background preloader

Humboldt

Facebook Twitter

La théorie de l’État minimal, exposée par Wilhelm von Humboldt dans le traité de 1792 – dont seuls des extraits furent diffusés sur le moment – sera replacée dans le contexte rédactionnel : on s’attachera aux enseignements que Wilhelm von Humboldt avait pu tirer de la doctrine du droit naturel, des pratiques du despotisme éclairé et de la Révolution française lorsqu’il entreprit de transposer en termes sociopolitiques l’idéal d’humanité du classicisme weimarien.

La singularité d’une philosophie politique qui jette un pont, tout à la fois, avec l’économie classique, l’anarchisme et l’activisme citoyen devra être saisie. On s’interrogera aussi sur les présupposés informulés, d’ordre social et sociétal, d’une anthropologie axée sur la « libre formation » de l’individu. Staatsdenker der Moderne. Staatsdenker der Moderne: Klassikertexte von Machiavelli bis Max Weber - Rudolf Weber-Fas. Bildung. Kant und die Französische Revolution. Sylvain Coiplet - Staat und Freiheit bei Wilhelm von Humboldt.

In den Ideen zu einem Versuch die Grenzen der Wirksamkeit des Staates zu bestimmen (abgekürzt Ideen) reagiert Wilhem von Humboldt 1792 auf den kürzlich in der französischen Verfassung verankerten Anspruch des Staates, zuständig für das moralische und physische Wohl der Bürger zu sein.

Sylvain Coiplet - Staat und Freiheit bei Wilhelm von Humboldt

LibriVox. Le Léviathan de Thomas Hobbes (1/4) : l’anthropologie (ch. 1 à 12) Par Adèle Van Reeth Réalisation : Charlotte Roux Lectures : Georges Claisse Emission enregistrée le samedi 23 mars 2013 au Salon du Livre.

Le Léviathan de Thomas Hobbes (1/4) : l’anthropologie (ch. 1 à 12)

Comment repenser le savoir sans céder au chant des idoles qui détournent la philosophie de son application pratique ? Comment concilier l'anthropologie mécaniste et la puissance de l'imagination ? Demain, Philippe Crignon viendra nous éclairer sur le passage de l'état de nature à l'Etat comme institution. Le Léviathan de Thomas Hobbes (2/4) : De l'état de nature à l'Etat (ch. 13 à 17) Le Léviathan de Thomas Hobbes (4/4) : Religion et souveraineté (ch. 31 à 47) Faut-il se libérer des contraintes ? ( 1/4) : faut-il croire à la liberté ? Spinoza et Kant.

Par Adèle Van Reeth Réalisation : Somany Na Lectures : Marina Moncade Il y a quelques mois, nous vous avions proposé une semaine sur la liberté, intitulée Liberté chérie, où il était question d'art contemporain, de Spinoza, de Marx et d'André Gide.

Faut-il se libérer des contraintes ? ( 1/4) : faut-il croire à la liberté ? Spinoza et Kant

Mais de même que le beau n'aurait aucun sens sans la laideur, le bien sans le mal, la liberté n'est chérie que parce qu'elle s'oppose aux expériences de contraintes qui rythment notre vie. Vectrice de création, de perfectionnement, et même de libération, et si la contrainte était la condition d'une vie sans angoisse ni vertige? Demain, nous serons au festival Philosophia de Saint-Emilion pour faire l'expérience paradoxale de la liberté qu'est la marche, entre contrainte physique et génie philosophique, en compagnie de Frédéric Gros. Vincent Delecroix MC © Radio France. Les vertus du non (3/4) : Le non en politique : de l’opposition à l’indignation. Par Adèle Van Reeth Réalisation : Olivier Guérin Lectures : Georges Claisse Frédéric Gros © Radio France Troisième temps aujourd’hui de notre semaine consacrée aux vertus du non.

Les vertus du non (3/4) : Le non en politique : de l’opposition à l’indignation

Aristote, le maître de ceux qui savent (2/4) : L'homme est-il un animal politique? Qui fait la loi ? (2/4) : Montesquieu, l'esprit des lois. Deuxième temps de notre semaine consacrée aux Lois.

Qui fait la loi ? (2/4) : Montesquieu, l'esprit des lois

Nous évoquerons aujourd'hui Del'esprit des lois de Montesquieu , en compagnie du philosophe Denis de Casabianca. Qui fait la loi ? (1/4) : Platon : qu'est-ce qu'un législateur idéal. Aujourd'hui, premier temps de notre semaine consacrée aux lois.

Qui fait la loi ? (1/4) : Platon : qu'est-ce qu'un législateur idéal

Nous débuterons avec les Lois de Platon. Pour nous en parler, nous avons le plaisir d'accueillir le philosophe Dimitri El Murr. Qui fait la loi ? (4/4) : Kant, le tribunal de la raison. Machiavel, un cynique qui vous veut du bien (3/3) : le premier des modernes. Dernier temps de notre semaine consacrée à Machiavel.

Machiavel, un cynique qui vous veut du bien (3/3) : le premier des modernes

Machiavel, énigme de la philosophie : "Comment le comprendrait-on ? " demande Merleau-Ponty à propos de celui qui renonce à l'idéal. Machiavel nous fait entendre son goût pour le tragique, aujourd'hui avec le philosophe Robert Damien. Magic : une métaphysique du lien par Laurent de Sutter. Le droit peut-il être magique ?

Magic : une métaphysique du lien par Laurent de Sutter

Contre la figure de la loi toute-puissante, Laurent de Sutter transforme le droit en liens métaphysiques... et rend même possible que l'on juge des animaux ! Laurent de Sutter MC © Radio France - Laurent de Sutter, Magic : une métaphysique du lien (PUF, 2015) - Paul, Huvelin, Magie et droit individuel in L’Année sociologique n.10 - Giordano Bruno, De la magie (1591), éditions Allia, 2014.

978-3-933146-59-5.volltext.frei.pdf. Luc Vincenti - Philosophie - Conférences - Rousseau et le marxisme. Ouverture et thématiques. Accueil>Conférences Conférence prononcée au colloque « France-Allemagne : les figures de l’intellectuel, entre révolution et réaction (1780-1848) », organisé par Anne Baillot et Ayse Yuva, qui s’est tenu les 3 et 4 novembre 2011 à L’Université de Paris-1 et à l’École Normale Supérieure.

Luc Vincenti - Philosophie - Conférences - Rousseau et le marxisme. Ouverture et thématiques

Introduction Ce titre un peu long marie une thématique bien connue (Rousseau, Kant et la révolution) avec un aspect moins fréquenté : la force du pouvoir instituant, ou du pouvoir nouveau, du pouvoir instituant la société nouvelle. J’espère engager par là un rapprochement possible des deux auteurs autour de la notion de révolution, ce qui devrait aussi m’amener à préciser les significations de ce terme, en comprenant la révolution comme un processus, allant du début à la fin, mais auquel le début et la fin peuvent ne pas tout à fait appartenir.

Plus directement, le centre de mon propos vise à montrer que la transformation sociale, aussi bien pour un révolutionnaire (Français ?) I. Kant Rousseau II. III. Les Frères Humboldt - l'Europe de l'Esprit<br>Exposition du 15 mai au 11 juillet - Observatoire de Paris - Exposition Humboldt. Les frères Guillaume (1767-1835) et Alexandre de Humboldt (1769-1859) appartiennent à la génération qui eut 20 ans en 1789.

Les Frères Humboldt - l'Europe de l'Esprit<br>Exposition du 15 mai au 11 juillet - Observatoire de Paris - Exposition Humboldt

Originaires de Berlin, cosmopolites, polyglottes, ils vivent en citoyens du monde à Londres, Rome, Paris et Vienne. Ils côtoient les plus grands esprits de leur temps : Goethe, Mme de Staël, Mme Récamier, Chateaubriand, Arago, Gay-Lussac, Schiller. Ils sont la plus pure incarnation de l'esprit nouveau qui souffle alors sur l'ancien continent : la formidable mobilité sociale et géographique, le bouleversement des catégories mentales et de la sensibilité, l'espoir d'un monde ouvert.Leur postérité, présente dans l'histoire des sciences humaines, l'anthropologie, la géographie, les sciences de l'Antiquité ou la linguistique, est immense.

Exposition en partenariat avec l'Observatoire de Paris. Liberalismus. [lat.] Liberalismus. Der Liberalismus (lateinisch liber, „frei“; liberalis, „die Freiheit betreffend, freiheitlich“) ist eine Grundposition der politischen Philosophie und eine historische und aktuelle Bewegung, die eine freiheitliche politische, ökonomische und soziale Ordnung anstrebt. Hervorgegangen ist der Liberalismus aus den englischen Revolutionen des 17. Jahrhunderts.[1] Leitziel des Liberalismus ist die Freiheit des Individuums vornehmlich gegenüber staatlicher Gewalt.

Libéralisme. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le libéralisme repose sur l’idée que chaque être humain possède des droits fondamentaux naturels précédant toute association et qu'aucun pouvoir n'a le droit de violer. En conséquence, les libéraux veulent limiter les obligations sociales imposées par le pouvoir et plus généralement le système social, telles que la morale, au profit du libre choix et de l'intérêt de chaque individu indépendamment des autres[1]. La question de l'articulation entre « libéralisme économique » et « libéralisme politique » reçoit des réponses variées[2],[3],[4]. Le libéralisme prône la liberté d'expression des individus. Dans le domaine économique, il défend notamment l'initiative privée, la libre concurrence et son corollaire l'économie de marché ; dans le domaine politique, il accepte des pouvoirs politiques encadrés par une loi librement débattue, défend un État de droit et des contre-pouvoirs.

Trousson110103.pdf. Comptes rendus. Le Journal parisien 1797-99 de Wilhelm von Humboldt concerne son deuxième séjour, le plus long et le plus intense à Paris, qu’il avait découvert en août 1789. C’est au cours de ce long séjour qu’il découvrit le pays basque, d’abord à l’occasion d’un voyage en Espagne, d’août 1799 au printemps 1800, puis de nouveau au printemps 1801. Et au pays basque, comme on sait, Humboldt se découvrait lui-même en découvrant son véritable objet : le langage, dans son étrangeté la plus grande. Les années parisiennes de Humboldt (qui retournera à Paris en 1814-15 et en 1828) sont donc les années de cristallisation. Il travaille à un projet d’anthropologie comparée (voir G. de HUMBOLDT, Le dix-huitième siècle. Plan d’une anthropologie comparée, introduction de J. De la fin 1797 à avril 1798, une mention revient fréquemment sous la plume de Humboldt : « travaillé à Hermann et Dorothée ».

Grâce au travail d’E. Udo von der Burg: Wilhelm von Humboldts dritter Brief an Friedrich von Gentz (1791/92) - Humboldt-Gesellschaft für Wissenschaft, Kunst und Bildung e.V. Deutsche Biographie - Gentz, Friedrich. Les zones d’ombre du libéralisme allemand, et ses 3 génies. Toute trace de libéralisme aura bientôt disparu du programme d’Angela Merkel.

Mais quelles sont les origines du libéralisme allemand? Les dernières traces de libéralisme auront bientôt disparu du programme d’Angela Merkel. Les origines du libéralisme allemand sont d’ailleurs méconnues. Généralement, les commentateurs se limitent aux personnalités qui ont participé, dès les années 1930, à l’éclosion de l’ordo-libéralisme (du nom de la revue «Ordo») et au développement de «l’école de Fribourg», avec Wilhelm Röpke et Walter Eucken. En opposition à l’interventionnisme économique de la république de Weimar autant qu’au nationalisme, ils établiront les bases théoriques de l’économie sociale de marché et inspireront Ludwig Erhard, l’artisan du «miracle allemand» après 1945. L'idée d’État de droit - Cours n°09 - Ecole Normale Supérieure de Lyon.

Felix.pdf. Wilhelm von Humboldt. Staatsdenker der Moderne: Klassikertexte von Machiavelli bis Max Weber - Rudolf Weber-Fas. Essai sur les limites de l'action de l'État. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'Essai sur les limites de l'action de l'État (Ideen zu einem Versuch die Grenzen der Wirksamkeit des Staates zu bestimmen) est un ouvrage du philosophe allemand Wilhelm von Humboldt, écrit en 1792. Il ne put l'imprimer en raison des difficultés économiques liées à la guerre et l'ouvrage ne parut pour la première fois qu'en 1851, après la mort de son auteur[1]. Présentation[modifier | modifier le code] Dans cet Essai, Wilhelm von Humboldt développe une critique méthodique d'un élargissement des fonctions de l'État au-delà de la fonction classique de garantie de la sûreté des individus.

Il s'oppose tout particulièrement à l'invocation de ce qu'il nomme le « bien positif » des citoyens pour justifier l'intervention étatique. Traduit une première fois en français en 1867, le livre n'a été réédité qu'en 2006, par Les Belles Lettres, dans une édition dirigée par Alain Laurent[2]. Wilhelm von Humboldt. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Wilhelm von Humboldt Friedrich Wilhelm Christian Karl Ferdinand Freiherr von Humboldt, plus connu sous le nom Wilhelm von Humboldt (en français, Guillaume de Humboldt), né à Potsdam le et mort à Tegel le , est un philosophe prussien, fonctionnaire d'État (en tant que diplomate et ministre de l'éducation). Il est le fondateur de l'Université de Berlin qui porte son nom depuis 1949 (ainsi que celui de son frère, le naturaliste et géographe Alexander von Humboldt).

Sa renommée est forte en tant que linguiste, pour ses importantes contributions à la philosophie du langage mais aussi pour avoir contribué à la théorie et à la pratique de l'éducation. Il est – en particulier – reconnu comme l'architecte principal du système prussien d'éducation qui a fortement inspiré les systèmes d'éducation de pays comme les États-Unis ou le Japon. Biographie[modifier | modifier le code] Essai sur les limites de l'action de l'État / par Guillaume de... Essai-sur-les-limites-de-laction-de-lEtat.pdf. Deutsches Textarchiv – Humboldt, Wilhelm von: Ideen zu einem Versuch, die Gränzen der Wirksamkeit des Staats zu bestimmen. Breslau, 1851. Humboldt_Grenzen_des_Staates.pdf. Ideen zu einem Versuch, die Grenzen der Wirksamkeit des Staats zu bestimmen von Wilhelm von Humboldt. Humboldt Wilhelm von. "Les années de formation Wilhelm et Alexandre von Humboldt sont nés du remariage du chambellan prussien Alexandre Georg von Humboldt avec une veuve, la Baronne von Holwede, alors qu'il était encore à Postdam au service de Frédéric II; de son premier mariage, la Baronne avait eu un fils dont l'éducation avait été confiée à Johann Heinrich Campe.

Ce représentant tardif du philanthropisme allemand devint également le précepteur des deux frères, tout d'abord à Postdam puis, après que leur père eut quitté son poste, à Tegel près de Berlin. Dans une lettre à Madame Campe, Wilhelm von Humboldt reconnaît beaucoup plus tard (12 septembre 1801) qu'il doit à Campe une grande partie de son éducation (Br., p. 403). Ce faisant, il pense probablement non seulement aux années passées à Tegel, mais aussi au voyage à Paris que Campe entreprit avec son ancien élève immédiatement après la prise de la Bastille.

L'éducation des deux frères a dû avoir été très libérale. L'influence de la Révolution française.