background preloader

Blog/Twitter (Afro fem)

Facebook Twitter

Afro féminisme

L’afrofeminisme en france : un état des lieux. C'est la dernière polémique en date.

l’afrofeminisme en france : un état des lieux

Une photo qui a déclenché la colère sur les réseaux sociaux. “Aller de l’avant”: une toxicité, à l’épreuve de la temporalité. Les récentes discussions sur Twitter tournaient autour de la toxicité dans le(s) milieu(x) militant(s), discussions que j’ai regardé de loin, perplexe.

“Aller de l’avant”: une toxicité, à l’épreuve de la temporalité

Puis, par hasard, j’ai vu, puis lu d’autres articles ou réflexions sur le sujet, et j’ai finalement réussi à mettre le doigt sur ce qui me gênait ou, du moins, j’ai su pourquoi j’avais cette sensation qu’il manquait quelque chose, de mon point de vue de femme noire afroféministe. D’abord, l’article de Quinnae Moongazer résume très bien cette réflexion sur la toxicité des mouvements qui passe, malgré nous, par différents travers comme la sacralisation de la colère, le rejet de l'”erreur du débutant”, etc.

En somme, en lisant ses propos, j’ai eu l’impression que Quinnae prônait un activisme “conscient”, comme le fait Minna Salami avec le Conscious Feminism (le fait de conscientiser son afroféminisme – ou autre, entre autres choses, vous pouvez suivre le lien). Sauf que. Pourquoi étais-je soulagée ? (merci à mon mémoire de M1 !) 2. Like this: Atelier :"Repenser la narration : les femmes noires prennent la parole" Ces deux derniers jours, j’ai animé un atelier dans le cadre de l’Université populaire organisée par Assiégées.

Atelier :"Repenser la narration : les femmes noires prennent la parole"

J’avais déjà eu l’occasion de discuter avec des gens, ou même d’en rencontrer lors de cafés littéraires que j’avais organisé, mais l’atelier était une première ! ÉMULATION OU COMPÉTITION: APPRENONS À JOUER COLLECTIF. Je réalisais il y a peu que je me suis de nouveau laissée aller à un de mes vieux travers : le goût de la compétition.

ÉMULATION OU COMPÉTITION: APPRENONS À JOUER COLLECTIF

Mise aux points sur les I et aux barres sur les T. Ceci est ma troisième et dernière mise au point.

Mise aux points sur les I et aux barres sur les T

Découvrant depuis peu les joies de la visibilité publique et des sollicitations en tous genres, j’ai décidé de me fendre d’une présentation de mon parcours et de mes opinions qui accompagnera un courrier-type nous permettant à toutes et à tous de ne pas perdre notre temps. LA RÉAPPROPRIATION DE LA NARRATION, DERNIER RECOURS DES AFRODESCENDANT.E.S LGBTQIA+

Le samedi 28 juin 1969, Silvia Riveira, Miss Major Griffin-Gracy et plusieurs jeunes appartenant à la communauté LGBT de New-York (parmi lesquel.le.s une majorité d’autres personnes trans non-Blanches, dont nombreu.x.ses étaient aussi travailleu.r.ses du sexe) décident de résister au harcèlement policier dont ils/elles sont victimes dans un club new-yorkais nommé : le Stonewall Inn.

LA RÉAPPROPRIATION DE LA NARRATION, DERNIER RECOURS DES AFRODESCENDANT.E.S LGBTQIA+

Les échanges musclés avec la Police se poursuivent toute la nuit et le lendemain, Marsha P. À celles qui voudraient, comme Lou Doillon, une émancipation balisée. Kiyémis, blogueuse afro-féministe, répond aux propos sur le féminisme de Beyoncé ou Nicki Minaj tenus par Lou Doillon dans El País.

À celles qui voudraient, comme Lou Doillon, une émancipation balisée

Dans une interview au quotidien espagnol El País, la chanteuse et mannequin Lou Doillon s'est exprimée cette semaine sur le féminisme, et la façon dont il est parfois, selon elle, déformé. Notamment par des artistes pop américaines. Dans cette interview qui a beaucoup circulé, elle explique notamment: «Quand je vois Nicki Minaj et Kim Kardashian, je suis scandalisée. Je me dis que ma grand-mère a lutté pour autre chose que le droit de crâner en string» ou encore «Comme les garçons ne nous donnent plus de tape sur les fesses, nous le faisons nous-mêmes. Comme personne ne nous appelle “chiennes”, nous nous appelons ainsi entre nous. GROSSE FATIGUE. TW : Pour celles et ceux qui ne me connaissent pas dans la vraie vie, ne vous inquiétez pas, tant que j’écris, ça va.

GROSSE FATIGUE

Retour sur 48h (et 30 ans) de vie dans ma peau de Noire. Je suis donc en train de m’installer à Montréal et je m’étais imposée une trêve d’écriture et d’activités militantes car j’approche du burn-out. Malheureusement, la vie me rattrape toujours. Bienvenue donc dans un énième épisode de « Vis ma vie de Noire ». Pour célébrer l’anniversaire d’Ismaël -mon beau-fils- (et aussi pour valider mon visa d’étudiante), nous décidons avec mon compagnon d’aller passer deux jours aux États-Unis pour que le petit puisse manger des burgers à la source et que je puisse faire tamponner mon passeport au retour. Tout va tellement bien que même si c’est le centre de mes activités artistiques, de mes préoccupations politiques et de ma santé mentale vacillante, j’en ai presque oublié que je suis Noire. Your step-mom. sur Twitter : "Number one deflection tactic from french white people. "Racism is not a french thing, it's elsewhere." "Focus on something else.""

BLACK on Twitter: "Did you notice how they all say the same shit first they point the finger at America then they say why are you talking about colours □□□" Être ou ne pas être soi-même dans une société blanche.