background preloader

Milieu professionnel

Facebook Twitter

PROJET

Comprenez les stratégies du dauphin, de la carpe et du requin | Alexandre Delivré. Ceci est un programme d’auto-instruction sur « La Stratégie du Dauphin ». Si vous ne connaissez pas les règles pour utiliser l’auto-instruction, allez voir dans l’onglet « Enseignement programmé » en haut de la page principale, ou encore cliquez sur le lien suivant : Instructions pour utiliser l’enseignement programmé Documents : Rapportez-vous à ces documents A, B, C et D lorsqu’ils sont cités dans les phrases/questions du programme. (A) Voici ce que pense la carpe : “Je crois qu’il y a pénurie, une grande limitation dans ce qui existe et dans mes ressources. Phrase 1 sur 34 Dans la vie privée comme professionnelle, une métaphore permet de distinguer trois types de comportement : celui de la carpe, du requin et du dauphin.

. - dauphin. En (A), l’attitude typique de la carpe consiste à fuir les responsabilités dans un monde qu’elle voit figé et limité. . - sacrifice En (A), la carpe voit le monde comme s’il était profondément figé et __________. - limité - carpe - ne peux pas - pseudo-éclairées. Pyramide du Dauphin. Formation: La stratégie du dauphin l'emporte sur le requin et la carpe. . Symbole de changement, le dauphin donne une image puissante aux individus et organisations qui doivent faire face aux mutations «La stratégie du dauphin montre comment déterminer librement nos propres changements tout en restant aligné à un but ultime«, précise Mme Michèle Carrier, présidente du groupe Metafor International. Il s'agit d'un groupe de corporation canadienne, producteur-diffuseur de programmes de formation et conseil sur le changement organisationnel et le développement. C'est en 1994 que Mme Carrier a lancé un programme de formation adapté sur le concept de la stratégie du dauphin développé par Brain Technologie Corporation, une société américaine dirigée par Dudley Lynch.

Une conférence de presse a été tenue à Casablanca par M. La stratégie du dauphin – 3ème partie : le dauphin. Après avoir vu le comportement du requin, voici donc la suite de notre revue du livre la stratégie du dauphin, avec aujourd’hui la présentation du personnage principal : le dauphin. Mais tout d’abord, qu’avons-nous appris dans les précédents articles? L’idée qui domine les deux premiers personnages : la Carpe et le Requin est l’idée de pénurie. Ils ont tendance à croire que nous vivons dans un monde statique aux limites bien établies et exploitent leurs ressources en utilisant tout le temps les mêmes approches. Ils s’identifient même à leurs comportements, qui sont comme “câblés” dans leur esprit. Cela s’apparente à la stratégie de la mouche, qui se cogne et se recogne encore plus fort contre la vitre, croyant que pour s’en sortir dans la vie il suffit de persister en se contentant de faire la même chose plus intensément. Le dauphin quant à lui croit à la possibilité d’une pénurie comme à la possibilité d’une abondance, et surtout que les deux sont accessibles.

Mainmise : Compromis : La stratégie du dauphin – 2ème partie : le requin. Après avoir vu le comportement de la carpe, voici donc la suite de notre revue du livre la stratégie du dauphin, avec aujourd’hui la présentation d’un nouveau personnage : le requin. A la différence de la carpe, le requin est un prédateur. Il est armé d’une puissante mâchoire ornée de plusieurs rangées de dents acérées qui poussent continuellement. Autant dire qu’il est toujours en position de force lors d’un face à face avec un autre poisson, sauf peut-être lorsqu’il rencontre un de ses congénères ou un animal plus futé que lui. Le requin humain est dans une situation analogue : il a un avantage qui lui permet le plus souvent de remporter la victoire au détriment des autres. Pourtant, cet avantage lui joue des tours puisqu’entre temps, ses adversaires ont appris à se méfier de lui, de sorte que les proies faciles ne tardent pas à se volatiliser.

Pire : certaines vont se liguer contre lui afin de l’éliminer. Pour gagner, le requin utilise les stratégies suivantes : La stratégie du dauphin – 1re partie : la carpe. La stratégie du dauphin est un livre qui s’adresse à tous ceux qui souhaitent que les individus et les organisations se comportent plus intelligemment et plus sensiblement pour obtenir des résultats optimaux et durables. Le personnage du dauphin est une métaphore qui dépeint l’individu en mutation constante, capable de surfer sur la vague du changement pour s’épanouir et emporter les autres vers le succès.

Le dauphin se sait responsable de ses résultats et adopte consciemment la stratégie la plus appropriée à chaque situation. Les requins et les carpes, en comparaison, sont beaucoup plus statiques. Leur comportement se réduit à des stratégies simplistes et à court terme. Dans cet article, je vais vous décrire un à un les personnages ainsi que les notions clé qui m’ont le plus marquées de ce bel ouvrage, que je vous recommande chaudement.

La carpe Dans cette histoire aquatique, le personnage le plus vulnérable est celui de la carpe. La carpe humaine est dans la même situation. Essayez l’analyse des champs de force pour passer à l’action. Le sociopsychologue américain Kurt Lewin a remarqué que dans toute situation, il y a un équilibre maintenu par des forces opposées. Il y a des forces en faveur du changement et d’autres qui s’y opposent. Les sages chinois sont arrivés à la même conclusion il y a des centaines d’années avec le concept du Yin et du Yang illustré ci-dessus. Le Yin représente entre autres, le noir, le féminin, la lune, le sombre, le froid, le négatif, etc. Le Yang représente le blanc, le masculin, le soleil, la clarté, la chaleur, le positif, etc. Cette dualité est associée à de nombreuses autres oppositions complémentaires.

L’équilibre des forces « pour » et des forces « contre » représente le statut quo. L’analyse des champs de force permet de vous appuyer sur les forces positives et d’éluder les forces négatives pour faciliter la mise en oeuvre de vos changements. Utilisez l’analyse des champs de force pour : Les forces d’entraînement et de résistance L’analyse des champs de force en 4 étapes. L’analyse SWOT dévoile vos forces, faiblesses, opportunités et menaces. L’acronyme SWOT désigne 4 mots anglais: Strengths, Weaknesses, Opportunities, Threats. L’acronyme anglais est majoritairement utilisé bien qu’il y ait un équivalent français, soit l’analyse FFOM pour Forces, Faiblesses, Opportunités et Menaces. L’analyse SWOT permet d’auditer votre organisation et son environnement externe. Elle permet d’identifier les facteurs clés de succès afin de définir un plan d’action stratégique. L’analyse SWOT est très populaire, car elle est rapide et facile d’utilisation.

L’analyse SWOT a été créée par Albert Humphrey, un consultant en management américain. Son travail à l’Université de Stanford l’a conduit au développement de cet outil dans les années 60 et 70. Les forces et les faiblesses sont les facteurs internes dépendant de votre organisation. Forces Les facteurs internes qui affectent positivement votre performance. Que faites-vous exceptionnellement bien? Faiblesses Les facteurs internes qui affectent négativement votre performance. Opportunités Menaces. Prévention des risques psychosociaux au travail : nouvelle réglementation et impacts pour les employeurs. Depuis le 1er septembre 2014, différentes nouveautés sont entrées en vigueur. Elles concernent, pour la plupart, la prise en compte des risques psychosociaux au travail, comme le stress et le burn-out.

Quels sont les conséquences pour les employeurs ? La loi du 04/08/1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l’exécution de leur travail a été modifiée de façon importante courant de cette année. Les risques psychosociaux La législation accorde dorénavant une place importante aux risques psychosociaux. Pour la première fois, les notions de burn-out et de stress sont introduites dans la réglementation. Des obligations pour l’employeur La législation oblige ainsi les employeurs à faire des analyses de risques précises, prendre des mesures conservatoires et de respecter certaines procédures en matière d’intervention psychosociale individuelle si le travailleur en fait la demande. La prévention mise en avant Les actions possibles Des défis pour l’avenir Anne Mauhin. La stigmergie: un nouveau modèle de gouvernance collaborative.

Si le modèle concurrentiel crée des redondances et gâche des ressources sur la protection des idées, la publicité et autre, le modèle coopératif gâche beaucoup de temps et de ressources à discuter et à discuter les discussions. Entre ces deux modèles, la stigmergie, une nouvelle méthode de gouvernance inspirée du mode d’organisation des insectes sociaux, pourrait offrir un modèle alternatif plus adapté à la collaboration dans des grands groupes. C’est quoi la stigmergie ? Définition de la stigmergie par Wikipédia : Application du modèle stigmergique aux organisations La théoricienne Heather Marsh a écrit un article remarquable sur l’application de principes issus de la stigmergie à la collaboration dans des grands groupes et comme une méthode de gouvernance alternative à mi-chemin entre les organisations fonctionnant sur un modèle de compétition celles fonctionnant sur un modèle de coopération.

Voici une copie de l’article traduit. Stigmergie Le problème des organisations actuelles Nœuds. [Vidéos] Formations professionnelles en gestion de conflit. L’Université de Paix a mis en place un cursus de formation en « gestion des rapports humains », à la demande de et en collaboration avec Larcier Formation.

A cette occasion, plusieurs intervenants de l’Université de Paix ont présenté dans de courtes vidéos la place et la pertinence du développement des compétences sociales et en gestion de conflits au sein de l’entreprise, et dans les relations professionnelles en général. Découvrez ces vidéos ci-dessous, avec Christelle Lacour (Licenciée et agrégée en psychologie, Formatrice à l’Université de Paix), François Bazier (Directeur des ressources humaines, Formateur et membre du Conseil d’administration à l’Université de Paix), Nathalie Defossé (Juriste, Formatrice à l’Université de Paix) et Jean-Luc Gilson (Titulaire d’un Master en gestion fiscale et en sciences économiques et sociales, Gérant de Gilson & Associés, Formateur invité à l’Université de Paix).

Si la vidéo ne s’affiche pas, cliquez ici. Si la vidéo ne s’affiche pas, cliquez ici. Burn-out : l'alarmante vulnérabilité du personnel médical face à l'intensification du travail. Diverses études ont montré que les médecins et le personnel infirmier sont davantage touchés par le phénomène du burn-out que d’autres secteurs. Le SPF Santé en collaboration avec le SPF Emploi ont décidé d’évaluer l’étendue du burn-out au sein d’un échantillon représentatif de médecins et d’infirmiers, actifs dans les établissements hospitaliers en Belgique. Des 196 hôpitaux invités à participer à l’étude, 37 (+/- 20%) ont décidé d’y prendre part, parmi lesquels 22 hôpitaux flamands, 10 hôpitaux wallons et 5 hôpitaux bruxellois. On retrouve notamment des enseignes connues telles que l’UCL Saint-Luc à Bruxelles, l’Hôpital universitaire des Enfants Reine Fabiola, le CHU de Charleroi ainsi que celui de Mont-Godinne. L’échantillon étudié comprenait 1.198 médecins et 4.635 infirmiers. 7% des infirmiers en burn-out Il ressort de cette étude empirique que 6,6 % souffrent de burn-out et que 13,5 % appartiennent au groupe à risque.

La charge de travail, source importante de stress Delphine Hotua. Employeurs : quelles mesures de prévention au burn-out ? Le burn-out a pris de l’ampleur ces dernières années sur le marché du travail belge. C’est pourquoi il convient de mettre en place des actions de sensibilisation, de prévention et de prise en charge adéquates pour lutter contre ce phénomène. Le burn-out étant accompagné de conséquences négatives, il est important d’élaborer des mesures de prévention. Pour ce faire, différentes interventions peuvent être mises en place.

Des interventions orientées vers la personne Au niveau individuel, il s’agira de se concentrer surtout sur les formations individuelles portant sur la gestion du temps et du stress, à savoir le développement de compétences d’ajustement. En apprenant à gérer son stress, il est possible d’éviter ou du moins de réduire les conséquences négatives. Autre intervention à mettre en place : la prévention, qui joue un rôle majeur afin d’éviter, de réduire et/ou de traiter le burn-out. Mieux vaut prévenir que guérir La prévention primaire vise l’anticipation du burn-out. Delphine Hotua. Bien-être au travail : les soignants en première ligne face au burnout. L’épuisement professionnel, mieux connu sous le terme de « burnout », représente un réel problème de santé publique avec des conséquences lourdes pour la santé des travailleurs, des entreprises et de la société. Le secteur psycho-médico-social n’échappe pas au phénomène, ils ont été les premiers impactés.

C’est en 1969 que le mot « burnout » a été utilisé pour la première fois. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, à l’époque, l’expression était réservée aux employés du domaine de la relation d’aide, très engagés émotionnellement dans leur travail, comme les infirmiers, les médecins, les travailleurs sociaux et les enseignants. Ensuite, dans le début des années 90, la fréquence des problèmes de santé psychologique au travail a augmenté de façon alarmante. De nos jours, ils constituent la première cause d’absence prolongée du travail, couramment appelé « invalidité de longue durée ». Le burnout, c’est quoi exactement ? Un mal-être qui se développe lentement et dure longtemps.