background preloader

Dublin Core

Facebook Twitter

59359 36 bibliotheques hybrides. Guide dublin core bnf 2008. 1809 le dublin core dc. Dublin Core, le pouvoir de la simplicité. Suite à une suggestion de Stéphane, je voudrais faire le point sur une question souvent posée quand on parle de Dublin Core : est-ce que le fait d’utiliser Dublin Core va appauvrir mes données ?

Dublin Core, le pouvoir de la simplicité

La réponse est plus complexe que juste « oui » ou « non ». D’abord, il n’y a pas un seul Dublin Core. Le Dublin Core, c’est un ensemble de standards dont j’avais rappelé l’articulation dans un précédent billet. Relisez-le, c’est un pré-requis pour la suite. Mais ce n’est pas la seule façon d’utiliser le Dublin Core. Et l’interopérabilité, dans tout ça, me direz-vous ? Dublin Core : on n’y comprend plus rien. Au départ, Dublin Core, ça a l’air simple : il y a 15 éléments, tous facultatifs et répétables, et voilà.

Dublin Core : on n’y comprend plus rien

Après, ça se complique : à ces 15 éléments (le Dublin Core dit « simple ») vient s’ajouter le Dublin Core qualifié, dans lequel on dispose d’attributs pour préciser le sens des 15 éléments de base. Par exemple, pour prendre un truc simple et connu, on peut qualifier l’élément DC:coverage par l’attribut « spatial » ou « temporal ». En fait, le DC qualifié n’est qu’une manière d’utiliser les Dublin Core metadata terms (DC terms), une liste d’éléments de métadonnées maintenus par le DCMI (Dublin Core metadata initiative). Certains de ces éléments de métadonnées correspondent aux 15 éléments de base. D’autres correspondent à autre chose : notamment des propriétés (isPartOf, isFormatOf etc.), des référentiels complémentaires (comme par exemple la liste des types qu’on peut utiliser dans DC:type), etc. Oai dublincore. Modèles de données partagées : MÉTADONNÉES DUBLIN CORE. Les métadonnées sont un élément fondamental du schéma XML SDAPA : étymologiquement, les métadonnées sont des « données sur les données », c'est-à-dire des informations relatives aux informations qui documentent la ressource patrimoniale et sont structurées dans un document XML.

Modèles de données partagées : MÉTADONNÉES DUBLIN CORE

Typiquement, le nom du rédacteur ou la date de rédaction d'une notice relative à un monument historique sont considérés comme des métadonnées, car portant sur les informations documentant la ressource et non sur la ressource elle-même. En effet, le schéma XML SDAPA répond à des besoin de gestion et d'édition de documents, ainsi que d'échanges d'informations.

Ceci implique de pouvoir identifier et suivre un document tout au long d'une chaîne documentaire, et ce rôle est rempli par les métadonnées. Guide d'utilisation du Dublin Core. 1.

Guide d'utilisation du Dublin Core

Introduction 2. Quelle syntaxe? 3. Principes fondamentaux des éléments descriptifs 4. 5. 6. 7. 8. 1. 1.1. Les métadonnées décrivent une ressource d'information (NdT on parle ici de ressource d'information plutôt que de document car les métadonnées peuvent décrire des ensembles plus petits qu'un document, par exemple, des images, ou des fichiers sonores, à l'intérieur d'un document). Une notice contenant des métadonnées est constituée d'un ensemble d'attributs, ou éléments, nécesaires pour décrire la ressource en question.

Le lien entre une notice de métadonnées et la ressource qu'elle décrit peut être fait de deux façons. Les éléments peuvent être contenus dans une notice séparée du document, comme c'est le cas pour une notice dans un catalogue de bibliothèque Les métadonnées peuvent être intégrées dans la ressource elle-même. 1236 presentation des standards le dublin core dc. Dublin Core. Le Dublin Core est un format descriptif simple et générique, comprenant 15 éléments.

Dublin Core

Le Dublin Core est un format descriptif à la fois simple et générique, comprenant 15 éléments différents, qui a été créé en 1995 à Dublin (Ohio) par OCLC et le NCSA (National Center for Supercomputing Applications). La version actuelle, dite 1.1, correspond à la recommandation RFC 5013 de l' IETF (Internet Engineering Task Force) validée en 2007 (cette version remplace la RFC 2413 de 1997), à la norme ANSI/NISO Standard Z39.85-2007 et ISO 15836 (version de 2003, révisée en 2009). L'agence de maintenance est la DCMI (Dublin Core Metadata Inititative), organisation non gouvernementale et non lucrative, enregistrée à Singapour et œuvrant au développement de formats de métadonnées interopérables.