background preloader

Scénario 2

Facebook Twitter

Comptabilité générale - La balance des comptes. Présentation de la balance Les opérations effectuées par l'entreprise ont donné lieu à un enregistrement dans les comptes. A la fin d'une période comptable, on totalise les sommes qui ont été portées au débit et au crédit de chaque compte. Il reste alors à établir la balance des comptes.

La balance est un tableau qui reprend tous les comptes du grand livre sans exception (il ne faut pas omettre les comptes soldés, c'est-à-dire ceux pour lesquels débit = crédit) . - numéro du compte - nom du compte - total des débits du compte - total des crédits du compte - solde débiteur du compte - solde créditeur du compte Les propriétés de la balance Le total des mouvements débits est égal au total des mouvements crédits.

Le rôle de la balance La balance est un moyen de contrôle des enregistrements. La balance est un tableau permettant de connaître une situation. Comptabilité générale - Le système comptable. Le Plan comptable : une liste de comptes Une liste de comptes rationnellement classés, codifiés et définis par une terminologie et par des règles précises de fonctionnement. Les comptes proposés par le Plan comptable général sont répartis en huit classes numérotées de 1 à 8 : Liste de compte Chaque classe est divisée en comptes à deux chiffres numérotés de 0 à 9 dans cette classe; nous appellerons comptes d'ordre 2, ces comptes. Exemple Par ailleurs, la rationalisation de la codification fait apparaître des symétries entre les classes 6 et 7 et des correspondances, notamment entre les classes 3 et 6 : Codification Le système classique Dans le système classique, les opérations à enregistrer sont décrites sous la forme d'écritures dans un support appelé journal.

Le schéma du travail à effectuer se présente comme suit : documents comptables - journal - grand livre Le point de départ est toujours le document comptable. Le système journal général / grand livre Le système centralisateur. Comptabilité générale - Enregistrement des flux au journal. Cahier des charges - ERP - PGI. 1 – Gestion de la production : 50 critères 1.1. Fonctions essentielles 1.2. Nomenclatures 1.3. Plan de production 1.4. Planification des capacités 1.5. Ordonnancement 1.6. Suivi de production 1.7. Gestion des stocks et de la logistique 2 – Gestion des achats : 67 critères 2.1. 3 – Gestion des stocks : 35 critères 3.1. 4 – Gestion des ventes : 83 critères 4.1. 5 – Gestion des ressources humaines : 17 critères 5.1. 6 – Gestion financière : 57 critères 6.1. 7 – Technologie de la solution : 143 critères 7.1. Les travaux comptables courants.

Les travaux comptables font appel à une organisation particulière. Les pièces comptables sont des pièces justificatives qu’il faut conserver. Celles-ci doivent être enregistrée chronologiquement dans le logiciel de comptabilité et serviront à l’établissement des documents de synthèse. Toutes les écritures comptables, quelle que soit leur nature se font sur la base de documents qui peuvent être interne ou externe à l’entreprise. Ces documents doivent être enregistrés au fur et à mesure de leur acquisition dans l’exercice concerné. Voici quelques exemples de pièces comptables : Les copies de fiches de paie.Les factures de ventes aux clientsLes chèques, les relevés bancaires…Les factures des fournisseurs.Les quittances d’électricité, de téléphone, de loyer… Ces documents représentent soit un flux réel (achat ou vente de marchandises…) soit un flux financier (virements, chèque…).

Certaines pièces ne sont pas à comptabiliser mais peuvent avoir une importance comptable relative. En savoir plus : Cession d'immobilisation. Principe La cession d’immobilisation présente un caractère exceptionnel et non habituel. Immobilisations amortissables Les immobilisations amortissables ont une durée de vie limité dû à l’usure et l’obsolescence. C’est pour cela que l’on enregistre les amortissements. Dotation aux amortissement du bien cédé Pour le montant de la dotation aux amortissements de l’année de cession, il faut prendre en compte le premier jour de l’année de cession jusqu’à la date de sortie du bien du patrimoine. L’écriture sera donc la suivante : Au jour de la cession, Constatation des amortissements au jour de cession Constatation de la vente La vente constitue un produit exceptionnel et un apport financier pour l’entreprise.

La comptabilisation sera donc: Au jour de la cession, écriture de cession d’immobilisation On utilise le compte 462 si le paiement se fait à crédit et le compte 512 si le paiement est comptant. Sortie du bien du patrimoine L’enregistrement sera donc : Pour le compte 28. est soldé. Exemple. Les cessions de VMP. Mise au rebut d'une immobilisation. La mise au rebut d’une immobilisation permet de sortir de l’actif du bilan comptable un bien devenu hors d’usage. Mise au rebut Définition La mise au rebut est une sortie d’une immobilisation qui n’a plus aucune valeur. Concrètement, un matériel devenu inutilisable par exemple, un ordinateur trop ancien, un fauteuil de bureau hors d’usage... est emporté à la déchetterie. Cette mise au rebut peut donc intervenir en raison de l’obsolescence d’un matériel, de son état, ou suite à un sinistre : un matériel est tombé, il est cassé, le coût de sa réparation ne justifie pas cette dépense. Or une immobilisation, même totalement amortie, figure dans le bilan de l’entreprise, à l’actif, avec une valeur nette comptable nulle éventuellement, mais on sait qu’une immobilisation totalement amortie peut cependant avoir une valeur économique (un immeuble acquis il y a plus de trente ans notamment !).

Écriture de mise au rebut Particularités d’une mise au rebut avant le terme du plan d’amortissement. Les cessions d'immobilisations et les plus ou moins-values - Assistance juridique entreprise gratuite. Il n'est pas rare qu'une entreprise ait à procéder à la revente de certaines de ses immobilisations. De nombreuses difficultés se posent alors : Faut-il facturer de la TVA à l'acquéreur ? Quels comptes faut-il utiliser pour enregistrer la cession ? Comment est imposée l'éventuelle plus-value ? Comptabiliser la cession Seules les ventes de biens ayant données lieu à déduction de la TVA (complète ou partielle) lors de leur acquisition sont soumises à la TVA lors de leur revente.

En pratique, cela exclue le droit au bail, les terrains et le fonds commercial. Toutes les autres ventes doivent donner lieu à facturation de TVA, quelle que soit la qualité de l'acheteur. Si l'immobilisation n'était pas amortissable Le jour du paiement, vous devez enregistrer le prix indiqué dans l'acte, indépendamment de ses modalités de règlement : En fin d'exercice, vous devrez enregistrer la sortie de l'immobilisation de l'actif : Si l'immobilisation était amortissable Que faire de la plus ou moins-value ? Amortissements des immobilisations. L’amortissement comptable constate la répartition systématique de la dépréciation subie par une immobilisation avec le temps, l’usage ou le progrès technique sur sa durée de vie. À la clôture de chaque exercice comptable, les entreprises doivent constater une dotation aux amortissements pour chaque bien amortissable qu’elles détiennent.

Quelles sont les immobilisations amortissables ? Toutes les immobilisations corporelles et incorporelles mises en service et inscrites au bilan des entreprises à leurs valeurs d’origine ont une durée de vie limitée et doivent être amorties. Les terrains constituent une dérogation à ce principe. Les immobilisations financières ainsi que les immobilisations en cours de création ne sont pas non plus concernées par la constatation de l’amortissement. A partir de quelle date amortir une immobilisation ? Comment déterminer l’amortissement d’une immobilisation ? Le coût d’acquisition pour l’immobilisation acquise à titre onéreux. Les Amortissements Comptables : Calcul, Durée Et Méthodes. La valeur des immobilisations est répartie, en comptabilité, sur leur durée d’utilisation probable au moyen d‘amortissements. Voici les principales caractéristiques des amortissements comptables d’immobilisations : qu’est-ce qu’un amortissement ?

Quels sont les biens amortissables ? Quelles durées choisir pour amortir une immobilisation ? Quelles sont les différentes méthodes d’amortissement ? Comment calculer une dotation aux amortissements ? Précision : un autre article traite de manière plus détaillée la comptabilisation des amortissements d’immobilisations. Qu’est-ce qu’un amortissement comptable ? Un amortissement correspond à une constatation de perte de valeur d’un bien, du fait de son usage (usure physique), de l’évolution technique (obsolescence de l’actif) ou bien tout simplement du temps. La comptabilisation d’amortissement est obligatoire à la clôture de chaque exercice comptable, même si le résultat comptable d’un exercice se traduit par une perte. Les différentes méthodes d'amortissement. La technique de l’amortissement est très intéressante pour le contribuable, puisqu’elle permet à celui-ci d’opérer une déduction (et par conséquent de réduire son résultat imposable) afin de prendre en compte l’usure ou l’obsolescence de ses investissements.

Il existe plusieurs méthodes d’amortissement, pouvant être choisies par le contribuable. Les méthodes d’amortissement : l’amortissement linéaire C’est la méthode la plus couramment usitée. On va déduire du résultat imposable une annuité identique, calculée à partir du prix de revient de l’élément d’actif amorti. La durée d’amortissement dépend de la durée réelle d’utilisation attendue par l’entreprise. Le montant de l’annuité sera égal à la fraction entre le prix de revient et la durée d’amortissement. Exemple : prenons un bien dont la valeur est de 100 000 euros. La méthode par composants doit être utilisée.

Les méthodes d’amortissement : l’amortissement dégressif Dans cette hypothèse, les annuités d’amortissement sont décroissantes. Etc. Plan d'amortissement. L'évaluation des immobilisations amortissables. Thème 2. Analyser la situation de l’entreprise Question de gestion 6. Comment Synthétiser fidèlement l’image de l’entreprise ? Cours de Gestion et finance (STMG, BTS, DUT tertiaire, Licence de gestion, Ecoles supérieures de Commerce et de Management, Master, chef d’Entreprise, Entrepreneur, gestion des administrations, gestion des associations, Formation professionnelle...) avec www.SuperProfesseur.com et l’application mobile de Super Professeur :aideetreussite.superprofesseur.com Plan du cours 1.

La mise à jour des postes « immobilisations » 2. 3. La production des états financiers permet de fournir aux décideurs une image synthétique représentative de l’entreprise. On distingue donc deux tâches bien distinctes dévolues au comptable : – l’enregistrement des écritures courantes : il s’agit, tout au long de l’exercice comptable, d’enregistrer dans les comptes les opérations récurrentes (achats, ventes, paiement des salaires, remboursement des emprunts, remboursement de la TVA…) ; A. B. A. B. Les amortissements dérogatoires. Les amortissements dérogatoires résultent de l’application de textes fiscaux.

Ils peuvent, dans certains cas, s’appliquer au libre choix des entreprises. Le présent article s’attarde donc sur les modalités d’application et de comptabilisation des amortissements dérogatoires facultatifs. 1. Comptabilisation des amortissements dérogatoires facultatifs en cas de recours au mode fiscal dégressif Comme nous l’avions évoqué dans notre article sur la comptabilisation des amortissements comptables, les entreprises peuvent, sous conditions et pour certains biens seulement, pratiquer un amortissement fiscal selon le mode dégressif.

Exemple : une entreprise achète un matériel industriel neuf le 1er janvier N pour 6 000 € . (1) 6 000 x ( 1 / 5 ) x 1,75(2) 6 000 x (1 / 5 )(3) 3 900 x ( 1 / 5 ) x 1,75 On remarque qu’à la fin de l’année 3, l’annuité dégressive (887) est inférieure à l’annuité calculée selon le mode linéaire (1 200). Voici le tableau d’amortissement définitif : 2. 3. 4. 5.