background preloader

Floreboituzat

Facebook Twitter

Le Flexitarisme. Flexitarisme : manger moins de viande et devenir flexitarien. Véritable mouvement porté par les défenseurs d’un mode de vie « healthy » et responsable, le flexitarisme désigne les personnes végétariennes à temps partiel qui savent parfois se faire plaisir avec des aliments d'origine animale.

Flexitarisme : manger moins de viande et devenir flexitarien

Ce mode alimentaire est donc tout sauf une approche rigide. Il s’agit juste de prendre conscience qu’on a donné trop de place à la viande et que ces excès ont des conséquences autant sur la planète que sur notre santé. Aujourd'hui, le flexitarisme apparait comme la voie médiane entre les passionnés de végétaux et les fervents amateurs de viande. Un compromis qui séduit de plus en plus, à tous les âges et dans tous les milieux, d’autant qu’il permet à tous de s’exprimer en cuisine et de faire preuve de créativité et de gourmandise. Régime flexitarien : quels atouts pour la santé ? - Le flexitarisme, c’est quoi. Cette façon de manger végétarien à temps partiel fait fureur aux Etats Unis et commence à avoir ses adeptes en France.

Régime flexitarien : quels atouts pour la santé ? - Le flexitarisme, c’est quoi

Damien Galtier, diététicien nutritionniste et auteur d’un livre sur le sujet, nous explique les secrets de ce « régime 100 % santé ». Une alimentation qui fait la part belle aux végétaux, aux légumineuses et aux céréales au détriment des protéines animales et de la viande en particulier. Pas question pour autant d’exclure totalement cette dernière précise le diététicien nutritionniste. « Pour moi, la meilleure définition du flexitarien, c’est un végétarien à temps partiel qui sait se faire parfois plaisir avec de la viande ». Les œufs, le poisson, les fromages… figurent toujours aux menus mais ils peuvent être remplacés par le soja ou toute autre source de protéines végétales. Qu’est-ce que le flexitarisme ? Nous devrions consommer 50% de protéines végétales et 50% de protéines animales.

Qu’est-ce que le flexitarisme ?

Or, actuellement, nous consommons environ 80 à 70% de protéines animales pour 20 à 30% de protéines végétales. Le flexitarisme est l’une des solutions pour inverser la tendance. Décryptage. Définition du flexitarisme : une nouvelle manière de s’alimenter Le flexitarisme ou semi-végétarisme désigne les personnes qui mangent des plats végétariens chez eux et n’achètent donc ni viandes ni poissons mais qui consomment de temps à autre des produits animaux.

Le flexitarisme est-il dangereux pour la santé ? Le flexitarien continue toujours de consommer des yaourts, du beurre, du lait … Il n’y a donc aucun risque de carence en calcium. Flexitariens : et si on arrêtait les flexiconneries. Il est aujourd’hui de bon ton de vanter les mérites du régime semi-végétarien, présenté comme un élégant ajustement entre deux extrémités carnivore et végétarienne.

Flexitariens : et si on arrêtait les flexiconneries

Une notion confuse qui cache une déplorable culture du compromis. « Flexitarien ». Ce nouveau buzzword à trois sous – formé à partir des mots « flexible » et « végétarien » – désigne une pratique alimentaire semi-végétarienne, c’est-à-dire qui n’exclut pas la viande mais se préoccupe de sa quantité (en manger moins) et de sa qualité (en manger mieux). Le concept n’est en fait pas nouveau (c’était un des « mots de l’année » de l’American Dialect Society en 2003) mais il a le vent en poupe : récemment revendiqué par la star de Divergente Shailene Woodley, il fait les choux gras des rubriques conso et diététique de la presse de tous bords, au moment où une certaine mode veggie s’affirme comme le train à ne pas louper.

Quelle réalité ? Là est le problème. Des effets pervers. Le flexitarisme : l’alimentation durable pour tous. Le terme « flexitarisme » peut vous être inconnu mais la pratique qu’il désigne est assez courante : être flexible dans sa pratique végétarienne.

Le flexitarisme : l’alimentation durable pour tous

Concrètement, un flexitarien est une personne qui apprécie et préfère l’alimentation végétarienne (fruits, légumes, céréales, produits laitiers, etc), pour des raisons de santé et de souci environnemental, mais qui peut également manger de la viande de façon occasionnelle. Par exemple, 2 à 3 fois par semaine. Le flexitarien ne veut ou ne peut pas devenir végétarien, pour des raisons de culture gastronomique ou d’habitudes, ou tout simplement parce que l’interdiction totale de viande lui parait trop radicale. La première fois que j’ai entendu parler du flexitarisme, c’était en regardant une présentation de Mark Bittman (journaliste et critique gastronomique américain) sur l’histoire de l’alimentation dans nos sociétés .

LaNutrition.fr - Guide nutrition & alimentation, Information nutrition & santé. La nutrition en 7 leçons. De nos jours, tout s’apprend, et tout se valide.

La nutrition en 7 leçons

On apprend à lire, à écrire, à compter… Plus tard on apprend à conduire, on apprend un métier… Mais pourquoi n’apprend-on pas à manger, alors que c’est un des piliers de notre vie ? Notre alimentation détermine en effet non seulement notre masse corporelle (ce qui fait que l’on grossit ou maigrit), mais aussi et surtout, elle a un impact direct sur notre santé, notre état de forme, nos performances physiques et nos performances mentales.

Seulement, entre les idées reçues qui ont la vie dure, des sources pas toujours fiables, et les informations multiples et parfois contradictoires qui circulent, parvenir à une alimentation équilibrée peut souvent sembler compliqué et très contraignant.