silhouette massive et ses proportions imposantes, on la dirait bâtie par des hommes beaucoup plus grands et plus forts que nous. "Cet objet n'a définitivement pas été fabriqué par la nature", a déclaré le prof Masaki Kimura géologue à l'Université d'Okinawa, premier scientifique à examiner le site. La découverte d’autres tertres sous-marins, plus petits, dans les environs de Yonaguni, apporte une confirmation quant à l'origine artificielle de cette structure. La mystérieuse structure sous-marine de Yonaguni.

[Yonaguni] Les preuves d'une civilisation engloutie il y a 12 000 ans ! La triste et récente actualité au Japon nous démontre que du jour au lendemain une civilisation peut se retrouver engloutie.

[Yonaguni] Les preuves d'une civilisation engloutie il y a 12 000 ans !

Particulierement si elle se situe sur la mer dans des zones de fortes activité sismiques , cassures de la croute terreste, chaine volcanique, etc... Les preuves sont significatives dans la region d' Hokinawa au Japon : - la decouverte de fossilles de quadrupede à plus de 500 Mètres de profondeur sous la mer- les legendes anciennes de la region parlant d'un palais du dieu de l' ocean englouti dans les eaux de lerus regions- la decouverte enfin des vestiges de Yonaguni , enorme construction monolithique à angles droits- la decouverte sur le site de Yonaguni d'artefacts typiquement humain (pierre gravées figurant des animaux, signes, etc..)

D'abord une première video en français expliquant comme ce site a pu se retrouver englouti Le documentaire en anglais: Le Yonaguni. Structures englouties de Yonaguni. En 1985 un voyagiste de plongée, Kihachiro Aratake, alors qu'il plonge voir des requins au large des côtes les plus au Sud de l'île japonaise Yonaguni Jima, découvre des structures énigmatiques.

Structures englouties de Yonaguni

Le professeur Masaaki Kimura, de l'Université de Ryukyus à Okinawa (Japon), étudie les structures pendant plusieurs années, et acquiert la conviction qu'elles sont de fabrications humaine. A l'occasion de la sortie de son livre Heaven's Mirror, l'écrivain Graham Hancock invite le docteur Robert Schoch à venir donner son opinion quant à l'origine "naturelle" ou "humaine" de ces structures, dans le cadre d'une trilogie télévisée intitulée "La quête des civilisations perdues".

Schoch accepte et arrive au Japon en septembre 1997. Le docteur Schoch pense que la structure est en majeure partie, peut être en totalité, naturelle. Ce qui suit est la discussion détaillée de Schoch : A chaque séjour je fit diverses plongées sur le site. Les faces rocheuses semblent être des pierres dressées. Remerciements : Structure sous-marine de Yonaguni. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Structure sous-marine de Yonaguni

Pour les articles homonymes, voir Yonaguni. Un plongeur visitant le monument immergé La structure est constituée d’immenses plate-formes interrompues par des failles formant de grandes marches angulaires séparées par des parois à l’apparence lisse (les failles sont géologiquement récentes). La structure mesure plus ou moins 75 mètres de long et 25 mètres de haut. En raison de son apparence lisse, peu érodée et peu colonisée par la vie marine, certains auteurs estiment qu’elle pourrait être artificielle et très ancienne, tandis que les archéologues estiment que si elle l’était, son état serait bien plus dégradé[1]. Histoire[modifier | modifier le code] Autrefois[modifier | modifier le code] Selon le point de vue qu’il pourrait s’agir d’un monument préhistorique, le site de Yonaguni de 28 km2 aurait été délibérément construit ou modifié au cours de la dernière glaciation, lorsque le niveau de la mer était beaucoup plus bas qu’aujourd’hui.

Yonaguni, l'Atlantide du Pacifique. Les cités englouties sont une réalité presque banale pour l'archéologue : Ménouthis et Hérakléion au large du delta du Nil, Pavlopetri sous les eaux au sud du Péloponèse, Olbia du Pont noyée au nord de la Mer Noire... Visitées, explorées, datées, ces villes submergées ne font plus mystère. Sans doute parce qu'elles sont trop proches de nous dans le temps. Et que leur disparition s'inscrit dans une logique géologique dont les stigmates marquent encore nos rivages.