background preloader

Innovation

Facebook Twitter

Après la bague, Visa propose de payer avec des lunettes de soleil. Le géant américain du paiement fait de nouveau parler de lui. Après avoir équipé les athtlètes des Jeux olympiques de Rio d'une bague dotée de la technologie NFC pour effectuer des achats, Visa a dévoilé cette semaine des lunettes de soleil permettant de réaliser des paiements sans contact. L'idée de devoir rapprocher ses lunettes de soleil d'un terminal de paiement pour régler un achat paraît évidemment saugrenue. En revanche, l'approche semble plus appropriée pour une utilisation sur la plage, où il n'est pas très pratique de garder un porte-monnaie sur soi. Les lunettes, encore à l'état de prototype comme la bague, seront donc expérimentées à l'occasion de la World Surf League’s 2017 Quiksilver and Roxy Pro Gold Coast, une compétition de surf qui se tient actuellement en Australie et dont Visa est le sponsor principal.

Visa n'a pas donné d'indication sur le prix de vente et ne s'est pas prononcée, non plus, sur une possible commercialisation. Un hologramme pour épauler les commerces de proximité pendant les chantiers du Grand Paris. Depuis quelques semaines, un drôle de container s'est installé près de la gare Villejuif Louis-Aragon (Val-de-Marne). Conçu par l'agence de design sensoriel ByVolta, celui-ci héberge Ed'Gare, un hologramme qui renseigne les passants sur l'accès aux commerces de proximité pendant les travaux visant à accueillir la future ligne 15 du métro dans le cadre du Grand Paris. "Avant, lors d'un chantier vous aviez un simple panneau qui indiquait que les commerces restaient ouverts pendant les travaux. Maintenant, vous avez Ed'Gare, un hologramme conversationnel de taille 1", explique Olivier Bergeron, CEO de ByVolta. Grâce à la technologie Kinect, Ed'Gare est capable de détecter la présence des passants et de les interpeller.

Ensuite, l'hologramme permet aux personnes de trouver facilement les commerces selon leurs besoins et plusieurs parcours thématiques. 3000 utilisateurs et près de 10 000 interactions. La Banque Postale va déployer le paiement par reconnaissance vocale en juin. La Banque Postale veut rendre le paiement invisible ! Première étape de cet objectif ambitieux : le déploiement de la solution Talk to Pay, qui permet de réaliser un paiement en ligne par reconnaissance vocale. "Nous allons lancer l'authentification par biométrie vocale en juin", a déclaré Régis Folbaum, le directeur des paiements de l'établissement bancaire, à l'occasion d'une table ronde de l'université numérique du Medef, qui se tenait les 15 et 16 mars derniers à Paris. "Cela va permettre de remplacer l'authentification renforcée proposée par le 3D Secure", a-t-il poursuivi. Concrètement, lorsqu'un internaute voudra réaliser un achat sur un site web, au lieu de renseigner son nom, son numéro de carte, et sa date de validité, il recevra un appel automatique sur son téléphone portable.

Il devra alors prononcer une certaine phrase pour s'authentifier. Une sécurité renforcée et des taux de conversion dopés Prochaine étape pour rendre le paiement invisible ? SXSW : la smart home conçue comme un produit technologique | L'Atelier : Accelerating Innovation. À peine plus de 30m2, un design léché, des objets connectés : la smart home Kasita a été conçue comme un produit technologique et autour de l’expérience client.

Qu’est-ce que cela change et dit de l’habitat du futur ? « L’iPhone a presque dix ans et a connu beaucoup d’évolutions. La maison, pas tant que cela. » Cette comparaison de Jeff Wilson peut paraître étrange. Elle a pourtant une logique : et si la maison était un produit technologique comme un autre ? À Austin (Texas), au festival interactive South by Southwest (SXSW) consacré aux nouvelles technologies, le professeur défendait, le 12 mars dernier, une vision futuriste de la smart home. Celle d’un toit qui serait associé à une marque et à une expérience. La superficie, une notion dépassée En présence de ses parents, de sa femme et de sa fille, Jeff Wilson présente à une salle comble son bébé : Kasita. Pour se faire son idée sur la question, deux possibilités. Au SXSW, Jeff Wilson compare la maison à un produit comme un autre.

[One to One Monaco] Avec Inria, Nuukik conjugue intelligence artificielle et digital retail. Fondée il y a quatre ans et basée à Villeneuve-d'Ascq, la start-up Nuukik a développé des technologies de marketing prédictif au service du retail. Ce qui la différencie des autres acteurs positionnés sur ce credo ? Sa collaboration avec les chercheurs d'Inria. La start-up s'est inscrite dans une logique de transfert technologique et exploite les différents travaux en intelligence artificielle réalisés par les chercheurs de l'institut.

Un puissant moteur de recommandation Basé sur des algorithmes de machine learning et de deep learning, son moteur de recommandation permet de proposer des produits adaptés à chaque internaute selon une batterie de données : parcours de navigation, historique de ventes, requêtes effectuées depuis un moteur de recherche, paniers abandonnés, données de géolocalisation, de météo, etc. La start-up assure que sa solution est trois fois plus performante que les autres outils du marché. Un smartalogue pour réinventer le catalogue papier. Selency, la plateforme qui transforme le marché de la brocante. Pour conquérir le marché européen, Brocante Lab est devenu Selency fin 2016, mais les fondamentaux de ce succès made in France resteront les mêmes, assure Maxime Brousse, l'un des deux fondateurs, avec Charlotte Cadé.

Pour décrire son activité, le dirigeant à-peine trentenaire use d’une comparaison osée : "Au fond, nous sommes un site de rencontres entre des pièces uniques de décoration et des acheteurs", s’amuse-t-il. Des pièces uniques sourcées partout en France Mais la (petite) provocation ne doit pas masquer le sérieux de l’équipe fondatrise de cette start-up qui a déjà levé plus de trois millions d’euros et emploie aujourd’hui plus de vingt personnes.

Car Selency a réussi à rendre glamour le marché aux puces et les échoppes pas toujours accueillantes des brocanteurs en tout genre. A l’heure où les intérieurs des trentenaires cherchent à échapper à l’uniformité d’un géant mondial suédois, Selency propose des pièces uniques. Une sélection redoutable Un modèle économique sur deux pieds. La RATP se dote d'un fonds d'investissement et d'un guichet unique pour les start-up. Ouverture de données temps réel, expérimentation de navettes autonomes… la RATP multiplie les expérimentations pour se transformer en acteur global des nouvelles mobilités. Pour réussir sa mue, elle multiplie les collaborations avec les start-up. Pour développer ce volet "open innovation", le groupe se dote d'une nouvelle filiale baptisée "RATP Capital Innovation".

Ce sera le bras armé du groupe en matière de financement de start-up. Pour ses débuts, ce fonds sera doté de 15 millions d'euros. Des billes dans le fonds "Paris saclay" RATP Capital Innovation réalisera des investissements directs dans des start-up, mais financera aussi des fonds d'investissement thématiques. Mais le travail avec les start-up, ce n'est pas que de l'argent, ce sont aussi des partenariats.

[Vidéo] Adobe imagine un outil de retouche de photos… par la voix. Espaces immersifs créatifs et personnalisés - Digitalarti. Digitalarti imagine et crée des environnements immersifs, interactifs, exclusifs, personnalisés et numériques, pour les zones de réception, hôtels, appartements, suites … Un large de choix de créations numériques… Digitalarti sélectionne les œuvres numériques les plus appropriées pour créer des espaces immersifs avec les créations qui les accompagneront dans des espaces plus contemplatifs. Nous organisons la diffusion de ces créations existantes ou exclusives sur vos écrans grâce à la plate-forme de diffusion de Digitalarti selon une programmation paramétrable.

Les œuvres numériques peuvent être renouvelés régulièrement, en interaction avec la vie du lieu. Le jardin virtuel Sur-Natures de Miguel Chevalier à l’aéroport Paris-Charles de Gaulle (voir billet) Supports et champs d’application Ci dessus: SenseImage est une surface tactile et interactive dont les capacités évoluent en fonction des programmes développés à son intention. Exemple de Références. [Salon de Genève] Pirelli et Goodyear dévoilent leurs pneus connectés. Un an après avoir présenté un concept-pneu sphérique, l'Eagle 360, Goodyear revient au Salon de Genève avec une version améliorée grâce à l'intelligence artificielle. Baptisé Eagle 360 Urban, cette boule high tech imprimée en 3D est capable de s'adapter à la route en temps réel grâce à une peau "bionique" en polymères super-élastiques intégrant un réseau de capteurs.

Ce pneu se veut selon la marque un véritable "cerveau" du véhicule, capable de communiquer avec l'infrastructure, avec les autres véhicules et une intelligence artificielle dans le cloud. Il serait capable de changer de formes en fonction des conditions atmosphériques, lisse sur route sèche, rainuré sur chaussée humide, voire de s'auto-réparer en cas de perforation. Pour mettre en scène ce concept de pneu du futur, Goodyear a fait plancher des étudiants de l'institut supérieur de design Rubika de Valenciennes.

Ils ont été invités à créer un concept car autour de l'Eagle 360 Urban. Pirelli, un capteur et une application. SXSW : Une startup détecte le cancer par les larmes | L'Atelier : Accelerating Innovation. Présente au SXSW, une startup de l’Arkansas veut révolutionner le domaine médical en proposant la détection du cancer du sein de manière non-invasive : par l’analyse des larmes du patient. Selon The American Cancer Society, le taux de survie à 5 ans d’un cancer de stade II aux Etats-Unis est de 93% et tombe dramatiquement à 22% dans le cas d’un cancer de stade IV. Preuve qu’une détection précoce est plus que jamais nécessaire. D’autant plus que 60% des Américaines qui ont entre 45 et 70 ans ne se feraient pas dépister. Les méthodes actuelles de détection étant particulièrement onéreuses, la balle est donc dans le camp des startups pour essayer de transformer ce marché et sauver des vies.

Si nous avions évoqué récemment des entreprises développant des technologies de détection via une prise de sang, de nouvelles solutions apparaissent, comme celle de la détection par le biais de l’analyse d’urine. Wuha, le moteur de recherche qui permet aux entreprises de mieux explorer leurs données. Selon une étude réalisée par Google, les collaborateurs d’une entreprise consacrent en moyenne 9,2 heures par semaine à rechercher des informations professionnelles, alors que sur ces recherches, 8 sur 10 ont déjà été cherchées ou trouvées à l'intérieur de leur société. La start-up lyonnaise Wuha, créée en 2015 par deux ingénieurs de l’ECAM (Anthonin Mathez et Sacha Gallo-Parouty) se propose donc de réduire ce temps perdu. Comment ? En proposant son propre outil de recherche se subsituant à l’actuel GSA (Google Search Appliance) Le GSA permet à des entreprises d'utiliser technologie du moteur de recherche de Google pour effectuer des recherches dans leurs propres documents.

Rapidité et confidentialité Un robot indexera ainsi toutes les informations, par une analyse sémantique. La solution repose pour l’heure sur l’interface de recherche de Google, et sera proposée d’ici 2018 sur mobile et tablette par le biais d’une application. Objectif CES en 2018 Guillaume Bouvy. Après la bague, Visa propose de payer avec des lunettes de soleil. Une application mobile pour un crédit à la consommation "minute" | L'Atelier : Accelerating Innovation. Un robot déchiffre les pensées de l'homme | L'Atelier : Accelerating Innovation. Le laboratoire d’informatique et d’intelligence du MIT et l’Université de Boston viennent de mettre au point un système permettant à un robot de corriger ses erreurs en interprétant les signaux neuronaux de l'homme. Prémices d'un dialogue hommes/machines ? « Qui dit homme dit langage, et qui dit langage dit société. » disait Claude Levi-Strauss.

Le langage est plus que jamais au centre de l’histoire culturelle de l’humanité. Dans un monde d’hypercommunication, les outils linguistiques eux aussi se disruptent. Le code aujourd’hui vient enrichir les perspectives du langage et modifie ainsi notre rapport au monde. C’est le point de passage obligatoire de la communication entre l’homme et ses nouveaux outils digitaux, un formidable vecteur d’innovation et de création. Jusqu’à aujourd’hui c’était lui qui régissait les interactions de l’homme avec la machine.

A terme, la pensée pourrait agir comme une télécommande connectée à son environnement robotique et/ou numérique. Actinnovation | Nouvelles Technologies et Innovations - Webzine axé sur l'actualité du monde des nouvelles technologies, des découvertes scientifiques et techniques, des inventions, des nouveautés du web... Innovation REVIEW.