background preloader

Genre

Facebook Twitter

BOYS CAN HAVE A VAG!! La théorie du genre (djendeure). Mais pour avoir la réponse à cette question, il faudrait pouvoir disséquer un militant de La Manif Pour Tous, et vous savez que je suis résolument opposée à la vivisection.

La théorie du genre (djendeure).

D’ailleurs il manque encore quelques signatures pour l’Initiative Citoyenne Européenne contre la vivisection, dépêchez-vous d’aller la signer avant le 1er novembre, ou vous aurez la mort de millions de chiots et chatons sur la conscience: Articles à lire sur la théorie du genre, le sexisme… Ca fait genre Petits rappels sur le genre D’une théorie du genre qu’ils font semblant de mal comprendre… Le sexisme, ça se soigne Sexismes Avant de commenter veuillez vérifier que vous n’entrez pas dans une case du bingo féministe. Mais pour avoir la réponse à cette question, il faudrait pouvoir disséquer un militant de La Manif Pour Tous, et vous savez que je suis résolument opposée à la vivisection. Catherine Vidal: ''Il y a plus de différences entre les cerveaux de personnes d'un même sexe.

«Il n’existe pas 2 sexes (mâle et femelle) mais 48» Berlin, 19 août 2009, Championnats du monde, finale du 800 mètres «dames» : la Sud-Africaine Caster Semenya, 18 ans, accomplit un véritable exploit en courant la finale du 800 mètres féminin en 1 minute 55 secondes 45 centièmes. Sa victoire est de courte durée. À peine la course finie, le staff des équipes rivales et les journalistes sportifs accusent la championne d’être un homme. Les épaules de Caster Semenya sont trop larges, son bassin trop étroit, sa poitrine trop plate, ses maxillaires trop carrées… «trop», «trop», «trop»… pour être considérée comme une «authentique femme». Le commentateur Mondenard déclare même sur Europe 1 «onze athlètes avaient une culotte et une seule avait un bermuda» (1). Aurait-il fallu que Caster porte du maquillage ? L’accès aux toilettes pour dames lui est interdit (alors qu’elle urine avec une vulve).

Pour Eric Macé, l’ambiguité sexuelle ne devrait plus être classée dans la catégorie des maladies. Photo © Reuters. Girl and boy toys: Childhood preferences for gendered toys are not innate. Caught on camera in the "pink aisle" of a U.S. toy store, 5-year-old Riley posed a multibillion-dollar question: "Why does all the girls have to buy pink stuff and all the boys have to buy different colored stuff?

Girl and boy toys: Childhood preferences for gendered toys are not innate.

" Her impassioned critique of profit-boosting gendered toy marketing has been viewed more than 4 million times on YouTube. She isn't a lone voice. Campaigns such as Let Toys Be Toys in the United Kingdom have also expressed frustration at the way manufacturers and shops have increasingly restricted the interests of girls to the narrow domain between the twin pink pillars of femininity—being caring and being pretty—while the broader, "different colored" terrain is for boys. The group has recently expanded its focus to include books after the publication of titles such as The Brilliant Boys' Coloring Book and The Beautiful Girls' Coloring Book.

It argues that, if the purpose of books is "opening minds and hearts … broadening horizons," such titles do the opposite. Vers la fin du genre ? Ni homme ni femme, “anarchiste androgyne”, c’est ainsi que se définit Norrie May-Welby, un (une ?)

Vers la fin du genre ?

Australien(ne) de 52 ans. L’Australie vient en effet de reconnaître un troisième genre pour Norrie. Un genre neutre. Né dans un corps d’homme, Norrie a décidé, à 28 ans, de changer de sexe. Mais après l’opération, il se rend compte que l’identité féminine ne lui correspond pas plus que la masculine. Norrie May-Welby La définition de l’identité par le genre est aujourd’hui de plus en plus souvent contestée. Mais peut-être est-ce plus commode ainsi… Mon intimité est préservée, cachée derrière des classifications artificielles. La lettre F est imprimée sous le mot “sexe” sur mon passeport, c’est bien pratique. Les hommes et les femmes ont-ils des cerveaux différents ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Propos recueillis par Lucie Soullier En distinguant l'identité sexuelle du sexe biologique, les études de genre affirment que la nature ne suffit pas à faire des hommes et des femmes.

Les hommes et les femmes ont-ils des cerveaux différents ?

Catherine Vidal, neurobiologiste et directrice de recherche à l'Institut Pasteur a travaillé sur la plasticité du cerveau. Le cerveau du fœtus se forme-t-il différemment, au cours de la grossesse, selon que l'enfant à naître est une fille ou un garçon ? Catherine Vidal : Non, il n'y a pas de différence anatomique entre les cerveaux des fœtus filles et garçons.

Les gènes qui permettent de construire les hémisphères cérébraux, le cervelet et le tronc cérébral sont en effet indépendants des chromosomes X et Y. La seule différence que l'on peut relever concerne le contrôle des fonctions physiologiques de la reproduction. Le cerveau continue donc de se former après la naissance de l'enfant ? En grande partie, oui.