background preloader

Recherche musicologique et authenticité historique

Facebook Twitter

Des musiciens classiques aux sources de la musique traditionnelle. 1Les compositeurs de musique savante ont toujours puisé dans les traditions musicales mais c’est au XIXe siècle que ces "emprunts" furent explicitement revendiqués, parallèlement au développement des études folkloriques.

Des musiciens classiques aux sources de la musique traditionnelle

En effet ils "authentifiaient" l’édification d’écoles nationales et, pour ce faire, étaient avancés en référence à des sources transcrites puis, avec l’enregistrement sonore, collectées. L’émergence de la notion de source et son acception de plus en plus stricte, voire intégriste, comme accès à la tradition populaire est conforme à l’aspiration de recourir à un patrimoine originel, permanent : l’authenticité de la source est garante de la pureté du modèle et de l’objectivité du médiateur. L’évolution de la place qu’on lui accorde dans la connaissance de la musique populaire croise celle de l’idée de nature tandis que la définition de la musique populaire accompagne celle du peuple et de la nation. Des musiciens classiques aux sources de la musique traditionnelle. Emprunts et citations.

Emprunter le matériau musical d'une nouvelle composition à une œuvre existante est une pratique ancienne, extrêmement courante au Moyen Âge et à la Renaissance : jusqu'au XVIe siècle, les messes, par exemple, empruntent très fréquemment leur matériau mélodique soit au chant grégorien, soit à des œuvres vocales préexistantes, y compris des chansons profanes ; on parle alors de « messes parodies ».

Emprunts et citations

Toute démarche d'emprunt en musique est ainsi « parodique », au sens premier et étymologique du terme, dépourvu de la teneur critique et humoristique que l'on y attache aujourd'hui : par-odier, en grec ancien, c'est en effet, littéralement, « chanter à côté », élaborer une musique nouvelle sur un chant déjà entendu.

Emprunts et citations. Sans titre. Les fiches de cours à télécharger ici → cours de Sila Les études de la séquence!

sans titre

Trouvez celles qui correspondent à votre classe: Etude – SWEETBOX – Everything’s gonna be alright (1997) L'archéologie musicale au xixe siècle : constitution du lien entre musique et histoire. Culture et formation musicale Au moment de sa fondation révolutionnaire, le Conservatoire avait été conçu comme un établissement dont la finalité n’était pas uniquement de former des musiciens, au sens technique du terme, mais qui devait être aussi une sorte de musée de la musique, dans toute l’ambition de ce que recouvrait alors le mot de « musée ».

L'archéologie musicale au xixe siècle : constitution du lien entre musique et histoire

Ces perspectives furent victimes des circonstances, du manque général de moyens dans les institutions de la république, des querelles de clans et de personnes [27][27] Cf. Collectif, 1995.. La place de l’histoire dans l’enseignement musical fut donc longtemps réduite à la portion congrue. Detournay. Getpart.php?id=lyon2.2009. Il conclut : « Pour les tenants de la musique ancienne, l’enjeu n’est donc pas de recréer des époques disparues, mais d’utiliser l’histoire pour produire des sons inouïs et mieux adaptés à la musique d’une époque que nos sons actuels. »1 05 Donc, pour Pierre François, l’authenticité d’une interprétation puisque inaccessible dans l’absolu, n’est plus un but, mais un moyen pour gagner une certaine originalité, liée à certaines notions prétendues historiques : nous sommes toujours dans la confrontation entre la forme et le contenu.

getpart.php?id=lyon2.2009

Penin, pour sa part, pense que le terme « authenticité » n’est qu’un reflet d’une « tendance esthétique originale ». Concernant cette tendance qui cherche dans la littéralité des traités et des documents de l’époque l’authenticité perdue, il juge que : Harnoncourt, pionnier «baroque» à la recherche de la musique authentique. Il était un des plus grands chefs d’orchestre de tous les temps, un sondage de BBC music magazine auprès de ses pairs le plaçant juste après Carlos Kleiber, Leonard Bernstein, Claudio Abbado et Herbert von Karajan, excusez du peu.

Harnoncourt, pionnier «baroque» à la recherche de la musique authentique

Il a tout joué ou presque. Tout enregistré. Mené à terme, avec Gustav Leonhardt, l’incroyable marathon de l’intégrale des cantates de Bach, deux-cents cantates, enregistrées une à une, durant une vingtaine d’années. A la recherche du son perdu. Les résidents de la vieille bibliothèque se tiennent dignes et silencieux.

A la recherche du son perdu

Ils attendent, solitaires dans le froid hivernal, qu'on leur donne la parole. Tous sont vieux. Autrefois, certains furent réputés pour leur voix et leur personnalité, mais aujourd'hui, c'est à peine si l'Histoire leur accorde quelques pages jaunies. Certains sont grêles et discrets, d'autres robustes et tonitruants. Louis Allix Lauthenticite comme norme de linterpretation musicale. Getpart.php?id=lyon2.2009.