background preloader

RITUAL

Facebook Twitter

Symbolisme des figures géométriques. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Symbolisme des figures géométriques

La symbolique des figures géométriques est l'étude des figures géométriques (point, lignes, surfaces, volumes) en tant que symboles, dans leur capacité à désigner, à signifier ou même à agir. Le symbolisme des figures géométriques concerne les dimensions en tant que symboles, dans leur puissance à représenter analogiquement, à être interprétés, à porter sens et valeurs (en plus de l'aspect pratique ou scientifique). On entre dans l'étude des figures géométriques en tant que symboles (symbologie) ou en tant que systèmes (symbolique) ou dans l'examen de leur capacité à désigner, à signifier, voire à exercer une influence (symbolisme). La figure géométrique en général a son symbolisme (elle représente les limites, l'étendue des choses), et chaque figure géométrique en particulier a son symbolisme (la sphère représente le milieu parfait, le cercle représente l'espace clos).

Distinctions[modifier | modifier le code] Figures géométriques et formes. Geometry Daily. The Propaedeuticist. Mythe africain. Imaginez la forme de l’univers. Centre de Recherche en Ethnomusicologie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Centre de Recherche en Ethnomusicologie

Le Centre de Recherche en Ethnomusicologie (CREM) fait partie du Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative (LESC UMR 7186, CNRS). Il se consacre à l'étude des pratiques et des savoirs musicaux. Anciennement hébergé au musée de l'Homme, le CREM est implanté depuis 2009 sur le campus de l'université Paris Ouest Nanterre La Défense. Historique[modifier | modifier le code] 1929 : André Schaeffner crée le Département d'organologie du musée d'Ethnographie du Trocadéro, rattaché à la chaire d'anthropologie du Muséum national d'histoire naturelle 1932 : au retour de la mission Dakar-Djibouti durant laquelle il a collecté des enregistrements sonores, André Schaeffner crée une phonothèque.

Mythes et Croyances Africaines. Mythes et Croyances Africaines Les mythologies africaines sont si nombreuses, complexes et variées qu’elles ne peuvent faire l’objet d’un panorama exhaustif.

Mythes et Croyances Africaines

Bien que la tradition et la transmission orales propres à la culture africaine constituent un obstacle majeur à cet effort de recensement et qu’il ne faille pas négliger l’importance primordiale des parcours initiatiques, seules clés pour toucher réellement le cœur de la signification symbolique des rites et des légendes, on peut dégager d’une vision d’ensemble des mythologies africaines quelques caractères généraux communs aux différentes croyances. Ceux-ci se regroupent autour de trois points : l’existence d’un Dieu suprême inaccessible aux humains et régnant sur l’Univers ; la présence d’un groupe formé d’un large nombre de divinités couramment invoquées par les hommes ; enfin, l’importance de diverses sortes d’esprits et de génies liés à de nombreux aspects de la vie quotidienne. Sergueï Paradjanov. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sergueï Paradjanov

Sergueï Iossifovitch Paradjanov (en cyrillique russe Сергей Иосифович Параджанов, en arménien : Սարգիս Հովսեպի Պարաջանյան Sarkis Paradjanian) né le à Tbilissi en RSS de Géorgie, mort le à Erevan en RSS d'Arménie, est un réalisateur qui fut controversé en Union soviétique, (astreint en 1973 aux travaux forcés pendant 4 ans, puis incarcéré à différentes reprises jusqu'en 1982), mais très défendu et apprécié par les cinéphiles occidentaux. Un musée lui est consacré à Erevan, en Arménie, où il est considéré comme le grand cinéaste national. [modifier | modifier le code] Paradjanov est issu de l’une des plus grandes écoles de cinéma du monde, le VGIK de Moscou, dans laquelle il entre en 1945. Arche. Arche[pronunciation?]

Arche

(Ancient Greek: ἀρχή) is a Greek word with primary senses 'beginning', 'origin' or 'source of action'. (εξ’ ἀρχής : from the beginning, ο εξ’ ἀρχής λόγος:the original argument), and later first principle or element, first so used by Anaximander (Simplicius in Ph. 150.23), principles of knowledge (ἀρχαί) (Aristot.

Metaph. 995b8). By extension it may mean 'first place, power', 'method of government', 'empire, realm', 'authorities' (in plural:ἀρχαί), 'command'.[1] The first principle or element corresponds to the 'ultimate underlying substance' and 'ultimate undemonstrable principle'.[2] In the philosophical language of the archaic period (8th-6th century BC) arche (or archai) designates the source, origin or root of things that exist. In ancient Greek Philosophy, Aristotle foregrounded the meaning of arche as the element or principle of a thing, which although undemonstrable and intangible in itself, provides the conditions of the possibility of that thing.[3]

PAGAN.