background preloader

Le bonheur aujourd'hui ; Consommer en masse contrubue t-il au bo

Facebook Twitter

Faire ses courses. Sous leur apparente banalité, les courses alimentaires s’avèrent très révélatrices des différences entre les hommes et les femmes, et de celles entre milieux sociaux.

Faire ses courses

Parmi tous les achats que nous faisons, les courses alimentaires sont les plus vitales, au sens où notre survie en dépend. J’ai constaté que les femmes, et plus particulièrement les mères, continuent de jouer un rôle crucial dans ce domaine, elles qui se comportent toujours comme de véritables mères nourricières. L'alimentation, une consommation pas comme les autres. La cuisine contemporaine a vécu une révolution agroalimentaire, liée à l’exportation mondiale des produits et à leur industrialisation.

L'alimentation, une consommation pas comme les autres

Mais elle connaît aussi en réaction une forte valorisation d’une cuisine domestique, conviviale et diversifiée. La plus grande partie des produits que nous mangeons aujourd’hui nous arrive transformée par l’industrie. Ceux qui viennent encore directement de l’agriculture sont eux aussi de plus en plus emballés, conditionnés, préparés. Dans les années 1980, l’agroalimentaire est devenu – et demeure – le premier secteur industriel français (1). Au terme de cette révolution, l’alimentation est devenue une industrie et un marché de consommation de masse, les mangeurs sont devenus des consommateurs. Comment se diffusent les modes. Longtemps dictée par les élites, se diffusant en direction des milieux plus modestes, la mode est devenue un phénomène imprévisible, venu aussi bien de la culture de la rue que des choix de chacun.

Comment se diffusent les modes

Chaque année, des tonnes de vêtements circulent de par le monde. Des marchés africains s’étendant sur de gigantesques superficies aux boutiques luxueuses des quartiers les plus branchés de New York, Londres, Tôkyô ou Paris, l’appétit de nos contemporains pour l’habillement et les accessoires dont chacun choisit de se parer est insatiable. Les marques sont des reliques modernes» La valeur économique d’une marque découle aujourd’hui des affects qu’elle suscite auprès des consommateurs, affects qui sont scrutés et gérés par les départements marketing.

Les marques sont des reliques modernes»

Les marques, avance le sociologue Adam Arvidsson, sont aujourd’hui l’équivalent d’objets religieux. Leur valeur découle essentiellement de leur « capital éthique », c’est-à-dire des affects qu’elles suscitent auprès des consommateurs. La consommation à l'heure du tournant écologique. Les modes de consommation des Français se sont transformés au cours des trente dernières années.

La consommation à l'heure du tournant écologique

Cependant, de nouvelles exigences environnementales sont à prendre en compte. L’évolution du pouvoir d’achat est devenue en quelque temps l’un des sujets de préoccupation majeurs des Français. La crise financière internationale n’a certes rien fait pour les rassurer : elle devrait engendrer en 2010 une décroissance de la consommation, événement exceptionnel qui ne s’est produit qu’une seule fois au cours du dernier demi-siècle, en 1993. Combiné à la lutte contre le réchauffement climatique, le choc pourrait se révéler d’une importance comparable à celui qui, dans la seconde moitié des années 1970, a marqué la fin des trente glorieuses. Contribution à une théorie de la consommation de masse Le désir asphyxié, ou comment l’industrie culturelle détruit l’individu Par Bernard Stiegler. Origine : Le capitalisme hyperindustriel a développé ses techniques au point que, chaque jour, des millions de personnes sont connectées simultanément aux mêmes programmes de télévision, de radio ou de consoles de jeu.

Contribution à une théorie de la consommation de masse Le désir asphyxié, ou comment l’industrie culturelle détruit l’individu Par Bernard Stiegler

La consommation culturelle, méthodiquement massifiée, n’est pas sans conséquences sur le désir et les consciences. L’illusion du triomphe de l’individu s’estompe, alors que les menaces se précisent contre les capacités intellectuelles, affectives et esthétiques de l’humanité. Une fable a dominé les dernières décennies, leurrant pour une grande part pensées politiques et philosophies. Aristote : "J'aspirais à une société de l’éthique et du bonheur, nous sommes tombés dans l’obsession de l’enrichissement personnel et de la surconsommation, ça ne pourra pas durer"

Aristote, philosophe du monde antique grec, a été le premier à parler d’économie.

Aristote : "J'aspirais à une société de l’éthique et du bonheur, nous sommes tombés dans l’obsession de l’enrichissement personnel et de la surconsommation, ça ne pourra pas durer"

Il est né en 384 avant Jésus-Christ, en Macédoine, à Stagire. Disciple de Platon et de Socrate, il sera ensuite à l’origine de sa propre école aristolécienne. Vintage : c'était mieux avant. Bonheur et économie. Le capitalisme est-il soluble dans la recherche du bonheur? Autres articles La psychologie s’intéresse depuis près de 50 ans au bonheur.

Bonheur et économie. Le capitalisme est-il soluble dans la recherche du bonheur?

Aujourd’hui paraissent chaque année près de 2000 études s’y rapportant. Les connaissances accumulées sur le bonheur sont donc considérables. Ces connaissances mettent à mal les façons traditionnelles dont sont conçues l’économie et les politiques publiques en même temps qu’elles ouvrent sur de nouvelles idées et de nouvelles pratiques. Une nouvelle branche de l’économie a ainsi éclos, l’économie du bonheur.