Place de la mort dans la société

Facebook Twitter
TRENDS / Les réseaux sociaux à la vie comme à la mort …
La société postmortelle : La mort, l'individu et le lien social à l'ère des technosciences: Amazon.fr: Céline Lafontaine Faire reculer la mort, agir sur ses causes, en modifier les frontières, contrôler l'ensemble de ses paramètres, comprendre son processus afin de prolonger le plus longtemps possible la vie, voire même dépasser les limites temporelles assignées à l'existence humaine, tels sont les objectifs poursuivis sans relâche par les autorités scientifiques et politiques, au point que la santé est devenue l'une des préoccupations majeures de nos sociétés. Repoussée dans la sphère intime, la mort se désocialise, entraînant de ce fait un effritement du lien social. La notion de " postmortalité " renvoie à ce nouveau rapport à la mort qui s'affirme aujourd'hui par la volonté affichée de vaincre techniquement celle-ci et, en quelque sorte, de " vivre sans vieillir ". La société postmortelle : La mort, l'individu et le lien social à l'ère des technosciences: Amazon.fr: Céline Lafontaine
MORT - Les sociétés devant la mort, La société industrielle d'aujourd'hui
Cher Marc, Je n’ai pas eu l’honneur de côtoyer les Anciens, évidemment, mais, fruit d’une vie de recherche, celui de rencontrer une ou deux fois quelques-uns de leurs héritiers qui continuent, jusqu’à nos jours, à perpétuer l’ancienne vision du Monde. Ce à quoi j’ai pu accéder n’est qu’un petit rien comparé à eux, mais il m’est par contre possible d’essayer de l’exprimer en langage moderne. Une prochaine révolution holistique de la pensée qui devrait arranger les choses : voilà une pure profession de foi, qui ne doit rien à aucun raisonnement rationnel... Je voudrais surtout que vous ne preniez pas celà pour une critique personnelle, ni que vous ayez l’impression que je le prenne « de haut ». La place de la mort dans notre société La place de la mort dans notre société
La place de la mort dans notre société
Mort Mort L'historien français Michel Vovelle résume les transformations du rapport à la mort dans la société occidentale contemporaine: «Dans les sociétés rurales d'hier, la mort était naturelle, sans drame, entourée des siens. La mort solitaire aujourd'hui est liée à des paramètres socio-économiques : la fin des communautés rurales, l'urbanisation et ses conséquences. Le F3 (type d'appartement urbain) a tué la mort collective, qui a perduré jusqu'à la première moitié du XXe siècle. On assiste aujourd'hui au "triomphe" de la mort hospitalière, qui a imposé son hégémonie en très peu de temps.
La société et la relation avec la Mort.