background preloader

Cyberdépendance

Facebook Twitter

1 - Le numérique est le nouvel opium du peuple : la cyberdépendance - Les NTIC, et alors? Aujourd'hui, avec l'arrivée de nouvelles technologies d'abord, puis avec la marginalisation de ces technologies comme l'informatique, on constate l'apparition d'une nouvelle forme de troubles psychologiques, la cyberdépendance ou cyberaddiction. C'est le fait de ne pas pouvoir s'empêcher de se connecter à Internet dans le but d'éprouver du plaisir ou de soulager une tension intérieure comme le stress.

C'est lors du colloque de l'American Psychologic Association, à Toronto, en 1996, que ce terme a été utilisé pour la première fois par la psychologue américaine Kimberly Young. Elle affirme qu'il s'agit d'une nouvelle maladie psychologique. Cette cyberdépendance est la cause de multiples problèmes pour les individus : des mariages sont brisés, des jeunes négligent ou abandonnent leurs études, des gens perdent leur emploi, certains commettent même des gestes illégaux ( cybercrimes ) ou sont ruinés suite à des achats compulsifs ou des dépenses dans des sites à caractère pornographique. La cyberdépendence, un mal silencieux. Dépendance à Internet.

La dépendance à Internet (aussi nommée cyberdépendance, cyberaddiction, usage problématique d'Internet ou UPI, trouble de dépendance à Internet et TDI) est un trouble psychologique entraînant un besoin irrésistible et obsessionnel d'utiliser Internet. L'expression addiction à Internet fut employée pour la première fois par la psychologue américaine Kimberly Young, lors d'un colloque de l'American Psychological Association (APA) à Toronto en 1996. C'est Otto Fenichel (1949), qui a soulevé le premier la question des toxicomanies sans drogues. Cependant c'est un canular produit par le docteur Ivan K. Goldberg : la dépendance à Internet est un symptôme et non un trouble à proprement parler.

Le docteur Goldberg s'est inspiré de la dépendance aux jeux d'argent pour sa description de l'hypothétique dépendance à Internet. Causes et symptômes allégués Selon le psychiatre américain, Ivan K. On parle de dépendance à Internet quand les symptômes apparaissent : Symptômes psychologiques allégués [3] 1. La communication en ligne et son influence sur l’estime de soi et le concept de soi chez les adolescents âgés de 15-17 ans. La cyberdépendance, état des connaissances, manifestations & pistes d'intervention. Centre de santé et de consultation psychologique - SAÉ UdeM. Êtes-vous cyberdépendant ? L'Internet et les nouvelles technologies sont devenus indispensables pour la grande majorité d'entre nous. Bien que la plupart des gens en font un usage approprié, certains se retrouvent à développer un rapport de dépendance à l'égard de ces technologies.

Les usages problématiques d'Internet, nommés aussi cyberdépendance, constituent un champ d'étude très récent et les caractéristiques délimitant le normal du pathologique demeurent à être définies. Malgré l'absence de consensus sur la définition et les critères diagnostiques du phénomène en question, il n'en demeure pas moins que cette problématique est bien réelle et que ses conséquences peuvent être nuisibles pour ceux qui sont aux prises avec une telle dépendance. Savoir reconnaître les signes d'un usage problématique d'Internet peut vous aider à évaluer vos habitudes et déterminer si vous avez besoin d'y apporter des changements. Grille d'auto-observation Briser la routine Alterner les plaisirs Ressources. L'essor des prothèses numériques "cognitives" et leur impact en termes socio-anthropologiques - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

L'essor des prothèses numériques "cognitives" et leur impact en termes socio-anthropologiques Les prothèses « cognitives » (les ordinateurs, les consoles de jeu, les smartphones, et bientôt les Google Glass®...) accompagnent étroitement l'activité mentale et sociale de l'individu. Maxime Derian Chercheur postdoctoral en socio-anthropologie à l'ISCC (CNRS) et au CRPMS (Université de Paris 7 - Diderot). Chercheur associé au Centre d'Etudes des Techniques, des Connaissances et des Pratiques (CETCOPRA) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Maxime Derian est chercheur postdoctoral à l’ISCC et au Centre de Recherches Psychanalyse, Médecine et Société (CRPMS, université Paris 7), et membre associé du Cetcopra (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne). L'essor des prothèses numériques "cognitives" et leur impact en termes socio-anthropologiques - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Trouble d’utilisation d’Internet et addiction à Facebook. Est-ce que l’utilisation de Facebook affecte le cerveau et la façon de penser ? Une nouvelle infographie proposée par Best Masters In Psychology : Facebook psychology : Is addiction affecting our minds a capitalisé des données chiffrées de différentes études sur la captation de l’attention, la concentration ou les modifications du cerveau produites par une utilisation intensive (temps passé) de Facebook et plus largement de l’Internet.

Trouble d’utilisation d’Internet (UID) officiellement reconnu par les psychiatres américains Si l’on souligne habituellement les bénéfices du numérique pour les individus et les organisations, l’infographie indique que l’addiction à l’Internet est reconnue comme telle officiellement par l’Association Américaine de Psychiatrie (American Psychiatric Association, APA) avec le trouble d’utilisation d’Internet, Internet Use Disorder (IUD) défini ainsi par l’association en partant de 9 dispositions de l’Internaute « affecté » : A. B. C. D. E. F. G. H. I. Issues for DSM-V: Internet Addiction (2008) Sites web et contenus de référence.