background preloader

Logique

Facebook Twitter

Gottlob Frege

Bertrand Russell. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bertrand Russell

Pour les articles homonymes, voir Russell. Bertrand Russell Philosophe et logicien Époque contemporaine Bertrand Russell en 1916 Bertrand Arthur William Russell, 3e comte Russell, né le 18 mai 1872 à Trellech (Monmouthshire), et mort le 2 février 1970 près de Penrhyndeudraeth (Pays de Galles), est un mathématicien, logicien, philosophe, épistémologue, homme politique et moraliste britannique. Sophisme. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sophisme

Post hoc ergo propter hoc. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Post hoc ergo propter hoc

Post hoc, ergo propter hoc (latin pour à la suite de cela, donc à cause de cela[1]) est un sophisme qui consiste à prendre pour la cause ce qui n'est qu'un antécédent[2], c'est prétendre que si un évènement suit un autre alors le premier doit être la cause du second. La locution est souvent simplifiée en post hoc comme dans « raisonnement post hoc ». Ce sophisme est une erreur particulièrement attirante parce que la séquence temporelle apparaît inhérente à la causalité. L'erreur est de conclure en se basant seulement sur l'ordre des événements, plutôt que de tenir compte d'autres facteurs qui pourraient exclure la relation. Les idées reçues, les croyances, les superstitions et la pensée magique résultent souvent de cette erreur. Principe[modifier | modifier le code] L'argument fallacieux peut être résumé ainsi : A s'est produit, puis B s'est produit.donc A a causé B.

Proposition contraposée - modus tollens. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. « A implique B » (« s'il pleut, alors le sol est mouillé ») est « non-B implique non-A » (« si le sol n'est pas mouillé, alors il ne pleut pas »).

Proposition contraposée - modus tollens

Paradoxe du menteur. Paradoxe de Hempel. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Paradoxe de Hempel

Énoncé[modifier | modifier le code] Lorsqu'on dit « Tous les corbeaux sont noirs », cette phrase est logiquement équivalente à « Tous les objets non-noirs sont des non-corbeaux », conformément à la loi de contraposition : Sens et dénotation. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sens et dénotation

Sens et dénotation (Über Sinn und Bedeutung) est un article de Gottlob Frege publié en 1892 dans la revue Zeitschrift für Philosophie und philosophische Kritik. Les notions qui y sont définies, le sens (Sinn) et la dénotation (Bedeutung ; aussi traduit par « vouloir-dire »), ont été déterminantes pour la constitution du domaine de la sémantique formelle d'inspiration logique. À ce titre, l'article est aussi généralement considéré comme l'un des textes fondateurs de la philosophie analytique. Dénotation[modifier | modifier le code] La dénotation (Bedeutung) d'une expression linguistique est la portion de réalité que cette expression désigne (ou qu'un locuteur cherche à désigner à l'aide de cette expression).

Sens et dénotation - Sémanticlopédie. Un article de Sémanticlopédie.

Sens et dénotation - Sémanticlopédie

Précaution terminologique préliminaire Cet article concerne les notions fondamentales introduites par Frege (1892) sous les termes originaux de Sinn et Bedeutung . Sinn se traduit naturellement par sens (et sense en anglais). Calcul des prédicats. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Calcul des prédicats

Le calcul des prédicats du premier ordre, ou calcul des relations, ou logique du premier ordre, ou tout simplement calcul des prédicats est une formalisation du langage des mathématiques proposée par les logiciens de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Le trait caractéristique de la logique du premier ordre est l'introduction : Ceci permet de formuler des énoncés tels que « Tout x est P » et « Il existe un x tel que pour tout y, x entretient la relation R avec y » en symboles : et. Description définie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Description définie

Difficultés soulevées par les descriptions définies[modifier | modifier le code] Deux types de difficultés de la division des descriptions peuvent être signalés : il y a de nombreux exemples où une description définie ne semble pas référer à une réalité telle qu'exigée, comme, par exemple, l'homme est un animal, ou les phrases au pluriel.certaines descriptions n'ont pas la forme le X : par exemple, la proposition mon livre peut être reformulée en le livre de moi. Le groupe nominal le roi de France est l'exemple classique de description définie non satisfaite (i.e. sans dénotation dans le monde réel). La théorie des types logiques. La théorie des types logiques M.

La théorie des types logiques

Poincaré1, dans un intéressant article paru dans un récent numéro de cette revue2, a expliqué, avec son habituelle lucidité, quelles étaient ses raisons pour ne pas accepter pleinement quelques-unes des théories, qui ont été mises en avant récemment pour expliquer les paradoxes de la logique. Étant l’un des auteurs mis en cause, je reconnais, avec gratitude, que son article n’a nullement le ton de la polémique et j’admets volontiers que, sur les points où il se plaint de n’avoir obtenu de moi que d’insuffisantes explications, l’article auquel il s’est rapporté est assurément trop concis. Comme cet article paraissait dans un journal de mathématiques, je n’avais pas voulu consacrer à l’interprétation philosophique plus de place que ce qui m’apparaissait absolument indispensable. Les critiques de M. Énigmes logiques et paradoxes, les plus classiques.

Carl G. Hempel (1905-1997), philosophe américain, d’origine allemande, proposa ce paradoxe en 1946. Il s’agit "simplement " de vérifier que: Tous les corbeaux sont noirs. On peut rechercher les corbeaux et noter leur couleur. The Structure of Reason (Great Ideas of Philosophy) Introduction à la philosophie de la logique - Denis Vernant.